Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Data centers : mais où se trouve ce fameux "nuage" où Google stocke toutes vos données ?

Auparavant stockées sur votre ordinateur, vos données personnelles sont maintenant hébergés sur la toile. La quantité astronomique d'informations diverses navigue entre les divers ordinateurs de façon presque magique. Finis les fils encombrants, au placard les disques durs virtuels. Google s'occupe de tout. Visite guidée au cœur des data centers.

Saint des saints

Publié le
Data centers : mais où se trouve ce fameux "nuage" où Google stocke toutes vos données ?

Les couleurs des tuyaux ne sont pas seulement là pour faire joli, mais aussi pour reconnaitre les différents tuyaux. Crédit Google

Au moment où vous lisez cet article, vous êtes certainement assis à un bureau devant un ordinateur, une tablette dans la main, ou un téléphone mobile dans la paume. Vous regardez des vidéos, échangez des emails, mettez en ligne des photos. Mais où sont stockées toutes ces données ?

Auparavant stockées en grande partie sur votre ordinateur, vos fichiers et vos données personnelles sont maintenant hébergés sur la toile.

A cela s'ajoute la quantité astronomique d'informations diverses et variées qui s'échangent en ligne et semblent sortir de nulle part, et naviguent entre les divers ordinateurs de façon presque magique. Finis les fils encombrants, au placard les disques durs virtuels. Google s'occupe de tout.

Et pourtant, ce procédé de stockage est bien réel et matériel. Les données échangées avec tant de fluidité sur la toile sont laborieusement entassées dans des centres qui nécessitent une quantité astronomique d'énergie. Imaginez l’électricité nécessaire pour répondre à la demande croissante sur le moteur de recherche qui indexe 20 milliards de pages par jour pour répondre à 3,3 milliards de requêtes quotidiennes et 40 000 par seconde... 425 millions d'internautes possèdent un compte sur la messagerie Gmail.

Depuis fin 2012, Google a décidé de jouer la transparence, et a ouvert au curieux les portes - virtuelles - de ses data centers bien réels. Un site dédié aux "Centres de données" permet une véritable visite virtuelle à travers de magnifiques clichés de la photographe Connie Zhou. Il est aussi possible se s'y promener via Google Street View :

Cette opération est aussi un coup de com' permettant au géant de l'Internet de médiatiser ses efforts en matière de réduction des émissions de CO2, les data centers étant des structures très polluantes et habituellement montrées du doigts comme de véritables machines à gaspiller de l'énergie. Mais on peut lire sur la page dédiée aux énergies renouvelables : "A travers des contrats à long terme avec des producteurs d’énergie renouvelable, nous investissons dans le futur pour une énergie plus propre pour tous". Mais même lors de la visite des infrastructures, l'internaute n'échappe pas aux bonnes paroles : " En moyenne, chaque kilowattheure d'électricité produit aux États-Unis consomme 9 litres d'eau. En utilisant moins d'électricité pour alimenter notre infrastructure informatique, nous économisons également l'eau douce."

6 fermes de serveurs sont implantées aux États-Unis, 3 en Europe (Dublin, St-Ghislain en Belgique et Hamina en Finlande), 1 au Chili et 3 en Asie (Hong Kong, Singapour, Taïwan).

Centre de Douglas County, Georgie. Cliquez pur agrandir

Mais que trouve-t-on à l'intérieur ?

Du monde, beaucoup de monde. De nombreux employés travaillent sur les sites, qui sont occupés 24/24h. Google nous invite a rencontrer le personnel. Le but ? Humaniser au maximum l'ambiance. "Tieg Weathers coupe un morceau de tuyau pour l'installer dans un nouveau système de refroidissement", peut-on lire sur le site, qui nous invite à rencontrer son personnel comme on fait la connaissance d'un ami.

Des câbles, beaucoup de câbles. Voilà donc où sont passés tous les fils qui ont disparu chez vous. Les câbles et les tuyaux donnent à l’endroit des allures d'exposition pop art branchées. A tel point que l'on ne soupçonne pas nécessairement le complexité de la technologie qu'ils abritent. Et pourtant, le cœur de métier de Google est de savoir customiser ses ordinateurs géants afin qu'ils fonctionnent incroyablement vite et efficacement et qu'ils soient extrêmement compacts.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Salvatore Migondis - 10/03/2013 - 16:29 - Signaler un abus Le bon sens paysan..

    1,5% du total...! Il va falloir dare-dare s'attaquer à ce problème gravissime à coup de lois, taxes, amendes, et recruter quelques dizaines de milliers de fonctionnaires pour gérer tout ça.. Tiens, ça me fait penser à une tante de mon père qui laisse les fenêtres de son appartement grand'ouvertes en hiver parce qu'il est un peu trop chauffé à son goût mais qui aurait une attaque si un membre de la familles oubliait d'éteindre sa lampe de chevet. Pour info: Les bobos socialisants du New York Times sont à l'origine de cette campagne reprise de dénigrement à tout va par une bonne partie de la presse écrite outre-Atlantique. Cible préférée..? Google bien entendu.. qui a eu surtout le tort de leur piquer des revenus publicitaires.

  • Par troiscentsalheure - 10/03/2013 - 23:38 - Signaler un abus Il y a bien pire

    Le programme stellar wind (vent stellaire) est presque achevé. Les serveurs du data center situé dans l'Utah consomme le quart des data centers de Google. Ce programme développé par l'administration américaine viole las libertés fondamentales et constitue une très grave menace pour la démocratie dans ce pays. http://www.dailymotion.com/video/xt57xo_le-programme-stellar-wind-s-t_tech#.UT0J2dZfd6E

  • Par kettle - 11/03/2013 - 02:15 - Signaler un abus N'importe quoi !

    "chaque requête sur le moteur de recherche de Google générerait 7 grammes d'émissions de carbone, et deux requêtes représenteraient donc l'équivalent de l'emprunte énergétique d'une bouilloire électrique ! Sur la base de cette étude, les 100 milliards de recherches mensuelles seraient responsables, à elles seules, de 8 400 tonnes de gaz à effet de serre émis en une année." ---- 8,4 tonnes?   7g*100B*12mois = 8.4 millions de tonnes.   0.007 kg * 100,000,000,000 * 12 = 8,400,000,000 kg

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€