En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 7 min 42 sec
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 13 heures 16 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 14 heures 40 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 16 heures 50 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 17 heures 35 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 19 heures 4 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 19 heures 36 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 20 heures 43 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 21 heures 7 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 45 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 13 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 14 heures 26 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 15 heures 22 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 17 heures 23 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 18 heures 54 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 19 heures 6 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 20 heures 39 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 20 heures 54 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 21 heures 14 min
Chroniques du Pot aux roses

Pourquoi François Hollande a déjà perdu la prochaine guerre franco-allemande

Publié le 01 mai 2013
Car pour remporter une guerre, il faut un moral de vainqueur, la "discorde chez l'ennemi", et des alliés. Toutes choses que François Hollande n'a pas.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Car pour remporter une guerre, il faut un moral de vainqueur, la "discorde chez l'ennemi", et des alliés. Toutes choses que François Hollande n'a pas.

1 - Gross Pedalo

 

 

Nous l’avons déjà écrit ici : les vices de conception de l’euro sont nombreux. Il n’est donc nullement question de prendre la défense de cette monnaie mal cuite.

 

Contrairement à une opinion générale, les pays du Sud sont entrés dans l’euro avec des monnaies surévaluées, ce dont ils n’ont pas trop souffert au départ car l’euro lui-même ne l’était pas vis-à-vis des autres devises. Dès lors qu’à partir de 2002 la monnaie unique européenne s’est envolée face au dollar et au yuan, ce fut la double peine pour les «Sudistes», concurrencés en interne par les Allemands et en externe par tout ce que la planète compte d’entreprises travaillant sans ce handicap compétitif.

 

De plus, la parité de l’euro se cale sur les performances du plus puissant pays membre, l’Allemagne. Les autres courent vainement derrière le rétablissement de leurs comptes, leurs efforts étant anéantis par la surévaluation de leur monnaie. Il est intéressant de noter que, depuis que le Japon a modifié sa politique de change, les choses commencent à y aller un peu mieux et que l’Angleterre, qui refuse catégoriquement les règles idiotes de l’euro, a réussi depuis peu à endiguer la hausse du chômage qui ravage le continent.

 

Les partisans de l’euro prétendu fort ne tiennent pourtant aucun compte de ces réalités qui, tous les jours, contredisent leur credo. Remettre en cause leur dogme est donc une oeuvre de salubrité publique.

 

Hélas, et c’est bien là le drame de la France, les adversaires de l’euro le sont pour de mauvaises raisons. Les critiques mélenchoniennes ne visent qu’à défendre un système étatiste et bureaucratique moribond, une France-CGT à l’archaïsme mortifère. Les critiques lepénistes sont égarées entre une conversion récente à un discours socialisant et la chimère du protectionnisme.

 

Quant à Mou-Président, qui prétend traiter le cancer français avec de l’aspirine, il continue de tergiverser et d’attendre un miracle. Evidemment, son camp s’impatiente et commence même à paniquer. Ses troupes d’élus locaux clientélistes ont peur de perdre leurs jobs à partir de 2014.

 

Des tréfonds du parti socialiste monte donc une contestation de l’Allemagne et de sa tyrannique walkyrie, Angela, qui refuse de signer les chèques qu’attendent ceux qui veulent éviter toute réforme et vitupèrent le néo-libéralisme.

 

Mais la guerre politique qu’Hollande va devoir livrer à l’Allemagne d’ici à la fin de l’année, faute d’affronter son électorat de fonctionnaires et de tailler vraiment dans la bureaucratie, sera perdue d’avance. Que faut-il en effet pour remporter pareil conflit ?

 

D’abord, un moral de vainqueur et des troupes prêtes à se battre et éventuellement faire des sacrifices. Mais personne ne croit plus en François Hollande, personne ne veut faire le moindre effort pour défendre le système moribond et détesté qu’il préside. Dans quelques mois, il ne pourra sortir de l’Elysée que gardé par des pléthores de CRS.

 

Il faut ensuite une bonne organisation, de la logistique, des arrières solides. Nous n’avons qu’administration pagailleuse, verbiage et gaspillage, Etat pyramidal, autoritaire et sclérosé.

 

Est aussi utile, selon la fameuse expression de De Gaulle, la «discorde chez l’ennemi». C’est ce qu’espérait Hollande, comptant sur les Sociaux-démocrates pour une réédition du coup de poignard dans le dos de 1918, vieux fantasme allemand. Mais, non seulement le SPD a peu de chance de l’emporter contre Merkel à l’automne prochain, mais il prend grand soin de se démarquer du contre-exemple français et ne ferait, quand bien même il gagnerait les élections, que suivre la même politique intransigeante.

 

Il faut enfin des alliés. Mais la France est isolée en Europe. Allemands et Britanniques pactisent pendant qu’Italiens et Espagnols, criblés de dette, tentent de jouer leur survie égoïste.

 

Quant à l’argent, nerf de toute guerre, n’en parlons pas puisqu’il n’y en a plus.

 

Enfin ... Super-Normal aura peut être de la chance. La guerre avec Berlin n’aura sans doute pas lieu car Berlin ne relèvera pas le gant et s’en ira, les Allemands ne voulant pas faire l’effort colossal nécessaire pour sauver un «Sud» dont ils estiment qu’il n’est plus un marché vital. La fin de l’euro rebattrait les cartes. Mais elle s’accompagnerait d’une déflagration financière en France dont il est peu probable que Hollande et ses troupes puissent maîtriser les conséquences.

 

Une chose est sûre, passées les quelques réformes sociétales qu’il avait encore dans son escarcelle, Hollande n’a désormais plus rien à faire qu’à encaisser les coups qui vont pleuvoir de toutes parts. Quatre ans, Mitterrand que c’est long !

 

 

2 - Sanction contre Clément Weill-Raynal : privatisons France Télévisions !

 

Plutôt que d’essayer d’expliquer aux syndicalistes staliniens qui font la loi chez France-Télévisions que Clément Weill-Raynal devrait être encensé pour avoir brisé l’omerta sur le «mur des cons» et permis aux Français de savoir ce qu’est réellement le Syndicat de la magistrature, il faut traiter le mal à la racine.

 

Cette administration journalistique pléthorique et sectaire devrait être privatisée et les Français délivrés de l’obligation de lui payer toute redevance télévisuelle. Ce serait un petit premier pas vers l’indispensable baisse des prélèvements obligatoires.

 

Sans la manne fiscale, France Télévisions retrouvera bien vite le goût du travail d’investigation et des révélations et produirait beaucoup plus d’images «volées» mais ô combien significatives des turpitudes des uns et des autres.

 

 

 

 

3 - Petit cours d’économie mélenchonnienne pour élèves du secondaire

 

Les syndicats d’enseignants sont très réservés sur la valorisation dans l’enseignement secondaire de l’esprit d’entreprise, soudain décidée par Hollande. Pour Mélenchon, ancien professeur, les choses sont simples, comme à l’accoutumée : l’école n’a pas à enseigner «la cupidité».

 

Pour ces indécrottables bureaucrates biberonnés toute leur vie par l’Etat, seule la dépense publique est légitime, seul l’impôt est une source morale de richesse. Comme il faut bien l’asseoir à un moment ou à un autre sur des activités productives mais que celles -ci vont faire défaut, il ne restera plus qu’à s’emparer de l’épargne des riches puis à imprimer de la monnaie quand les caisses seront vides.

 

Et, quand la monnaie ne vaudra plus rien, il faudra l’imposer au peuple récalcitrant.

 

Vous avez bien suivi la leçon ?

 

 

4 - Dans la boîte à outils du président

 

Le jour où «The Phone House» menace de mettre la clé sous la porte et de laisser 900 salariés sur le carreau, notre bricoleur national s’en est allé aux Mureaux pour vanter sa boîte à outils contre le chômage.

 

Il est d’abord question de réserver 400 des 2 000 postes offerts chez Pôle Emploi à des jeunes des «quartiers». Leur expérience sera précieuse aux chômeurs qui viendront les consulter.

 

Les emplois d’avenir, pendant ce temps, commencent à recevoir une traduction concrète. D’intéressantes nouvelles nous sont parvenues de Corse à ce sujet. Le mouvement nationaliste d’opposition municipale, Inseme per Bastia, dénonce en effet : « la façon dont un dispositif louable, dans un contexte de fort chômage des jeunes, est complètement détourné de sa finalité et perverti par un système claniste et clientéliste » ; il observe : un «recrutement à l’aveugle, pénalisant pour la collectivité locale, qui embauche, et pour le jeune recruté qui se retrouve dans un emploi sans aucune utilité réelle et sans encadrement ... C’est un système en boucle, où tout est verrouillé, où on demande aux jeunes en contrepartie de la perspective d’une embauche de faire acte d’allégeance.» http://www.corsenetinfos.fr/Inseme-per-Bastia-denonce-l-utilisation-clie...

 

Chaque jour, la France fait des progrès en bricolage.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (44)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la saucisse intello
- 03/05/2013 - 02:03
@ Guff......
vous assumez une position qui n'est pas ordinaire. Vous m'avez beaucoup surpris. Pouvez-vous détailler ? Ca m'intéresserait au plus haut point.
la saucisse intello
- 03/05/2013 - 01:59
@ DEL.....
N'oubliez SURTOUT PAS 1870 : Perte de l'Alsace-Lorraine, Napoléon III prisonnier et Otton de Bismarck couronnant Guillaume 1er empeureur (kaiser) d'Allemagne dans la galerie des glaces du palais de Versailles. Sans oublier Jules Favre fondant en larmes devant Bismarck qui le regardait d'un air supérieur, méprisant, agressif....et allemand !
DEL
- 03/05/2013 - 00:59
Bis repetita placet?
On a eu 14/18, et puis 39/45: va-t-on vers un anniversaire répétant l'histoire?