En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 10 min 20 sec
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 29 min 4 sec
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 55 min 4 sec
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 3 heures 30 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 19 heures 49 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 22 heures 20 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 1 jour 22 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 27 min 25 sec
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 50 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 1 heure 34 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 2 heures 3 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 2 heures 37 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 3 heures 3 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 3 heures 59 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 20 heures 16 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 1 jour 7 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 jour 1 heure
Le Nettoyeur

Le Japon est-il en train de sauver l'économie mondiale ? En tout cas, ça y ressemble de plus en plus

Publié le 27 septembre 2013
Depuis plusieurs mois, la Banque centrale du Japon est passée à une stratégie de contrôle de sa base monétaire au lieu de se focaliser sur une politique de taux d'intérêt nul. Et il semblerait que ça marche : le taux de croissance nippon au premier semestre est de... 3,95% !
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis plusieurs mois, la Banque centrale du Japon est passée à une stratégie de contrôle de sa base monétaire au lieu de se focaliser sur une politique de taux d'intérêt nul. Et il semblerait que ça marche : le taux de croissance nippon au premier semestre est de... 3,95% !

Il y a quelques mois, j'expliquais que la Banque centrale du Japon est en train de se lancer dans une expérience économique inédite qui peut soit sauver le monde du marasme économique (si elle réussit) soit nous forcera à complètement repenser la théorie économique (si elle échoue). Quelques mois plus tard, on peut dire qu'il y a de bonnes chances que le Japon soit en train de sauver le monde.

Explications.

La question centrale est celle du pouvoir des Banques centrales.

Commençons par une définition très simple : une récession est ce qui se produit lorsque les gens n'ont pas assez d'argent. Cette définition est très importante, parce qu'à chaque récession ou crise, les observateurs prennent les arbres pour la forêt. Les récessions sont dues tantôt à l'augmentation du prix du pétrole, ou à l'explosion de la bulle Internet, ou au 11 septembre, ou à la crise des subprimes, ou à la crise de l'euro, ou demain au ralentissement de la Chine... Pas vraiment faux, mais la raison pour laquelle ces événements créent des récessions est qu'ils font que les gens ont moins d'argent que prévu. C'est le coeur, le point commun entre toutes les récessions.

Ça paraît tout simple comme ça - trop simple. Mais si on sort la tête de la conjoncture et des équations économiques pour réfléchir avec un peu de bon sens, on se rend compte que c'est vrai. Si les gens n'ont pas assez d'argent, ils consomment moins, ce qui fait que les entreprises produisent moins, donc elles recrutent moins, etc. C'est aussi simple que ça. Le PIB, c'est la somme des dépenses sur une année. Une récession c'est une baisse du PIB. Si le PIB baisse, c'est que les gens dépensent moins.

On se rend compte que cette manière concrète de regarder l'économie est la bonne si on regarde ce qui se passe si les gens ont plus d'argent. S'ils ont plus d'argent, ils dépensent plus. Que se passe-t-il alors ? Les gens veulent consommer plus de biens et de services. Les producteurs de biens et de services vont donc produire plus de biens et de services pour répondre à la demande. On aura donc plus de croissance. Pas assez d'argent : récession. Assez d'argent : croissance. La définition tient.

Continuons à réfléchir : que se passe-t-il si les gens ont encore plus d'argent ? Ils vont dépenser encore plus. Ils vont vouloir consommer encore plus de biens et de services. Mais que se passe-t-il si leur demande de biens et de services dépasse la capacité des producteurs à leur en fournir ?

Encore une fois, réfléchissons concrètement : si vous êtes Renault et que tout le monde veut vous acheter des voitures, plus que vous ne pouvez en produire, qu'allez-vous faire ? Vous allez augmenter vos prix. Vous allez aussi essayer de produire plus de voitures. Pour ce faire, il va falloir recruter. Mais voilà, la quantité de monnaie dépensée dépasse la capacité de production de l'économie, ce qui veut dire que tout le monde a un emploi (puisque tout le monde est déjà occupé à produire pour répondre à la demande). Donc vous allez augmenter vos salaires pour que des ouvriers quittent Peugeot pour aller travailler chez vous. Vous allez aussi devoir investir. Vous allez demander à Bouygues de vous construire une nouvelle usine. Mais voilà, l'économie est déjà à capacité maximum, Bouygues travaille déjà trop. Puisque tout le monde veut vous acheter des voitures, vous dites à Bouygues : “Fais-moi mon usine, et je te paye plus cher.” Donc Bouygues va devoir recruter, et va augmenter les salaires... De son côté, Peugeot, qui lui aussi voit sa demande exploser, augmente les salaires de ses ouvriers pour qu'ils ne partent pas chez Renault, mais Renault a besoin d'ouvriers donc augmente les salaires... Bref, multipliez ça par tous les acteurs de l'économie, et vous vous rendez compte que si la dépense totale dépasse la capacité totale de production de l'économie, on se retrouvera avec une augmentation généralisée des prix. Si tout le monde veut acheter du pain, le boulanger va commencer par produire plus, et quand il ne pourra plus produire plus, il va augmenter ses prix.

Vous connaissez le nom de cette augmentation généralisée des prix : c'est l'inflation. L'argent dépensé se “verse” non plus dans de la nouvelle production mais dans de l'augmentation des prix de ce qui est produit.

Et si on réfléchit, toujours concrètement et avec du sens commun, on se rend compte du lien entre croissance et inflation. Si vous êtes boulanger et que vous avez un pic de demande, en pratique, vous n'allez pas attendre d'être au maximum de production pour augmenter vos prix. En pratique, vous allez produire plus et augmenter vos prix. A l'échelle macroéconomique, ça veut dire que tout pic de croissance s'accompagnera d'un pic d'inflation, et ce même si l'économie n'est pas encore à capacité maximum. Ce qui veut dire que l'inflation n'est pas mauvaise ni bonne en soi. Si l'économie est à capacité maximum, l'inflation veut dire qu'il y a trop de dépenses. Mais si l'économie n'est pas à capacité maximum, l'inflation peut simplement indiquer une relance de l'économie.

Bon, très bien, me direz-vous, mais quel est le rapport avec le Japon et les Banques centrales ?

Déjà c'est important parce que si vous avez vraiment compris ce que je viens d'expliquer vous avez compris la macroéconomie. Tout le reste n'est que du développement (et de la mise en équations) de ces principes généraux.

Le rapport est le suivant : en temps normal, celui qui détermine la quantité de monnaie dans l'économie - et donc la dépense -, c'est la Banque centrale. Et on a vu que la dépense est la clé de l'économie. Si la quantité est bonne, tout va bien. Si elle est trop faible, récession. Si elle est trop élevée, inflation.

En temps normal, la Banque centrale détermine cette quantité de monnaie avec les taux d'intérêts. Si les taux d'intérêts sont faibles, les banques prêteront plus, ce qui fait que les gens auront plus d'argent, ce qui fait que la dépense augmentera. Si les taux d'intérêts sont élevés, les banques prêteront moins, ce qui fait que les gens auront moins d'argent, et la dépense baissera. En temps normal, la Banque centrale utilise ses taux d'intérêts pour s'assurer que la dépense reste au bon niveau.

Seulement voilà : depuis la crise de 2008, nous ne sommes plus en temps normal.

Depuis la crise de 2008, les Banques centrales des pays développés ont toutes leurs taux à zéro. Et pourtant, les gens continuent à ne pas avoir assez d'argent, puisqu'il y a du chômage. Beaucoup de chômage, même. Est-ce que les Banques centrales à taux zéro peuvent encore relancer l'économie ?

Le Japon a répondu oui. Le Japon a répondu que si la Banque centrale fixe et annonce un taux d'inflation, et annonce qu'elle créera autant de monnaie qu'il faut, et achètera autant d'actifs qu'il faut, pour atteindre ce taux, elle peut relancer l'économie.

Pourquoi ? On l'a vu, inflation et croissance sont liées. La question principale est : est-ce que les gens ont assez d'argent ? Si non, récession. Si oui, croissance. Si les gens n'ont pas assez d'argent, et qu'on n'aime pas les récessions et le chômage de masse, il faut leur donner de l'argent. Or, il s'avère que la Banque centrale peut créer de l'argent à l'infini. Evidemment, comme on l'a vu aussi, si la quantité d'argent dépasse la capacité de production de l'économie, on crée de l'inflation destructrice. Mais le problème des pays développés aujourd'hui n'est vraiment pas que leur économie est en sur-régime ! Le problème est clairement qu'il n'y a pas assez d'argent, pas qu'il y en a trop.

La Banque centrale européenne, elle, refuse cette idée. Elle dit qu'une fois que la Banque centrale est à taux zéro, elle ne peut plus rien faire, et ne doit rien faire, parce qu'elle risque de créer de l'inflation. Ce qui est vrai, mais comme on l'a vu, l'inflation est bonne pour une économie en sous-régime. En tous les cas, c'est ce que nous dit la théorie.

Quid de la pratique ? C'est bien pour ça que l'expérience du Japon est aussi importante. Le Japon est en train de mettre en pratique ce que les gens comme moi crient depuis des années.

Le résultat de la politique de la BCE est déjà clair : sur le premier semestre 2013, le taux de croissance de la zone euro est de 0,05%. Et le Japon ? Au Japon, le taux de croissance du premier semestre est de... 3,95% ! Presque 4% ! Vous imaginez, 4% de croissance en France ? Même le politicien le plus menteur n'oserait pas promettre 4% de croissance.

Et on parle du Japon, un pays dont la croissance est à 0% depuis près de 20 ans maintenant ! Et depuis 10 ans, la plupart des commentateurs s'accordent pour dire que le Japon ne connaîtra plus la croissance, que c'est fini, c'est un pays trop vieillissant, qui refuse de se réformer, etc. En quelques mois, la croissance est passée de 0 à 4%, ce qu'il n'avait pas connu depuis des décennies !

Evidemment, ça ne fait que quelques mois. Il faut encore attendre pour être sûrs. Mais les indications semblent, pour l'instant, fortement claires. Ce que fait la Banque du Japon est en train de marcher. La BCE fait le contraire, et nous sommes encore dans le marasme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (40)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jumbofreddy
- 29/09/2013 - 11:41
le Japon se porte bien mieux que la france!
Pour ceux qui ricanent sur le Japon! mon neveux de 27 ans, qui a fait sciences po lyon, est au japon depuis 3ans, il y travaille ( ds une entreprise commerciale,pas à l'ambassade)et gagne très bien sa vie! bien mieux que ses amis restés en france! il ne s'inquiéte pas du tout de la situation économique! et pour ce qui est de la situation sécuritaire c'est le rêve, comparé à notre beau pays décadent!
jumbofreddy
- 29/09/2013 - 11:35
la création de onnaie, c'est le propre des banques centrales!
Bien sûr que les banques centrales créent de la monnaie! que fait la FED à longueur de temps! et effectivement l'activité américaine repart, alors que l"europe est à la traine! si tous les agents économiques, en profitent, de l'entreprise au simple citoyen,alors celà peut relancer l'économie; et quand il y avait de l'inflation en france dans les années 80, on ne vivait pas plus mal, bien au contraire; mais il faut pouvoir contrôler cette inflation, pour éviter qu'elle ne devienne contreproductive! créer de la monnaie, oui, et laisser agir le marché,en le régulant en cas d'excés; mais il ne s'agit pas pour autant d'une politique de relance pratiquée par le gouvernement, à travers des dépenses qui ne sont pas forcément productives!
20pierre
- 29/09/2013 - 11:04
Dire qu'une Banque centrale
Dire qu'une Banque centrale peut créer de la monnaie à l'infinie, ex-nihilo comme on dit, pour moi me parait inconcevable et n'apporte aucune solution, surtout en traitement de fond comme on le voit depuis le début de la crise. La Fed : 85 milliard de dollars tous les mois et boum ! La Boj combien je ne sais plus mais ils font donc pareil !
Ces politiques monétaires sont équivalentes à une entreprise qui passe son temps à faire des augmentations de capital à répétition. Le cours de bourse fond et les actionnaires sont dilués. LA seule vertu de cet afflux de monnaie créé à partir de rien du tout sera de noyer les détenteurs de dette du fait de l'inflation, et cet inflation ainsi crée sera-t-elle bonne pour le citoyen lambda et son portefeuille ? Pas certain, ....
Vaste débat tout ça !