En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

05.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

06.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

07.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 7 min 36 sec
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 4 heures 4 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 4 heures 22 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 4 heures 47 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 23 heures 39 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 1 jour 40 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 1 jour 1 heure
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 1 jour 3 heures
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 1 jour 3 heures
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 58 min 42 sec
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 4 heures 35 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 27 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 1 jour 59 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 1 jour 3 heures
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 1 jour 4 heures
Trans-Amérique Express

Mais qui est Rand Paul, ce chantre du "populisme libertarien" et nouvel espoir du parti républicain?

Publié le 05 juin 2013
Dans la course à l'élection présidentielle américaine de 2016, déjà lancée, le fils de Ron Paul surfe sur la vague "libertarienne". Terme barbare auquel il faudra s’habituer. Il traduit la foi historique américaine en l’individu, base sur laquelle Rand Paul veut refonder le parti républicain.
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la course à l'élection présidentielle américaine de 2016, déjà lancée, le fils de Ron Paul surfe sur la vague "libertarienne". Terme barbare auquel il faudra s’habituer. Il traduit la foi historique américaine en l’individu, base sur laquelle Rand Paul veut refonder le parti républicain.

La prochaine élection présidentielle américaine est dans plus de trois ans. Mais les prétendants, surtout chez les Républicains, se disputent déjà les faveurs du public, des médias, et des donateurs. Histoire de se faire un nom, une image et de se constituer l’indispensable trésor de guerre.

L’homme le plus actif en ce début de saison est un sénateur du Kentucky du nom de Rand Paul. Qui n’est autre que le fils de Ron Paul, candidat à la nomination républicaine en 2012 et chantre de l’idéologie « libertarienne », un courant de pensée,  longtemps marginal, et aujourd’hui en plein essor outre-Atlantique.

Rand Paul a, à peu près les mêmes idées que son père. Mais il compte porter le flambeau « libertarien » bien plus loin que lui. Jusqu’au sommet du parti républicain. Qu’il y parvienne ou pas, son message résonne. Et c’est cela qui change le paysage politique américain. Les Français vont devoir s’habituer à un nouveau néologisme anglo-saxon, car le mot « libertarien » n’existe pas dans la langue de Molière.

Rand Paul a cinquante ans. Marié, père de trois garçons, il est mince, a le nez et le menton pointu avec un tignasse rousse frisée qui lui donne des faux airs de Danny Kaye. Ancien ophtalmologiste avec un diplôme de médecine de l’Université Duke de Caroline du Nord, il est devenu sénateur du Kentucky en 2010, surfant sur la vague de popularité du Tea Party.

Rand Paul fait partie de ces Américains qui pensent que le gouvernement en général, et l’administration Obama en particulier, sont « hors contrôle » (« out of control »). Pour lui, l’étendue des pouvoirs et des activités de l’Etat n’a plus rien à voir avec la vision des Pères Fondateurs. Les impôts nécessaires pour financer une telle organisation sont excessifs, voire confiscatoires. Et loin d’aider les Américains, la machine gouvernementale  leur rend la vie impossible, par sa manie de la règlementation. Il faut donc en revenir à un système plus simple, réduire le rôle de l’Etat, réduire les impôts en proportion et laisser les citoyens américains mener librement leur vie. Au passage, le rôle international des Etats-Unis serait également revu à la baisse. Et certaines activités, comme la consommation de drogue, pourraient être dépénalisées…

Rand Paul a le sens du spectacle. Début Mars, il a mené ce que les Américains appellent un « filibuster ». C’est-à-dire qu’il a monopolisé la parole au Sénat jusqu’à ce que l’épuisement l’empêche de parler. Le but de la manœuvre étant de paralyser le débat et de retarder le vote d’un texte de loi. Et bien sûr de faire parler de soi… En ce sens sa démarche a été un succès. Sa performance, qui a duré treize heures et des poussières, a fait le « buzz » sur Internet. C’était pourtant une performance modeste. En 1957, le sénateur de Caroline du Sud Storm Thurmond avait parlé pendant plus de 24 heures pour défendre la ségrégation… Rand Paul est entré de justesse dans le top 10 des « filibusters » les plus longs… Mais il s’est fait un nom !

Plus récemment, Rand Paul était en Californie. Il a fait le tour des grandes compagnies de la Silicon Valley, Google, eBay et Facebook. Parce qu’elles représentent l’avenir. Et surtout parce que leurs patrons sont milliardaires. Or en politique, comme ailleurs, l’argent demeure le nerf de la guerre. Et Paul a conclu sa visite par un discours remarqué le 31 mai dans la bibliothèque Ronald Reagan de Simi Valley, près de Los Angeles. Haut lieu symbolique pour les Républicains. Car Ronald Reagan occupe toujours une place à part dans leur cœur. C’est le dernier des grands. Un peu comme de Gaulle en France.

Rand Paul ambitionne justement de réformer le parti républicain pour en faire à nouveau une machine à gagner des scrutins et pourquoi pas le porter jusqu’à la Maison blanche… Il reproche à son parti d’avoir perdu ses racines populaires. Pour lui, Mitt Romney a été battu en 2012 parce qu’il n’a pas su établir de lien avec le peuple américain. Le parti républicain est assimilé au  parti des « riches », des « blancs » et du « big business ». « Quand le parti républicain ressemblera à nouveau au peuple américain, il remportera à nouveau des élections, » proclame Rand Paul. Il veut ouvrir le parti aux minorités et se fait le chantre du « populisme libertarien ».

Le courant « libertarien » a toujours existé dans l’histoire et l’imaginaire américains. Il est constitutif de l’idéologie du « self made man ». Présenté de façon schématique  ce courant peut s’assimiler à une forme d’anarchisme de droite. C’est-à-dire à une totale liberté laissée à l’individu d’agir en société dans le respect de la loi et du droit de propriété. Le rôle du gouvernement étant réduit à celui de garantir la sécurité, à l’extérieur comme à l’intérieur des frontières.

Rand Paul n’en offre pas une version extrême. Au contraire. Il concède au gouvernement un rôle de régulateur. Notamment sur les questions environnementales et revendique une forme d’écologie de droite. « Je fais de la marche, du vélo, du kayak, et même du compost », dit-il.

En fait Rand Paul se présente contre les trois « big » de la politique américaine. Contre le « big government », contre le « big business »,  et contre le «  big money ». Il rejette l’Etat tentaculaire, critique les multinationales qui délocalisent  au nom du profit, et pourfend leur allié, la finance internationale. Bref il veut capitaliser sur le vent de révolte qui souffle aussi bien contre Washington que contre Wall Street.

Il soutient le petit entrepreneur, le petit artisan, ou le petit agriculteur, surtout si ce dernier fait du bio… Et Paul est ouvert sur la question de l’immigration à quiconque « vient aux Etats-Unis avec l’ambition de travailler, pas d’être assisté ».  Au passage,  il inquiète à gauche, parce qu’il n’hésite pas à labourer sur leurs terres naturelles.

Le parti Républicain est en pleine reconstruction suite au choc de la défaite de Mitt Romney en novembre 2012. Le visage qui sera le sien en 2016 est encore flou. Rand Paul compte le modeler à son image, pour en devenir le leader naturel et être candidat à la présidence.

Certains signes ne trompent pas. A part la Californie, Paul a visité deux autres Etats récemment, l’Iowa et le New Hampshire, les Etats-Unis où se tiennent les deux premières primaires de la saison électorale…

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
En savoir plus
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
blade
- 05/06/2013 - 22:47
trop tôt
J'espère que vous lui porterez un peu plus chance qu'à Romney ( cf votre dernier bouquin).....
Bon, c'est vache parce que moi aussi je pense que les américains ont fait une belle erreur en ré-élisant leur Chirac US. Heureusement, la puissance de leur économie qui peut tourner toute seule ( champions du monde de l'i-economie avec Apple, google, amazon, ebay......) et leur pragmatisme ( gaz de schistes) font que les conséquences de l'élection restent limitées, tout du moins économiquement parlant (il y aurait pas mal de choses à dire sur le plan sociétal). Mais ils ont quand même perdu 4 ans là ( je compte pas le 1er mandat où de toute façon avec la chute de Lehman Brothers 6 semaines avant l'élection, les démocrates auraient présenté un singe, il aurait gagné aussi)
ytfbasw
- 05/06/2013 - 22:23
J'ai conversé avec Rand Paul
Lors de son passage dans la Silicon Valley, où je travaille et réside.

Quelle différence voyez-vous avec les libéraux en France ? J'en vois mais pas au point d'en faire une catégorie à part. Aux Etats-Unis comme en France, 'droite' et 'gauche' se sont éloignées du libéralisme (le vrai, pas celui décrit par nos médias) et, un peu comme Alain Madelin il y a une douzaine d'années, Rand Paul propose cette autre voie.

Le succès inouï de la campagne de son père l'an dernier représente pour moi les graines d'une potentielle nouvelle révolution américaine - au sens de Jean-François Revel dans "Ni Marx Ni Jésus" ou bien encore Ronald Reagan. L'espoir !
fvdpk
- 05/06/2013 - 19:02
L'article n'en parle pas mais
L'article n'en parle pas mais il y a de forte chance que son prénom "rand" ait été choisi en hommage à Ayn Rand, dont l'ouvrage "Atlas shrugged" a profondément influencé la société Américaine. Personnellement j'encourage tous ceux qui veulent mieux comprendre cette société à le lire. Le titre en Français est "la Grève".
Avant de rêver d'un Rand Paul en France, je rêve d'une France qui ose la Liberté.