En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 21 min 54 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 1 heure 5 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 1 heure 27 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 2 heures 38 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 4 heures 54 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 6 heures 1 min
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 6 heures 30 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 50 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 1 heure 15 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 2 heures 14 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 4 heures 23 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 6 heures 14 min
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 21 heures 7 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 22 heures 15 min
Trans-Amérique Express

Rencontre Obama Netanyahu : pourquoi ils se détestent... et pourquoi ça ne change pas grand chose

Publié le 03 avril 2013
Barack Obama rencontrera ce mercredi Benjamin Netanyahu à l’occasion de son premier voyage présidentiel en Israël. Si l’Etat hébreu reste le grand allié des Etats-Unis, le courant n’est jamais passé entre le président et le premier ministre. La faute à quelques bévues diplomatiques et de profondes divergences politiques.
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barack Obama rencontrera ce mercredi Benjamin Netanyahu à l’occasion de son premier voyage présidentiel en Israël. Si l’Etat hébreu reste le grand allié des Etats-Unis, le courant n’est jamais passé entre le président et le premier ministre. La faute à quelques bévues diplomatiques et de profondes divergences politiques.

Ce 20 mars, le président Obama arrive en Israël. Première étape d’une tournée au Proche-Orient qui le conduira également en Jordanie et en Cisjordanie. C’est sa première visite en Terre Sainte depuis son entrée à la Maison Blanche en 2009. Sa précédente venue remontait à juin 2008. Il n’était alors que candidat.

 

Les ambitions de cette visite sont modestes. Le processus de paix israélo-palestinien est au point mort. Les désaccords entre Washington et Tel Aviv, sur la façon de le relancer, profonds. La construction de nouvelles colonies israéliennes à Jérusalem-Est et le contrôle de Gaza par le Hamas, organisation considérée comme "terroriste" par Washington, bloquent toute discussion.

 

Du coup le président américain et le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, se focaliseront sur les autres dossiers chauds de la région : la guerre civile en Syrie, le dossier nucléaire iranien, le détournement du "printemps arabe" par les partis islamistes. Des questions qui intéressent Israël au plus haut point. L’Etat hébreu demeure entouré par des pays arabes hostiles. L’Iran le menace régulièrement. Et il partage une frontière avec la Syrie, au plateau du Golan, occupé par Israël depuis 1967, et partiellement patrouillé par l’Onu.

 

Mais au-delà des discussions c’est l’attitude des deux hommes que les observateurs vont scruter. Car Barack Obama et Benjamin Netanyahu ne s’apprécient guère. On dit même qu’ils se détestent cordialement. Une détestation née de rendez-vous manqués et de visions politiques opposées. Mais une détestation qui ne remet pas en cause le soutien infaillible des Etats-Unis à Israël.

 

Entre eux, les choses ont mal commencé. En juin 2009 Obama effectue un grande tournée au Proche-Orient qui culmine par un discours d’ouverture au monde musulman prononcé au Caire. Dans ce discours il affirme que "les Etats-Unis ne reconnaissent pas la légitimité des colonies israéliennes" en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Pour lui, ces constructions rendent impossible la mise en œuvre de la solution dite des "deux Etats". Un langage inattendu dans la bouche d’un président américain. Comme Obama a omis de s’arrêter en Israël pendant son périple, Netanyahu s’est senti victime d’un double affront.

Un brin provocateur, Netanyahu répond l’année suivante. En mars 2010, au milieu d’une visite du vice-président Joe Biden en Israël, son gouvernement annonce la construction de mille six cents nouveaux logements à Jérusalem-Est… La coïncidence est vexante pour Joe Biden qui ne cache pas son dépit lors de la conférence de presse commune. Ce soir-là il arrivera au diner officiel avec 90 minutes de retard.

Quelques jours plus tard c’est Netanyahu qui se trouve à la Maison Blanche pour une visite de travail. Les discussions sont tendues et Obama quitte la réunion pour aller diner en famille dans ses appartements privés. Il reviendra simplement à sa conclusion pour saluer son visiteur.

En mai 2011, à l’occasion de la venue à Washington de M. Netanyahu, Obama insiste dans un discours sur la nécessité, pour tout accord de paix, d’un retour aux frontières de 1967. Celles d’avant la guerre des Six Jours. Le lendemain, dans le bureau ovale, un Netanyahu inflexible fait la leçon au président américain. Devant la presse, doigt professoral pointé en avant, il détaille l’histoire d’Israël. Les frontières de 1967 sont "indéfendables", dit-il. "Une paix bâtie sur des illusions, se fracassera contre la dure réalité du Proche Orient".

Cet épisode glacial marque la rupture entre les deux hommes. Obama a compris qu’il ne ferait pas bouger Netanyahu et ce dernier est convaincu que le président américain "ne comprend pas" la situation d’Israël. Dès lors Obama se désintéresse du dossier et s’en tient aux positions officielles américaines vis-à-vis de son allié.

 

A l’amorce de la campagne présidentielle américaine, Obama adopte un langage plus conciliant. Pour espérer être réélu, il ne peut s’aliéner le "vote juif", ni le vote des Américains pour qui l’alliance avec Israël est sacrée. Du coup il rejette la reconnaissance du statut "d’Etat" à l’Autorité Palestinienne par l’Assemblée Générale des Nations Unies, et cesse d’appeler à un gel des colonies.

 

Néanmoins Netanyahu cache à peine sa préférence pour le challenger républicain Mitt Romney. Les deux hommes se connaissent depuis les années 1970, ayant travaillé en même temps pour le Boston Consulting Group. En juillet 2012 quand le candidat républicain se rend en Israël (son quatrième voyage sur place) Netanyahu le reçoit et les deux hommes affichent un "accord parfait" sur tous les sujets. Au contraire d’Obama, Romney épouse parfaitement la "ligne Netanyahu".

 

En septembre 2012 tandis que Netanyahu et Obama participent à l’Assemblée Générale de l’Onu, les deux hommes s’évitent, prétextant des agendas inconciliables…

 

Au-delà des conflits de personnalités, leur différend tient à deux visions opposées du Proche-Orient et de ce qu’il faudrait pour y établir la paix.

Obama a adopté les thèses de la gauche américaine pro-palestinienne. Elles placent la responsabilité des blocages sur l’intransigeance israélienne et l’extension systématique de ses colonies, considérées comme "illégales", et qui ont morcelé la Cisjordanie au point de rendre rendent la solution des "deux Etats", impossible à mettre en œuvre.

 

Netanyahu, leader du Likud, le parti conservateur, défend les thèses de la droite israélienne. Pour lui Israël est face à un environnement hostile. Les Palestiniens et de nombreux pays arabes refusent son droit fondamental à exister. Ils continueront, quoiqu’il arrive, à œuvrer pour sa destruction. Israël est en droit de se défendre et de gérer son développement démographique et économique, sans attendre que ses ennemis renoncent à leurs projets. D’autant que le seul langage que les mentalités arabes comprennent est celui de la force.

 

Ces désaccords et la détestation mutuelle ne sont toutefois pas suffisants pour remettre en cause l’infaillible soutien américain à son allié. Les Etats-Unis versent trois milliards de dollars par an à Israël pour sa défense. Ils ont contribué à mettre en place son "dôme de fer", un système de défense anti-missile conçu pour protéger les villages du sud contre les rockets du Hamas, puis étendu à l’ensemble du territoire. Pour un coût supplémentaire de 900 millions de dollars sur quatre ans. Israël est aussi le seul pays à pouvoir acheter des avions de chasses américains (notamment des F-35) dotés des dernières technologies.

 

Sur la scène internationale, l’administration Obama a toujours défendu Israël. Notamment à l’Onu. Y compris tout récemment lors de l’opération Piliers de Défense contre le Hamas à Gaza. Un soutien reconnu avec gratitude par Netanyahu. En mars 2012, il disait : "Israël et les Etats-Unis partagent des valeurs communes, nous défendons des intérêts communs, face à des ennemis communs…Nous sommes vous, et vous êtes nous. Nous sommes ensemble."

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jlbaty
- 22/03/2013 - 07:46
la pire espéce sur terre , l' homosapiens sapiens
La plus grosse et grande connerie du 20 ème siècle , l' état d' Israël et les camps de concentration autour, Les murs des camps nazis n' étaient pas aussi haut.
Si tout simplement, l' intelligence avait été supérieur a la bétise fanatique il y aurait pu avoir un véritable paradis dans cette région, mais l' homme est ce qu' il est ,orgueilleux belliqueux prédateur haineux , il adore se battre et tuer, humiler, exploiter depuis des siècles et il en est parfaitement conscient puisqu' il idéalise un paradis aprés la mort mais surtout pas avant ça l' empécherai de faire ses saloperies
daidou55
- 20/03/2013 - 22:38
"(hamas)considéré comme
"(hamas)considéré comme "terroriste" "
votre méconnaissance du sujet et l' étalage de poncifs ressassés 1million de fois ne vous pardonnent même pas
occupez vous d'art et de médias...si j'ai bien compris