Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Accord de gouvernement CDU/SPD : l’Allemagne refuse une nouvelle fois une assurance maladie universelle

En Allemagne, l’accord de gouvernement signé entre la CDU et le SPD refuse la création d’une assurance maladie universelle. En revanche, les cotisations sociales payées par les employeurs devraient augmenter pour financer les difficultés d’accès aux soins.

Angela Merkel

Publié le
Accord de gouvernement CDU/SPD : l’Allemagne refuse une nouvelle fois une assurance maladie universelle

L’Allemagne est toujours sans gouvernement à ce jour, mais une issue est possible: un accord entre le SPD et la CDU d’Angela Merkel pourrait permettre de débloquer la situation. Le contenu de cet accord de près d’une trentaine de pages mérite quelques remarques.

L’Allemagne en plein excédent budgétaire

Petit rappel: l’Allemagne se gorge d’excédents budgétaires qui paraissent quasi-utopiques en France. Pour 2017, cet excédent devrait frôler les 40 milliards €, soit plus de 1% du PIB.

Malgré cette impressionnante prospérité, l’accord de gouvernement prévoit le maintien de la règle d’or, qui exclut tout déficit public structurel. 

L’accord de gouvernement confirme cette stratégie. Il prévoit en outre des baisses d’impôts pour les classes moyennes et supérieures. 

L’Allemagne refuse une assurance maladie universelle

Le SPD avait proposé la mise en place d’une assurance maladie universelle sur le modèle inventé par la France (et approfondi par Marisol Touraine) sous la forme d’une « assurance-maladie citoyenne ». L’accord de gouvernement écarte cette perspective. L’Allemagne continuera donc à bénéficier d’une sécurité sociale contributive (ou bismarckienne, c’est-à-dire réservée aux seuls cotisants) accessible à partir de 450€ de revenus mensuels environ, et excluant les plus hauts revenus. Cette sécurité sociale, qui repose sur le principe de concurrence entre les caisses primaires, reste fondée sur la cotisation et ne devient pas un système solidaire. 

Hausse des cotisations sociales payées par les employeurs

Angela Merkel a toutefois concédé une mesure à caractère social au SPD: les cotisations employeurs, fixées à moins de 20%, devraient augmenter pour financer une partie de l’accès aux soins. Il reste à voir quelles sera la part de cet effort. 

On se souvient ici que l’Allemagne a creuse le différentiel de compétitivité avec la France en baissant ses cotisations patronales à l’occasion des lois Hartz.  

Le flou sur la réforme de l’euro

Concernant les propositions formulées par Emmanuel Macron sur l’avenir de l’Europe, l’accord de gouvernement se contente de prévoir une réforme de la zone euro sans indiquer clairement en quoi elle consistera. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 15/01/2018 - 21:27 - Signaler un abus Comparaisons

    Le tableau permet de voir que l'employeur cotise moins qu'en France (sauf sur les bas salaires) et que pour le salarié c'est à peu près équivalent Une fois qu'on a dit ça on n'est pas avancé parce que tout dépend du salaire de base et des prestations versées. A quand un comparatif précis et crédible entre les deux systèmes. Probablement jamais, trop compliqué pour un journaleux.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€