En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

07.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 31 min 23 sec
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 1 heure 15 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 1 heure 46 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 2 heures 10 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 2 heures 45 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 3 heures 7 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 3 heures 50 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 4 heures 33 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 4 heures 54 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 1 heure 10 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 1 heure 32 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 2 heures 4 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 4 heures 14 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 4 heures 49 min
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 5 heures 3 min
© Reuters
© Reuters
Quitte ou double

Et la vraie info de la semaine ? Le Japon est en train de sauver le monde... ou de détruire l'économie globalisée

Publié le 05 avril 2013
La Banque centrale du Japon a décidé mercredi de passer à une stratégie de contrôle de sa base monétaire au lieu de se focaliser comme auparavant sur une politique de taux d’intérêt nul.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Banque centrale du Japon a décidé mercredi de passer à une stratégie de contrôle de sa base monétaire au lieu de se focaliser comme auparavant sur une politique de taux d’intérêt nul.

Ca y est. Ils ont franchi le Rubicon.

La Banque centrale du Japon a lancé cette semaine une révolution, qui ne laisse plus de choix : soit le Japon va sauver le monde, soit un énorme pan de la théorie économique sera détruit.

Explications.

L'activité économique crée de l'inflation. Plus les gens créent de valeur économique, plus ils créent de monnaie (à travers les banques, qui créent la monnaie qui finance l'économie). Le job d'une banque centrale est de gérer la quantité de monnaie pour garder un équilibre : éviter, d'un côté, trop d'inflation, et de l'autre, le marasme économique et la déflation. Et personne ne doute qu'avec ses taux directeurs, une banque centrale peut le faire (elle peut faire des erreurs sur le comment, mais personne ne doute qu'elle a ce pouvoir).

Le problème arrive lorsque la banque centrale a ses taux directeurs à zéro et qu'il n'y a toujours pas assez d'activité économique ni d'inflation, et qu'elle ne peut plus baisser ses taux pour la relancer. Est-ce que la banque centrale à taux zéro est impuissante, ou non ?

Les deux théories économiques dominantes, néo-keynésiennes et monétaristes, sont d'accord pour dire que non. A taux zéro, la banque centrale a toujours des outils à sa disposition : elle peut créer de la monnaie pour acheter des actifs. Cela fait baisser les autres taux d'intérêts et augmenter la valeur des actifs (et, avec de la chance, crée un peu d'inflation), ce qui encourage les gens à investir et à consommer.

L'épicentre de ce débat est le Japon, qui a eu en premier (et depuis longtemps) ce problème d'une économie faible et déflationniste avec un taux directeur à zéro. Mais ce débat nous concerne aujourd'hui tous, puisque les Etats-Unis, la zone euro et la Grande-Bretagne sont aussi à taux zéro et avec une économie en sous-régime.

Le Japon a bien tenté plusieurs rachats d'actifs, ce qui n'a pas eu grand impact sur l'économie. Pour les partisans de l'impuissance des banques centrales à taux zéro, le point est prouvé : le Japon a essayé les achats d'actifs et ça n'a pas marché. Pour les partisans de la puissance (dont l'auteur de ces lignes), le cas du Japon ne prouve rien car ses efforts n'ont été que limités, à la fois en montant et dans le temps.

Le point clé à comprendre ici est que, pour les partisans de la puissance des banques centrales, une fois que les taux sont à zéro le principal outil d'une banque centrale est les attentes des marchés. L'inflation et la relance économique sont des phénomènes auto-réalisateurs : si tout le monde pense qu'il n'y aura pas de croissance, ils investiront et consommeront moins, et il n'y aura effectivement pas de croissance ; si tout le monde pense qu'il y aura une relance, ils investiront et consommeront en conséquence, et la relance sera là. Si tout le monde pense qu'il y aura inflation, ils consommeront vite et exigeront des augmentations, ce qui fera grimper les prix ; si tout le monde pense qu'il y aura déflation, ils attendront avant de consommer (puisque les biens vaudront moins cher demain) et la déflation sera là. L'importance des attentes a été mise en lumière par les derniers travaux économiques, qui ont fait évoluer la politique de la Fed comme je l'expliquais précédemment.

Dans ce contexte, les rachats d'actifs ne “comptent” pas tant en tant que tels qu'en tant que signal de la détermination de la banque centrale à faire grimper les prix et relancer la machine économique. Il y a une sorte de mécanique de bluff entre les marchés et la banque : la banque peut créer une quantité infinie de monnaie, donc il n'y a pas de doute que si elle le veut vraiment elle peut créer de l'inflation. La question est : est-elle prête à aller jusqu'au bout ? A tolérer un peu trop d'inflation pour relancer l'économie ? Si le marché pense que la banque centrale bluffe, elle pourra acheter tout ce qu'elle veut, ça ne changera pas grand chose. Il faut que la banque centrale soit prête à aller plus loin que le bluff, à “faire tapis”, pour convaincre décisivement le marché et créer la prophétie auto-réalisatrice. Dans une récession, le bon banquier central doit ressembler à James Dean dans La Fureur de vivre, ce qui n'est pas vraiment leur tempérament...

C'est en tous les cas le point de vue des partisans de la puissance des banques centrales.

Quel est le rapport avec le Japon ?

Le Japon a récemment élu un nouveau premier ministre, Shinzo Abe, qui veut à tout prix relancer l'économie japonaise, et tellement qu'il est prêt à utiliser tous les moyens du bord : relance fiscale, relance monétaire et réformes structurelles. Il veut notamment faire baisser le yen et relancer l'inflation. J'avais déjà évoqué cette révolution.

Son élection avait par elle même provoqué une baisse du yen et une relance des marchés d'actions japonais, mais cette relance a faibli—encore une fois à cause du problème du bluff. Shinzo Abe ira-t-il jusqu'au bout ? En aura-t-il même les moyens ? La banque centrale coopérera-t-elle ? Dans un pays avec un pouvoir si important des retraités, qui veulent le moins d'inflation possible, les autorités oseront-elles vraiment la relance ?

La banque centrale japonaise nous a donné la réponse cette semaine. Elle a annoncé un programme extrêmement ambitieux : des rachats d'actifs trois fois plus importants (par rapport à la taille de l'économie) que ceux de la Fed américaine, potentiellement de tous types d'actifs : obligations gouvernementales japonaises et étrangères, et même obligations privées et actions. Et surtout, la banque centrale a mis en place une cible explicite d'inflation de 2% et s'est engagée à l'atteindre. La banque centrale a clairement dit au marché : “Je ne bluffe pas, je suis prêt à tout faire pour faire grimper lex prix.”

Bref, elle a “fait tapis.”

Sauf coup de théâtre, maintenant, il ne reste plus que deux possibilités. Soit les partisans de la puissance de la banque centrale ont raison, et la détermination de la Banque du Japon relancera l'économie japonaise après vingt ans de marasme. Dans ce cas-là, la Banque du Japon aura sauvé le monde, en montrant aux autres banques centrales comment relancer l'économie à taux zéro. Il y aura de l'espoir pour la zone euro et les Etats-Unis.

Soit la Banque du Japon n'arrivera pas à ses fins ; il faudra alors repenser plusieurs piliers de la théorie économique, et une relance en Europe et aux Etats-Unis deviendra beaucoup plus difficile.

Dans tous les cas, la révolution qui a lieu en ce moment au Japon déterminera l'avenir économique du monde. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sicenetoi
- 06/04/2013 - 14:01
le japon ?
Et pourtant il nous était montré comme exemple il y a ...;25 ans !
boblecler
- 06/04/2013 - 09:56
Les droitiers doivent revenir à la base de la relance keynésienn
Pour relancer la consommation, shinzo abé ou l'autreur doivent se remémorer la pyramide de maslow qui est à la base de la théorie keynésienne. La consommation commence par la satisfaction des besoins primaires se loger et se nourrir et l'économie du japon est basée sur des produits entertainment et des biens à haute valeur ajoutée donc le japon doit avant tout redistribuer des ronds aux gens les plus pauvres qu'ils achètent des sacs de riz et puissent se loger pour relancer la hasse du logement et provoquer l'envolée des crédits hypothécaires et il faut exporter. Hier j'ai vu la différence entre un réflexe nipon à 2000 euros et la caréma galaxy samsung à 399 euros. Le premier avait une bonne manufacture mais pauvre en connectique sans fil, pas trop de mémoires internes alors que l'autre offrait la possiblité de téléphoner de surfer sur internet pour partager ses photos. Les Japonais doivent donc augmenter leur capacité d'innovation pour reconquérir des parts de marchés. les ventes de toyota sont en baisse de 10 %
Sossa
- 06/04/2013 - 08:49
Levez le nez de la théorie monétaire !
Le problème du Japon n'est pas monétaire, il est que sa population se réduit ; tous les progrès en termes de productivité des salariés passent à maintenir la production constante malgré une baisse de la population active. Au lieu de faire joujou avec le yen, Abe devrait s'occuper de créer un climat propice au cumul emploi / enfants pour les japonaises.