Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 14 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Abstention record : et maintenant, comment faire évoluer nos institutions pour redonner un sens démocratique et politique aux législatives

Depuis la loi organique du 15 mai 2001, les élections législatives surviennent tous les cinq ans, quelques semaines après l'élection présidentielle. Apparaissant ainsi comme une sorte de confirmation de cette dernière, de plus en plus d'électeurs s'en désintéressent.

Nouvelle règle du jeu

Publié le
Abstention record : et maintenant, comment faire évoluer nos institutions pour redonner un sens démocratique et politique aux législatives

Atlantico : En modifiant le calendrier électoral pour faire advenir les élections législatives tout de suite après l'élection présidentielle, était-il attendu que le scrutin servant à élire les parlementaires consisterait en une simple confirmation du résultat de la présidentielle ? Quelle en est la conséquence sur la vie politique française ? 

Didier Maus : Le but central de "l'inversion" du calendrier était de conforter la primauté de l'élection présidentielle, surtout avec le mandat de cinq ans et d'éviter, autant que faire se peut, les risques d'une nouvelle cohabitation.

Il était couru d'avance que l'enjeu central des élections législatives devenait la confirmation des résultats de l'élection présidentielle. Les élections législatives de 1981, après une dissolution, avait été dans ce sens. Celles de 1988 avait été moins nettes, mais la très forte majorité relative des députés PS avait quand même assuré une réelle stabilité politique, quitte à utiliser régulièrement l'article 49 alinéa 3.

 

L'expérience montre que l’argument essentiel des candidats favorables au Président élu est "Je suis le représentant local du nouveau Président de la République". Quant aux autres, ils ne peuvent ni plaider pour une cohabitation ni demander une sanction de l'action menée par le nouveau Président. Le temps du désenchantement n'est pas encore arrivé. Il suffit de jeter un coup d’œil sur les panneaux électoraux de cette année ou de lire les documents de propagande pour se rendre compte des effets réels du calendrier. On voit même, dans de nombreuses circonscriptions, des bandeaux "Le candidat officiel d'Emmanuel Macron" -ce qui est curieux du point de vue juridique- et un retour historique à la candidature officielle du Second Empire.

 

Il serait plus cohérent d'organiser les élections législatives en même temps que l'élection présidentielle. Au moins, les choses seraient claires et on éviterait les six semaines inutiles entre le second tour de la présidentielle et le second tour des législatives.

Sur le plan institutionnel, que conviendrait-il de faire afin de redonner de la cohérence aux élections législatives ?

Il faut soit les organiser avec une représentation proportionnelle intégrale, soit les prévoir à mi-mandat des cinq ans du Président de la République. Aucune de ces hypothèses n'est réaliste. Le Président élu a intérêt à favoriser l'effet majoritaire du scrutin majoritaire et à obtenir une majorité cohérente et disciplinée. Des élections législatives à mi-mandat conduiraient à être de manière quasi permanente en campagne électorale. Ce n'est pas souhaitable. 

 

On peut aussi imaginer de revenir à un mandat présidentiel de sept ans, ce qui provoquerait automatiquement des élections législatives intermédiaires, mais je vois mal un Président le proposer et les Français l'adopter.

 

Donc, il faut lancer un grand concours d'imagination sur le thème "Comment réduire le rôle du Président de la République et augmenter celui de l'Assemblée nationale?" en tenant compte du fait que les électeurs adorent l'élection directe du Président. L'hiver et le printemps 2016-2017 ont montré un exceptionnel intérêt pour toutes les péripéties (au bon sens du terme) de l'élection présidentielle et un désintérêt total pour les élections législatives. Les taux de participation sont à cet égard sans appel.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 19/06/2017 - 09:12 - Signaler un abus Élection Présidentielle couplée avec élection législative

    à la proportionnelle mixte (système allemand a vote multiple) ou proposition de Marine Le Pen (proportionnelle avec prime au vainqueur). La seconde solution a le mérite d'être simple, donnant une représentation franche au Parti majoritaire et des miettes aux autres partis. La première solution est la plus démocratique, car elle permet une représentation de tous les partis, même les plus modestes, mais elle est complexe et difficile à faire accepter par des cerveaux non allemands...la seule difficulté: si l'élection présidentielle reste majoritaire à deux tours, cela signifiera que les députés seront élus une semaine avant le Président, ce qui rétablira peut-être leur primauté...

  • Par Vincennes - 19/06/2017 - 10:31 - Signaler un abus AUCUN article sur VALLS et le "flou" qui entoure les "urnes"

    alors qu'on a l'impression de revoir la séquence "Fillon/Copé" pour laquelle les Médias en avaient fait des TONNES.......pas trop courageux la Presse dès que cela concerne ses "copains"

  • Par Babaswami - 19/06/2017 - 11:52 - Signaler un abus La seule solution

    La seule solution est de redonner le pouvoir à un premier ministre, issu de la majorité parlementaire.et de lui donner la présidence du conseil des ministres. En fait l'élection présidentielle qui n'est qu'une farce démagogique et sans débat, pourrit la vie politique française depuis 50 ans. la concentration du pouvoir, sans aucun contrôle , sur une personne - de plus en plus médiocre et vélléitaire - est la cause principale du déclin du pays.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 19/06/2017 - 13:20 - Signaler un abus Le renforcement du pouvoir

    Le renforcement du pouvoir présidentiel va de pair avec la perte de pouvoir de l'assemblée....le pouvoir réel en fait appartient aux hauts fonctionnaires.

  • Par Beredan - 19/06/2017 - 16:56 - Signaler un abus Qué les éminents constitutionnalistes nous expliquent pourquoi .

    ... le Parti communiste compte davantage de députés que le Fn ....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Didier Maus

Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-Marseille

Il est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€