Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

90% de popularité chez les Républicains : mais qui comprend vraiment le phénomène Donald Trump ?

Malgré de vivres critiques sur sa politique, le président américain affiche un niveau de popularité proche de 45%, ainsi qu'une impopularité qui a atteint son niveau le plus bas depuis avril 2017.

Deal with it

Publié le
90% de popularité chez les Républicains : mais qui comprend vraiment le phénomène Donald Trump ?

 Crédit Sean Rayford / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Atlantico : Dans un contexte pourtant extrêmement tendu relativement à la question de l'immigration et aux cas de séparations de familles, Donald Trump affiche un niveau de popularité proche de 45%, ainsi qu'une impopularité qui a atteint son niveau le plus bas depuis avril 2017 (51%- RealClearPolitics). De plus, selon un sondage Gallup datant du 18 juin dernier, Donald Trump bénéficie du soutien de 90% des électeurs républicains. Ne peut-on pas voir ici un signe flagrant du décalage existant entre les commentateurs politiques aux Etats Unis et les électeurs ?

Jean-Eric Branaa : Les sondages indiquent en effet que l’extrême nervosité autour de la problématique de l’immigration n'a pas beaucoup troublé les Américains : il n’y a eu strictement aucun mouvement ni à la hausse ni à la baisse concernant la cote de popularité du président. La côte d’impopularité, en revanche a poursuivi une décrue qui était déjà largement entamée depuis plusieurs semaines. En ce début de semaine, il n’y avait plus en effet que 51% des Américains à ne pas apprécier la politique suivie par Donald Trump.

Cela ne veut pas pour autant dire qu’il y a une grande adhésion à ce que propose Donald Trump en matière de régulation de l’immigration : un autre sondage Gallup, publié en fin de semaine dernière par le New York Times, révèle au contraire que 75% des Américains estiment que l’immigration est plutôt une chance pour le pays et qu’ils croient qu’il faut maintenir la tradition d’accueil sur laquelle le pays s’est construit. S’il n’est pas étonnant de lire dans cette enquête que 85% des démocrates pensent ainsi, on est toutefois plus surpris en découvrant qu’ils sont 65% à partager aussi cet avis dans les rangs républicains. Chacun comprend que cette main d’œuvre bon marché est absolument indispensable à l’économie du pays et que le prix de bon nombre de produits, à commencer par ceux des fruits et légumes, exploserait si le courant migratoire était effectivement stoppé.

Tout ceci étant posé, il reste tout de même un mystère Trump : pour la première fois dans l’histoire US, ce président ne connait aucune fluctuation de sa popularité en fonction des événements. Plus étonnant : il n’y a pas de baisse qui serait logique au bout de plusieurs mois de pouvoir, qui correspondrait à une lassitude pour les uns ou une impatience pour les autres. Rien de tout cela et le président des Etats-Unis garde un capital absolument intact : 90% des républicains lui restent fidèles ; en réalité, c’est presque 10% de plus qu’il y a un an, quand 80% d’entre eux disaient l’apprécier et que 96% de ceux qui avaient voté pour lui assuraient qu’ils referaient le même vote sans hésiter.

Les observateurs continuent à commenter les événements en pensant que la dramatisation va entrainer dans leur sillage une foule de mécontents : ils n’ont souvent pas compris qu’on en n’est plus là et que, pendant sa campagne, Donald Trump a fait plus que d’attirer à lui des suffrages : il a fabriqué des fans. Ceux qui le soutiennent ne démordent pas de leur choix, tout comme ceux qui le combattent le font par tous les moyens, d’ailleurs. C’est une stratégie qui a l’avantage de maintenir un état d’opposition forte entre les deux groupes et qui relance sans cesse l’attachement de la base à leur leader : à chaque fois qu’il est attaqué, ses électeurs se sentent attaqués également et se concentrent sur sa défense, principalement sur les réseaux sociaux

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par C1iD - 26/06/2018 - 10:43 - Signaler un abus Qui sait

    Peut-être le verra t on se faire réélire dans 2 ans

  • Par GP13 - 26/06/2018 - 11:12 - Signaler un abus Et si Trump était un vrai politique ?

    Il est capable d'être grossier, tonitruant, et appliqué à réaliser ce qu'il avait promis. Cela nous change des images policées des anciens dirigeants, appliqués à jouer le rôle de composition qu'ils s'imaginent que les électeurs attendent.

  • Par Septentrionale - 26/06/2018 - 11:14 - Signaler un abus Qui comprend ?

    Une chose est certaine ce n'est pas le but du prêt-à-penser-subventionné. Quand on voit la clique de la pensée beauf' de l'ex "ça va faire du bruit" sur LCP commencer à arriver sur les chaînes à diffusion continue tels les Gérard Leclerc et autre Patrick Chene...ça va tranquillement continuer de barder dans la manipulation de l'information en France.

  • Par vangog - 26/06/2018 - 11:36 - Signaler un abus Il n’y a que les médias gauchistes occidentaux et le WP et NYH..

    que Donald rend nerveux...le reste du monde regarde objectivement ses résultats, sans idéologie ni a priori, et il applaudit...

  • Par A M A - 26/06/2018 - 12:02 - Signaler un abus Un vrai américain.

    Ce n'est pas parce que les plus c..de la Presse le prennent pour un c... que c'est un c...Chez lui, il est apprécié. On aimerait avoir un Président qui défende aussi bien la France que lui ceux des Etats-Unis.

  • Par Liberte5 - 26/06/2018 - 16:23 - Signaler un abus Jean-Eric Branaa a toujours été honnête dans ses analyses..

    et celle ci montre encore une fois que D. Trump a le soutien d'une large partie de l'opinion américaine. Tout ceci malgré le matraquage médiatique anti Trump qui n'a jamais cessé. Les résultats obtenus par D. Trump sont d'une autre qualité que ceux de B. Obama. Sur le plan économique les feux sont au vert. Sur le plan extérieur, la rencontre avec Kim Jong un est un succès incroyable, qu'aucun autre président n'avait réussi. Il bouscule les accords commerciaux trop défavorables aux USA. Sur tous les fronts il intervient et remporte des succès. L'opinion, longtemps manipulée par le politiquement correct, ne peut évidemment pas se retourner immédiatement et en masse , mais peu à peu cela va se faire.Toutes les affaires montées de toute pièce par le parti démocrate et l'Etat profond se dégonflent peu à peu.

  • Par Marie-E - 26/06/2018 - 22:32 - Signaler un abus Succès de Trump

    La Cour Suprême vient de valider son décret sur l'immigration. Par ailleurs il a réagi tres vite quand il a vu qu'il allait y avoir des problèmes pour la séparation des familles... Et à ce sujet qu'a fait Obama ? RIEN

  • Par gerint - 26/06/2018 - 22:54 - Signaler un abus Trump est un phénomène

    Il faut l’admettre je crois

  • Par A M A - 27/06/2018 - 10:20 - Signaler un abus Les Américains ont l'air de

    Les Américains ont l'air de très bien comprendre Trump. Ils sont si c...ces Indiens. Tandis que nous, tellement plus intelligents, on ne le comprend pas. Cela ne va pas s'arranger, car nous prétendons augmenter notre QI avec l'immigration. Lui, il ne veut pas.

  • Par adroitetoutemaintenant - 27/06/2018 - 13:34 - Signaler un abus Et pan dans la gueule !

    Cela fait 3 ans que le Branaa se prend une claque rouge. Alors il a maintenant compris qu'il en avait encore pour 6 ans de Trump et il change de ton!

  • Par Liberte5 - 27/06/2018 - 14:15 - Signaler un abus Nouveau succès pour D Trump

    La cour suprême a validé son décret sur l’immigration. Les démocrates sont fous de rage. Les médias Français aussi. Et moi, je jouis de les voir la bave au coin des lèvres. .Comme je suis content pour les USA.

  • Par adroitetoutemaintenant - 27/06/2018 - 16:42 - Signaler un abus @Liberte5:

    Et n’oubliez pas la meilleure La Cour Suprême vient d’interdire aux syndicats de fonctionnaires américains de prélever la cotisation des salariés non syndiqués. La manne de pognon syndicaliste pour les DémoKKKrates va se réduire sérieusement !

  • Par assougoudrel - 27/06/2018 - 18:27 - Signaler un abus Il y a deux jours,J. E. Branaa

    a été interviewé sur RTL. Il a spécifié aux journalistes que Trump sera réélu haut la main pour un deuxième mandat. Ils faisaient le groin.

  • Par kelenborn - 27/06/2018 - 20:17 - Signaler un abus ouais

    On fait généralement ce que font les Ricains quelques années après! Espérons que cela n'en prendra pas plus de 4

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Eric Branaa

Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il fait partie de l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis (Eyrolles, 2015), Qui veut la peau du Parti républicain ? L’incroyable Donald Trump (Passy, 2016), et d'American Touch (Parlez-moi de vous), aux éditions de Passy (2016). Il vient de sortir "Trumpland, portrait d'une Amérique divisée" aux éditions Privat (2017).

Son prochain livre, 1968: Quand l'Amérique gronde, Privat (mai 2018).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€