En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
La minute tech
Pourquoi les géants de la tech tuent-ils les réseaux sociaux qu'ils achètent ?
Publié le 27 mai 2013
Les achats des géants de la tech, comme celui récent de Tumblr par Yahoo!, ont eu pour conséquence d'étouffer les sociétés ou réseaux prometteurs et souvent de décevoir leurs actionnaires. Pourquoi la tech corporate n'arrive-t-elle pas à maintenir l'innovation et le charme?
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les achats des géants de la tech, comme celui récent de Tumblr par Yahoo!, ont eu pour conséquence d'étouffer les sociétés ou réseaux prometteurs et souvent de décevoir leurs actionnaires. Pourquoi la tech corporate n'arrive-t-elle pas à maintenir l'innovation et le charme?

 Yahoo! a donc racheté les 100 millions de blogs de Tumblr pour un milliard de dollars. La réponse de la bergère à Facebook et son rachat d'Instagram pour ce type de somme. Les analystes financiers sont un peu pessimistes sur la capacité de ces achats à profiter au cours de l'action à long terme. Les spécialistes se sont beaucoup interrogés cette semaine sur le raz-le-bol des utilisateurs, ballottés d'un propriétaire à l'autre et maintenant très conscients qu'ils ne sont là que pour faire les statistiques et bilans d'une marque ou d'une autre, qu'ils méprisent souvent autant qu'elle les prend pour quantité négligeable.  

Les échecs retentissants sont assez fréquents (par exemple le réseau Bebo racheté par AOL puis fermé, une erreur à plus de 800 millions de dollars), pour que les spécialistes de la tech se posent tous la question  :  comment les grands arrivent-ils donc à massacrer ce qui marchait très bien sans eux? 

 Gizmodo a examiné en profondeur ce nouveau cas d'école - Lle réseau populaire assassiné par une acquisition corporate - à travers le cas du site de partage de photos Flickr, acquis par Yahoo! dans les lointaines années 2007.

Jusqu'à un récent sursaut en forme de refonte, l'agonie était poignante. "Si vous aimiez la photo numérique, ou vouliez partager des photos avec des amis, vous étiez sur Flickr. (...) le service de photos qui était à une époque prêt à conquérir le monde est devenu une arrière-pensée. Vous voulez partager des photos sur le Web? il y a Facebook pour ça. Vous voulez regardez les photos que vos amis prennent au vol? ¨Passez sur Instagram" ; que s'est-il passé ?

"Yahoo se fichait de tout sauf de la base de données (photos) que les utilisateurs avaient construite et des photos étiquetées. Il se fichait de la communauté qui l'avait créée ou (encore plus important) d'agrandir cette communauté en offrant de nouvelles fonctionnalités".  Yahoo!, un serial tueur de produits géniaux (a refusé de racheter Google en 2001, a raté Facebook, a assassiné  entre autre, la bibliothèque de liens Delicio.us) par indifférence et classicisme corporate, a raté gros : "Flickr, il y a presque une décennie, était en train de construire ce qui allait devenir le social web". Au lieu de cela, Yahoo se contenta d'imposer aux utilisateurs d'avoir une adresse mail Yahoo. Et ce n'est pas fini. Alors que Flickr était un boulevard ouvert pour les premières applications mobiles de photos...il n'y en eut pas. Et quand il y en eut : "L'appli a atterri comme une giclée de boue sur une robe de mariée",  tant la cuisine interne Yahoo avait fait du zèle. Il est très tard pour sauver Flickr, et se souvenir de toutes les promesses qu'une vente à un "grand", contre une promesse de cash pour en faire une merveille écrase. 

Mat Honan, dans son enquête très fouillée sur l'assassinat de Flickr, en vient à voir le salut dans la fuite : "Quelques boites prennent un autre chemin. Regardez Foursquare. Ou Twitter. Ou Facebook. Chacun a repoussé des offres d'achat, et tous ont prospéré. Tous ont fini par trouver un business model avec le temps. Même Stumble Upon, qui n'est retombé sur ses pieds que quand son fondateur a racheté sa compagnie à Ebay, et est redevenu indépendant."

Les utilisateurs se rebellent

Depuis le désastre Flickr, les utilisateurs ne sont plus les bases de données qu'ils étaient ; les acquéreurs doivent maintenant compter avec des frondes. Sur la nouvelle acquisition de Yahoo!, Tumblr, Calimaq remarque sur Sinfolex que les utilisateurs sont assez matures pour hurler : "A chaque fois que de tels rachats de plateformes ont lieu, un mouvement de protestation éclate parmi les utilisateurs, traduisant leur inquiétude quant à l’avenir et leur sentiment désagréable d’avoir été vendus comme une marchandise, alors qu’ils étaient à l’origine des contenus qui font la valeur du site racheté". Lors du rachat d'Instagram par Facebook, rappelle-t-il, "une masse impressionnante d’utilisateurs a préféré quitté le navire en supprimant leur compte pour migrer vers d’autres services similaires", plutôt que voir leurs photos devenir propriétés de Facebook, ce qui avait provoqué une refonte dans la panique des conditions d'utilisations d'Instagram-Facebook.

Yahoo! pourrait de plus étrenner un nouveau guêpier, juridique cette fois-ci, avec Tumblr selon Calimaq qui s'est livré à une étude juridique de ces mouvements "tectoniques" des réseaux. Tumblr est le paradis des parodieurs et des détournements d'images. Seules de faibles protestations ont atteint Tumblr, mais la prestance de son nouveau propriétaire pourrait maintenant allécher quelques procéduriers intéressés par un procès lucratif pour détournement d’œuvres protégées par un copyright.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Facebook, Tumblr, Flickr
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
06.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
07.
Libérer l’Europe des lobbies ? Anatomie d’une idée fausse ET dangereuse pour la démocratie (et voilà pourquoi vous ne devriez pas céder à ses sirènes...)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Stéphan de Joomeo
- 29/05/2013 - 11:05
Le gratuit qui a un coût...
Dans cette marée d'articles louant la nouvelle offre de Flickr, je suis heureux de voir qu'il en sont qui ne suivent pas le mouvement les yeux fermés !

Notamment en pointant du doigt les CGU qui, à l'instar de ce qu'a voulu faire FaceBook avec Instagram, demande aux abonnés de léguer purement et simplement leurs droits d'utilisation de l'image au groupe Yahoo!

Comment ce fait-il que personne ne relève cela ? Pourtant il s'agit bel et bien de la vie privée des utilisateurs... personne pour s'en inquiéter ? Alors oui, le gratuit a un coût même pour celui qui pense en bénéficier !
Casperino
- 27/05/2013 - 21:56
La stratégie de l'échec
Si une organisation naissante comme facebook a marqué par une certaine conviviabilité et donc une adhésion record, c'est néanmoins une bulle d'activité qui est vouée à péricliter. Le cycle de vie des outils IT est extrêmement rapide et toute modification importante précipite sa chute. Depuis que l'informatique a commencé, les bulles spéculatives n'ont eu de cesse que d'exploser en plein vol ... oui, vol des derniers actionnaires alors que les premiers se sont remplis les poches de manière écoeurante. La preuve, la dernière mise en bourse de facebook a été un scandale qui a accouché de nombreux proces ... par exemple. Le moteur de toutes ses richesses se basant sur les besoins non rationnels des utilisateurs ne servent qu'à assservir une masse qui y dépose toutes les infos qui devraient être secrètes .... L'échec du privé, l'échec de la conscience, l'échec de l'éthique. Mais tout ceci ne durera que peu de temps.