Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 20 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Peut-on espérer une baisse prochaine du pétrole ?

Avec le boom de la production pétrolière aux États-Unis due principalement au pétrole de schiste, certains observateurs pensent que le prix du pétrole pourrait se retourner. Erreur, car le marché du pétrole n’est pas un marché comme les autres.

Cartel

Publié le

Avec l’augmentation de la production pétrolière aux États-Unis due principalement au pétrole de schiste, certains observateurs pensent que le prix du pétrole pourrait se retourner. C’est une erreur car le marché du pétrole n’est pas un marché comme les autres : l’absence d’élasticité de la demande au prix, la présence d’un cartel (l’OPEP) et les différences de coût d’extraction en font un marché particulier.

La demande de pétrole en fonction des prix est inélastique

C'est-à-dire qu’une hausse des prix du pétrole n’entraîne pas de baisse de la demande. Ces dernières années, la demande a même augmenté corrélativement au prix.

Ainsi, alors que le prix moyen du Brent (pétrole de Mer du Nord) a atteint un record de 112 dollars en 2011 contre 79 dollars en 2010, la demande est passée de 87,4 millions en 2010 à 90 millions de barils par jour en 2011. Malgré la hausse des prix, le taux de croissance de la demande s’élève à 4% par an contre une moyenne de 1,4% de 1983 à 2000 lorsque le prix était autour de 20 dollars.

Dans la décennie 1990-2000, le monde consommait chaque jour 1 million de barils de plus qu’un an auparavant, désormais ce chiffre est passé à 3,3 millions de barils. Pour que l’augmentation de la production de pétrole des États-Unis fasse baisser le prix, il faudrait qu’elle permette à l’offre mondiale d’augmenter plus vite que la demande. Dans les conditions actuelles d’exploitation du pétrole de schiste, c’est peu probable : une bonne partie des réserves reste encore techniquement inexploitable.

Le marché pétrolier n’est pas un marché concurrentiel

Le marché pétrolier n’est pas un marché concurrentiel car il existe un cartel : l’OPEP. En 2011, l’offre mondiale de pétrole a atteint plus de 90 millions de barils par jour contre 85,2 millions en 2010. La production de l’OPEP représente 40% de la production soit 26,2 millions de barils par jour (quotas: 24,84 millions et 26,2 avec dépassement) et la capacité de production de l’OPEP est estimée à 35,45 millions de barils par jour. La raison d’être d’un cartel est d’agir sur les prix et l’OPEP agit sur les prix du pétrole en ajustant ses quotas de production, de sorte que l’offre égale tout juste la demande, ce qui engendre des tensions sur les prix.

Or actuellement, les pays du Golfe (principaux producteurs de pétrole de l’OPEP) ont besoin de dégager des excédents budgétaires énormes car, avec le « printemps arabes », ils ont multiplié les dépenses à caractère social : l’Arabie Saoudite aurait augmenté ses dépenses de 130 milliards de dollars pour l’éducation, la santé et les affaires sociales. Dans ce contexte, peut-on penser sérieusement que les équilibres budgétaires des pays du Golfe pourraient supporter durablement une forte baisse du prix du pétrole ? Probablement non, donc si une hausse de l’offre de pétrole des États-Unis entraînait une baisse du prix du pétrole, l’OPEP baisserait ses quotas de production pour faire remonter le prix.

Le coût de fabrication du pétrole varie en fonction de l’endroit où on le puise

Le pétrole n’est pas un produit standard et son coût de fabrication varie en fonction de l’endroit où on le puise. Alors que dans une industrie standard, les coûts de fabrication ont tendance à baisser avec le progrès technique - entraînant mécaniquement une baisse des prix -, dans l’industrie pétrolière, les coûts de production (coûts d’extraction) augmentent avec le progrès technique, car les compagnies pétrolières mettent en production des gisements dans des zones de plus en plus difficiles d’accès. Or, pour exploiter ces gisements au coût d’extraction élevé, les compagnies nécessitent un prix du pétrole suffisamment élevé pour réaliser un profit (c'est-à-dire supérieur au coût d’extraction).

Aujourd’hui, avec un prix du pétrole supérieur à 120 dollars, les pétroles de schiste américains deviennent rentables mais une hausse de l’offre ne pourrait pas faire baisser le prix plus bas que le coût d’extraction de ces pétroles, faute de quoi ils ne seraient plus rentables. Force est de constater que pour continuer sa progression, le pétrole de schiste américain a besoin d’un prix élevé du pétrole. L’augmentation des coûts d’extraction agit donc comme un « stabilisateur » du prix du pétrole.

En résumé, les fondamentaux poussent le prix du pétrole à la hausse avec une augmentation de la demande et une offre qui s’ajuste volontairement à cette demande grâce aux quotas de production de l’OPEP. A cela, il faut ajouter l’augmentation des coûts d’extraction qui agissent comme des « stabilisateurs » du prix. Dans ce contexte, pour qu’une hausse de l’offre de pétrole fasse baisser les prix, il faudrait trouver des « super gisements » qui combinent à la fois d’énormes réserves et un coût d’extraction faible : ces gisements existent, malheureusement ils ont déjà été découverts !

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par JO94 - 15/04/2012 - 13:16 - Signaler un abus faut voir la courbe de LAFFER

    Le marché pétrolier est un marché comme les autres même s'il y a un quartel, auquel la Russie n'appartient pas. En 2000 le barril a baissé de 60 à 20 dollars à cause de la crise monétaire en asie et la Russie qui a abreuvé le marché de surproductions de pétrole. Les Chinois sont entrain de faire baisser les prix du pétrole iranien. Faut arrêter de nous prendre pour des billes. Les bulles spéculatives chinoises et indiennes vont exploser avec l'amoncellement de créances irrécouvrables et même les koweitiens voudraient un barril à 80 dollars comm prix psyschologique! Donc la Russie aura moins de client pour payer ses dettes et devra innonder le marché de sa production au détriment du quartel. Les prix devraient baisser à 60 dollars. Pas besoin d'avoir fait l'IFP pour comprendre

  • Par Roccodu92 - 15/04/2012 - 19:30 - Signaler un abus Pour ne pas mourrir inculte :

    voici les chiffres: lorsque l'on achète 1 Litre de sans plomb 95 à 1,65 € vous donnez directement à l'état 0,64€/L + la TVA de 19,6% qui s'ajoute soit 0,20€/L = au total vous donnez à l'état 0,84€/L soit 42€ pour un plein de 50 litres... 30 milliards d'€uros de recette par an pour l'état. pour TOTAL les bénéfices ont été de 12 milliards d'€uros en 2011...

  • Par texarkana - 15/04/2012 - 21:01 - Signaler un abus Roccodu92

    Le pétrole est l'énergie la plus polluante, il est logique qu'elle soit surtaxée,ce n'est pas çà qui m'inquiéte mais l'usage inconsidéré que fait ensuite l'Etat de cette manne (allocs diverses et variées, subventionnite aigue, aide à tous les pays en développement de la Planète voire d'au delà, "éléphants blancs", comités théodule + ou - bidons, etc..)

  • Par didier95 - 16/04/2012 - 00:48 - Signaler un abus Un discours d'expert.

    On sait ce que ca vaut. SI ca se trouve, le baril sera a 80 $ dans 6 mois : chute de la croissance en Chine, besoins de la Russie d'inonder le marché, fin des tensions avec l'Iran ... L'Opep peut baisser sa production, mais pas tant que ca : tous les pays membres ont un besoin vital d'argent, et ne peuvent pas se permettre de voir leurs recettes baisser

  • Par adieux - 16/04/2012 - 01:53 - Signaler un abus pas de fatigue

    le petrole est une matière première comme les autres payer en dollars et comme la planche à billet tourne à plein régime... - analyse d'un non diplomés et qui coute rien en conseil de gestion de placement, merci à moi.

  • Par yt75 - 16/04/2012 - 09:33 - Signaler un abus Pétrole, pic de production

    "le boom de la production pétrolière aux États-Unis" Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire .... Pour information, les Etats-Unis ont passé leur pic de production en 1971, et ça n'est pas la légère augmentation de production dans le Dakota du Nord qui va y changer grand chose. Voir par exemple : http://www.theoildrum.com/node/8697 (figure 16 en particulier) ou : http://www.theoildrum.com/node/9106 Pour un survol des perspectives actuelles. La vérité est que nous sommes aujourd'hui autour du "pic" de production (maximum de flux, de débit, de barils extrait par jour mois ou années selon l'unité temporelle choisie, et maximum qui peut être plus un plateau qu'un pic), et que comme en 2008 quand la demande atteint le maximum de production actuelle, le prix explose sans que la "production" suive. Après cela ne veut pas dire que le prix ne va pas baisser, un prix trop important entrainant de la "demand destruction", ou autrement dit récession. Voir par exemple : http://tribune-pic-petrolier.org/wp-content/uploads/2012/03/Murray12oil.pdf

  • Par yt75 - 16/04/2012 - 09:35 - Signaler un abus Pétrole, pic de production

    Et à propos de pétrole et du pic de production, à signaler une tribune/"appel aux candidats" publiée jeudi 22 mars sur lemonde.fr, intitulée 'mobiliser la société face au pic pétrolier" Signée par : Pierre René Bauquis – Ancien Directeur Stratégie et Planification du groupe Total Yves Cochet – Député Européen, ancien Ministre de l’environnement Jean-Marc Jancovici – Ingénieur consultant, Président de The Shift Project Jean Laherrère – Président ASPO France, ancien patron des techniques d’exploration du groupe Total Yves Mathieu – Ancien chef du projet Ressources pétrolières mondiales à l’Institut Français du Pétrole Texte de la tribune et possibilité de se joindre à l'appel en ligne ci-dessous : http://tribune-pic-petrolier.org/ Sujet important s'il en est un, et vraiment temps de se réveiller, ne pas hésiter à signer et relayer. Attn atlantico : PR Bauquis, Jean Laherrère, JL Wingert sont disponibles pour répondre à toute question, donner des précisions.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thomas Porcher

Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.

Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits matins, octobre 2016) co-écrit avec Frédéric Farah. 

Il est également l'auteur de TAFTA : l'accord du plus fort (Max Milo Editions, octobre 2014) ; Le mirage du gaz de schiste (Max Milo Editions, mai 2013).

Il a coordonné l’ouvrage collectif Regards sur un XXI siècle en mouvement (Ellipses, aout 2012) préfacé par Jacques Attali.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€