Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Aucun lien entre immigration et délinquance ? Une France peu généreuse avec ses immigrés ? Radiographie de quelques clichés “bien pensants” à la peau dure

A l’aide du journaliste John Paul Lepers, Gilles Cayatte et Christophe Nick s’attaquent dans deux documentaires diffusés sur France 2, "L’Enquête qui dérange" puis "La Fabrique du préjugé", à déconstruire l'idée, fausse selon eux, qu'immigration et délinquance seraient liées en France.

Au rapport

Publié le
Aucun lien entre immigration et délinquance ? Une France peu généreuse avec ses immigrés ? Radiographie de quelques clichés “bien pensants” à la peau dure

Les immigrés sont sur-représentés dans la délinquance. Crédit Reuters

Atlantico : Selon un rapport Eurostat, être immigré en France, c'est avoir plus d'une chance sur deux d'être pauvre. En effet, 55,8% des étrangers non-communautaires âgés de plus de 18 ans étaient en risque de pauvreté ou d'exclusion sociale en 2013 en France. Dans le viseur notamment, le taux d'emploi, les revenus dont ils disposent après transferts sociaux et les caractéristiques du logement. La France est-elle si peu généreuse en termes de versement des prestations sociales avec ses populations immigrées hors Union européenne ?

Guylain Chevrier : Les prestations sociales sont les mêmes pour les Français et les étrangers, auxquels on ne fait pas un sort à part comme en Angleterre où la préférence nationale ne fait pas de problème ou en Allemagne, où on peut perdre du jour au lendemain le droit d’y résider si on n’a pas un revenu autonome indépendamment de toute prestation sociale si l’on est étranger.

En termes de versement de prestations sociales, comment s'établit réellement en France le rapport de force entre nationaux et immigrés hors UE ?

Guylain Chevrier : Aucun pays au monde ne donne plus de droits aux immigrés qu’en France : la loi impose qu’un enfant arrivant sur notre sol avec sa famille sans papier soit scolarisé sans délai ; que tout enfant étranger sans autorité parentale connue sur le territoire (mineur isolé) soit pris en charge par l‘Aide Sociale à l’Enfance au moins jusqu’à ses dix-huit ans, et pris en charge avant l’âge de 15 ans, il aura un accès par simple déclaration à la nationalité française ; qu’une famille immigrée se trouvant à la rue et ayant au moins un enfant de moins de trois ans soit immédiatement prise en charge en hôtel aux frais de la collectivité comme toute famille quelle que soit son origine ; que toute famille d’origine immigrée peut accéder au droit opposable au logement si elle dispose d’un titre de séjour selon les dispositions légales ; que toute personne immigrée résidant depuis plus de trois mois sur le territoire français en situation irrégulière bénéficie de l’Aide Médicale de l’Etat (AME) permettant l’accès aux soins ; que l’égalité de traitement est la règle pour tous dans les services publics, les services sociaux bénéficiant tout particulièrement aux populations d’origine immigrée dans une proportion supérieure à leur poids dans la populations française (CMU, RSA, aides financières, allocations familiales, allocations logements…) 

Du fait de la taille de leur famille, de la faiblesse de leurs revenus et de leur concentration dans les grandes villes, les immigrés sont plus souvent allocataires du secteur social, ce qui souligne combien ils sont bien accueillis au pays des Droits de l’homme. La France est une destination d’ailleurs très prisée.

L’un des plus sérieux problèmes reste encore dans l’ombre, c’est celui des mineurs isolés étrangers. Il existe aujourd’hui sur notre sol des milliers de mineurs isolés étrangers et il ne cesse d’en arriver, alors que l’on parle d’un taux multiplié au moins par dix en un an. Les départements qui gèrent l’Aide sociale l’enfance ont même tendance à ne plus faire presque que cela. C’est vrai spécialement depuis que Mme Taubira a initié un nouveau protocole de sélection de ces dits mineurs isolés étrangers pour savoir s’ils sont mineurs ou pas, confié à France Terre d’Asile dont on sait que le directeur prêche en faveur de la fin des frontières, en donnant à cette association d’aide aux migrants à l’action louable ainsi un rôle de juge et partie. Ce protocole a remplacé le calcul de l’âge du migrant, réalisé jusque là par une radiographie permettant de déterminer l’âge osseux, par un simple entretien. Il faut savoir qu’une large partie de ceux-ci sont des majeurs qui, lorsque par hasard à trop en faire ou à paraitre d’un âge canonique au regard de l’état de mineur, se voient déclarés majeurs, peuvent encore faire appel de la décision auprès du Juge des enfants pour obtenir d’être placés comme mineur. La prise en charge d’un jeune placé, tel un mineur isolé étranger, est de l’ordre de 150 à 280 euros par jour. Ce qui constitue un scandale qui commence à créer une situation d’exaspération chez de nombreux travailleurs sociaux dont les missions éducatives sont détournées à la faveur d’une immigration économique déguisée, ce que sait parfaitement le gouvernement qui donne sa caution à cette situation potentiellement explosive. La France est ici outrageusement généreuse… Où sont donc les chiffres officiels de ces mineurs isolés dans le calcul de la place de la France en matière de dépenses sociales ?

Un taux élevé de pauvreté d'après le même rapport, comparé à celui de l'Allemagne (40,4%), du Royaume-Uni (34,9%), des Pays-Bas (35,4%), ou de l'Italie (46,7%). La France est ainsi 18ème sur les 21 pays de l'UE. Les seuls pays à faire moins bien sont l'Espagne (59,5%), la Belgique (68,4%), et la Grèce (72,1%). Un des biais de ce rapport est-il de nier la nature même de l'immigration en fonction des pays de destination ?

Guylain Chevrier : Mais de quoi parle-t-on et comment compare-t-on ? Le salaire médian sert à calculer le taux de pauvreté en France, il est calculé avec un SMIC plus élevé qu’en Allemagne où il n’existait d’ailleurs pas jusqu’il y a peu, un smic protecteur plus élevé que dans la plupart des pays européens pour ceux qui en ont un.

L’immigration fait partie majoritairement des populations populaires de notre pays et plus peut-être que les autres, parce qu’elle est d’abord une immigration familiale, qui ne vient pas en ayant au préalable trouvé un travail comme cela est exigée en Allemagne par exemple. Nous sommes le troisième pays au monde pour les demandeurs d’asile (2013) derrière l’Allemagne, particulièrement touché du fait de sa situation géographique par les réfugiés qui affluent de pays connaissant la guerre et les Etats-Unis. Tout d’abord, il faut constater que nous assistons à une hausse continue du nombre de demandeurs avec une augmentation de plus de 100 %, car ils étaient 29.387 (plus 6133 réexamens) en 2007 pour être 60.095 en 2013 (plus 5799 réexamens), et la hausse continue. Sans compter que ces demandeurs sont pris en charge le temps de l’étude de leur dossier qui est évalué de 600 jours à deux ans en moyenne, aux frais des pouvoirs publics. Mais surtout, sur l’ensemble des décisions prises, 13 % sont favorables (5965), une majeure partie des autres qui sont déboutés demeurent sur le sol français, alimentant une situation de précarité et de pauvreté qui pèse dans cette analyse globale.

Le maintien de la diversité des différentes catégories sociales sur un même territoire, les milliards dépensés pour la politiques de la ville des années dans ce sens, alors que les populations d’origine immigrée font partie majoritairement des couches populaires et sont donc particulièrement concernées par cette politique, n’apparaissent nulle part dans l’évaluation de ce taux de pauvreté. Cela serait pourtant important au regard de pays qui pratiquent le multiculturalisme et laisse les communautés gérer les problèmes économiques et sociaux qui s’y réfèrent, faisant écran à une évaluation rigoureuse prenant cette complexité en compte.

Les critères d’intégration de pays qui favorisent la séparation communautaire et prédestinent tout migrant à rejoindre une communauté identitaire et à ne pas ou peu se mélanger, n’ont rien à voir avec les enjeux d’une société comme la notre qui poursuit le but de valoriser l’individu du point de vue de l’égalité de ses droits avant ses différences et donc le mélange, et avec lui la mixité sociale et culturelle. Une ambition humaniste qui devrait être positivement remarquée et n’a pas moralement de prix mais représente un investissement à haute valeur ajoutée.

Un rapport qui pointe la mauvaise intégration sociale des immigrés hors UE en France. Sur ce plan, avec des programmes d'apprentissage culturels et de la langue, ainsi que des ponts en direction du monde professionnel, les pays nordiques font figure de modèles. Une fois encore, ce rapport nie-t-il les questions pourtant essentielles du volume de l'immigration, ces spécificités culturelles ou historiques ?

Guylain Chevrier : Tout d’abord, on ne peut penser la difficile question de l’intégration en la décontextualisant pour faire dire aux chiffres ce que l‘on veut, à la façon dont en histoire on parlerait de la personnalité de Jules César sans le situer à Rome au Ier siècle avant JC ! Pour un pays de 65 millions d’habitants comme la France qui a des millions d’immigrés sur son sol, avec un apport de centaines de milliers de migrants chaque années, intégrer ne se mesure absolument pas de la même façon que quelques milliers d’immigrés arrivant dans un petit pays, même s’ils représentent plus proportionnellement à la population globale à laquelle ils se rapportent.  

D’autre part, il faut regarder l’origine de l’immigration, il se trouve que celle-ci en France est fortement marquée par l’immigration africaine, Maghreb inclus, dont la part des étrangers ayant acquis la nationalité française représente en 2013, 60739 des bénéficiaires sur un total de 97276. Il va sans dire que la question de l’intégration de ces populations demande des moyens particuliers, surtout au regard d’un accès à la langue qui est moins facile que lorsqu’une immigration d’un pays où on parle l’anglais comme l’Inde, fournit une partie importante de l’immigration d’un pays comme l’Angleterre. Le Contrat d’accueil et d’intégration en France prévoit des obligations en matière d’accès à la langue avec un volume de formation qui est déjà conséquent, mais qui mériterait d’être encore mieux soutenu pour réaliser les conditions d’une réelle unicité autour de la langue française qui est désignée à l’article 2 de notre Constitution comme le Français, seule langue commune. C’est l’un des moteurs de l’intégration, qui est la condition d’un accès aux droits, comme à la compréhension des devoirs, du sens qu’ils prennent au regard d’une citoyenneté qui prend racine dans les grandes références de notre République.

Selon le ministère de l’Intérieur, la primo-délivrance des titres de séjour progresse en 2013 représentant un total de 203 996 titres de séjour. L’immigration étudiante, deuxième source d’immigration, a augmenté de 6,4 %. Cette progression s’explique par un regain d’attractivité de la France, après l’abrogation de la circulaire du 31 mai 2011 relative à la maîtrise de l’immigration professionnelle. L’immigration professionnelle est aussi en nette augmentation (+11,4 %). Une immigration en forte progression. Une réalité qu’il faut pouvoir gérer qui, s’il elle peut représenter un apport, a aussi un coût dans un pays riches de droits comme le notre.

La France, selon le recensement de 2009, comptait 5,4 millions d’immigrés, soit l’équivalent de 8,4 % de sa population. Parmi ces immigrés, 3,7 millions étaient étrangers et 1,7 million avaient acquis la nationalité française. Si les immigrés ne représentaient qu’à peine 3 % de la population française au début du siècle dernier, le niveau actuel est dit stable depuis 1975.

Mais là commence le problème pour savoir de quoi l’on parle en matière de politique d’immigration. Tous les pays n’ont les mêmes conditions d’accès à la nationalité par exemple, la France ayant une politique de droit du sol très favorable, mais qui fait aussi écran à la façon dont on peut chiffrer l’immigration. Aussi, qu’est-ce que l’immigration ? L’immigration regroupe la population vivant en France et née à l’étranger, qu’il s’agisse d’étrangers avec un titre de séjour ou ayant acquis la nationalité française. Donc, échappe à toute analyse, les enfants de l’immigration qui sont nés sur le sol français et sont devenus Français qu’on ne considère pas comme immigrés.

Ils sont pourtant concernés fréquemment par les enjeux de l’intégration qui mobilisent des moyens considérables, ne serait-ce qu’en termes de réussite scolaire et de dispositifs d’intégration sociale et professionnelle de droit commun qui leurs profitent largement. Si on élargit la notion d’immigration à la première génération qui en est issue (dite seconde génération), qui est née sur le sol français et a acquis la nationalité, au lieu des 1,7 millions d’étrangers ayant acquis la nationalité française on arrive à un chiffre de 2.402.810 seulement sur la période de 1995 à aujourd’hui. On voit bien que l’on ne peut se fier uniquement aux chiffres officiels tels qu’ils nous sont présentés pour mesurer le niveau auquel se situe l’investissement des politiques de l‘Etat dans ce domaine.

L’analyse qui nous est apportée vise à donner une vision des flux migratoires qui les banalise pour ancrer l’idée qu’il n’y aurait de ce côté aucune question à se poser. On fait comme si l’apport de populations migrantes, marquées par le fait de venir de pays où les droits sociaux sont quasi inexistant, ayant des régimes fréquemment infréquentables ou dans le meilleur des cas peu démocratiques, venues de loin d’autres sociétés faites d’autres cultures, étaient des données, qui ne comptaient pas… Il ne suffit pas de faire de l’inclusion sociale en ne s’attachant qu’à l’insertion sociale et professionnelle, mais d’intégrer ces personnes sous toutes les dimensions de l’intégration sociale, facteur d’égalité, à moins de vouloir fabriquer une catégorie de membres de seconde classe de notre société. Mais cela implique nécessairement une politique de maîtrise et de contrôle des flux migratoires selon des exigences en dehors desquelles on ne peut que dérocher de ce but. 

Dans le prolongement de cette analyse, la stratégie européenne en matière d’immigration professionnelle va vers une instrumentalisation par le marché de l’immigration. Elle passe par une porosité des frontières sciemment organisée pour satisfaire une exploitation qui y voit un cheval de Troie pour les droits sociaux et les salaires. Les riches actionnaires ainsi que les politiques qui sont leurs gestionnaires ne font pas là dans l’altruisme. On voudrait derrière ce qui nous est proposé aller plus loin et organiser une mise en concurrence des salariés à une grande échelle en ouvrant les robinets de l’immigration économique hors UE, aboutissant à monter les salariés les uns contre les autres. Dans le contexte d’une économie de sous-emploi ce serait un facteur de crise sociale à haut risque, alors que l’immigration économique a été arrêtée depuis 1974, largement modérée pour alimenter uniquement les secteurs tendus, et essentiellement organisée sur le mode du regroupement familial.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ISABLEUE - 26/11/2014 - 11:28 - Signaler un abus c est bien de le dire : les bobos qui n'habitent pas en

    banlieue vivent dans un AUTRE MONDE... Mais il faut s'appeler Malek Boutih pour le dire, et surtout pas Eric Zemmour. De la part de la TV Pravda, il ne fallait pas s'attendre à mieux (doc que j'ai boycotté) et il va falloir s'attendre à de plus en plus de documentaires ainsi "Tout va très bien Madame la Marquise" : ils ont tellement peur du FN !!! Voilà le sujet, c'est tout.

  • Par Texas - 26/11/2014 - 12:44 - Signaler un abus A ce stade..

    ... le déni est largement outrepassé . Nous sommes passés à la manipulation psychologique des masses . Un vrai drame dont le but tactique et les conséquences politiques seront mesurés dans un très proche avenir ( toujours dans le déni et la dilution des responsabilités ) .

  • Par Fredja - 26/11/2014 - 13:23 - Signaler un abus Je suis d'accord avec les commentaires et l'article

    il n'y a qu'à voir qui sont les auteurs des crimes et délits qui pourissent le quotidien des Français. Ils sont souvent un peu bronzés, et les Français ne sont pas dupes. Malheureusement, les politiques veulent absolument faire de la propagande pour repeindre tout en rose, mais on verra bien qui passera en 2017...

  • Par Anguerrand - 26/11/2014 - 13:56 - Signaler un abus Zemmour à été condamné pour avoir dit que les prisons

    françaises étaient remplies d'africains. C'était vrai mais il est interdit de le dire. Vive la justice du mur des cons!

  • Par MONEO98 - 26/11/2014 - 15:10 - Signaler un abus ou comment faire triompher le FN

    Le soir d'un élection ou on verra la blonde triompher, les mêmes diront comment est ce possible? ils n'admettront jamais que leurs mensonges l'ont élue

  • Par Tygrys - 26/11/2014 - 16:56 - Signaler un abus « Les élites ont ... une profonde horreur de la réalité"

    Voici sur le sujet l'article le plus remarquable que j'ai lu depuis longtemps, très clair et très argumenté, merci! La stratégie des « élites » de France 2 et autres me paraît de plus en plus limpide : raconter des provocations pour 1) faire plaisir à la clientèle électorale réelle de la gauche, qui n’a plus rien à voir avec le peuple 2) faire monter le vote FN pour tous les autres

  • Par Anguerrand - 26/11/2014 - 17:08 - Signaler un abus La collusion FN- PS n'est pas nouvelle/ Tygris

    Cette collusion ne date pas d'hier, Mitterrand à partir de 81 à joué le FN à chaque occasion contre la droite. Je pense qu'actuellement cette politique, toujours en vigueur, se retourne contre le PS, en effet les déçus du PS, PC, et autres partis de gauche adhérent au FN. Il faut dire que leur programme " commun" est proche à s'y méprendre. Il suffit de lire certains adeptes du FN qui s'expriment sur ce site pour constater à quel point ces frontistes sont restés marxisants.

  • Par cloette - 26/11/2014 - 17:37 - Signaler un abus La delinquance

    La petite est liée à la communauté Rom, c'est la vérité , et c'est logique , la grande est liée aux trafics de drogue , et il y a beaucoup d'immigrés embauchés par des maffias, enfin il y a la délinquance financière ....

  • Par langue de pivert - 26/11/2014 - 19:23 - Signaler un abus Antenne 2 : la chaine publique (comme les "filles") !☺

    Ça va sans dire mais ça va mieux en le disant ! L'enquête de ce clown (celui avec un chapeau puis une casquette) - qui se croit journaliste - ne me dérange pas, ☺ ce qui me dérange c'est qu'elle soit faite par une chaine publique avec mon fric ! (enfin un peu :-) Que ce journaleux racole le micheton de gauche avec ses grosses ficelles n'est pas un problème (je suis un citoyen, je bouge pas mal, j'écoute, je vois, je lis dans ce qu'il reste de presse libre et ce reportage m'a fait bien rire tellement c'était grossier, une vraie caricature ! S. Moati est plus subtil dans sa propagande rose...mais aussi transparent dans les intentions :-) le problème c'est que j'en ai marre de payer pour les michetons de gauche (seuls capables de gober de telles sornettes !)

  • Par Phlt1 - 26/11/2014 - 19:59 - Signaler un abus Malades mentaux.!.

    J'ai vu les deux documentaire de ce Monsieur Lepers qui pensent plus à se filmer lui-même dans la fiction de sa vie que d'aller chercher la réalité.!. J'ai juste une question pour lui: à t'il vérifié la densité de la population entre Caen et Montbéliard.?. Réponse: non.!!! Simplement ahurissant de préjugés. J'aimerais aussi attirer l'attention sur le maitre de conférence, un maître de conférence qui ne sait absolument pas ce qu'est une image, et à fortiori ce qu'est sa lecture...mais qui commente de façon tandencieuse des réactions de cobaye basées sur une fausse expérience... Voilà le niveau de la télévision française: des reportages qui auraient été refusés par la BBC et autres chaines du monde dit civilisé. Ce sont ces m^mes "journalistes" et "maitres de conférence" qui crachent sur...Poutine.!. Il est totalement anormal que les deniers publics financent ce genre de reportages.

  • Par vangog - 26/11/2014 - 21:59 - Signaler un abus Ce très mauvais journalisme, issu de la mouvance Canalienne,

    est à proscrire, si la France veut rendre ses lettres de noblesse au journalisme, bien érodées depuis la gauche! Il suffit d'aller dans les prisons françaises, ou d'analyser les chiffres de délinquance des départements-ghettos de l'immigration UMPS, pour comprendre que l'immigration est source d'une plus grande délinquance, en plus de la déstructuration de la société et des menaces communautaristes qu'elle génère. La présomption de racisme contre ceux qui ne se soumettraient pas à la pensée unique colportée par ce mauvais journaleux, ne fait qu'infirmer sa thèse plus qu'hasardeuse. On peut même se demander si le but caché de ce type de manœuvre Trotskyste, n'est pas d'augmenter l'exaspération légitime des Français, afin de les inciter à voter FN? Nous voulons rassurer ce Mr Lepers! Car le FN n'a pas besoin de ses manipulations minables pour être le premier parti de France...ça donne des boutons aux aigris, n'est-ce-pas?

  • Par Boabdil - 27/11/2014 - 12:01 - Signaler un abus Les maires ...

    Ce qui m'a aussi beaucoup surpris de la part des maires, en dehors de leur déni de la réalité que leurs concitoyens leur ont rappelé à plusieurs reprises, c'est le côté ventre-mou, 'il faut que jeunesse se passe'... en particulier celui qui reçoit une boule de neige. C'est pour moi au moins de l'irrespect, un déni de son autorité, pour lui cela semble banal-normal.

  • Par Amouyal - 27/11/2014 - 14:05 - Signaler un abus Tout ces bobards

    Ne convaincront que mieux les electeurs du fn , nos elites bourgeoises sont nullissimes !

  • Par valencia77 - 27/11/2014 - 14:48 - Signaler un abus valencia77

    Le francais a tellement peurede perdre les allocation familiales et autres aides sociale qu'il ne fera rien et deviendra un pays desorganise comme tout pays africain. Notez qu'aucun pays africain ne fonctionne. Pensez un peu. Comment la Chine a demarre il y a 30 ans completemen delabre et depasse les USA maintenant? par le travail et pas l'aide sociale.

  • Par Haddock36 - 27/11/2014 - 17:12 - Signaler un abus un peuple crédule

    Le gaulois est généralement décrit comme étant un être contestataire et avide de liberté. Dans la réalité il gobbe tous les bobards dont voici quelques exemples: C'est de Gaulle et les communistes qui ont libéré la France, Louis XVI était un petit homme qui ne pensait qu'à bouffer, chasser et réparer les serrures. Le Shah d'Iran était un monstre qui mangeait des bébé tout crus pour son petit-déjeuner, les patrons roulent tous en Rolls et fument des havanes, Poutine est une émule de Staline, Benoist XVI était nazi, la preuve: il avait été dans les HJ, etc...etc...

  • Par winnie - 28/11/2014 - 08:01 - Signaler un abus eh voila !

    nous ,les " sans dents " on a comprit tout cela depuis longtemps nous on voit les djhelaba, les voilées aux super marché,dans les rues poussant des poussettes souvent volées dans les crèches , les rejetons qui font des doigts d'honneur aux gens et qui crachent aux pieds des passants. Les embrouilles systématiques pour les alloc et a la sécu , les nuits de ramadan où c'est le bordel toute la nuit et où les flics ne bougent pas etc...Ca fait 30 ans qu'on nous prend pour des cons ,alors la prochaine fois aux urnes ce sera FN

  • Par pguillermo - 28/11/2014 - 10:21 - Signaler un abus Mais tout le monde s'en fout des clichés !

    Y a que la Nomenklatura et les journaleux qui y croient aux clichés. C'est pas les clichés qui nous intéressent mais la réalité !! Ce dont parle un peu l'article d'ailleurs. En fait on donne bien plus aux immigrés en France. On veut savoir qui sont les responsables pour les éliminer de la scène politique une fois pour toute.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guylain Chevrier

Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.

Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.

Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL
 
L’Harmattan, Sous la direction de Guylain Chevrier, Les Ecrits de BUC Ressources SOCIOLOGIE TRAVAIL SOCIAL, juillet 2017, 270 pages.

Voir la bio en entier

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€