Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 31 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

LA BCE sort l'artillerie lourde mais est encore loin d'avoir utilisée tout son arsenal

​Baisse des taux, création monétaire, augmentation de l'offre de crédit, la BCE fait preuve de volontarisme face au ralentissement annoncé de la croissance de la zone euro. ​

Bazooka monétaire

Publié le
LA BCE sort l'artillerie lourde mais est encore loin d'avoir utilisée tout son arsenal

La remarque de Draghi sur le fait que d’autres baisses de taux n’étaient pas à l’ordre du jour a également été mal accueillie. Crédit Reuters

Atlantico : Lors de la réunion de la BCE de ce 10 mars, l'instance a annoncé la mise en place de plusieurs mesures visant à soutenir l'économie européenne. Les actions annoncées sont-elles susceptibles de remplir cet objectif ? 

Frédérik Ducrozet : Il est toujours difficile de répondre à cette question dans la mesure où certains facteurs exogènes échappent à la BCE, et que plus généralement la politique monétaire ne peut (doit) pas tout faire. Ceci dit, les nouvelles mesures de la BCE vont très loin, tant en termes d’assouplissement quantitatif, avec une augmentation de son programme de rachats d’actifs à 80 Mds EUR par mois, qu’en termes d’assouplissement du crédit, avec de nouvelles opérations de refinancement des banques à 4 ans et à taux négatifs.

Ce dernier point est essentiel car il permettra de limiter le coût du taux de dépôt négatif pour les banques, mais aussi et surtout de les inciter à prêter davantage aux ménages et aux entreprises. C’est de mon point de vue le facteur-clé pour espérer une reprise plus forte de l’activité et, à terme, un retour de l’inflation vers la cible de 2%.

Lors de cette réunion, la BCE a également révisé ses prévisions de croissance à la baisse, avec une anticipation de croissance pour la zone euro, passant de 1,7% à 1,4%. Face à un tel recul, les mesures annoncées ont-elles simplement vocation à éviter une aggravation de la situation, ou à provoquer une amélioration perceptible par la population ?

Il est vrai que la situation économique s’est dégradée depuis le début de l’année, et les mesures de la BCE peuvent être perçues comme un moyen de compenser ce nouvel accès de faiblesse, notamment dans les pays émergents et dans le secteur financier. Il n’est pas toutefois pas évident de savoir si les effets anticipés des mesures annoncées par la BCE ont été pris en compte dans ces nouvelles prévisions du staff des économistes – je pense que ce n’est pas le cas, et que les projections de croissance pourraient à terme être révisées légèrement à la hausse, ce qui serait une première depuis plusieurs années.

La BCE semble avoir tout essayé pour sortir de cette crise. Dispose-t-elle encore de moyens, plus efficaces encore, pour envisager une réelle sortie de crise ? 

C’est l’autre message délivré par la BCE cette semaine : elle est loin d’avoir épuisé tout l’arsenal de mesures légales à sa disposition. L’arme conventionnelle des taux directeurs (négatifs) devrait être laissée de côté pour le moment, au profit de nouvelles mesures non-conventionnelles. Si la BCE décide d’assouplir encore sa politique monétaire dans les mois et trimestres à venir, elle pourrait le faire à travers une nouvelle modification de son programme de rachats d’actifs, non pas en termes de taille mais plutôt en termes de composition, afin d’accentuer son soutien aux pays de la périphérie notamment. Elle pourrait également décider de cibler d’autres actifs plus risqués, y compris des actions dans un cas extrême.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 11/03/2016 - 15:37 - Signaler un abus B C E

    Prions pour que M. Draghi n'aie pas à épuiser tout l'arsenal!

  • Par Aetius451 - 12/03/2016 - 03:17 - Signaler un abus Que du bonheur

    Bref, on continue de tourner en rond, mais plus vite qu'avant. Du reste, les perspectives sont bonnes puisqu'on pourrait encore accélérer la machine avant qu'elle explose.

  • Par Anguerrand - 12/03/2016 - 08:45 - Signaler un abus Draghi fait ça pour les pays à la traîne comme la France

    Tous les autres réussissent en diminuant largement leurs nombres de chômeurs ( entre 300.000 et 850.000) quand nous continuons à en "fabriquer" à tour de bras. Meme l'Espagne et l'Italie progressent avant de nous rattraper au rythme ou l'on va. Toutes les mesures précédentes ont été bénéfiques sauf à la France. Mais voilà, pendant ce temps, Hollande dépense, dépense, dépense.....la dette, les impôts, les chomeurs augmentent , augmentent, augmentent !....Merci à notre bon à rien à notre équipe de choc; Hollande, Ayrault, Sapin, Belkacem, et cie...

  • Par Mike Desmots - 12/03/2016 - 11:16 - Signaler un abus Soyons sérieux ..c'est la fuite en avant de Draghi et la BCE ...

    Quand à l'arsenal ..c'est plutôt le montant anxiogène de l'ardoise que va présenter la BCE ..aux 28 pays de l'UE ...pour être chauvin , chez nous en France , actuellement nous sommes surtout préoccupé ..par le montant de l' 'ardoise ...? que la dernière Nomenklatura marxo/socialiste au pouvoir en UE ...va laissé en héritage aux français....?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Frederik Ducrozet

Frederik Ducrozet est économiste senior chez Pictet Wealth Management, en charge de l'Europe, depuis septembre 2015. Auparavant, il était économiste chez Credit Agricole CIB entre 2005 et 2015. Spécialiste de l'économie européenne, et de la politique monétaire de la BCE en particulier, ses travaux portent notamment sur le cycle du crédit, les politiques monétaires non-conventionnelles et leurs conséquences pour les marchés financiers.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€