Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Arabie saoudite : ce que révèle la réapparition du prince héritier MBS aux côtés de Poutine pour l’ouverture de la Coupe du monde 2018

La présence remarquée de Mohammed ben Salman aux côtés du président russe vient confirmer une inflexion géopolitique et permet également de transmettre plusieurs messages.

Duo de choc

Publié le
Arabie saoudite : ce que révèle la réapparition du prince héritier MBS aux côtés de Poutine pour l’ouverture de la Coupe du monde 2018

 Crédit Bryan R. Smith / AFP

Atlantico : Le coup d’envoi de la coupe du monde en Russie a été l’occasion, pour Mohammed ben Salman, de faire sa première apparition publique depuis près de deux mois, et ce malgré les inquiétudes qui entouraient son état de santé. Comment interpréter cette apparition publique aux côtés de Vladimir Poutine?

Roland Lombardi : Comme les Jeux Olympiques, la Coupe du Monde de football a toujours été un évènement politique. Hier soir, en l’occurrence, le lancement de celle-ci à Moscou, avec le match d’ouverture, où la Sbornaya (l’équipe nationale russe) affrontait les Faucons (l’équipe saoudienne), peut en être, une nouvelle fois, l’illustration.

Les relations entre la Russie et le royaume saoudien ont toujours été compliquées. Adversaires géostratégiques au Moyen-Orient depuis des décennies, Riyad a toutefois dû revoir son antagonisme historique avec Moscou. Affaiblis économiquement et politiquement, puis face à leurs fiascos dans la région et surtout, au rôle de plus en plus incontournable de la Russie (notamment en Syrie), les Saoudiens ont été forcés d’aller à Canossa. J’avais même prédit ce processus dès décembre 2015[1]. Depuis lors, les relations entre les deux pays se sont grandement réchauffées. Le roi Salmane, le père de Mohammed ben Salmane (MBS), s’est rendu en Russie (visite historique) à l’automne 2017. Moscou et Riyad se sont également mis d’accord sur les cours du pétrole pour les faire remonter et enfin, en Syrie, les Saoudiens aident dorénavant les Russes à trouver une solution politique, tout en ayant accepté le maintien d’Assad au pouvoir.

Ainsi, la présence remarquée de MBS aux côtés de Poutine hier soir, dans la tribune présidentielle, vient confirmer cette inflexion géopolitique. Mais elle permet également de transmettre des messages. Pour MBS, les messages sont multiples. D’abord, il assure à la planète qu’il est toujours vivant et en bonne santé (suite à la rumeur que nous évoquerons plus loin). A ses opposants internes comme externes, en s’affichant avec le Tsar russe, il signifie qu’il n’est pas exclusivement le « jouet » de Washington et qu’en cas de besoin (comme Assad, qui sait ?), il pourrait éventuellement compter (comme le régime de Damas) sur le soutien, la fidélité et surtout la puissance russe.

Pour Poutine, outre déjà le fait qu’il a réussi à accueillir l’organisation d’un des plus grands évènements sportifs et médiatiques de la planète, il démontre encore une fois que, lui, parle à tout le monde et qu’il n’est pas aussi isolé que certains l’affirment. Mais le maître du Kremlin adresse peut-être aussi un message à ses « alliés » iraniens (dont la trop grande influence au Moyen-orient et en Asie centrale le gêne plus qu’on ne le pense). Ceci, peut donc, en définitive, corroborer le réajustement récent de son partenariat avec l’Iran, que j’évoquais récemment dans vos colonnes[2].

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 15/06/2018 - 11:40 - Signaler un abus Tiens

    Où était donc Raufer? Carton rouge? Non non, sur le banc des remplaçants! Ben oui! Atlantico a beaucoup appris de Merdane ( vous savez: "le goût du linge ben blanc n'empêche pas de laver la merde" - le journal de Kahn pas celui du Sofitel , non celui qui trousse les domestiques) Merdane a toujours raison - comme Lombardi d'ailleurs- . Son secret: dire une chose et son contraire y compris dans le même numéro! Y a tjs un article qui aura prévu! Lombardi assortit son dernier § de 4 Si ...y aura bien une des hypothèses à sortir de la boite! En attendant , la prochaine fois, plutôt que Raufer, envoyez nous Hercule Poirot !

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 15/06/2018 - 14:54 - Signaler un abus beaucoup d´imprécision sur le

    beaucoup d´imprécision sur le deal avec Trump qui ńa rien à voir avec le Salaphisme, mais avec le choix des USA de soutenir MBS contre ĺ'Iran, moyenant un achat de 400 milliards de dollars et un baril supérieur à 45 dollars. Pour ce qui concerne la visite en Russie, elle montre surtout le rapprochement entre les USA et la Russie car il n'y serait jamais allé sans l'aval de Trump.

  • Par ISABLEUE - 15/06/2018 - 16:04 - Signaler un abus tant mieux que MBS soit encore en vie !!!

    son absence était inquiétante pour les rêveurs d'ouverture dont je fais partie....

  • Par cagnotte - 18/06/2018 - 18:37 - Signaler un abus Ils se ressemblent tous sous leur keffieh!

    Si ce n'est toi ,c'est donc ton frère?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Lombardi

Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste chez JFC-Conseil. Il est par ailleurs docteur en histoire et chercheur associé à l'IREMAM, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix-Marseille Université, également membre actif de l’association Euromed-IHEDN.

Il est spécialiste des relations internationales, particulièrement de la région du Maghreb et du Moyen-Orient, ainsi que des problématiques de géopolitique, de sécurité et de défense.

Sur Twitter @rlombardi2014

Sur Facebook 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€