En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 31 min 51 sec
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 1 heure 15 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 3 heures 43 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 4 heures 27 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 5 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 6 heures 34 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 6 heures 57 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 7 heures 32 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 7 heures 50 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 56 min 33 sec
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 2 heures 26 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 3 heures 58 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 4 heures 55 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 7 heures 3 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 7 heures 24 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 7 heures 42 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 7 heures 54 min
© Reuters
© Reuters
Chroniques du pot aux roses

Faute lourde, mises à pied, avertissements : que se passerait-il si le droit du travail s'appliquait aux membres du gouvernement ?

Publié le 16 octobre 2013
Imaginons que les règles de notre code du travail soient soudain appliquées aux membres du gouvernement : petit tour d'horizon de sanctions bien méritées...
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Imaginons que les règles de notre code du travail soient soudain appliquées aux membres du gouvernement : petit tour d'horizon de sanctions bien méritées...

1 - Égaux devant la loi

Faisons un rêve. Imaginons que les règles de notre code du travail, fort de ses milliers de pages (annexes comprises) soient soudain appliquées aux membres du gouvernement dans un souci d'égalité que chaque citoyen ne pourrait qu'approuver, surtout s'il est de gôôôôche et attaché à ce texte merveilleusement protecteur.

Quel serait le sort de nos éminences ? Petit tour d'horizon de sanctions bien méritées ...

* Licencié pour faute lourde avec mise à pied immédiate : Jean-Marc Ayrault.

A tout seigneur tout honneur. Le Premier ministre avait déjà multiplié les faux-pas et impairs mais il s'est surpassé la semaine dernière et il a fallu tout l'étouffoir de la presse socialisante et subventionnée pour qu'il évite un déchaînement médiatique bien mérité.

Ce grand gaffeur a en effet lâché, lors d'une déclaration publique, le nom de deux journalistes français retenus en otages en Syrie, dont les familles voulaient que le triste sort fût tenu secret.  Ayrault les a confondus avec deux de leurs collègues dont la détention était déjà connue, mangeant en quelque sorte le morceau !

Ce terrible impair a certes été banalisé par les services matignonesques qui ont expliqué que, de toute façon, leurs identités devaient être révélées quelques jours plus tard, ce dont on n'aura naturellement jamais la preuve. Toujours est-il que la bévue est consternante et colossale. Une erreur pareille, dans le secteur privé, serait immédiatement sanctionnée par une mise à pied et l'engagement d'une procédure de licenciement pour faute lourde.

Mais rassurez-vous, son patron, Mou-Président, qui confond lui-même Chine et Japon ou invente une République macédonienne inexistante, ne lui en tiendra pas rigueur.

*  Licenciés pour insuffisance professionnelle : Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Pierre Moscovici, Fleur Pellerin et Manuel Valls.

Chacun de ces salariés du pouvoir a accumulé, ces derniers mois, une telle quantité de ratages, de réformes avortées ou mal conduites et d'annonces malencontreuses que la porte leur serait grande ouverte dans le sens de la sortie ... s'il s'agissait d'une entreprise.

Prenons par exemple Pierre Moscovici qui vient d'annoncer que le mot "couac" le hérisse mais qu'il est prêt, en revanche, à discuter de son amateurisme !

Combien exactement de taux de croissance, de montant du déficit public différents, de pauses fiscales a-t-il évoqués en un an et demi avant de devoir rectifier sans cesse ses annonces ? On ne peut plus les compter. Retenons simplement que sous le règne de ce grand désargenté (l'expression "grand argentier" ne correspond plus à la réalité) le gouvernement a réussi l'exploit d'augmenter lourdement les impôts sans réduire le déficit public tout en cassant la croissance. Au moment où des plans sociaux chez Alcatel, dans l'agro-alimentaire et dans une myriade de PME sont annoncés tous les jours, le voilà qui persiste à parler d'une économie qui irait franchement mieux : « a reprise est là et la confiance va suivre ». Trop de méthode Coué tue la méthode Coué. Au même moment du reste, on apprenait qu’il n'y a pas eu autant de redressements et liquidations judiciaires en 20 ans. Ils ont concerné 12.790 entreprises au troisième trimestre, une hausse de 7,6% par rapport à la même période l'an dernier. Doucement mais sûrement, l’économie française s’approche du gouffre.

Autre insuffisant notoire, Vincent Peillon qui, cherchant à imposer une réforme inutile des rythmes scolaires qui va coûter une montagne d'argent à l'Etat et aux communes, a réussi à coaliser contre lui une large fraction des enseignants et des parents d'élèves. A quoi cela sert-il d'avoir repris les embauches massives dans ce ministère déjà pléthorique pour ne même pas parvenir à satisfaire sa clientèle électorale ? Dire que la priorité à l'éducation était le thème fétiche de son patron lors de la dernière présidentielle !

Quant à Montebourg, ministre du retardement improductif des faillites ou Fleur Pellerin, en charge des combats d'arrière-garde de la bureaucratie étatique contre l'Internet, leur licenciement fut justifié dans les jours qui suivirent leur nomination ou presque. Depuis, on a le sentiment que leurs doublures tiennent le rôle.

Même cause et même punition enfin pour Manuel Valls, dont la communication parfaitement huilée et lourdement martelée plaît certes à l’opinion mais qui, si l’on veut bien se donner la peine d’évaluer objectivement ses résultats et regarder les chiffres, est incapable d’endiguer la montée de la délinquance.

* Blâmes et avertissements : tous les autres sauf un.

Si elle s'en tire avec un blâme, Cécile Duflot, dont la furie interventionniste a à tel point perturbé le marché immobilier que la construction s’effondre, s'en sortira bien. Mais il est vrai que les Vertes brunes doivent être protégées car elles sont nécessaires à la pigmentation gouvernementale.

Laurent Fabius, qui promène son air fatigué dans tous les pays où l'influence française recule, évitera lui aussi la sanction du licenciement car nul autre n'aurait pu prendre une mine aussi accablée devant le spectacle de sa propre impuissance. Pour cela au moins, pour cette forme de cohérence, il a droit au pardon du peuple et à se voir simplement tirer l'oreille.

Idem de Michel Sapin, dont les emplois-bidons et les statistiques bricolées ne peuvent évidemment faire reculer le vrai chômage. Payant les pots cassés d'une politique économique erronée que voulez-vous que le pauvre fasse ? Il évite le pire dans sa mission de traitement social de l'incompétence gouvernementale.

Pour tous leurs collègues, chacun confronté à des échecs à répétition qui ne sont en réalité que la dure gestion des conséquences de la paupérisation collective, la sanction d'un blâme ou d'un avertissement sera donc suffisante.

Mais alors, s'il n'en reste qu'un à mériter le pardon et même une promotion, de qui s'agit-il ..?

*  Cahuzac ! L'homme qui sut partir à temps et mérite une prime d'expatriation.

Enfin un socialiste de gouvernement capable de gagner de l’argent ! De plus, il maîtrise parfaitement les rouages de la finance délocalisée et du droit fiscal. Paradoxe étrange : il se fait virer ... C’est à n’y rien comprendre. Il faut d’urgence annuler la sanction et le nommer à Matignon. Aux Prud’hommes d’agir, désormais.

*  De toute façon, rassurez vous : ce sera bientôt le licenciement économique pour tous, dans le cadre d’une liquidation judiciaire. Leur patron est déjà résolu à les sacrifier pour sauver sa peau.

2 - Aux taxis parisiens, le corporatisme reconnaissant

On reconnaîtra un jour un pouvoir courageux et réformateur en France au fait qu’il osera affronter la corporation malthusienne des taxis parisiens. Il aura fallu moins d’une journée en tout cas pour que notre gouvernement s'incline à nouveau face à eux et oblige les clients des VTC (véhicules avec chauffeur), qu'ils soient abonnés ou non, à patienter 15 minutes avant qu’on vienne les chercher.

Nos dirigeants du moment ne sont ni réformateurs ni courageux ou je me trompe ?

3- Suggestion à notre grand Premier ministre et aux écologistes pour les mettre d’accord sur tout

L’hôte de Matignon vient de déclarer qu’il trouvait intéressante la suggestion du communiste parisien Ian Brossat d’installer un village de Roms dans le 16ème arrondissement.

Quelle médiocre ambition ! Installez plutôt, chers défenseurs des opprimés, une ville de 30 000 habitants sur l’emplacement prévu pour l’Ayraultport de Notre-Dame-des-Landes.

Ce sera plus consensuel et règlerait tous les problèmes de cohésion de la « majorité » gouvernementale.

Et dire que je ne suis même pas payé pour fournir ce genre de solution !

4 - La galette et la gamelle

Aux Bretons qui ont largement contribué aux victoires électorales socialistes de ces dernières années, l’actualité économique récite une triste litanie : fermeture des entreprises Doux et Tilly-Sabco (volaille), Marine Harvest (poisson) et Gad (abattage et découpe de porc).

Le vote socialiste est-il maudit ?

5 - Coup de Brignoles

Vertueuses outragées, les belles âmes de la presse progressiste s’émeuvent des scores du FN et des menaces de raz-de-marée frontiste en 2014. Et elles en restent là. Il n’est rien de plus agaçant et de plus propice à la survenue de ces phénomènes redoutés que les cris de chochotte poussés par ceux-là mêmes qui ne se posent jamais la simple question : quelle est ma responsabilité dans cette situation ? Leur soutien sans réserve à la république du mensonge est la réponse qu’elles ne veulent pas entendre.

6 - Quand Marie-Arlette Carlotti découvre le clientélisme au parti socialiste

On a l’impression d’entendre un curé étonné d’apprendre qu’il y a des églises au Vatican ou un Suisse qu’il y a des banques à Genève ...

A lire du même auteur :  "L'enfumeur", de Serge Federbusch, (Ixelles éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (45)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
goufio
- 20/10/2013 - 19:22
JEREM- F FILLON n'a t'il pas
JEREM- F FILLON n'a t'il pas dit en juillet 2007 :La France est en faillite" et pendant 5 ans, il a augmenté la dette de 515 milliards...
Ne pas oublier MItterrand avec 600 milliards et Chirac avec 585. Merci messieurs.
Au fait les trois présidents (Giscard Chirac et Sarkozy) coûtent à la nation la somme de 5 millions d'euros par an.Merci messieurs
goufio
- 20/10/2013 - 19:18
Ce qu'il faut dire = CQFD
BRAVO jerem
goufio
- 20/10/2013 - 19:15
Impossible de leur appliquer
Impossible de leur appliquer le Code du travail, car ils n'ont jamais travaillé.