Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 30 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

1,8 % pour 2016 : les 3 graphiques qui montrent que l'Europe a renoncé à la croissance et ce que ça signifie concrètement

Les prévisions de la BCE pour les 3 prochaines années peuvent faire croire à un retour triomphal de la croissance... Pourtant, ces chiffres restent très, très inférieurs au potentiel de croissance que connaissait la zone euro avant la crise.

Rêve lointain

Publié le
1,8 % pour 2016 : les 3 graphiques qui montrent que l'Europe a renoncé à la croissance et ce que ça signifie concrètement

Graphique sur la croissance / photo d'illustration. Crédit Reuters

Pour la Banque centrale européenne, la grande nouveauté de ce mois de févier aura été de produire des prévisions économiques pour les trois prochaines années, c’est-à-dire jusqu’en 2016.  Ces anticipations sont assez complètes et permettent de se faire une idée de ce qui attend les Européens pour un horizon de moyen terme.

A première vue, les commentaires sont assez plaisants car c’est le grand retour de la croissance qui s’annonce. Mais en regardant de plus près, ces chiffres représentent plutôt une source d’inquiétude supplémentaire.

En effet, en prévoyant une croissance de 1.2% en 2014, 1.5% en 2015, et 1.8% en 2016, les économistes de la BCE ne font que confirmer la dramatique situation européenne.

Bien que les dernières années aient habitué les européens au pire, et que l’accoutumance à la récession  permet de regarder toute prévision positive comme un miracle, ces chiffres n’en restent pas moins exécrables.  Depuis la naissance de l’euro, la zone progressait à un rythme d’une constance admirable, de l’ordre de 4.3% par an à prix courants, c’est-à-dire en tenant compte de l’inflation. En prenant compte les publications de la BCE sur la croissance et l’inflation, il est alors possible de se représenter le résultat économique à horizon 2016 :

PIB ZONE EURO (18). En millions d’euros. (Rouge) comparée à sa tendance pré-crise (Noir).

 

Cette représentation permet de comprendre que ce que prévoit la BCE n’a rien à voir avec une bonne nouvelle, car l’écart entre la croissance de la zone et son potentiel ne fait que se creuser, toujours plus. Cette situation se traduit également sur le taux de chômage de la zone euro, car selon les équipes de la BCE, le changement n’est pas pour maintenant.

Taux de Chômage zone euro en %.

 

L’autorité monétaire prévoit en effet une « amélioration », mais d’une très faible ampleur. De 11.9% aujourd’hui, le chômage européen passera à 11.4% en 2016, c’est à dire une baisse d’environ 0.25% par an. A ce rythme, il faudra presque 18 ans de plus pour revenir au taux de chômage que connaissait la zone en 2007.

De la même façon, et en raison de cette stabilité, le niveau de dette des états européens ne permet pas non plus de se forger une raison d’être optimiste. De 92.9% de dette sur PIB aujourd’hui, l’année 2016 devrait afficher un niveau 92.2%, soit une quasi-stagnation.

Dette sur PIB zone euro. En %.

 

Le constat est clair, la trop faible croissance annoncée ne permettra d’aucune manière d’améliorer la vie des Européens. Les chiffres prévus ne permettent qu’une chose : la survie. Il ne s’agit absolument pas d’en finir avec la crise mais bien d’installer cette notion de survie comme seule ambition. Car ce qui frappe l’esprit au regard de ces prévisions est bien la réaction des différentes autorités européennes.

En premier lieu, la Banque centrale européenne qui se doit de respecter son mandat à la lettre, c’est à dire de maintenir l’inflation sous un seuil de 2%. Ce mandat est respecté car l’inflation ne devrait pas dépasser les 1.7% avant 2017. Par contre, un chômage supérieur à 11%, une dette à 92% et une croissance atone, ne sont pas ses priorités. Le résultat est alors assez clair car suite à la publication de ces prévisions, le président de la BCE Mario Draghi déclarait :

« Au regard des prévisions de moyen terme pour la croissance et pour les prix, les informations et les analyses aujourd’hui disponibles confirment totalement notre décision de maintenir une politique monétaire accommodante aussi longtemps que nécessaire ». La lecture en creux de cette annonce signifie surtout qu’il n’y aucune raison d’aller plus loin selon les données actuelles, la BCE ne donne aucun soutien supplémentaire car les prévisions sont tout à fait satisfaisantes concernant l’inflation. La prévision d’un taux de chômage persistant à un niveau de 11.4% pour 2016 n’est pas une source d’inquiétude pour la BCE. Ses membres se bornent à respecter leur mandat. Mais personne ne semble remettre en cause ce mandat.

En second lieu, il est important de commenter les récentes décisions des grands partis européens en vue des élections du mois de mai prochain. Face au statut quo et à la persistance de la crise, il aurait pu être envisageable d’offrir une alternative à la politique menée au niveau supranational. Il n’en est rien. Après la décision des partis socialistes européens de désigner l’actuel président du Parlement, l’allemand Martin Schulz, comme candidat à la présidence de la Commission européenne, est venu le tour des partis de centre droit de désigner leur poulain : ce sera le Luxembourgeois Jean Claude Juncker. La présidence de la Commission européenne sera confiée à l’un ou à l’autre, mais il est tout de même important de noter que ces deux personnalités tiennent exactement la même ligne. C’est à dire que 500 millions d’Européens vont être appelés à voter pour un non choix. La Commission étant en effet détentrice de l’initiative législative.

En partant d’un constat alarmiste d’une crise qui n’en finit pas, la banque centrale européenne a répondu par l’inaction. En partant du même constat, les partis ont apporté une réponse incompréhensible, l’immobilisme total. Tout va bien. 

 

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cronos - 10/03/2014 - 07:36 - Signaler un abus l'UE...

    l'arnaque du siècle sur le dos des peuples par des politiciens corrompus...et dire qu'il y a encore des gens pour trouver ça bien..? Pitoyable...

  • Par h32 - 10/03/2014 - 08:35 - Signaler un abus Serial arnaques

    la création monétaire doit revenir aux mains du peuple et non des banques commerciales ! L'abandon de la souveraineté monétaire est source de beaucoup de nos problèmes.

  • Par gdv - 10/03/2014 - 08:46 - Signaler un abus Aux nostalgiques du Maréchal Pétain

    Et dire qu'il y a des crétins qui veulent revenir à des solutions nationalistes. Les citoyens étaient ils mieux traité dans les tranchées du la guerre de 14-18 où dans les camps en Allemagne. Voilà où pourrait nous mener les bas du front et leurs thèses nationalistes débiles. Bon, Il est vrai qu' il y aura toujours quelques retraités nostalgiques de l'ancien régime ou quelques aigris qui ne savent pas utiliser le système.

  • Par kiki08 - 10/03/2014 - 09:26 - Signaler un abus a gdv

    bas du front toi même ,il faut arrêter de regarder en arrière

  • Par Varennes - 10/03/2014 - 09:35 - Signaler un abus A GDV

    Je fais parti de ces crétins qui ( je cite ) "ne savent pas utiliser le système". Sans le vouloir, vous vous trahissez. Vous faites donc parti de ces gens intelligents qui piquent le pognon des autres. En d'autre temps, cela s'appelait du vol. Aujourd'hui, cela s'appele l'Europe A part cela , l'insulte est facile. Vous ne connaissez que cela pour répondre aux arguments de ceux qui disent que cette Europe n'est que la victoire du III Reich avec 50 ans de recul. C'est l'Europe de l'Allmagne, ce n'est plus la notre. Tous les chiffres qu'on vous assène ne vous feront pas changer d'avi, parce que vous en croquez. Mais demandez aux 6000 français qui perdent leur emploi tous les mois ce qu'ils en pensent. .Ces "crétins" vous emmer... car eux n'en croquent pas.

  • Par vangog - 10/03/2014 - 09:54 - Signaler un abus Kiki08 à raison! Car une autre politique Européenne

    est possible. L'Europe peut retrouver la route du plein-emploi et de la croissance si elle se fonde sur des accords monétaires entre pays à la souveraineté monétaire retrouvée. Mais il faut surtout retirer à ces fous dangereux, Barroso, Bolkenstein, Juncker, Chulz, Draghi, toute possibilité de nuire. En institutionnalisant le chômage et en desindustrialisant l'Europe, ces incapables ont perverti le message d'origine des fondateurs de l'Europe et se sont soumis aux diktats syndicaux et écologistes de décroissance économique et de chômage de masse. Une autre politique est possible! Encore faut- il que les électeurs ne soient pas effrayés par les conservateurs gauchistes qui ont envahi nos médias et prennent conscience qu'un vrai changement peut arriver: Une Europe recentrée sur ses objectifs de plein-emploi et de croissance, et surtout une Europe qui aura retiré tout pouvoir aux ecolo-réactionnaires, aux syndicalistes du chômage de masse, aux financiers et aux banquiers pour qui la dette est devenu la seule poule aux œufs d'or...

  • Par Benvoyons - 10/03/2014 - 09:59 - Signaler un abus Ah bon! mr Goetzmann , mais vous n'arrivez à lire que le

    problème est la France, qui pendant 2 ans a fait l'inverse de ce qu'elle aurait dû faire. Pas de réforme structurelle. Donc la BCE tient compte de l'état de la France, mais qu'elle devrait se transformer en baissant le coût de la structure d’État. Donc si la France comme cela était prévu par Sarkozy avait été transformé et bien l'ensemble de l'Europe donnerait minimum 1.7% en 2014, 2.2% en 2015, et 2.9% en 2016. Par contre si la France continu dans le chemin pris depuis 2 ans et bien les % seront plus bas que ceux donnés maintenant par la BCE 1.2% en 2014, 1.5% en 2015, et 1.8% en 2016, Sans transformation de la France 0.8% en 2014, 1% en 2015, et 1.3% en 2016. Donc arrêter de dire n'importe quoi

  • Par l'inconnu - 10/03/2014 - 10:08 - Signaler un abus Bonne fête Mr Goetzmann

    L'Europe est dans la dépression ? Si Mr Goetzmann veut bien regarder les derniers résultats du Japon, ce n'est pas mieux et cela a même l'air d'empirer. La croissance, ce n'est pas que la demande, c'est aussi une offre qui peut y répondre. Distribuer des milliards pour qu'ils restent dans les circuits financiers, cela ne sert à rien surtout si ils sont financés par l'économie réelle, cela ne fait qu'empirer les choses. Maintenant, si on prend le parti que l'on finira par annuler les dettes, c'est différent, mais alors il faut le dire. Et s'étonner dans des pays vieillissants à faible croissance démographique que la croissance est faible, c'est un manque de clairvoyance.

  • Par EOLE - 10/03/2014 - 10:26 - Signaler un abus Utopie

    Je ne suis pas persuadé que le "plein emploi" ou la "croissance", du moins au sens où nous les entendons généralement, soient des panacées. L'essentiel est d'une part la satisfaction des besoins de tous et partout pour assurer notre survie, individuelle et spécifique, d'autre part notre évolution, spécifique et individuelle. On peut entrevoir une civilisation où toute production serait automatisée, y compris certains services à la personne. Dans cette perspective l'emploi rémunéré, en fonction de quoi d'ailleurs, n'aurait plus aucun sens. Comme le farniente est une inactivité très vite lassante, il va de soi que, dans cette optique, l'humain, qui est globalement doté d'un minimum de bonne volonté, trouverait à s'employer utilement pour des valeurs non directement marchandes, pour autant que ses besoins trouvent satisfaction. Si l'on se réfère aux retraités comme aux "primitifs", bref aux personnes qui adoptent un rythme naturel, l'activité réelle, quelle qu'elle soit, serait de l'ordre de 3 à 5 heures quotidiennes...

  • Par Varennes - 10/03/2014 - 10:45 - Signaler un abus Correction de quelques hérésies

    D'abord la croissance zéro. Et oui, c'est une hérésie économique. Le club de Rome, qui l'avait préconisé, déjà, dans les années 60 est vite revenue de cette utopie. Ensuire la déchéance économique des pays à faible croissance démographique. Encore un mythe.Rien n'est inéluctable. Tout est volonté. Volonté par exemple de stopper cette décroissance démographique par une politique nataliste. Cela s'est déjà fait et cela marche très bien. Mais il faut renoncer à un autre mythe qui est celui de l'immigration, capable de combler le déficit démographique. On ne remplacera pas les petits germains par de petits turcs, les petits français par de petits arabes ( c'est pourtant ce que l'on fait depuis quelque temps).

  • Par pave777 - 10/03/2014 - 11:13 - Signaler un abus Tout est normal ?

    La croissance, c'est d'abord l'investissement, ceux qui empochent les dividendes, n'investissent plus que moins de 20% de leur pognon, le reste ? c'est in the pocket, et ça paye à peine la maintenance des installations industrielles existantes , d'où les délocalisations qui continuent au nez et à la barbe de nos politicards ! leurs discours, c'est du bluff, pour cacher leur impuissance face à la finance . Le pacte de responsabilité sera un nouvel impôt et un nouveau cadeau au capitalisme triomphant. Si on ne les met pas au garde à vous ! simple ? on crève !

  • Par Herbert French - 10/03/2014 - 11:16 - Signaler un abus Décalage

    Étant lecteur assidu de vos articles économiques et des commentaires qui s'en suivent, je remarque un décalage entre ce que soutiennent vos "experts", ce que vous défendez vous même comme thèses (N.Goetzmann étant senior chez vous) et les avis des lecteurs commentateurs dans leur ensemble. Ce décalage de plus en plus profond porte sur la compréhension de la situation économique et sociale de notre pays comme de celle de l'Europe, ainsi que sur les politiques économiques et monétaires à mener. C'est un clivage entre vous et la majorité de vos lecteurs/commentateurs qui semble ne pas vous inquiéter puisque vous continuez à produire les mêmes "experts" qui répètent les mêmes analyses et solutions, celles-là mêmes qui avaient conduit a la destruction du tissu industriel français, à la perte de notre souveraineté monétaire au profit de banquiers qui n'ont de patrie que la domination et l'argent, et à la paupérisation du pays. Si les opinions de vos lecteurs comptent si peu pour vous, alors pourquoi ne pas créer un microcosme entre vous et vos experts, lesquels devraient répondre à vos questions et commenter leurs réponses en bas de page ? Ce serait plus rigolo vous ne trouvez pas ?

  • Par helios - 10/03/2014 - 11:35 - Signaler un abus "la banque centrale européenne a répondu par l’inaction"

    pas comme la banque centrale du Japon, qui a obtenu des résultats éclatants n'est-ce pas : une dette encore plus colossale, un commerce extérieur en pleine déroute.

  • Par Sceptique - 10/03/2014 - 12:39 - Signaler un abus Conséquence logique

    Les institutions Européennes sont acquises au néolibéralisme, alors que ce n'est manifestement pas le cas de la majorité des citoyens de l'UE. Il y a donc au départ un problème de manque de démocratie au sein de l'Europe. De ce fait, au niveau des institution européennes, il n'y a aucune volonté de lutter contre les effets négatifs qu'a la mondialisation sur nos économies. En conséquence la désindustrialisation de nos pays se poursuit via les délocalisations et les pertes d'emplois que cela provoque. Résultat, nous importons de plus en plus et exportons de moins en moins, et nous appauvrissons. Alors oui, l'Europe a pour l'instant renoncé volontairement à la croissance. Maurice Allais nous avait bien prévenu des dangers de la mondialisation, et on en a confirmation. Mais rien n'est irréversible, ce qui a été fait peut être défait, ce n'est qu'une question de volonté de la part des dirigeants politiques. Si le manque de volonté persiste comme c'est le cas actuellement, cela provoquera une montée des partis populistes (déjà plus qu'amorcée), et ce ne sera pas forcément une bonne chose. Après il sera trop tard pour dire "ah, si on avait su !"...

  • Par gdv - 10/03/2014 - 13:32 - Signaler un abus @Varennes

    Eh oui, à vous entendre on sait tout de suite que vous faites partis des perdants, des gueux, des baisés...de ceux qui seront toujours du mauvais côté du manche et qui sont trop cons pour penser changer les choses....alors au lieu de se battre pour réussir, ils nous assomment avec leur aigreur...belle mentalité de frontiste.

  • Par CV - 10/03/2014 - 14:05 - Signaler un abus @gdv

    Alors faudrait savoir ? Faut se battre pour réussir ou faut connaitre le système ? Peut-etre un subtil mélange des 2 ? Qu'est-ce que la réussite ? Bref, bvous êtes bien né ou avez profité du système au détriment d'autres... Alors vos leçons de morale ...

  • Par Léa - 10/03/2014 - 14:31 - Signaler un abus @gdv

    Quant à vous, vous avez la mentalité "manger ou être mangé" des néolibéraux, qui veulent une société parfaite... pour des singes. Les humains ont d'autres paramètres, qui vous passent apparemment très au-dessus de la tête : le bien commun, le souci des autres et même des "gueux", comme vous dites. Et ce sont les autres que vous traitez de bas du front ?

  • Par opera - 10/03/2014 - 15:13 - Signaler un abus NOS Z’ ELITES SONT FATIGUEES,

    L’auteur fait une ANALYSE AU VITRIOL de nos Z’ élites et … qui plus est : IL EST DANS LE VRAI ! Quelle est leur formation ? principalement Sciences-Po et l’ENA . Or si le concours est sélectif le cursus l’est bien moins Il est là le vrai problème ; Ces jeunes gens, bourrés d’idées fumeuses et utopiques d’un autre âge forgées pendant leurs études, macèrent en vase clos dans un déni de réalité permanent mais se considèrent comme les meilleurs, , alors qu’ils ne connaissent que peu des choses de la vie réelle C’est le système des réseaux d’anciens élèves qui fait que l’on retrouve aux plus hauts postes de l’état, non pas les plus efficaces des lauréats , mais LES COPAINS de promotion ou de loges . Depuis quelques années déjà ils Trustent les postes de décisions et leur seul but est de s’y maintenir. Faut les comprendre !! N’est cette une forme de MAFFIA ETATIQUE ? Le problème est qu’ils n’ont aucune idée neuve !! A part peut être celles qu’ils piquent aux écolos, mais faut voir lesquelles !

  • Par opera - 10/03/2014 - 15:22 - Signaler un abus Nos Z'elites sont fatiguées 2

    Alors que notre pays croule sous les difficultés , on divise le peuple avec des histoires d’enfumage , soutenues par des officines de désinformation : Mariage gay , transparence, soutient à des "démocraties théocratiques », théorie du genre , semaine scolaire de 4 jours et demi, écoutes de N.S et des juges …. On divise pour cacher ses incompétences et se maintenir au pouvoir, tout en faisant passer en douce quelques lois scélérates . OUI nos z’elites sont dépassées, fatiguées, incapables et, si j’osais, je dirais néfastes Je m’excuse auprès de ceux qui dérogent au système, il y en a, mais on ne donne que rarement la parole !!

  • Par Varennes - 10/03/2014 - 15:44 - Signaler un abus A gdv

    Je vois qu'en dehors de l'insulte, vous ne croulez sur les arguments. Qui vous a dit que je suis un "frontiste".? Vous lisez dans le marc de café. L'insulte est l'argument de ceux qui n'en n'ont pas, disait Voltaire. Je suis simplement opposé aux gens qui n'ont que l'insulte comme bréviaire. Je vois que vous lisez également dans ma feuille d'impôt, puisque vous parlez à mon égard de perdant, de gueux. Quel mépris des gens que vous pensez moins à l'aise que vous. sur le plan financier. Que de mépris dans votre bouche pour le peuple de France. Les populistes comme vous les appelez. Mais, cher Monsieur, ces gueux, ils se passeront de votre considération. Ils se garderont bien de vous répondre avec le ton qui est le votre, (bien qu'ils n'en pensent pas moins). PS Je sens chez vous une certaine nostalgie de..... Staline.

  • Par lucuis - 10/03/2014 - 17:04 - Signaler un abus l'Europe en panne

    lorsque l'on sait que les prévisions de croissance sont toujours optimistes, cela fait peur. L'Union européenne est devenu un monstre administratif ingérable. J'étais moi aussi persuadé qu'une autre Europe était possible. On veut mettre tout le monde à la même norme alors que nos point forts résultent de nos différences culturelles. L'Europe politique est une aberration crée pour une minorité de technocrates qui vont s'en mettre plein les poches pendant que le peuple crèvera. L'élection européenne devrait leur mettre une sacré gifle démocratique qui devrait les tirer de leurs rêves... HOLLANDE avait pourtant vu la croissance revenir et le chômage baisser ...il faut dire qu'il était le seul....

  • Par Gégé Foufou - 10/03/2014 - 17:29 - Signaler un abus En simplifiant:

    C’est à dire que 500 millions d’Européens vont être appelés à voter pour un non choix. La Commission étant en effet détentrice de l’initiative législative. Ce qui se résume par: VOTEZ DUR OU VOTEZ MOU MAIS SURTOUT VOTEZ DANS LE TROU

  • Par GL57 - 10/03/2014 - 17:36 - Signaler un abus CROISSANCE SIRÈNE OU ARLESIENNE

    Que de spécialistes qui avancent des théories fumeuses d'une reprise et même d'une croissance ................ Démographie galopante et vieillissement de la population, dimininution des ressources, réchauffement climatique, conflit en veux tu en voilà partout ou il y a un potentiel profit pour certains bien avisés ; armement, spoliation des richesses sous couvert de bonnes intentions , une europe bancale et bénéfique que pour les élites (en minuscules c'est volontaire ), du fric qui ne fait que du fric, l'argent n'est plus un moyen ( outil ) mais une fin ( but pour satisfaire l'égo ), c'est dire . Mécanisation et robotisation maximum , optimisation et compétitivité exacerbées au détriment de la qualité et de la santé, mise en place de technologies non contrôlées type nucléaire, ogm et autres douceurs très rentables pour une minorité ( toujours pour les mêmes d'ailleurs ) et tout cela sur une planète finie qui n'est pas extensible gérée par des andouilles cravatées ... Nous allons dans le mur, mais nous y sommes . Alors quand je lis certains commentaires, je me dis, on est pas sortis de la M.... bien au contraire , on accélére . Sur ce, salut à tous .

  • Par GL57 - 10/03/2014 - 17:36 - Signaler un abus CROISSANCE SIRÈNE OU ARLESIENNE

    Que de spécialistes qui avancent des théories fumeuses d'une reprise et même d'une croissance ................ Démographie galopante et vieillissement de la population, dimininution des ressources, réchauffement climatique, conflit en veux tu en voilà partout ou il y a un potentiel profit pour certains bien avisés ; armement, spoliation des richesses sous couvert de bonnes intentions , une europe bancale et bénéfique que pour les élites (en minuscules c'est volontaire ), du fric qui ne fait que du fric, l'argent n'est plus un moyen ( outil ) mais une fin ( but pour satisfaire l'égo ), c'est dire . Mécanisation et robotisation maximum , optimisation et compétitivité exacerbées au détriment de la qualité et de la santé, mise en place de technologies non contrôlées type nucléaire, ogm et autres douceurs très rentables pour une minorité ( toujours pour les mêmes d'ailleurs ) et tout cela sur une planète finie qui n'est pas extensible gérée par des andouilles cravatées ... Nous allons dans le mur, mais nous y sommes . Alors quand je lis certains commentaires, je me dis, on est pas sortis de la M.... bien au contraire , on accélére . Sur ce, salut à tous .

  • Par lucuis - 10/03/2014 - 17:39 - Signaler un abus @gdv

    La liberté d'expression est une des bases de la démocratie qui s'inscrit dans le respect des opinions des autres. Alors avant de traiter tout le monde de facho, de pétainistes parce que vous ne supportez pas que l'on puisse avoir une opinion différente de la votre, commencez par vous regardez vous même et vous verrez que vous n'êtes pas très différent de ce que vous dénoncez !

  • Par ignace - 10/03/2014 - 17:49 - Signaler un abus article interessant ainsi que l'ensemble des commentaires

    c'est rare...le forum s’améliore...rien a rajouter

  • Par gdv - 10/03/2014 - 17:56 - Signaler un abus On agite un chiffon rouge...

    C'est avec un grand plaisir que je constate la nuée de frelons frontistes se présenter en bourdonnant sur les chiffons qu'agitent les journalistes d'Atlantico. Plus con qu'un frontiste....un autre frontiste.

  • Par Gringo Nedromi - 10/03/2014 - 18:12 - Signaler un abus Il etait un patit navire...

    UE: un navire sans capitaine, sans gouvernail, au dessus duquel planent les vautours de la finance. On jette les jeunes par dessus bord par ce qu'il n'y a plus rien a bouffer, a moins qu'un jour on decide de les bouffer? L'avenir de l'UE: Soleil Vert!

  • Par Gringo Nedromi - 10/03/2014 - 18:15 - Signaler un abus GDV

    Est un petit marrant . Laissez le en paix, il n'a rien à apporter, si ce n'est la vindicte. A ciao!

  • Par Varennes - 10/03/2014 - 18:19 - Signaler un abus Et GDV

    Et Gdv continue dans l'insulte.Il est vrai qu'il n'a que ça à sa disposition. L'insulte. Alors je répète ce que disait Voltaire. L'insulte est l'argument de ceux qui n'en ont pas d'autres.. Quant aux nostalgiques du Maréchal Pétain, il est vrai qu'ils représentent une menace sérieuse pour la République.Ils ont environ 98 ans (pour ceux qui sont encore là). Cordialement

  • Par jmpbea - 10/03/2014 - 20:36 - Signaler un abus GDV.....gros débile vieillissant...

    L'Europe est une chance.... Pour les pays qui réagissent en privilégiant l'entreprise....nous en sommes encore à privilégier les bas salaires pour créer encore plus de socialistes assistés....dans le monde qui vient, la boîte à outils est rouillée , tes diatribes bouchent le trou des toilettes...ouvre les yeux et ferme ta bouche un moment, le temps de réfléchir...

  • Par fyldar jones - 10/03/2014 - 20:39 - Signaler un abus Croissance en berne durable...

    Olivier Delamarche doit jubiler, lui qui n'arrête pas de dire que ça n'ira pas pas mieux depuis 2008. Condensé sélectif de l'actualité de la semaine passée : http://fyljones.blogspot.com/2014/03/lundi-sur-terre-10-mars-2014.html

  • Par boblecler - 10/03/2014 - 21:25 - Signaler un abus gdv apprécie les commentaires nihilistes

    Avec tous ces commentaires, on a envie de se jeter dans le métro

  • Par siegfred71 - 10/03/2014 - 23:20 - Signaler un abus bien optimiste tout ca..malgre tout!!!

    europe ou pas, les technologies toujour plus avancees sont l'apparat de nos dirigeants pour faire + d'argent avec le moins d'employees .... dans le future cela veut dire + de chomeurs + de retraites qui aboutira irremediablement a des salaires se rapprochant du RSA regit par une elite. pietre avenir pour ceux qui seront en bas.

  • Par kiki08 - 11/03/2014 - 00:42 - Signaler un abus a varennes

    faut pas répondre a un m'as tu vu qui vit sur la croute des pauvres gueux ,. et des vrais travailleurs . ou a un gauchiste de la fonction publique qui fait comme le m'as tu vu . j'ai été gentil ,j'ai réécris ma réaction parce que j'avais employé des mots a vous faire tomber de cul .

  • Par kiki08 - 11/03/2014 - 00:46 - Signaler un abus il faut rester poli

    je pense qu'on as pas le droit de dire (enculé ) et (sac a merde)

  • Par perinp - 11/03/2014 - 05:04 - Signaler un abus triste

    Devant un tel constat il ne reste plus qu'au peuple a casser le joue de cette oligarchies richissime, pour regagner leur liberté perdue et s'inventer un nouvel avenir, votez donc contre l'Europe.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€