En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

07.

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 10 heures 47 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 12 heures 13 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 12 heures 45 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 15 heures 22 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 16 heures 9 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 17 heures 42 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 18 heures 40 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 19 heures 8 sec
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 19 heures 25 sec
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 11 heures 6 sec
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 12 heures 29 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 13 heures 22 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 15 heures 40 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 16 heures 35 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 17 heures 59 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 18 heures 46 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 18 heures 59 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 19 heures 16 sec
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 19 heures 49 sec
© Reuters
© Reuters
Revue de blogs

A bas l'austérité ! Un vent de révolte souffle sur les blogs

Publié le 23 avril 2013
Alors que l'austérité est remise en cause au plus haut niveau européen pour les impasses économiques et les ravages sociaux qu'elle provoque en Europe du sud, deux mobilisations, en Grèce et en Espagne, témoignent via les blogs des tensions et de la résilience de ceux qui appellent à ne plus la subir passivement.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'austérité est remise en cause au plus haut niveau européen pour les impasses économiques et les ravages sociaux qu'elle provoque en Europe du sud, deux mobilisations, en Grèce et en Espagne, témoignent via les blogs des tensions et de la résilience de ceux qui appellent à ne plus la subir passivement.

Alors que  l'Union Européenne elle-même commence à promettre plus de flexibilité budgétaire pour les pays européens martyrisés par la crise et les mesures d'austérité, un fait divers en Grèce et une initiative populaire en Espagne ont attiré l'attention de toutes les blogosphères et parcouru Twitter bien au-delà de l'Europe en crise, jusqu'à la presse américaine. L'édition en ligne du New stateman a même désormais un blog collectif  "Austerity and discontent" (L'austérité et l'agitation), qui recense ces signaux de rupture et de révolte venus de l'Europe. 

Blood Strawberry (Fraise de sang) s'est répandu sur Twitter et Facebook mercredi 17 avril à la suite d'un autre hashtag mystérieux, #manolada, finissant par alerter jusqu'au Washington Time. A Manolada, dans une région de culture de fraises du Péloponnèse dont 70% partent à l'export, déjà bien connue pour les conditions inhumaines de travail et de vie imposés aux ramasseurs, un fait divers d'esclavagisme barbare a soudain alerté les réseaux sociaux. Effie Tselikas, correspondante de MyEurop en Grèce, a résumé le fait divers qui a déclenché l'indignation.

"Plus d’une trentaine d’ouvriers agricoles, tous immigrés, ont été blessés lors d’incidents survenus mercredi soir. N’en pouvant plus, après plus de 6 mois sans être payés, les quelque 200 Bangladais sont venus réclamer leur argent au propriétaire des champs de fraises qui les emploient au noir. Reçus par trois contremaîtres, ceux-ci les ont d’abord rembarrés, les menaçant de prendre d’autres travailleurs à leur place. Et, puis devant le refus des travailleurs migrants de battre en retraite, les contremaîtres ont ouvert le feu : à la carabine, ils ont tiré, poursuivant leurs cibles à travers champs. Bilan de la fusillade : une trentaine de blessés admis en urgence dans les hôpitaux de la région, certains dans un état critique. Un des trois hommes, ainsi que le propriétaire, ont depuis été arrêtés".

Vidéo tournée peu après la fusillade contre les ouvriers agricoles de Manolada.

Aussitôt après avoir été alerté par les associations locales, un blog de protestation, Bloodstrawberry, a été créé pour éviter qu'une affaire de plus soit étouffée par l'autocensure des médias locaux ou l'indifférence, et la mobilisation efficace des réseaux sociaux anglo-saxons, hors de Grèce, a certainement joué dans l'arrestation des responsables de la fusillade et du propriétaire de l'exploitation. Très vite aussi, des appels au boycott  des fraises de Manolada sont apparus, ainsi qu'un rappel des pays où elles sont exportées, mobilisant les graphistes et blogueurs européens, puis anglo-saxons. Des dizaines de tracts en de nombreuses langues sont visibles sur la galerie photos du hashtag Manolada. La barbarie de ce fait divers a eu un écho jusque dans les couloirs de l'Union Européenne, qui s'en est émue, et dans les centrales d'achat de certains supermarchés, qui ont annulé leurs commandes pour ne pas être associés aux "fraises de sang"..

 L'un des appels au boycott des fraises de Manolada, photomontage Artemissloba sur Twitter

Pendant ce temps, dans l'Espagne écrasée d'expulsions et de dettes et d'affaires de corruption royales ou politiques, un collectif est apparu via un blog et un hashtag (#remuevetudinero) pour mener une campagne d'un mois sur les réseaux sociaux et dans les associations locales de victimes des banques : "Retire ton argent". Elle encourage les Espagnols à en finir une fois pour toute avec les "mauvaises banques", dont la liste est publiée sur le blog, et de retirer leur argent pour le confier à des caisses de dépôt plus "éthiques", telles que Coop57Fiare, ou Oikocredit.

La révolte ne s'arrête pas au retrait des fonds des "mauvaises banques". Un autre hashtag se prépare pour le mois de mai,  ##INSUMISIÓNFISCAL (révolte fiscale), et rejoint le mouvement populaire espagnol plus large fédéré par le site Yo no pago (Je ne paie pas), qui n'hésite plus désormais à prôner "l’insurrection économique" en proposant en ligne un 'Manuel de la désobéissance économique".

Vidéo-manifeste du mouvement Nopagamos.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
walküre
- 25/04/2013 - 19:17
C'est beau
la démocratie. En attendant payez et réélisez vos escrocs. Car même le peuple a ses responsabilités.
Jean-Francois Morf
- 24/04/2013 - 18:04
L'austérité devrait STOPPER les privilèges des politiciens...
Et non s'attaquer uniquement aux plus pauvres!
VGE a déjà coûté 40 millions depuis son renvoi: STOP!
L'Europe emprunte milliard après milliard pour offrir des 13ème,14ème, et 15ème salaires de 9'000 Euros/mois aux anciens fonctionnaires à la retraite: STOP!
Tout ces corrompus au smic!
gdv
- 24/04/2013 - 08:26
De qui se moque-t-on ?
Confier la gestion des deniers publics à des fonctionnaires et des politiques est, par essence, très dangereux pour le choix de la dépense ou de l'investissement. Pourquoi ? parce que le capital n'est correctement géré que par son propriétaire, dépensez de l'argent qui nous appartient pas ne vous empêche pas de dormir.
Dans un pays où l'état met son nez dans tous les secteurs pour un pourcentage majoritaire du PIB, vous vous retrouvez avec une gestion irresponsable de l'argent que les citoyens ont tant de mal à gagner. C'est incroyable la capacité de Français à croire au père Noêl et à mettre sur le dos des autres les conséquences de leur irresponsabilité. On arrive même à leur vendre les compétences d'une licencié en droit qui n'a jamais travaillé dans une entreprise.