Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 07 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Crash du vol MH17 : les trois scénarios techniquement possibles

Le Boeing 777-200ER de la compagnie Malaysia Airlines assurant le vol MH 17 faisant la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur s'est écrasé jeudi 17 juillet dans l'est de l'Ukraine. Un missile air-sol serait à l'origine de ce crash.

Drame aérien

Publié le
Crash du vol MH17 : les trois scénarios techniquement possibles

Il n'y a pas de survivant au crash du vol MH17. Crédit Reuters

>>> A lire également : EN DIRECT - Crash du vol MH17 : une boîte noire retrouvée, l'enquête progresse

Atlantico : Le Boeing 777-200ER de la compagnie Malaysia Airlines assurant le vol MH 17 faisant la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur s'est écrasé jeudi 17 juillet dans l'est de l'Ukraine. Il aurait vraisemblablement été touché par un missile sol-air. Pour le moment, la Russie et les séparatistes prorusses d'un côté, l'Ukraine de l'autre, s'accusent mutuellement.  Au regard des éléments que nous disposons, quels sont les différents scénarios possibles ? Peut-on parler d'un acte volontaire ?  

Jean-Vincent Brisset : Dans ce crash, nous sommes face à trois protagonistes.

Nous savons que l'armée russe et l'armée ukrainienne disposent toutes deux de ce type de missiles. Il est également possible que les rebelles pro-Russes en aient mais leur capacité à les utiliser reste à mettre en doute. Car il s'agit d'un système de plusieurs véhicules fonctionnant en réseau : le radar de l'un est le radar de l'autre.  Même si les pro-russes ont capturé quelques véhicules, il n'est pas sûr qu'ils aient tout le réseau qui va avec. Et s'ils en ont, ils n'en ont que très peu. Dans ce cas, quel est l'intérêt de tirer sur un avion en haute altitude plutôt que sur un avion qui les menace directement ?

>>> A lire également : Crash du vol MH17 : 298 morts, une enquête en cours et encore beaucoup d'interrogations

Le scénario de l'erreur de tir qui se dessine actuellement vous semble-t-il le plus probable ?

Oui. Les Ukrainiens ont déjà abattu un avion russe par erreur au cours d'un exercice en 2001. C'est le scénario qui devient le plus vraisemblable. Nous sommes dans un contexte de guerre civile dans lequel des partenaires extérieurs sont impliqués.  Et à l'intérieur même des forces ukrainiennes, il y a un certain nombre d'éléments pro-russes même s'ils sont restés fidèles au régime ukrainien. Et l'armée ukrainienne n'a pas des fonctionnements très rigoureux.

Des enregistrements provenant des services de renseignements ukrainiens ont été diffusés et accablent les séparatistes pro-russes. L'hypothèse vous parait-elle crédible ?  

Les séparatistes tirant par erreur sur un avion alors qu'ils ne savent pas de quel avion il s'agit, cela me parait peu probable. On a effectivement vu sur Twitter que les prorusses avaient capturé un véhicule avec des missiles de ce type. S'ils ont capturé un véhicule avec quatre missiles, ils ont pu vouloir l'essayer mais cela me parait difficilement envisageable de l'utiliser sur un avion que l'on ne connait pas. Car les séparatistes n'ont pas les moyens d'identifier les avions. Et puis on fait moins d'erreur avec ce qui est précieux ! Alors que pour l'armée ukrainienne et l'armée russe ce type de missiles est banal.   

Les séparatistes disposent-ils des moyens nécéssaires ?

Au meilleur des cas, les séparatistes ont des moyens dégradés. Il y a trois étages de veille dans le cadre de genre d'équipement. D'abord, un niveau de surveillance national à longue distance de tout le ciel du pays. Un autre niveau de surveillance se fait à l'échelle du régiment où se trouvent les missiles.  Le troisième étage de surveillance se fait au niveau du véhicule tireur qui a son petit radar à lui.  Un véhicule isolé peut effectivement le faire mais il faut des gens expérimentés pour cela. Le véhicule isolé des deux étages supérieurs de surveillance a des limitations relativement fortes. Il n'a pas la même portée, ni en détection, ni en tir que quand il est dans le système complet. Les séparatistes prorusses auraient pu le faire, mais cela semble très difficile.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 18/07/2014 - 21:25 - Signaler un abus Dans l'échelle du mensonge, de la désinformation,

    et du double langage, les Russes ont hérité de leur période socialiste une position indetronable! Ils auront, cependant, beaucoup de mal à expliquer que le missile sol-air est parti de la zone de l'Ukraine contrôlée par les militaires Russes, sans que les dirigeants soient informés. Et ils auront beaucoup de mal à expliquer que les spécialistes qui ont actionné la batterie de missiles, n'ont pas analyse la signature radar de l'avion, l'identifiant immanquablement comme un avion civil... Par contre, connaissant l'esprit retors et mesquin des Russes hérité du même socialisme, il est facile d'imaginer qu'ils ont voulu faire payer par l'Ukraine les sanctions occidentales (avec une nouvelle baisse de 3% de la bourse de Moscou), en lui imposant la conséquence naturelle de ce crash: l'interdiction de survol de l'Ukraine par tous les avions civils et la fin des atterrissages occidentaux à Kiev, avec, comme corollaire, la dégradation du soutien économique occidental à l'Ukraine...

  • Par Benino - 21/07/2014 - 09:03 - Signaler un abus Le scénario qui dérange...la bombe a bord.

    Ou est l'intérêt des Russes , des pro Russes ou même des Ukrainiens a ce massacre aérien ? Mais la Malaisie a intérêt, elle, a la version du missile. Ce serait désastreux pour elle que ce soit un attentat de plus. Un autre pays aurait intérêt a manipuler la vérité si c'est un attentat, une bombe dans la soute...Rappelons nous le cafouillage sur le nombre de francais a bord...Comme a son habitude Zigou Zag a dit une chose et son contraire, 4 francais puis 0 sauf 1 peut etre ? Que cache t'on ? De toutes façon les vrais experts nous diront bientôt la vérité. En attendant les clowns de l'info font des sous sur les chaînes moulinettes...Et la Pub, ça rapporte d'autant plus que le suspense dure !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Vincent Brisset

Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.

Il est l'auteur de Manuel de l'outil militaire, aux éditions Armand Colin (avril 2012)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€