En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
07/02/2019 - 16:12
Crise politique
La France rappelle son ambassadeur en Italie après des "déclarations outrancières"

Les tensions entre la France et l’Italie viennent de franchir un nouveau cap. Après des mois de polémiques, la France a décidé de rappeler son ambassadeur en Italie pour "des consultations". Le Quai d’Orsay a officialisé cette décision dans un communiqué ce jeudi 7 février. 

"La France a fait, depuis plusieurs mois, l'objet d'accusations répétées, d'attaques sans fondement, de déclarations outrancières que chacun connaît et peut avoir à l'esprit. Cela n'a pas de précédent, justifie le ministère. Avoir des désaccords est une chose, instrumentaliser la relation à des fins électorales en est une autre."

En début de semaine, le vice-président du Conseil italien a rencontré des Gilets jaunes à Montargis dans le Loiret. Cette rencontre a été qualifiée de "nouvelle provocation" par le ministère des Affaires étrangères français. Accompagné d’Alessandro Di Batista (son bras-droit), Luigi Di Maio a notamment rencontré l’une des figures majeures des Gilets jaunes, Christophe Chalençon. Des candidats aux élections européennes de la liste RIC d’Ingrid Levavasseur étaient également présents. 

Le Quai d’Orsay avait dénoncé cette rencontre lors d’un point presse mercredi : 

"Cette nouvelle provocation n'est pas acceptable entre pays voisins et partenaires au sein de l'Union européenne".

En janvier dernier, Luigi Di Maio avait affirmé que la France n'avait jamais cessé de coloniser les pays d’Afrique. 

Le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini avait indiqué également qu’il espérait que le peuple français se libère bientôt d'un "très mauvais président" en faisant référence à Emmanuel Macron.

Depuis plusieurs mois, les dirigeants italiens et les autorités françaises se sont également opposés sur la question de l’immigration et de l’accueil des migrants. 

Matteo Salvini a joué l'apaisement et a tenté d'éteindre la polémique ce jeudi :

"Rome ne veut pas de conflit avec la France".

Dans un communiqué, il a proposé de rencontrer le président français Emmanuel Macron. Matteo Salvini souhaite "tourner la page" : 

"Je ne veux de conflit avec personne, les polémiques ne m'intéressent pas".

Publié le 07/02/2019 - 16:12
Vu sur : Euronews
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jacques brachat
- 07/02/2019 - 16:39
Les" pestiférés"
Petites chicanes france-Italie.C'estM.Macron qui a commencé en traitant en substance les membres du gouvernement italien de pestiférés(la peste populiste) parce que ceux ci n'acceptaient plus l'invasion migratoire et l'indifférence des pays limitrophes(dont la france) qui pour autant se parent de "probité candide et de lin blanc".En plus la position du président Francais est équivoque on ne sait s'il est laxiste peureux (des réactions de son peuple) La position italienne actuelle a le mérite d'être claire en matière d'immigration clandestine.