Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’étrange optimisme de Jean-Luc Mélenchon quand il s’imagine que « le FN ou les nationalistes corses rament pour lui

Dans une interview aux Echos, Jean-Luc Mélenchon a déclaré que ses objectifs "n'ont rien à voir avec ceux du FN ou des nationalistes" mais que "tous ces gens rament pour moi d'un certaine manière" et espère par là assumer le rôle de chef de fil du combat contre la "mondialisation sauvage".

Tel est pris qui croyait prendre

Publié le
L’étrange optimisme de Jean-Luc Mélenchon quand il s’imagine que « le FN ou les nationalistes corses rament pour lui

Atlantico :  Dans une interview donnée aux Echos, Jean Luc Mélenchon a déclaré "La ligne politique et mes objectifs n'ont rien à voir avec ceux du FN ou des nationalistes. Mais tous ces gens rament pour moi d'une certaine manière, en contribuant à la construction d'un champ culturel où nos mots d'ordre - l'Europe ne protège pas les Français mais les menace - sont en train de devenir dominants. ". En constatant que les nationalistes ont remporté les élections en Corse, que le FN est parvenu à se hisser au second tour de la présidentielle, ne peut-on pas considérer que Jean Luc Mélenchon renverse les rôles ?

La France Insoumise n'est-elle pas en train de "ramer", comme le dit le leader de la FI, pour les autres plutôt que l'inverse ?

Olivier Gracia : Jean-Luc Mélenchon aimerait être le porte-parole des grands oubliés de l’élection d’Emmanuel Macron. Gonflé d’orgueil depuis son score à l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon croit en ses chances… Il reconnait cependant une première défaite, celle de la rue, qui a été insuffisamment mobilisée lors des premières réformes du Président. Si l’appareil démocratique lui a fait défaut, à quelques points seulement du seuil du second tour, il mise aujourd’hui sur une réaction populaire pour tenir en échec les promesses libérales du Président Macron. Le véritable gagnant de l’éclatement de l’échiquier politique traditionnel aussi soudain qu’inattendu, c’est bien Emmanuel Macron qui tient chacune de ses promesses électorales, sans craindre l’opposition légale des institutions comme l’opposition réelle de la rue. L’effondrement de la gauche socialiste, la lente reconstruction de la droite républicaine et le silence du Front National, profitent à la France Insoumise, qui parvient à porter sa voix dans le débat, tant par la férocité de son discours que par ses coups d’éclat. Mais pour combien de temps encore ? 

En déclarant : « La ligne politique et mes objectifs n'ont rien à voir avec ceux du FN ou des nationalistes. Mais tous ces gens rament pour moi d'une certaine manière », Jean-Luc Mélenchon concède paradoxalement un lien de filiation entre les ambitions anti-européennes du Front National et les siennes. Il espère ainsi assumer le rôle de chef de file de ces idées, comme porte-parole sain d’un combat contre la « mondialisation sauvage » et le libéralisme effréné d’une Europe du grand capital. Les années 30, qui sont assez similaires à la période que nous traversons, démontrent au contraire que ce sont bien les mouvements nationalistes qui ont fini par prendre le dessus sur les partis communistes en dérobant le vote des ouvriers et des petits fonctionnaires, tout en bâtissant leur idéologie contre le système et ses élites, politiques comme financières. 

Ne peut-on pas également faire un parallèle avec les Etats Unis, en considérant que l'élection de Donald Trump a également pu être rendue possible par l'émergence de Bernie Sanders ? Le simple constat que les pays européens disposant d'une gauche radicale forte (Espagne, Grèce) sont dépourvus de partis de type Front national ne renforce-t-il pas également cette idée que le travail de sape européen que délivre Jean Luc Mélenchon pourrait ne pas lui "profiter" ?

L’élection de Donald Trump a aussi été rendue possible par une critique soutenue de l’establishment américain, aussi bien partagée par les électeurs du parti Républicain que par les supporteurs de Bernie Sanders. Le candidat Bernie Sanders a participé à la construction de l’idée qu’Hilary Clinton était la candidate du système, ce qui a évidemment permis à Donald Trump de populariser ses thèses contre l’élitisme américain. L’Espagne et la Grèce sont d’excellents modèles pour Jean-Luc Mélenchon, car ces deux pays ont la particularité d’avoir une extrême-gauche forte et une extrême-droite plutôt marginale. Néanmoins, le schéma politique français est plutôt différent avec une extrême-droite qui a su tirer profit de la crise, en cumulant des scores électoraux assez impressionnants depuis 2007-2008. La chance historique de la France Insoumise est l’effondrement, sûrement temporaire, du Front National qui est assailli par ses plus fidèles lieutenants. Le tour de force de Jean-Luc Mélenchon serait alors de s’emparer de la base populaire du Front National, celle qui a progressivement délaissé l’extrême gauche et le Parti Communiste Français pour nourrir les rangs de l’extrême-droite.  Néanmoins, la France insoumise est aussi divisée idéologiquement que le Front National avec des députés et des militants en constante rébellion et réaction avec la ligne républicaine et jacobine du parti à l’instar de Danielle Obono qui s’était prononcée en faveur des « stages racisés, en non-mixité » du syndicat d’enseignants Sud 93. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Djib - 13/12/2017 - 09:58 - Signaler un abus Et maintenant qu'il est prisonnier de son électorat,

    Mélenchon rame pour les voilées, la "diversité", les "indigènes de la république", les antisémites à la condition qu'ils soient musulmans, les banlieues. Triste fin.

  • Par Anguerrand - 13/12/2017 - 15:31 - Signaler un abus Le degagisme c'est aussi pour lui et MLP

    Ces deux la sont dans des situations assez comparables et devraient dégager tout simplement. Melenchon etait a la LCR Parti Trotskiste, laissez la place aux jeunes. La France a besoin d'oublier Le communisme sous toutes ses formes y compris le socialisme qui a fait tant de dégâts dans le monde et ruiné tant d'économies y compris celle de la France.

  • Par assougoudrel - 13/12/2017 - 16:22 - Signaler un abus Est-ce grave, docteur?

    Sur la photo, Mélenchon se plaint d'un mal de gorge. Une angine ou une extinction de voix pour avoir trop gueulé. Le tribun muet et cela nous ferait des vacances.

  • Par Solognitude - 13/12/2017 - 23:41 - Signaler un abus depuis quand les Corses rament-ils?

    On voit bien que Mélanchon ne connait rien au pays!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Olivier Gracia

Essayiste, diplômé de Sciences Po, il a débuté sa carrière au cœur du pouvoir législatif et administratif avant de se tourner vers l'univers des start-up. Il a coécrit avec Dimitri Casali L’histoire se répète toujours deux fois (Larousse, 2017).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€