Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les entreprises doivent prendre au sérieux la protection des données

L'intelligence économique est devenue un mode de gestion et de gouvernance de l'entreprise. Cet ouvrage réfléchit sur la démarche que le chef d'entreprise peut entreprendre pour éclairer ses décisions, garder sa marge de manœuvre de compétitivité et toutes ses possibilités de développement afin de sécuriser sa pérennité. Extraits de "Gouvernance et intelligence économique en PME" de Georges Nurdin et Daniel Corfmat, aux éditions L'Harmattan 2/2

Bonnes feuilles

Publié le
Les entreprises doivent prendre au sérieux la protection des données

Traitement de l'information et renseignements

Un renseignement utile peut être obtenu de façon proactive, active, ou réactive.

Le cycle de renseignement pour l’entreprise doit s'intégrer au processus de veille stratégique sur les différents volets de l'intelligence économique : veille technologique, veille d'image, veille concurrentielle, etc.

L'intelligence économique distingue trois niveaux d'information utile au renseignement :

L'intelligence économique ne cherche pas à obtenir l'information noire. Elle se limite à l’information que l'on peut obtenir par des moyens légaux (ex : pour se protéger des problèmes de réputation, d'escroquerie, de fraude, de cybercriminalité, de propriété intellectuelle, de savoir-faire, de brevets, etc.).

Il s'agit surtout de formaliser de façon pragmatique, ou de rendre systématique, une démarche proactive de veille dans ce domaine, notamment pour l'obtention de l'information « grise ».

Les PME sont souvent très en retrait sur la construction du savoir (ex : suivi des avancées des concurrents, organisation de la veille juridique, réglementaire, lobbying, etc.).

Sécurité et protection de l'information

Trop peu d’entreprises prennent au sérieux la protection des données. Il devient impératif de disposer d’un solide processus de sauvegarde, de prévention, d’action, et de réaction aux pannes et aux attaques informatiques. Notons ici que certaines entreprises sensibles aux problématiques de reprise après incident commencent à considérer les prestations d’externalisation applicatives (Cloud computing ou autres solutions) pour optimiser le niveau de sécurité des données.

Quantité et gouvernance des données

Les données sont la base de l’information, et comme le disent souvent les anglo-saxons: "data is the oil of the 21st century". Savoir chercher et collecter l’information, la traiter et la diffuser (tout en protégeant la part de données sensibles qui doivent être protégées), constitue une tâche prioritaire de tous les acteurs économiques, et la définition même de l'intelligence économique.

Le pouvoir c'est l’information, mais à condition qu'elle soit de qualité …

La direction et les organes sociaux doivent s'appuyer sur des informations de qualité (fiables, précises, actualisées)

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Daniel Corfmat

Daniel Corfmat est le président de I'ADAE. (Association des Dirigeants & Administrateurs d'Entreprises). Il est l'auteur de nombreux livres aux éditions L'Harmattan dont "Code de gouvernance des entreprises moyennes françaises" (2014).

Voir la bio en entier

Georges Nurdin

Georges Nurdin est docteur ès sciences économiques. Administrateur de l'ADAE, il a exercé le management pendant plus de trente ans sur les 5 continents en tant que Directeur Général et Président de Conseil d'administration, après avoir été expert auprès des Nations Unies, puis directeur de Paris School of Business et chargé d'enseignement à HEC Executive Education et ESCP Europe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€