En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
La minute Tech
Peut-on vraiment stocker ses données en toute confiance sur le cloud ?
Publié le 17 février 2014
Nous stockons toujours plus de données en ligne, selon Scientific American : carnet d’adresse, agenda, e-mails, mots de passe... Comment les géants du web ont-ils fait pour rendre le "cloud" indispensable ? En quoi ces données aident-elles les agences de marketing à mieux cibler leurs clients ?
Maxime Pinard est directeur de Cyberstrategia, site d'analyse stratégique portant sur les enjeux du cyberespace et de la géopolitique en général. Il est adjoint aux formations à l'IRIS, en charge de l'enseignement à distance et de la formation "Action...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Pinard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Pinard est directeur de Cyberstrategia, site d'analyse stratégique portant sur les enjeux du cyberespace et de la géopolitique en général. Il est adjoint aux formations à l'IRIS, en charge de l'enseignement à distance et de la formation "Action...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nous stockons toujours plus de données en ligne, selon Scientific American : carnet d’adresse, agenda, e-mails, mots de passe... Comment les géants du web ont-ils fait pour rendre le "cloud" indispensable ? En quoi ces données aident-elles les agences de marketing à mieux cibler leurs clients ?

Atlantico : Le Scientific American fait état dans un récent article (voir ici) de la montée en puissance du "cloud" dans la vie de tous les jours : carnet d’adresse, agenda, e-mails, tâches à effectuer, mots de passe… tous ces outils sont regroupés sur le net, sauvegardés sur des serveurs. Comment les géants du web Apple, Google ou Microsoft ont-ils fait pour rendre le "cloud" de plus en plus incontournable ?

Maxime Pinard : Ils sont partis d’un double constat : les internautes créent de plus en plus de contenus numériques (photos, vidéos, lourds programmes…) qui nécessitent des espaces de stockage toujours plus importants. Ces mêmes internautes ont peur également qu’en raison d’une défaillance technique ou humaine (les sauvegardes ne sont pas fiables à 100%), leur vie numérique disparaisse.

Les entreprises concernées n’ont eu qu’à jouer sur l’idée qu’elles se chargeaient de protéger les données numériques des internautes, mettant en avance leur savoir-faire technique et leur réputation. Pour ce faire, elles ont au fur et à mesure intégrer dans leurs services classiques (messagerie, logiciel de gestion de fichiers pour Apple avec Itunes, etc…) des outils permettant (Gdrive pour Google, Icloud pour Apple, Skydrive pour Microsoft…) à chacun d’externaliser ces données, avec l’idée séduisante de pouvoir les consulter d’où on veut, le tout étant bien évidemment synchronisé. Le problème est que ce qui était au départ une possibilité tend à devenir un impératif pour profiter des services de ces entreprises.

Avec le système Mavericks d’Apple, il est désormais impossible de faire passer des données de son iPhone vers un ordinateur avec un câble : on doit forcément passer par le cloud… Peut-on encore aujourd’hui utiliser des appareils Apple, Samsung ou autre sans devoir nécessairement stocker ses données ailleurs ? Ces entreprises font-elles en sorte qu’il soit impossible de profiter de leurs services sans confier au "cloud" ses données ?

L’objectif à terme est clairement que les internautes stockent dans le « nuage numérique » toutes leurs informations. Il y a toujours une possibilité pour l’internaute de passer outre ce chemin guidé, mais cela nécessite du temps, une curiosité et quelques notions en informatique (impliquant parfois des modifications en profondeur du système, ce qui fait perdre la garantie), ce dont une grande partie des internautes ne veut pas entendre parler, privilégiant le côté pratique aux enjeux sécuritaires posés par cette utilisation du web.

Des entreprises comme Apple avec iOS ou Samsung avec son Androïd retravaillé cherchent à créer un écosystème numérique à même de faire croire à l’internaute qu’il est en sécurité tant qu’il utilise les services qu’elles recommandent, ce qui est tout simplement faux, aucun système n’étant sûr à 100%.

Pourquoi ces entreprises cherchent-elles à rendre le "cloud" incontournable ? Derrière l’argument de la praticité, poursuivent-elles un objectif particulier ? 

Ces entreprises fabriquent des terminaux numériques qui ne sont qu’une étape dans leur stratégie globale qui consiste à gérer l’ensemble du flux de l’information et du divertissement : créer un objet qui sera acheté par un consommateur qui l’utilisera pour créer du contenu hébergé par la société créatrice de l’objet qui en monétisera le contenu. Sans le percevoir réellement, nous stockons une mine d’informations en ligne qui sont un trésor pour les sociétés de marketing qui cherchent toujours plus à cibler le client. L’heure de connexion, le temps passé sur tel site, l’utilisation de tel appareil photo, etc, permettent de nous faire rentrer dans des « cases » et ainsi de nous proposer des « offres adaptées ». De plus, ces mêmes sociétés s’arrangent pour rendre incompatibles (ou compatibles mais avec des outils tiers) leurs services avec ceux du concurrent, d’où une dépendance du consommateur qui aura tendance à renouveler son matériel chez la même enseigne.

Le fait de confier ses données à des serveurs dont on ignore où ils se trouvent, et qui peuvent potentiellement connaître des problèmes techniques ou être piratés, devrait-il nous faire réfléchir à deux fois ? Entre les risques et les avantages, quel est le parti à prendre ?

L’affaire Snowden est un des nombreux exemples montrant qu’une confiance aveugle dans des sociétés numériques qui stockent nos informations est dangereuse pour la démocratie et notre vie privée en général. Une prise de conscience de l’importance du choix où stocker ses informations se fait jour mais elle est bridée par le manque de connaissances et l’envie des internautes pour gérer eux-mêmes leurs informations. Le stockage à domicile est pourtant désormais bien accessible avec des outils comme les NAS qui ont été simplifiés dans leurs paramétrages, mais cela a un coût et les internautes privilégient –pour l’instant du moins- des services gratuits, mais où le produit est en fin de compte l’internaute utilisateur.

En fin de compte, ce dernier doit prendre ses responsabilités dans son utilisation du web (il signe toujours numériquement un contrat qu’il ne lit que rarement) car il n’agirait pas ainsi hors du cyberespace : serait-il ainsi disposé à stocker toute sa correspondance papier, ses photocopies de comptes bancaires chez un inconnu situé à des milliers de kilomètres, sans garantie que tout ne soit lu et partager avec des tiers eux-aussi inconnus ? On peut en douter…

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
07.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Lennart
- 24/02/2014 - 06:55
C'est la base même d'un éco système
Rendre captif le consommateur, ou l'idée d'aller voir ailleurs couterait une fortune en remplacement de produits médias (musique, livres, applications, jeux, films, vidéos etc.) était la grande idée de Steve Jobs depuis des années il rongeait son frein de pouvoir disposer des technologies permettant cela. Je ne doutes pas que d'autres y pensaient aussi, l'exemple de Google le confirme mais ne nous laissons pas influencer par la tendance actuelle qui est de montrer du doigt exclusivement Google, ou pratiquement, comme étant le "seul méchant" qui pourrait laisser croire que les autres sont très vertueux.
Aujourd'hui méfions nous encore plus de ceux qui cherchent à nous faire croire qu'ils sont très vertueux, l'affaire du procès des éditeurs et iBook d'Apple est l'exemple des dangers que les consommateurs courent, l'excuse d'un concurrent trop présent ne justifient pas que l'on cherche à remplacer un presque monopole aux pratiques commerciales douteuses par un autre monopole tout aussi dangereux.
iMandarinGriot
- 23/02/2014 - 15:33
J'ai déjà vu, constaté,entendu, et lu cette attitude.
Socrate présenta des arguments imparables contre l'utilisation de l'écriture, l'Eglise fit de même contre la prolifération de la Bible grâce à l'invention de l'imprimerie. Le grand philosophe Alain mena la lutte contre le téléphone avec des arguments eux aussi imparables, des comités d'éthique composés d'hommes admirables conclurent après des études savantes, que celui-ci devait être interdit aux femmes. tour à tour, la radio, la télévision, le cinéma, la motorisation de la marine subirent les critiques admirables qui démontraient tous leurs effets né fastes. Maintenant c'est le tour du stockage sur le Cloud de provoquer les mêmes peurs enfantines (infantiles ?) Corrigez-moi si je trompe mais il me semble que je confie mon argent à mon banquier, mes yeux, mon coeur, mes reins, ma prostate à des spécialistes que je n'ai jamais rencontré, que je confie ma vie à un pilote d'avion que je n'ai jamais rencontré non plus. Enfin il me semble que tout le monde fait comme moi. Il faut savoir raison garder !
Glop Glop
- 19/02/2014 - 20:06
Ben oui tiens...
... le Cloud, en voilà bien un monde où tout appartient à tout le monde. Le pire des coffre forts. Ne jamais rien y stocker. Pour mes clients, ma règle restera la même depuis le début: Tout sur support physique, par retrait à l'entreprise ou envoi par LRAR, pas de virtuel, si eux en prennent le risque, ce n'est dès lors plus mon affaire mais seulement la leur. Aucune transmission par le net non plus et aucun travail effectué à partir d'une unité reliée au web sous une forme ou une autre, c'est la seule sécurité réelle à l'heure actuelle.