En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Mondial 2018 de foot : deux affaires de corruption présumées

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 45 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 11 heures 22 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 14 heures 5 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 15 heures 59 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 19 heures 2 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 19 heures 24 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 20 heures 2 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 20 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 11 heures 5 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 13 heures 7 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 16 heures 1 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 44 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 18 heures 59 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 19 heures 14 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 19 heures 28 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 20 heures 6 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 20 heures 10 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

La politique monétaire mondiale à un tournant (1) : les désastres économiques que nous ont évités les banques centrales

Publié le 03 août 2013
Lorsqu'un krach financier fait baisser la quantité de monnaie, les banques centrales doivent rétablir cette quantité de monnaie pour éviter la dépression économique.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lorsqu'un krach financier fait baisser la quantité de monnaie, les banques centrales doivent rétablir cette quantité de monnaie pour éviter la dépression économique.

"Jamais tant de gens n'ont dû autant à si peu.” C'était la phrase de Winston Churchill au lendemain de la bataille d'Angleterre. L'histoire raconte qu'un de ses conseillers lui a demandé s'il n'oubliait pas Jésus et ses disciples, et que c'est pour ça que la phrase complète est “Jamais dans l'histoire des conflits tant de gens n'ont dû autant à si peu.”

On pourrait aussi employer cette phrase à propos des banquiers centraux et de la politique économique depuis le début de la crise économique internationale. Depuis le début de la crise, ce sont les banquiers centraux qui sont sur les lignes de front, car cette crise se caractérise non seulement par un marasme économique mais également par des pressions déflationnistes qui indiquent fortement que la quantité de monnaie - ce que les banquiers centraux régulent - est trop faible dans les pays touchés par la crise (Etats-Unis, zone euro, Grande-Bretagne, Japon).

Pour comprendre la nature de la crise et l'importance du rôle des banques centrales, il faut comprendre la relation symbiotique entre inflation et croissance. S'il y a croissance, il y a inflation. S'il y a plus de gens qui ont des emplois, ils vont prendre leur voiture plus souvent, ce qui va augmenter le prix de l'essence, ils vont acheter plus de nourriture, ce qui va augmenter son prix, et ainsi de suite. L'inflation correspond à de la création monétaire qui est une sorte de “lubrifiant” de l'économie, qui permet aux prix de fluctuer et de s'adapter à nos décisions. Si tout le monde sait que les prix vont continuer à augmenter, ils vont préférer acheter et investir maintenant, stimulant l'activité économique (et créant l'inflation qu'ils attendent par une prophétie auto-réalisatrice). On voit l'inflation comme un mal universel, mais en fait c'est un outil. Trop d'inflation est mauvais, mais trop peu aussi.

Pour comprendre l'importance des banques centrales, il faut aussi se rappeler de la Grande dépression. L'image d’Épinal de la Grande dépression est la suivante : après l'horreur de la Première guerre mondiale, le monde a été pris d'une fureur de vivre qui a créé une fièvre spéculatrice, qui a culminé avec l'énorme krach boursier de 1929, lequel krach a créé une dépression économique prolongée, juste punition céleste des excès des années 1920. La dépression aurait duré indéfiniment si les Américains n'avaient pas élu le courageux Franklin Roosevelt qui, refusant de se plier à l'idéologie de l'économie de marché, a entrepris des grandes réformes et créé des grands programmes sociaux qui ont relancé l'économie.

Cette image d’Épinal est fausse. Tout d'abord, le New Deal n'a pas mis fin à la Grande dépression : celle-ci continue jusqu'à la Seconde guerre mondiale. Ensuite, il n'y a pas de raison pour qu'un krach boursier crée nécessairement une dépression économique. Comme l'a montré Milton Friedman dans son Histoire monétaire des Etats-Unis, un des travaux qui lui a valu le Prix nobel, l'histoire de la Grande dépression n'est ni financière ni politique - elle est monétaire. A l'époque de la Grande dépression, les pays du monde entier étaient sur l'étalon-or, qui prescrivait une quantité fixe de monnaie. Lorsque le krach de 1929 a fait s'effondrer les banques, la quantité de monnaie disponible s'est effondrée et les banques centrales occidentales ont refusé de l'augmenter, ce qui aurait poussé à sortir de l'étalon-or, ou en tous les cas à l'affaiblir.

La technique de l'économie monétaire est effroyablement complexe, mais les principes sont faciles à comprendre. Si vous avez un pays où il y a, d'un côté, des usines qui aimeraient recruter des gens et de l'autre, des gens qui aimeraient travailler dans ces usines et qu'ils ne le font pas, c'est qu'il n'y a pas assez d'argent. Pas assez d'argent pour recruter parce que les gens n'ont pas assez d'argent pour acheter le produit des usines. Une récession, c'est une baisse de la dépense généralisée sur toute l'économie. Si les gens dépensent moins d'argent, c'est qu'ils n'en ont pas assez. Et a contrario, si les gens ont trop d'argent, ils vont le dépenser plus vite que les capacités productives du pays, et donc cet argent va créer de l'inflation.

Il n'y a pas de quantité juste de monnaie qui existerait dans un univers platonicien. La monnaie est un outil que nous utilisons pour commercer les uns avec les autres. Il peut y en avoir trop ou il peut ne pas en avoir assez. 

C'est la leçon de la Grande dépression. Un krach financier a fait baisser la quantité de monnaie. Mais si la banque centrale avait rétabli cette quantité de monnaie, il n'y aurait pas eu de dépression, tout au plus une petite récession. C'est Milton Friedman qui l'a montré et c'est parce que la banque centrale des Etats-Unis a intégré ces connaissances que le krach de 1987 - plus grave que celui de 1929 - n'a créé ni dépression ni récession.

En 2008, il y a eu un autre krach comparable à 1929. Mais celui-ci a créé une mini-dépression. Pourquoi ? Que font les banquiers centraux ? Ce sera le thème de la chronique suivante.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ghisse
- 06/08/2013 - 15:16
friedman
quand on commence à parler et citer friedman ...ça sent pas bon ! greenspan en était ! voyez la vidéo pathétique de ce vieil homme avouant en octobre 2008 devant une commission parlementaire d'élus, que finalement il ne savait pas comment marchait la machine économique et monétaire ?!
sur ce site cela fait le second intervenant qui se réfère à friedman est-ce une coïncidence ? en tout cas je ne suis pas preneur et ni un monétariste ! ce site est-il un repère friedmanien ? probable .
et voyez ce que les théories de ce monsieur ont fait en amérique latine dans les années '70 ...c'est édifiant ! et cerise sur le gâteau, prix nobel en '76 c'est incroyable voir honteux .
CFAN17
- 03/08/2013 - 08:11
les 23, 24 et 25 août
Tres bien , nous serons nombreux de mécontents à manifester contre ces incompétants au cours d 'un rassemblement pacifique afin de sensibiliser la population et d’être entendus au rendez-vous incontournable des socialo qui aura lieu les 23, 24 et 25 août à La Rochelle --- J espère qu' Olivier Falorni qui s’est saisi du dossier sera dans le rassemblement avec son copain Fountaine Sans réponse rapide du gouvernement,
laïcité
- 02/08/2013 - 21:35
Vous avez tout faux !
ce qu'ont fait les banques centrales avec à leur tête le grand faux-monnayeur Ben Bernanke c'est de la fuite en avant. Créer de la fausse monnaie à partir de rien n'a jamais résolu une crise de surendettement au cours des siècles passés sinon cela se saurait depuis longtemps et ce serait tellement facile qu'il n'y aurait plus de problème de dette dans aucun pays...y compris pour la Grèce !...Sans compter que le ou les pays qui font marcher à tout-va la planche à billets (l'ex des USA et du Japon ) se comportent de façon malhonnête vis à vis des autres pays avec lesquels ils commercent et qui ne font pas marcher cette planche à billets. Ces pays vendent alors des biens bien réels pour lesquels ils sont payés en monnaie de singe !...Je suis persuadé qu'un jour les planches à billets ou jeu d'écriture électronique de politique monétaire accomodante seront interdits et que les monnaies fiduciaires seront à nouveau adossées à l'or....ou une autre matière qui ne se fabrique pas à volonté !