En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

De la difficulté à juger les politiques

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 8 min 38 sec
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 1 heure 3 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 1 heure 41 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 2 heures 10 sec
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 12 heures 9 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 16 heures 12 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 18 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 19 heures 26 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 21 heures 24 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 21 heures 49 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 17 min 34 sec
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 1 heure 43 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 57 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 57 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 17 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 19 heures 5 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 20 heures 28 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 21 heures 35 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 22 heures 1 min
© DR
© DR
La semaine Goldnadel

Gilles-William Goldnadel : ce qui m'anime

Publié le 03 avril 2013
Chaque semaine, Gilles-William Goldnadel chronique pour Atlantico l'actualité française et internationale. Quelques thèmes privilégiés reviennent fréquemment dans ses écrits. Non sans susciter la polémique ! Pour cette première édition de l'année, interview sur les motivations de notre chroniqueur.
Gilles-William Goldnadel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles-William Goldnadel est un avocat pénaliste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières. Il fut le défenseur des accusés dans les affaires Sentier I et Sentier II, ainsi que dans l'Angolagate. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chaque semaine, Gilles-William Goldnadel chronique pour Atlantico l'actualité française et internationale. Quelques thèmes privilégiés reviennent fréquemment dans ses écrits. Non sans susciter la polémique ! Pour cette première édition de l'année, interview sur les motivations de notre chroniqueur.

Atlantico : Dans votre dernier bloc-notes de 2012, consacré au succès de la blogosphère de droite (voir l'article en cliquant ici), vous suggérez, comme souvent, que la gauche exerce sur la vie médiatique et intellectuelle française une emprise intolérable. Pourquoi ne pas y voir, tout simplement, une attractivité supérieure des idées assimilées à la gauche ?

Gilles-William Goldnadel : Tout d'abord, sérions les questions : sur l'impérialisme de la gauche intellectuelle, il ne me viendrait pas à l'idée de reprocher au Monde, à Libération ou aux Inrockuptibles d'être de gauche et donc de véhiculer "une pensée".

Ce que je considère, en revanche, comme effectivement intolérable - et qui est pourtant considéré comme normal - c'est le manquement du service public audiovisuel de l'information à son obligation de neutralité. Le personnel de France Inter, France 2 et 3, d’Arte - et c'est vrai que je l’ai dit, écrit et que je le répéterai ad nauseam - trouve parfaitement normal de laisser transparaître, de manière quasi unanime, sa "sensibilité de gauche", revendiquée à  plusieurs reprises. Pour moi c'est un manquement déontologique à l'égard d'une partie des Français qui payent une redevance.

Si le personnel politique de droite avait plus de courage et de conviction, ce combat devrait être une priorité. Ce n'est pas une question seulement de désinformation, c'est encore et surtout parce que sous couvert de service public et d'un ton moralisateur, on laisse à penser depuis des lustres à une large partie du public que la vision sociétale ou politique de ces journalistes, par ailleurs souvent talentueux, correspondrait à la norme.

Mais au-delà de la question de l'information stricto sensu, la véritable domination culturelle gauchisante s'exerce, de manière peut-être insoluble, dans le domaine cinématographique et artistique. De tout temps, l'utopie artistique aura rempli son office salvateur tant pour aiguillonner le prince que pour ré-enchanter un monde angoissant. Mais dans le monde virtuel dans lequel nous vivons, l'artiste a ravi aux acteurs politiques déclinants la place centrale qu'ils occupaient. L'image a triomphé de l'idée et l'illusion de la réalité. Ajoutez à cela des artistes qui se sont toujours présentés sous leur meilleur profil (de l'occupation à aujourd'hui, on sait que la réalité est évidemment moins attrayante) qui n'ont pas une réflexion ou une culture très impressionnante et vous pouvez comprendre le produit soi-disant culturel qui a été présenté aux deux dernières générations d'occidentaux. Et c'est encore beaucoup plus important que l'information biaisée.

C'est quoi un film américain de politique fiction produit par Hollywood depuis des années ? Un complot dans lequel est fatalement mêlée la CIA. C'est quoi un film social français des années 2000 ? Une histoire dans laquelle un bon bourgeois culpabilisé  vient en aide à un sans-papiers menacé d'expulsion. C'est quoi un vidéo-clip de rap en boucle ? Un noir révolté, entouré de femmes soumises et dévêtues, très en colère contre les flics français racistes. Et ça fait 30 ans que ça dure.

Nous ne sommes pas dans le domaine des idées et de la réflexion, nous sommes dans celui des fantasmes construits et de la perception imposée.

Ce qui caractérise, le matraquage permanent post marxiste, c'est que nous sommes plus dans le domaine d'une théorie dogmatique et argumentée mais au contraire dans la non pensée moralisatrice et obligatoire. Une sorte de bouillon clairet et insipide de sous-culture anti-occidentale, qui lave le cerveau, et dont les seules épices pour donner du goût sont les adversaires à détester religieusement : comme, par exemple, le raciste franchouillard hétérosexuel et homophobe. J'ai expliqué dans "ma réflexion sur la question blanche" qu'il s'agit d'une tragique perversion du choc de cette Shoah dont le responsable serait l'Etat-nation occidental.

Mais quel rapport avec la gauche ?

C'est l'extrême gauche après 68 à la fois antiétatique et tiers-mondiste qui a véhiculé cette thématique perverse. Elle ne s’est plus appuyée sur la théorie marxiste qui avait manifestement échoué lamentablement partout, et elle a appliquée, sans doute sans le savoir, les théories gramscistes de la prise du pouvoir non plus par la force ou par les urnes mais en subvertissant les consciences. Sa réussite est exceptionnelle. Je ne parle pas seulement de ce qu'elle a converti largement l'ensemble de la gauche française, je parle de la sidération et de la culpabilisation des esprits par la création d'un surmoi tétanisant. Je parle enfin de la déstructuration de la société française et même de l'individu attaqué non seulement dans son identité culturelle, nationale mais encore aujourd'hui sexuelle par l'élaboration des théories du genre.

Pour lui résister et tenter de renverser ce formidable courant peut être irréversible, il faut procéder par l’imitation de leur procédé d'intimidation. Vous avez fait référence à mon dernier bloc-notes de l'année. Je me réjouissais du fait de ce que cette Vulgate post marxiste ou postmoderne comme vous voudrez, est sur le point d'exaspérer toutes ses victimes. C'est ce qu'on appelle "la droite décomplexée", mais je voulais surtout insister sur la nécessité, pour porter l'estocade, de désormais complexer cet extrême gauche qui n'est plus tout à fait en majesté.

Elle a fait son succès en invoquant superbement sa supériorité morale et intellectuelle.

On sait à présent qu'il ne s'agit que de pure frime. Il faut donc faire en sorte que le ridicule, le grotesque, le sordide changent de camp : dire, tranquillement, en utilisant si possible, la même causticité, que le  totalitarisme c'est le gauchisme - ainsi que son compagnon de route et complice islamiste - et plus crûment et plus prosaïquement encore, qu'aujourd'hui le beauf, le gros con bas du front, se recrute beaucoup plus facilement à gauche qu'à droite. A l'université, j'avais un copain, gentiment fayot, aujourd'hui confrère pénaliste avec un petit nom qui, un jour qu’il était en mal de confidences m'avait avoué qu'il se disait de gauche pour plaire aux filles. Il faut faire en sorte que pour emballer, ce soit mieux d'être de droite.

N'êtes-vous pas finalement aussi systématique que ceux que vous dénoncez ?

J'ai décrit à plusieurs reprises mon expérience personnelle de l'extrême droite intolérante et du catholicisme impérieux. Ne vous y trompez pas, si nous étions dans les années 30, quand le nationalisme chauvin tenait le haut du pavé intellectuel, j'aurais pris, j'en suis sûr, des positions exactement symétriques. Au fond, le fascisme intemporel n'est rien d'autre que la soumission conformiste à la mode qui trotte. Il faut comprendre qu'aujourd'hui le gauchisme n'est plus qu'un astre mort qui éclaire encore d'une lumière glauque les églises médiatiques. Comme dans tout phénomène d'essence religieuse, les petits clercs qui s'y convertissent encore ne le font plus que par habitude ou par un réflexe de crainte révérencieuse. Ainsi, dans un pays comme la France, où les journaux sont faibles et les places sont chères, un journaliste va encore épouser la pente de la facilité conforme par peur de déplaire et de nuire à sa carrière. Le militantisme n'est plus réservé qu’à une minorité d'obtus. L'intelligence et le courage ont largement changé de camp, cela commence à se savoir. Raison de plus pour oser le dire effrontément.

Sur le plan extérieur, on vous a souvent reproché d'être un sioniste, exagérément attaché à Israël. Qu'en est-il ?

Il n'y a aucun doute que je suis résolument attaché à l'existence d'un Etat-nation pour le peuple juif sur sa terre historique. Donc aux réalisations du sionisme. J'aurais beaucoup de mal à faire le départ entre ma sensibilité affective personnelle et le fait que je sois, de manière générale, un défenseur de l'identité et du droit pour chaque peuple de bénéficier de la protection physique et culturelle d'un Etat-nation démocratique. Je le défends résolument pour chaque peuple, français, algérien, tibétain et même arabe de Palestine pour autant que ce dernier ne milite pas comme il le fait depuis un siècle avec une belle constance pour la destruction de l'Etat-nation du peuple juif.

Sur le plan personnel, je me suis construit affectivement sur le terreau de l'antisémitisme chrétien et dans le souvenir, sans jouissance ostentatoire, de ce qu'avait été le sort de ceux qui m'avaient précédé et qui n'avaient pu bénéficier de la protection effective d'un Etat refuge. Je reconnais que les réalisations, y compris militaires, de l'Etat juif ont redonné une fierté, parfois excessive, à un judaïsme diasporique, qui, croyez-moi, faisait moins étalage de sa judéité il y a un demi-siècle. C'est la dette que je paye sans barguigner. J'ajoute enfin que même si, d'évidence, la politique gouvernementale israélienne ne saurait être exempte, par essence, de reproches, la détestation de l'Etat juif me paraît tellement extravagante, obsessionnelle et disproportionnée, qu'elle ne fait que renforcer ma détermination d'avocat de cette cause existentielle.

Où voyez-vous de la disproportion ou de l’acharnement injuste ?

Je me bornerai aux exemples les plus récents : songez que les massacres en Syrie depuis le début de la guerre ont causé près de trois fois plus de victimes que l’histoire du conflit israélo-palestinien ! Ainsi que je l’ai fait remarquer à plusieurs reprises, les belles âmes de gauche indignées, les grands amoureux français des peuples arabes, keffiéh autour du cou, les Mgr Gaillot, Stéphane Hessel, Alain Besancenot et consorts n’ont pas usé une seule fois leurs escarpins sur les pavés parisiens. Vous voudrez bien comparer leur silence et leur passivité avec les manifestations monstres organisées à Paris lorsqu’Israel a été conduit à riposter aux attaques de roquettes du Hamas.

Vous voulez un exemple encore plus frais d’acharnement injuste ? Je lis Le Monde, et notamment sa couverture du conflit proche-oriental, depuis 40 ans. Je jure que jamais ce journal, lorsque il a rendu compte d’un article d’un journal israelien, n’a donné à ses lecteurs autre chose qu’un point de vu anti-gouvernemental. Cette semaine, le grand journal The Jerusalem Post, a publié un article d’un important journaliste arabe-israelien nommé Khaled AbuToahmeh, celui-ci fait le procès en règle de la corruption, de l’atteinte aux liberté, et de la duplicité politique de l’Autorité Palestinienne. La semaine dernière, un des plus importants blogueur égyptien laïc, très critique envers les frères musulmans s’est rendu en Israel dans un geste de concorde.

Le Monde n’a pas parlé et ne parlera pas de ces deux sujets, tous deux traités dans la presse anglo-saxonne. On me demande parfois s'il n'y a pas une contradiction chez moi, le contempteur de l'antiracisme professionnel et  obsessionnel à reprocher aux antisionistes leur antisémitisme. Mais, je récuse la formulation de cette question biaisée : contrairement à ce que les pratiquants de l'anti-israëlisme obsessionnel feignent de penser, il est rare, et pour tout dire exceptionnel, que je leur reproche leur antisémitisme. On peut détester pathologiquement Israël pour bien d'autres raisons : l'ignorance, la stupidité, la méchanceté, la détestation de l’être et de l'Etat-nation occidental par exemple. Ces défauts me viennent naturellement à l'esprit, avant l'antisémitisme qui n'est peut-être pas le pire…

Cependant  une perversion intellectuelle s'est construite qui voudrait que ces gens bénéficient, précisément en raison de leur antisionisme, d'un brevet indiscutable de philo-sémitisme, bien dans la tradition d'insoupsonnabilité du gauchisme immaculé.

Or, on peut être ignorant, méchant ET antisémite. On peut être antisioniste ET antisémite, je pense même que ça doit  aider…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (61)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Epsilon
- 09/01/2013 - 14:54
Question
Dans quel pays vit GWG? Au pays des fantasmes non? Il vient de découvrir qu'il n'y a pratiquement que des stupidités superficielles et fausses à la télévision? Un garçon intelligent l'aurait remarqué dès les années 80. J'imagine que dans le pays où il vit, les chaînes privées possédées par des personnalités de droite ne diffusent que des programmes intelligents, pédagogiques et culturels...Ici, en FRANCE en tout cas, tout le monde pourra constater la qualité des programmes de chaînes comme TF1 ou M6...
golvan
- 09/01/2013 - 10:34
@love france
Si l'on reprend votre définition d'un Etat démocratique qui doit se suffire à lui-même, faut-il considérer que la France qui a accumulé des dettes colossales chaque année depuis plus de trente ans grâce à l'emprunt, est une démocratie?
Parce que, par définition l'emprunt a été réalisé grâce à des prêteurs extérieurs à la France.
Et pour paraphraser votre grand chercheur israélien: la France c'est une fonction publique qui possède un Etat, et non un Etat qui possède une fonction publique.
Je trouve que c'est un peu exagéré non ?
Soiwatter
- 09/01/2013 - 09:26
@ender
Parce que justement, elles ont le DROIT d'intervenir (pas d'imposer) et le devoir en tant que représentant sinon d'une majorité, au moins d'une minorité substantielle, visible et constituée (entre un tiers de la population pour une pratique régulière et deux tiers pour une pratique occasionnelle liée aux grands moments de la vie, selon comment on définit la pratique religieuse).
----
Mais les raisons des opposants ne sont pas que religieuses ou morales (parce que sinon, les modérés ne seraient pas aussi virulents)
Elles sont aussi sociologiques, anthropologiques, philosophiques, psychologiques, juridiques....
---
Car il y a une différence entre l'amélioration des conditions d'union civiles (type pacs, ou autres à définir) et des droits de garde, succession, protection sociale... hors mariage (ce qui devrait même être fait du fait du nombre de couples avec enfant non mariés) et de toucher au mariage lui-même et aux définissions légales de la parentalité et de la bioéthique.