Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 29 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Expériences de mort imminente : la plus grosse étude jamais menée confirme que l’état de conscience continue après l’arrêt du cœur

Des chercheurs de l'université de Southampton ont découvert que les patients victimes d'arrêts cardiaques étaient toujours conscients quelques minutes après l'arrêt du cœur... prouvant ainsi qu'il y a une vie après la mort.

Les revenants

Publié le
Expériences de mort imminente : la plus grosse étude jamais menée confirme que l’état de conscience continue après l’arrêt du cœur

Des chercheurs de l'université de Southampton ont découvert que les patients victimes d'arrêts cardiaques étaient toujours conscients quelques minutes après l'arrêt du cœur. Crédit Flickr

"Le cœur ne repart pas. Heure de la mort : 17h34." Cette expression largement reprise dans les séries médicales pourrait en réalité être totalement erronée. Le phénomène d'expérience de mort imminente (EMI ou near-death experience), cette série de visions ou de sensations conséquences d'une mort clinique ou d'un coma avancé, intrigue depuis plus d'un siècle. Les symptômes sont déjà connus : la sensation de s'échapper de son corps, le sentiment de paix et de sérénité, la vision complète de sa vie ou encore l'apparition d'une lumière blanche.

La science est allée plus loin. Depuis six ans une équipe de chercheurs de l'université de Southampton (Royaume-Uni) étudie des patients en arrêt cardiaque pour analyser leur expérience de mort imminente. "Pour la plupart des gens, quand vous pensez à la mort, soit vous l'êtes, soit vous ne l'êtes pas, commente le docteur Sam Parnia, professeur adjoint à l'université de New York et à l'initiative des recherches sur la "ressuscitation" à Southampton. Mais nous, nous avons prouvé qu'il y a bien un moment de mort : il commence quand le cœur s'arrête et se poursuit un peu dans le temps". Selon les résultats de l'étude qui viennent d'être publiés, il y a bien une vie après la mort.

L'équipe de chercheurs a découvert qu'il y a un moment "d'éveil", de conscience, même après que le cœur ait cessé de battre. Les scientifiques ont pour cela étudié 2 060 cas d'arrêts cardiaques dans quinze hôpitaux du Royaume-Uni, d'Autriche et des Etats-Unis. Sur les 330 personnes qui ont survécu, 140 ont témoigné avoir eu des moments conscients avant d'être réanimés. Un sur cinq a déclaré avoir eu une sensation de paix, de plénitude. Certains assurent qu'ils ont vu une lumière et se sont sentis soit en lévitation soit comme au ralenti. D'autres se sont sentis plongés dans une eau profonde.

Mais ce qui a le plus surpris les chercheurs, c'est la durée de ce moment de conscience alors que le patient est déclaré en état de mort clinique. "Nous savons que le cerveau ne peut pas fonctionner quand le cœur s'arrête, explique le Dr Parnia. Mais avec cette étude, nous observons que les individus restent 'conscients' trois minutes après l'arrêt du cœur".

D'après cette étude, un rescapé de 57 ans a déclaré qu'il avait pu entendre le bruit des machines et les discussions de l'équipe médicale autour de lui au moment où son cœur s'est arrêté. Un témoignage qui confirme les recherches réalisées depuis des années : "En 25 ans de recherche, j'ai rencontré des dizaines de personnes qui ont été capables de me décrire précisément ce qui se passait autour d'elles à un moment où tous les chirurgiens, anesthésistes ou autres auraient juré qu'elles étaient inconscientes et incapables ni de percevoir ni de mémoriser", explique Jean-Pierre Jourdan, docteur en médecine spécialisé dans ce domaine.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Cerisier - 09/10/2014 - 11:45 - Signaler un abus il y a des études depuis longtemps

    C'est le buzz du jour cette étude sur les NDE pourtant j'ai le souvenir d'une étude, il y a au moins 25 ans qui elle avait été faite sur des cas dans de nombreux pays différents (ce qui permettait de démontrer que les images perçues - tunnel lumineux, décorporation, etc - n'étaient pas influencée par la culture du patient mais étaient universelles. Les conclusions ont été a peu près les mêmes donc rien de nouveau sous le soleil.

  • Par Ganesha - 09/10/2014 - 17:31 - Signaler un abus Au Delà

    Quand le cœur s'arrête, le sang ne circule plus : le cerveau met quelques minutes pour mourir par manque de glucose et d'oxygène : il n'y a rien là que de très logique et banal. Il en faudrait beaucoup plus pour nous renseigner vraiment sur ce qui se passe ensuite... Sommes-nous alors accueillis par un vieux monsieur bien gentil et tout de blanc vêtu ?

  • Par mado83@free.fr - 10/10/2014 - 12:08 - Signaler un abus livre de Dan Brown le symbole perdu

    d'après des expériences faites aux USA, , l'âme aurait un poids infime, un patient consentant, aurait été pesé qq secondes avant sa mort et pesé juste APRES

  • Par mado83@free.fr - 10/10/2014 - 12:14 - Signaler un abus suite

    il était plus léger en.. milligrame. Cela prouverait que "l'âme" a un poids physique dans l'Univers.. c'est très troublant car cette "énergie" pourrait se fondre dans d'autres énergies et pourquoi pas une énergie universelle.

  • Par clclo - 10/10/2014 - 16:01 - Signaler un abus voir

    André Maurois le peseur d'âme 1931

  • Par assougoudrel - 11/10/2014 - 10:44 - Signaler un abus Il y a belle lurette que

    les moines Tibétains le disent. Grâce à la méditation avant la mort, certain peuvent rester un mois intact avant de commencer à se décomposer, selon leur dires.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€