En direct
Best of
Best Of
En direct
Revue de presse des hebdos
Sarkozy/Kadhafi : le livre explosif, Syrie : faut-il y aller ou pas, et pourquoi
Publié le 05 septembre 2013
Une fois n’est pas coutume : cette semaine, on va parler politique étrangère. De la guerre en Syrie, d’abord, parce qu’elle nous concerne de près. Mais surtout — surtout — des révélations de la journaliste Catherine Graciet sur les relations de Nicolas Sarkozy avec Kadhafi. Attention, c’est de la bombe !
Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lambert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une fois n’est pas coutume : cette semaine, on va parler politique étrangère. De la guerre en Syrie, d’abord, parce qu’elle nous concerne de près. Mais surtout — surtout — des révélations de la journaliste Catherine Graciet sur les relations de Nicolas Sarkozy avec Kadhafi. Attention, c’est de la bombe !

Jeudi dernier, nous nous interrogions sur les raisons pour lesquelles “Le Nouvel Obs” et “Challenges”, contrairement à leurs confrères, n’avaient pas abordé le dossier retraites et s’ils le feraient… Bonne nouvelle : ils leur consacrent aujourd’hui leurs couvertures. Ah ! Et… ? Hé bien, au vu de ce qu’ils en disent, ils ne sont guère plus emballés que “Le Point” et “L’Express” la semaine dernière

Réforme des retraites : Hollande “clientéliste ”

Que pense “L’Obs” de “la réforme des retraites, saison 6” ? On vous la fait courte, parce que l’analyse détaillée ne diffère pas fondamentalement de celle développée par “L’Express” et “Le Point” (voir la RP du 29 août). “ La vaste remise à plat du système français, kafkaïen, opaque, et peu équitable, avec ses trente-cinq caisses, attendra une fois encore, constate le mag. Au sommet de l’Etat, la prudence règne. (…) A quand la saison 7 ? ” Plus tranchante, dans “ Challenges ”, Ghislaine Ottenheimer dénonce le “ clientélisme ” de François Hollande : “ La réforme des retraites initiée par Nicolas Sarkozy n’était pas parfaite, loin de là, écrit-elle. Elle était injuste, illisible et insuffisante. Les carrières longues ont été pénalisées, les régimes spéciaux épargnés… Mais elle avait le mérite d’exister, de montrer le chemin. Celle que prépare François Hollande va rétablir un peu de justice, à la marge, pour ceux qui ont commencé à travailler très tôt. Mais pour le reste, le président de la République donne le sentiment de préserver son électorat, de faire du clientélisme. Quant à la pénibilité, voici un joli case-tête en perspective, sauf à se diriger réellement vers un système de retraite à points, plus souple. On en est loin ”. Et chlaaa.

“ La semaine où François Hollande s'est transformé en Guy Mollet ”

Le gros dossier de la semaine, c’est bien sûr la guerre en Syrie. Y aller, ne pas y aller, les hebdos — leurs éditorialistes — ont leur avis sur la question. Comme Olivier Besancenot, dont le mag propose ce mercredi une grande interview come-back, "Les Inrocks" sont farouchement contre. “ Quand j’ai voté Chirac au second tour de la présidentielle de 2002, sans aucun enthousiasme, encore traumatisé par un certain 21 avril mais bien conscient du ridicule de la situation, je ne pouvais imaginer qu’il aurait le courage, moins d’un an plus tard, de résister à Bush, écrit Frédéric Bonnaud. Disons que pour une fois, j’ai été récompensé de mon vote contraint. Je me souviens aussi m’être dit que Jospin et Védrine l’aurait faite, eux, la guerre de Bush. C’était avant les révélations de Wikileaks à propos des dirigeants socialistes venant faire la queue à l’ambassade des Etats-Unis et la semaine d’août 2013 où François Hollande s’est transformé en Guy Mollet. On a des intuitions, parfois ”. Plutôt en forme, le rédac chef du journal rock. C’est pas fini.

“ Ni la France, ni les Etats-Unis ” n’ont le droit de “ punir ” qui que ce soit ”

“ Le pire reste le choix des mots, poursuit-il : “ La France est prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents ”, a déclaré François Hollande le 27 août. Ce punir-là ne passe pas. Si gazer quoi que ce soit est effectivement infâme, comme l’ont fait Saddam Hussein et ses alliés de la CIA avec les soldats iraniens en 1988, comme est infâme de répandre 80 millions de litres d’ “ agent orange ” (un défoliant, une arme tout à fait chimique) sur le Vietnam et ses voisins, comme l’a fait l’armée américaine à partir de 1961, ni la France, ni les Etats-Unis n’ont le droit de “ punir ” qui que ce soit. Surtout sans mandat de l’Onu ”. Ca, c’est dit. Et puis, ça a le mérite d’être clair.

“ Le président, patron des punisseurs ”

Etrange affaire : on retrouve dans l’édito de Christophe Barbier des “ fragments de discours ” de Frédéric Bonnaud. “ François Hollande doit assumer et expliquer son étrange vocabulaire, écrit le directeur de la rédaction de “ L’Express ” : “ punir ” et “ coup d’arrêt ” ne sont pas des expressions innocentes. Pour avoir “ puni ” Kadhafi en 1986, les Américains l’ont arrimé vingt-cinq ans de plus sur son trône de dictateur. Quant à la stratégie du “ coup d’arrêt ” — c’est-à-dire du statu quo —, elle nous a légué la Corée du Nord. En guerre, on doit abattre et non punir, renverser et non arrêter. Il lui faut aussi expliquer pourquoi il n’œuvre pas plus pour fléchir Poutine, abandonnant ainsi le rôle précieux joué par Paris depuis de Gaulle et qui permit notamment, grâce à Chirac, de sauver le Kosovo en 1999 sans humilier Moscou. Puis le chef de l’Etat aura à résister aux soubresauts géopolitiques des semaines à venir. Si les Etats-Unis renoncent à attaquer Assad, le président français devra avaler son chapeau avec sa conscience dedans ou devenir le patron des “ punisseurs ” ”. Voilà pour la partie “ vocabulaire ” qui avait aussi soulevé le cœur du rédac chef des “ Inrocks ”. Mais l’analogie ne s’arrête pas là.

“ Hollande en chef de guerre ? Il n’est pas le chef et il n’y a pas de guerre ”

“ Coincée entre la fermeté russe et la faiblesse américaine, privée du soutien de l’Onu, abandonnée peut-être par l’Australie et une partie des pays arabes, la France pourrait alors vivre un mini-Suez, poursuit Christophe Barbier. Si, en revanche, Barack Obama compose avec lui un duo efficace et victorieux, Hollande ne sera pas au bout de ses peines, obligé de justifier devant sa majorité un atlantisme qu’on a plus vu à gauche depuis… Guy Mollet ! ” Hé oui : comme Bonnaud, Barbier compare Hollande à Guy Mollet. “ Un monde marqué par une nouvelle tension russo-américaine, où la France se substitue à la Grande-Bretagne, où l’Europe sombre définitivement dans l’inexistence géopolitique, où l’Onu perd ses restes de crédibilité et où se dressent contre nous des ennemis déterminés : c’est ce qui se cache derrière l’écueil syrien, conclut le journaliste. François Hollande croit peut-être échapper aux soucis de politique intérieure par un puissant épisode international ; il plonge, en fait, seul, dans l’eau noire de l’inconnu ” ”. Là, on touche à un élément nouveau par rapport à l’argumentation développée dans “ Les Inrocks ” : c’est pour détourner l’attention des problèmes de politique intérieure que Hollande — cet inconscient, ce fou… — nous précipite dans le noir inconnu, nous dit Barbier. Qui, histoire d’enfoncer le clou, de bien nous faire sentir le ridicule de l'homme et le drame de la situation, nous le dit en grand : “ Ceux qui se réjouissaient de voir à nouveau Hollande en chef de guerre peuvent s’inquiéter : il n’est pas le chef et il n’y a pas de guerre ”.

Hollande atteint du syndrome Mitterrand

Moins pusillanime, mais pour le moins réservé, “ Challenges ” confesse de son côté avoir des doutes quant au bien-fondé de la position prise par le président. “ François Hollande s’enlise sur le terrain militaire ”, titre l’hebdo. “ Huit mois après le Mali, François Hollande endosse à nouveau le costume de chef de guerre. Avec moins de succès, constate-t-il. (…) Le chef de l’Etat risque de se retrouver très isolé. Le voilà accusé de précipitation. Pourquoi a-t-il pris un tel risque ? Sur le fond, nul doute que la décision est sincère. Comme le raconte un de ses proches, c’est un sujet qui le touche, qu’il a souvent évoqué durant la campagne présidentielle. Mais sur la forme, le chef de l’Etat s’est laissé déborder. “ Il a été pris par la volonté de se construire une image d’homme d’Etat en s’impliquant dans la politique du Moyen-Orient. Comme François Mitterrand ”, commente un conseiller ”. Atteint du syndrome Mitterrand, notre président ? Pour l’hebdo éco, en tout cas, il n’y aurait pas, chez lui, de volonté délibérée de détourner l’attention des Français des questions intérieures. Reste qu’en optant pour la guerre comme il l’a fait, il court le risque de perdre le bénéfice des quelques points qu’il a acquis au cours de l’été : “ dans le dernier Ifop, rappelle “ Challenges ”, il a gagné 2 points d’ “ opinions positives ”, et les “ très défavorables ” ont chuté de 7 points. Mais, à terme, l’affaire syrienne, qui, pour l’heure, ne passionne pas les Français, pourrait ruiner ces efforts, car elle alimentera les dissensions à gauche ”.

BHL : “ Puisse François Hollande tenir bon sur la Syrie ”

Gentil, “ Le Point ” ? L’hebdomadaire qui, la semaine dernière, rhabillait le président en “ Inspecteur Gadget ”, se montre étonnamment compatissant. Comme en réponse à Christophe Barbier, Franz-Olivier Giesbert écrit : “ Ne moquons pas la solitude de M. Hollande : ses convictions sont tout à son honneur. Mais le châtiment (mérité) infligé à Bachar-el-Assad n’aurait de sens que si, au lieu de donner des ailes aux salafistes, il favorisait les sunnites modérés, très nombreux mais sans vrai soutien extérieur et dont on sait qu’ils ne massacreraient pas, après la victoire, les minorités chiites, alaouites ou chrétiennes ”. Et que dit Bernard-Henri Lévy dans son “ Bloc-Notes ” ? “ Puisse François Hollande tenir bon sur la Syrie ”. “ Personne ne parle de “ faire la guerre à la Syrie ”, explique-t-il. (…) Mais la loi internationale existe. (…) Y déroger, se dérober à ce mandat, saboter cette juste intervention décidée et, je le répète, initiée par la France : là serait la violation du droit ; et là, pour les démocraties, la source d’un discrédit durable et qui, cette fois, sans aucun doute, déstabiliserait le monde ”.

VGE/Jean Daniel : les Etats-Unis — et Obama — dans la ligne de mire

C’est à noter : même Valéry Giscard d’Estaing, dans sa “ Chronique de la pensée multiple ”, du “ Point ”, toujours, n’accable pas François Hollande, mais préconise d’ “ adopter une attitude ferme et claire vis-à-vis de la crise actuelle qui ne dépende pas directement des pulsions et des hésitations de son partenaire américain ”. Et cela, principalement, en convoquant “ une réunion du Conseil européen ”. “ Le grand voisin du Proche-Orient que constitue l’Union européenne doit faire entendre une voix unique sur ce qu’il convient de faire ou de ne pas faire, au lieu de multiplier les gesticulations nationales ”, écrit l’ancien président de la République. Plus franc et direct, Jean Daniel dit la déception que lui a causée l’attitude d’Obama : “ Pour la première fois, appuie le patron de “ L’Obs ”, ce grand acteur a fait un four. D’abord, toute allusion à l’indépassable ligne rouge est abandonnée. On n’a donc pas compris s’il voulait vraiment punir les Syriens, s’il était pressé de le faire, ni ce qu’il ferait si le Congrès, dont il sollicite l’accord sans qu’il en ait jamais été question auparavant, lui refuse le feu vert. C’est une terrible déception qui ne peut que conforter Bachar al-Assad, mettre François Hollande dans un sérieux embarras, déconcerter l’opinion syrienne, qui fait déjà mauvaise figure, réjouir les Britanniques, qui se sont déjà défilés, et encourager les Russes cette semaine à Saint-Petersbourg pour la réunion du G20 ”. Hollande, “ le petit ”, lâché par Obama, “ le grand ”, voilà un constat que nul n’avait fait jusque-là. Cela, bien sûr, ouvre la voie à tout un tas d’interprétations et de réflexions. Mais cela méritait peut-être d’être dit, non ?

Et les experts, ils en pensent quoi, de la guerre ?

En dehors des éditorialistes, que pensent les “ experts ” géopolitiques de la position française et de celle de François Hollande en particulier ? Vous allez rire, mais vos hebdos n’ont pas jugé indispensable de leur demander leur avis. A l’exception de “ L’Express ” et de “ Challenges ” qui, surprise , ont fait appel au seul et même homme. Il est vrai que Jean-Pierre Fillu, “ professeur des universités à Sciences-Po, historien et arabisant, a séjourné en juillet dans les zones tenues par l’opposition dans le nord du pays ” et sait a priori de quoi il parle. 

A quoi ressemblerait “ le jour d’après ” les frappes : l’avis de l’expert

“ Washington comme Paris assurent que les frappes envisagées n’ont pour objectif ni de faire tomber le régime syrien ni même de créer un nouveau rapport de force sur le terrain. Si c’est le cas, à quoi ressemblera, une fois les Occidentaux en règle avec leur conscience, le “ jour d’après ” ? ”, lui demande “ L’Express ”. —“ Les chances de règlement politique en sortiront renforcées, affirme Jean-Pierre Fillu. Aujourd’hui, Bachar el-Assad, qui bénéficie d’une suprématie militaire écrasante grâce au soutien inconditionnel de la Russie et à l’intervention directe de l’Iran et de ses supplétifs libanais, ne voit aucune raison de concéder quoi que ce soit. C’est là le principal obstacle à un règlement politique. Si l’on parvient à déconnecter l’avenir du régime de celui du dictateur, dont le départ est inéluctable, on pourra espérer aller de l’avant. Des frappes occidentales peuvent y contribuer. A la condition qu’elles ne soient pas purement symboliques et qu’elles touchent notamment les rampes de missiles balistiques qui contribuent, avant même les armes chimiques, la principale menace pour la population ”.

Même limitées, les frappes ont leur importance

—“ Déconnecter l’avenir du régime de celui de Bachar el-Assad, est-ce possible ? ”, rebondit l’hebdo. —“ Oui, répond l’expert. Même après deux ans et demi de guerre, l’Etat syrien ne peut pas être réduit à la machine de terreur de Bachar et de ses services de renseignement. Il y a des patriotes en zone gouverementale, y compris dans la fonction publique. Beaucoup d’administrations, par exemple, continuent de verser leurs salaires aux fonctionnaires qui sont en zone révolutionnaire. Pour se reconstruire, la Syrie de demain aura besoin de cadres, d’ingénieurs, de médecins, de professeurs… Mais, pour cela, il faut que l’hypothèque de la dictature sur l’Etat soit levée. Et, pour y parvenir, il faut que Bachar ne soit plus en mesure de massacrer toute personne qui tendrait la main à l’opposition. Il y a un an, le Premier ministre Riad Hijab a fait défection, parce qu’il se savait menacé. L’ancien vice-président Farouk al-Charah est en résidence surveillée. Des frappes, même avec un impact militaire faible, peuvent contribuer à disjoindre ces Syriens patriotes du régime qui les a pris en otages ”.

Pourquoi la France a intérêt à intervenir en Syrie

“ Quel intérêt a la France à intervenir aux côtés des Etats-Unis dans cette affaire ? ”, demande “ L’Express ”. —“ François Hollande inscrit ses pas dans ceux de François Mitterrand. La référence, c’est Mitterrand en septembre 1982, au lendemain des massacres des camps palestiniens de Sabra et Chatila. Face à un crime qui choque la conscience universelle, Mitterrand, hier, Hollande, aujourd’hui, sont convaincus qu’il faut une réaction collective, non seulement pour que ce crime ne reste pas impuni, mais aussi pour montrer qu’il y a une société des nations et que celle-ci n’est pas seulement une coalition d’intérêts. En dehors de ces considérations, il y a sans doute, aussi, chez le président, l’idée qu’il faut redonner une puissance politique à l’Europe dans une région où l’Amérique se désengage. Obama considère que les guerres du Moyen-Orient sont des crises sans intérêt dans lesquels il n’y a que des coups à prendre. Son objectif est de trouver un terrain d’entente avec les Russes et d’abandonner ces dossiers aux Européens pour se tourner vers l’Asie ”. —“ La France ne pourrait-elle pas tenir le même raisonnement ? ”, réagit le mag. —“ Nous n’avons pas le luxe d’un océan… ” Hou, ça, ça calme…

Pourquoi est-ce important d’intervenir, au-delà des raisons morales

Dernière question de "L'Express" : “ Fallait-il employer ce terme, très moral, de “ punir ” ? “ Il est très moral, en effet, acquiesce Jean-Pierre Fillu. Mais il dit aussi le caractère limité de l’ambition ”. Ah, tiens, l’emploi de ce mot serait-il donc raisonnable et sage ? Voilà, en tout cas, un point de vue qui tranche avec celui de Frédéric Bonnaud et de Christophe Barbier… Et puisqu’on a abordé le versant “ moral ” de l’affaire, liquidons-le. “ Pourquoi est-ce si important d’intervenir, au-delà des raisons morales ? ” demande “ Challenges ” à l’expert. —“ C’est autour de la Syrie que va se recomposer le nouveau Moyen-Orient, explique Fillu. Damas est le pivot historique culturel et symbolique de la région. Le clan Assad abuse aujourd’hui de cette position centrale pour semer le chaos dans la région ”. Curieux comme la situation, ses enjeux, paraissent plus clairs — trop ? — quand ils sont expliqués par un “ expert ”, plutôt que commentés par un éditorialiste… Bien sûr, on aurait préféré que les hebdos sollicitent l’avis de plusieurs spécialistes plutôt que d’un seul. Mais bon, faut faire avec ce qu’on a, hein ?

Les turpitudes de la sarkozie

L’UMP s’est résolue à “ faire l’inventaire ” des années Sarkozy. Evénement : “ L’Express ” étale en une “ Les turpitudes de la sarkozie ”. “ Après les ennuis de Claude Guéant, impassible serviteur de l’Etat mué en maladroit revendeur de tableaux, voilà les mésaventures de Boris Boillon, diplomate enfiévré reconverti en bagagiste encombré ”, commence l’hebdo. Reconverti dans les “ affaires ”, l’ancien ambassadeur chéri de Nicolas Sarkozy, aujourd’hui résident belge, a en effet été interpellé le 31 juillet, dans une gare parisienne, avec 350 000 euros et 40 000 dollars dans ses bagages. “ Longtemps, le chef de la droite s’est enorgueilli de l’absence de toute affaire dans son sillage, après des années Chirac mitées de scandales, commente le journal. Le voici rattrapé par le même fumet. Bettencourt, Tapie, argent libyen, sondages de l’Elysée… De près ou de loin, gêné par les révélations ou révolté par l’absence de preuves, l’ancien président est au centre d’une ronde de soupçons ”. Ca, on le savait un peu, déjà… et sinon ? Ben, on a bien lu les dix pages du dossier qui récapitulent la situation, et on n’a rien appris de bien neuf sur le sujet. C’est embêtant. Surtout avec ce que nous balance “ Le Point ” à propos de l’ancien président...

Sarkozy-Kadhafi : le livre explosif

“ Explosif, tambourine le mag. L’enquête de Catherine Graciet, “ Sarkozy-Kadhafi : histoire secrète d’une trahison ” (Le Seuil), va faire du bruit ”. Ah, il s’agit d’un livre, en fait ? Nous qui nous réjouissions de lire enfin une enquête, une vraie, réalisée par un journal… Dommage : une fois encore, il faudra nous contenter des bonnes feuilles d’un ouvrage à paraître (c’est vrai que c’est tellement pratique, ces investigations prêtes à l'emploi, dont il suffit de négocier l’exclusivité…). Bon, on va pas se plaindre, non plus — d’autant que, cadeau bonux, y’a même une interview de l’auteur dont “ Le Point ” précise qu’elle est spécialiste des “ sujets sensibles ” et qu’elle s’est par le passé intéressée au clan Ben Ali et au roi Mohammed VI. Prudent, le mag indique cependant que “ ses thèses seront certainement contestées avec vigueur, d’autant qu’il manque toujours ces preuves irréfutables d’un éventuel financement. Mais, si elle ne les a pas eues entre les mains, Catherine Graciet a la certitude qu’une vidéo et des documents accablants existent bel et bien ”. Heu, présenté comme ça, on n’a pas forcément d’en lire plus. Zêtes sûre que ça vaut le coup, cette histoire ? Bé, la vérité, ce qu’elle dit, la dame, c’est quand même assez coton. Troublant, aussi, voire, même, très, très, très secouant. On y va ?

“ Sarkozy a touché de l’argent de Kadhafi. Tous les témoignages s'accordent ”

“ Après huit mois d’investigation, j’ai aujourd’hui la certitude que Nicolas Sarkozy a touché de l’argent de Mouammar Kadhafi, affirme Catherine Graciet. Tous les témoignages s’accordent : les premiers versements datent de 2006, avant la présidentielle. Au total, on parle de 50 millions d’euros, auxquels s’ajoutent 7 millions pour les intermédiaires. D’après mes interlocuteurs libyens, haut placés dans l’appareil kadhafiste, il y a eu un premier paiement de 30 millions en espèces transportées par avion au Bourget fin 2006. Pour les 20 millions restants, c’est l’ambassade de Libye à Paris qui a géré la répartition de l’argent. Ce financement de Nicolas Sarkozy par la Libye est aussi confirmé par plusieurs sources françaises, y compris dans son propre camp ”.

“ Il existe une preuve vidéo ”

—“ Vos accusations sont graves, réagit “ Le Point ”. Mais avez-vous vraiment des documents pour étayer vos dires ? ” —“ Il existe une preuve vidéo, un film tourné courant 2006 à l’hôtel Corinthia de Tripoli, où Kadhafi avait fait installer des caméras. Je n’ai pas vu moi-même cette vidéo, mais je suis convaincue de son existence. Plusieurs sources fiables me l’ont racontée avec précision. On y verrait trois Français, dont un homme politique connu, en train de négocier les modalités de paiement des 57 millions. Face à eux, dépêché par les Libyens, deux intermédiaires libanais. Deux frères, des hommes d’affaires qui n’ont rien à voir avec le vibrionnant Ziad Takieddine ”. 

Un homme politique français connu aurait été filmé à son insu

—“ Quel est cet homme politique français qui aurait été filmé à son insu par les Libyens ? ”, demande le mag. —“ Je ne souhaite pas répondre pour le moment. Mais, lorsque le nom sortira, cela créera un petit séisme dans la classe politique. D’après mes sources libyennes, il s’agit d’un homme qui a changé de discours à la fin de 2006 ”. Mais qui cela peut-il bien être ?

Des sources prêtes à témoigner

“ Ne craignez-vous pas une riposte judiciaire de Nicolas Sarkozy ? ” l’interroge “ Le Point ”. —“ Plusieurs de mes sources sont prêtes à venir témoigner devant la justice en France. C’est par exemple le cas de Zohra Mansour. J’ai noué une relation de confiance avec cette intime de Kadhafi. Chef des “ Amazones ”, elle jouait aussi parfois un rôle de conseillère diplomatique officieuse, bien connue au Quai d’Orsay. J’ai approché un autre témoin clé, Tahar, ancien haut responsable des comités révolutionnaires, qui était dans le secret des dieux. Il a un accès direct aux documents incriminant Nicolas Sarkozy et se dit prêt à témoigner devant la justice si sa sécurité est garantie ”. Ben, comme ça, l’ancien président est prévenu.

“ Quand on prend de l’argent et qu’on renverse ensuite celui qui l’a donné, cela s’appelle une trahison ”

—“ Pourquoi les langues se délient-elles aujourd’hui ? ” demande le journal. —“ Tant que Nicolas Sarkozy était au pouvoir, explique Catherine Graciet, les gens avaient peur de parler. L’un de mes plus précieux témoins, Tahar, a été torturé pendant la guerre par des Français, mais ce n’est qu’aujourd’hui qu’il a décidé de porter plainte devant un tribunal à Paris. La “ noyade ”, en avril 2012, de l’ancien ministre du pétrole libyen Choukri Ghanem, qui avait trouvé refuge en Autriche, a été perçue par beaucoup comme un avertissement. Cet ancien proche du Guide en savait beaucoup sur les commissions occultes liées au pétrole. Aujourd’hui, beaucoup d’anciens kadhafistes veulent témoigner sur ce qu’ils ont vu et entendu, d’autant qu’ils ont le sentiment d’avoir été trahis. Pour moi, quand on prend de l’argent et qu’on renverse ensuite celui qui l’a donné, cela s’appelle une trahison ”. Hou, ça pardonne pas, ça.

Les forces spéciales françaises chargées de liquider le fils de Kadhafi

Un extrait, pour finir ? Un seul, parce qu’il est tard et qu’il est temps. Si vous voulez connaître la “ vraie ” version de la libération des infirmières bulgares par Cecilia Sarkozy, reportez-vous au journal. Le passage qu’on a gardé concerne le fils de Kadhafi que les forces spéciales françaises auraient été chargées de “ liquider ”. “ A la toute fin de mon enquête, à la mi-mai 2013, écrit la journaliste, une source française fiable me téléphone pour me répéter la confidence que l’un de ses amis, officier français, vient de lui faire : “ Lorsque Saïf al-Islam a été arrêté en Libye, on a envoyé un commando sur place pour le liquider. Mais un commando d’un autre pays l’a exfiltré et l’a installé dans la tribu de Zenten, où il se trouve encore ”. Il faut en effet savoir que, selon les informations à l’époque communiquées par les rebelles, Saïf al-Islam est censé avoir été capturé le 19 novembre 2011 par des milices de la tribu de Zenten, qui se situe à 170 kilomètres au sud-ouest de Tripoli et où il est toujours détenu aujourd’hui. Cette information de source franco-française me semble tout simplement capitale, et j’entreprends immédiatement de la vérifier, de la croiser avec d’autres sources. (…) Pour une fois, mon contact me répond dans les deux heures… “ Saïf a été capturé par une tribu. Un commando a débarqué pour l’exécuter, avec un appui qatarien. Des forces spéciales russes se sont interposées. C’est ensuite l’Algérie qui a négocié avec la tribu de Zenten pour protéger Saïf ”. Ce même contact m’apprendra également que trois autres militaires français seraient décédés lors de cette opération très spéciale ”. Ca dépote, hein ? Bon, y’a des trous et des vides, des questions qui restent en suspens, mais avouez que ça méritait le coup d’œil, ces petites révélations… Sur quoi déboucheront-elles — si elles débouchent sur quelque chose ? La suite, peut-être, qui sait ?, jeudi prochain… Bonne semaine, les lapins !

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
05.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 07/09/2013 - 12:30
Regain d'énergie de Flanby, contre les combats à la Kalach,
contre les trafics de drogues, de femmes et d'enfants, contre le délabrement moral de nos cités Syriennes, Marseille, Colombes, Trappes, XXème, XIXème etc...
ah non, je plaisante! il fallait lire:
Regain d'énergie de Flanby contre Hassad, qui a eu le malheur de mettre le masque de Sarko, lors du dernier carnaval...
cWal
- 07/09/2013 - 11:27
Ni gauche ni droite.
Hollande vient de faire preuve de sa nocivité et de son incompétence tout comme Sarkozy en son temps.
Ce qui fait que le choix se restreint lors des prochaines élections. Voter FN ne me plaît pas particulièrement mais il faut bien reconnaître qu'ils deviennent au fil du temps les "moins pires" d'entre tous.... Et ils ont au moins le mérite d'être contre cette guerre et de ne pas transformer notre pays en laquais des américains.
Je veux bien accepter de payer 10% d'impôt en plus comme je le vois sur mon 3ème tiers, mais pas pour aller tuer des gens qui ne m'ont rien fait, ni à moi ni à mon pays.
En continuant comme ça, en 2017 le FN sera certainement à nouveau au second tour. Mais là personne ne pourra plus dire "on ne nous avait pas prévenu"...
freia
- 06/09/2013 - 13:37
la curée
Hollande se ridiculise,non seulement avec sa photo ou sa niaiserie apparait tellement évidente qu'il y a consensus même dans son camp pour l'admettre et faire tout pour que celle ci disparaisse ce qui provoque l'effet contraire,mais encore avec sa gestion de la crise de la Syrie,qui aboutit à l'isoler de l'europe ,et à être maintenant suspendu au vote du congrés USA.de quoi aura-t-il l'air si le congrès dit non? annoncer la nécessaire punition du régime syrien avant que les experts de l'ONU aient rendu leur rapport? ALORS quand "moi président " est dans l'embarras,la chasse à SARKOSY REPREND DE PLUS BELLE. "ce qui ne tue pas rend plus fort" les sarkophobes haineux devraient méditer sur cette pensée profonde de Niestche