Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le diagnostic des psychopathes dès le plus jeune âge est-il réaliste ?

Selon une étude québécoise publiée dans la revue Archives of General Psychiatry, le cerveau des psychopathes serait différent.

C'est fou

Publié le
Le diagnostic des psychopathes dès le plus jeune âge est-il réaliste ?

Selon une étude québécoise, le cerveau des psychopathes serait différent. Crédit Capture d'écran

Atlantico : Selon une étude québécoise publiée dans la revue Archives of General Psychiatry, le cerveau des psychopathes serait différent : il présenterait un volume de matière grise plus faible, c'est-à-dire moins de neurones. Faut-il en conclure qu'un diagnostic des conduites psychopathes dès le plus jeune âge serait réaliste ?

Serge Bornstein : Cette étude qui vise à établir une corrélation entre le cerveau et la structure de personnalité semble répondre à des préoccupations anciennes qui ne sont plus de mise dans le cadre de la psychiatrie moderne. Bien entendu, on ne peut pas exclure, puisque le cerveau est le centre de l’intelligence et des émotions, le rôle dans le développement de la personnalité et des comportements sociaux ultérieurs. Mais il faudrait un très grand nombre de cas pour pouvoir en tirer une quelconque conclusion, et ce n’est pas de mise dans la psychiatrie actuelle, qui se veut dynamique et orientée sur la réactivité sociale globale.

Un diagnostic précoce est extrêmement variable. C’est d’ailleurs valable pour toute la médecine et la psychiatrie. Mais plus le diagnostic est précoce, plus les perspectives de stabilisation ou de guérison sont importantes.

L’étude des antécédents, de la réactivité, avec des tests de personnalité (comme le test de Rorschach ou les TAT  -Thematic Apperception Test) sont tant d’examens psychiatriques  qui vont permettre d’affiner le diagnostic. Quand il s’agit d’états confuso-déficitaires, les perspectives d’amélioration sont très faibles, de même quand il s’agit de psychoses chroniques. Il faut donc un psychiatre chevronné, qui maîtrise parfaitement la question. Le diagnostic ouvre des perspectives thérapeutiques qui peuvent comporter également des hospitalisations ou des internements, des prises en charges psychothérapiques le plus souvent en groupe qui permettent d’agir sur l’impulsivité et l’instabilité, le noyau de cette conduite.

Peut-on empêcher d'une quelconque manière une personne d'avoir un comportement psychopathologique ? Utilise-t-on seulement des méthodes médicales ou y en a-t-il d'autres ?

Le fait que le sujet vive dans le présent, avec avidité, sans se préoccuper des conséquences de ses actes, est un facteur de péjoration quant au pronostic. Il y a parfois quand même de bons résultats.

Il faut donner la priorité à la psychothérapie car il s’agit d’une pathologie du comportement. Il s'agit parfois de sujets intelligents, avec des capacités de maîtrise, susceptibles d’assimiler les références sociales et la loi, en discernant ce qui est permis ou pas.

On calme leur instabilité et leur incitation, souvent corollaires de leur anxiété, par des médicaments mais surtout par la psychothérapie, qui a la maturation du sujet, sa prise de conscience de ce qui est admissible ou non dans la règle du jeu social, et de savoir renforcer les interdits, ce qui lui permet d’avoir un comportement adapté.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 13/02/2013 - 10:42 - Signaler un abus le cerveau des psychopathes serait différent.

    Non c'est comme un disque dur mal formaté, ou avec des pistes défectueuses.

  • Par ISABLEUE - 13/02/2013 - 15:43 - Signaler un abus Heu M'sieur ??

    Ce ne serait pas tous ces crétins issus de cousins germains ?? ou cousins tout court. EN tout cas, il y en a un paquet. Cela doit expliquer ceci.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Bornstein

Jacques Borstein est neuropsychiatre et agréé auprès du Bureau de la Cour de Cassation.  

Il est responsable et créateur de l'enseignement du diplôme de psychiatrie légale à l' université Paris XI (Faculté de médecine Paris-Sud), et depuis 1985 de l'enseignement de la psychiatrie criminelle, de la psychiatrie pénitentiaire et de la pénologie (2000-2003) à Paris VIII.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€