En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Atlantico Lettres

Exposition : quand Keith Haring responsabilisait les peuples

Publié le 14 août 2013
Toutes les semaines, le journal Service Littéraire vous éclaire sur l'actualité culturelle et romanesque. Aujourd'hui, retour sur l'exposition de Keith Haring, "The Political Line".
Isabelle Kévorkian est écrivain, postière et journaliste pour le mensuel Service Littéraire. Dernier ouvrage paru : “Cet enfant que tu m’as volé” aux Oiseaux de papier.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Isabelle Kévorkian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Isabelle Kévorkian est écrivain, postière et journaliste pour le mensuel Service Littéraire. Dernier ouvrage paru : “Cet enfant que tu m’as volé” aux Oiseaux de papier.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Toutes les semaines, le journal Service Littéraire vous éclaire sur l'actualité culturelle et romanesque. Aujourd'hui, retour sur l'exposition de Keith Haring, "The Political Line".

Keith Haring : Pour une justice sociale. Telle est l’orientation de l’exposition consacrée à cet artiste révolutionnaire, icône des années 80. Keith Haring était avant-gardiste et ses thèmes prennent sens aujourd’hui, plus de 20 ans après sa mort.

Du rouge et du jaune purs, des formes naïves, un trait de crayon unique et universel, des symboles hypnotiques (le chien qui aboie, le dollar, des appareils photo, la foule…).

Autant de signes distinctifs pour illustrer ses luttes (contre le racisme, les discriminations, l’homophobie, les différences et l’indifférence, les drogues, la dictature du pouvoir, la société de consommation et l’aliénation qui en résulte, le nucléaire…). Il avait pris le parti de ne pas titrer ses œuvres, monumentales, plaçant ainsi le spectateur au cœur de sa résistance, l’associant, le rendant acteur des changements sociétaux qu’il imaginait.

À travers ses bâches, graffitis à la craie, fresques, vasques ou masques gigantesques, ses croquis formant de petites histoires comme des dessins animés, et en utilisant des supports urbains (métro, murs…) et des musiques assourdissantes, il replaçait l’individu au cœur de la société frénétique, pour le faire réfléchir.

Adhérer à ses œuvres, s’identifier aux personnages anonymes qu’il dessinait revenait à s’engager. Visiter l’une de ses expositions relevait d’un acte politique et citoyen, démocratique. Manifester dans la rue aujourd’hui parait bien dérisoire, et dévoie le sens des causes à défendre.

La dernière toile de Keith Haring, exposée au musée d’art moderne de la Ville de Paris, est inachevée. Comme un défi : qui sera le successeur de Keith Haring ? Qui saura responsabiliser les peuples, les fédérer pour davantage de liberté et d’égalité ?   

 

En pratique  : Keith Haring, the Political Line, jusqu’au 18 août, au musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, 16e, et au Cent quatre, 19e. 

Source : Service Littéraire, le journal des écrivains fait par des écrivains. Le mensuel fondé par François Cérésa décortique sans langue de bois l'actualité romanesque avec de prestigieux collaborateurs comme Jean Tulard, Christian Millau, Philippe Bilger, Éric Neuhoff, Frédéric Vitoux, Serge Lentz, François Bott, Bernard Morlino, Annick Geille, Emmanuelle de Boysson, Alain Malraux, Philippe Lacoche, Arnaud Le Guern, Stéphanie des Horts, etc . Pour vous y abonner, cliquez sur ce lien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Fort_Niagara
- 18/08/2013 - 22:50
Message philosophique glissé subrepticement
Je relève vers la fin de votre article : "Qui saura responsabiliser les peuples, les fédérer pour davantage de liberté et d’égalité ?"
Comme si la Liberté et l'Egalité devaient nécessairement aller ensemble ! Enfin, malgré votre philosophie glissée, merci quand-même pour ce sujet intéressant.
gueux et preux
- 15/08/2013 - 00:59
On peut voir
un beau triptyque (en bronze patiné or) de Keith Haring dans l'église Saint Eustache,aux Halles.
quesako
- 14/08/2013 - 17:05
Période "sida" très émouvante et responsabilisante
On retrouve chez lui cet esprit américain qui n'est pas de chercher des coupables pour se déculpabiliser, mais bien de rendre les personnes responsables dans leurs comportements et actes.
A la même époque on mettait ça en France sur le dos des africains qui avaient attrapé le sida via les singes, ailleurs, pour des responsables politico-religieux, sur la punition de Dieu (drôle de notion de l'amour de Dieu !), etc

Très belle exposition, à voir