En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 16 min 12 sec
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 1 heure 56 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 3 heures 11 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 7 heures 45 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 1 jour 29 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 1 jour 1 heure
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 4 heures 47 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 5 heures 29 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 6 heures 20 sec
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 7 heures 32 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 19 heures 26 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 1 jour 2 heures
Trans-Amérique Express

Terrorisme : scoop, la guerre est terminée

Publié le 29 mai 2013
Devant l’Université de Défense Nationale, le 23 mai, le président américain a déclaré finie la guerre contre le terrorisme. L’annonce n’a déclenché aucune célébration. Parce qu’elle ne traduit pas une réalité mais souligne les contradictions et interrogations du président lui-même.
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Devant l’Université de Défense Nationale, le 23 mai, le président américain a déclaré finie la guerre contre le terrorisme. L’annonce n’a déclenché aucune célébration. Parce qu’elle ne traduit pas une réalité mais souligne les contradictions et interrogations du président lui-même.

La nouvelle n’a eu que peu d’écho en France. Et pourtant elle constitue un tournant majeur. Presque un évènement historique. Le Jeudi 23 mai dans un discours devant l’Université de Défense Nationale, à Fort Mc Nair, le président Obama a officiellement déclaré terminée à la guerre contre le terrorisme ! Cette fameuse guerre commencée le 11 septembre 2001 par les attentats d’Al Qaeda contre le World Trade Center et le Pentagone.  Au nom du simple fait qu’une guerre ne pouvait durer éternellement !

Étonnamment, cette déclaration n’a été saluée par aucune célébration dans les rues de New York ou d’ailleurs. Aucune embrassade et liesse populaire. Au contraire de ce qui s’était passé en 1918 ou en 1945, à la fin de la première et de la seconde guerre mondiale. L’annonce n’a même pas fait les gros titres de la presse internationale.

Pourquoi ? Parce que le terrorisme n’est pas une menace comme les autres et parce que cette guerre n’est pas une guerre comme les autres. Les Américains savent, au fond d’eux même, que quoi qu’en dise leur président, ils ne connaitront  plus de sitôt ce sentiment de sécurité qui existait avant le 11 septembre et que l’on considérait comme le privilège légitime d’une nation puissante et en paix. Pas plus que les Européens d’ailleurs.

Le 11 septembre 2001 a fait basculer le monde dans "l’âge du Djihad". Cet âge ne prendra pas fin tant que les djihadistes n’auront pas renoncé à leur dessein et déposé leurs armes. Le président des Etats-Unis, aussi puissant et épris de paix soit-il, ne peut décréter la fin d’un tel combat. Ce n’est pas le sien. Lui et le monde libre sont la cible, non l’agresseur. Ce n’est pas lui qui a commencé cette guerre. C’est l’ennemi. Seul l’ennemi peut y mettre un terme en y renonçant. Ou en étant anéanti. Or l’ennemi est toujours là. Plus déterminé que jamais.

D’ailleurs, dans les trois jours qui suivaient le discours du président Obama, on assistait à deux attentats sauvages à Londres et Paris, perpétrés au nom d’Allah, en plein jour, en pleine rue, tandis qu’au Niger un attentat suicide était imputé à des islamistes. Aux Etats-Unis même, le souvenir des attentats de Boston est loin d’être effacé.

Plutôt que de déclarer la guerre contre le terrorisme terminée, Obama aurait dû appeler le monde musulman à déclarer le djihad incompatible avec l’islam et à combattre tous les djihadistes et les terroristes en son sein.

Au lieu de cela, le président Obama va demander au Congrès de mettre un terme à l’engagement autorisé en 2001. Aux Etats-Unis, seul le Congrès a le pouvoir de déclarer la Guerre, et d’autoriser son financement. La guerre contre le terrorisme répond à une Autorisation d’utiliser la Force Militaire (AUMF, en anglais) votée dès le 11 septembre 2001. Si Obama obtient ce vote, c’est l’ensemble du financement de la lutte contre le terrorisme qui sera remis en cause…

Pour le reste, le président Obama a déjà décidé, par décret, de changer les règles d’utilisation des drones. Ceux-ci vont passer sous le contrôle du Pentagone et non plus de la CIA. Les procédures et les conditions autorisant leurs recours vont être beaucoup plus sévères.  Autant dire que les frappes de drone vont devenir exceptionnelles. Non qu’elles ne furent pas efficaces jusqu’à présent. Au contraire. Mais il s’agit de limiter les dommages collatéraux, à savoir les victimes civiles. Alors même que la stratégie des terroristes consiste justement  à se mêler aux civils pour en faire des boucliers humains…

Le président Obama a également réitéré son souhait de fermer le centre de détention de Guantanamo. C’était une de ses promesses de campagne de 2007. Il n’y est pas parvenu jusqu’à présent, car les Etats-Unis ne savent pas quoi faire des prisonniers qui s’y trouvent. Ils sont encore plus de cent soixante. Certains vont être renvoyés chez eux,  au Yémen.  Faire venir les autres sur le sol américain, comme le propose Obama, soulèverait des questions constitutionnelles sans fin…

Enfin, Obama a confirmé le retrait total des troupes d’Afghanistan d’ici la fin 2014. Tout en reconnaissant qu’il fallait "finir le travail engagé pour vaincre Al Qaeda et ses forces associées". Car s’il a insisté pour dire que "le cœur d’Al Qaeda est sur la voie de la défaite", il a aussi reconnu que des "affiliés avaient émergé ici et là".

Cette annonce ne constituait pas un "scoop". Pas plus que les deux autres. Les sentiments du président sur ces sujets étaient déjà connus. Mais ce qui a frappé les observateurs américains était plutôt les contradictions internes présentes dans le discours du président Obama. En même temps qu’il souhaitait déclarer la "guerre achevée", il a souligné combien la menace terroriste était toujours présente, combien le combat des djihadistes se poursuivait et énumérés tous les fronts sur lesquels les combats continuaient:   

"Notre nation est toujours sous la menace des terroristes… Le terrorisme est alimenté par une idéologie anti-américaine et anti-occidentale qui persiste encore… Mais après dix ans le moment est venu de poser les questions difficiles sur la nature de ces menaces et la façon de la contrer…  L’Amérique est à la croisée des chemins… Il nous faut avoir en mémoire la mise en garde de James Madison (4e président des Etats-Unis, ndlr) aucune nation ne peut préserver ses libertés si elle est perpétuellement en guerre… Cette guerre, comme toutes les guerres, doit avoir un terme. C’est ce que l’histoire recommande. C’est ce que la démocratie impose."

Par son discours, le président Obama a en fait apporté le dernier élément en date du débat entre sécurité et liberté qui divise les Etats-Unis depuis le lendemain du 11 septembre.  Le problème est que dans sa volonté de redéfinir l’engagement américain, au nom de la défense des libertés, et des valeurs américaines, Obama ferme les yeux sur la réalité du monde. En cela, il prend le risque de mettre à nouveau en danger la sécurité des Etats-Unis. C’est déjà ce qui s’était passé sous la présidence de Bill Clinton et qui avait justement débouché sur le 11 septembre…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
mag
- 31/05/2013 - 17:39
mag
Obama est complètement fou !!!Un minable ! Avec ce Président l'Amérique a perdu sa grandeur !
Le gorille
- 30/05/2013 - 10:09
Armée contre CIA
@MD04 - 29/05/2013 - 17:55
Surpris par votre interprétation !
Je pense au contraire que le terrorisme sera traité comme menace militaire, parce que les drones seront gérés par l'autorité militaire.
S'ils étaient restés sous la férule CIA, on pourrait considérer que les actions terroristes relèvent de l'action non militaire, donc de la police... sans frontières ! Bref, avec le statut de crime.
cappucino
- 29/05/2013 - 21:01
La je crois que les occidentaux rêvent.
La fin du terrorisme comme la fin des guerres entre des Etats. Les Chiites et les sunnites se massacrent depuis le VII siècle et ce n'est pas terminé...
La seule solution, c'est qu'ils se massacrent chez eux et qu'ils n'envahissent pas l'Europe avec leur idéologie archaïque.