En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 38 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 41 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 9 heures 22 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 11 heures 7 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 12 heures 14 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 33 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 16 heures 9 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 7 heures 3 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 8 heures 7 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 42 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 43 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 46 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Géopolitico-Scanner

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

Publié le 06 décembre 2019
Qwant est un moteur de recherche français qui tente de se démarquer du géant américain Google. Qwant assure ne pas tracer ses utilisateurs, ne pas revendre leurs données personnelles. La plateforme souhaite se positionner comme l’un des garants de la protection de nos vies privées face aux GAFAM américains et aux BATX chinois.
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Qwant est un moteur de recherche français qui tente de se démarquer du géant américain Google. Qwant assure ne pas tracer ses utilisateurs, ne pas revendre leurs données personnelles. La plateforme souhaite se positionner comme l’un des garants de la protection de nos vies privées face aux GAFAM américains et aux BATX chinois.

Qwant est le moteur de recherche français et européen qui assure ne pas tracer ses utilisateurs, ne pas revendre leurs données personnelles, et veut se positionner comme l’un des garants de la protection de nos vies privées face aux GAFAM américains (Google, Apple, Amazon, Facebook et Microsoft) et aux BATX chinois (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi). Une position légitime et utile à notre souveraineté numérique, qui le rend toutefois génant aux yeux de ses adversaires. Explications.

Bien sûr, un moteur de recherche français qui veut concurrencer Google, cela peu paraître prétentieux. Surtout lorsque l’on sait qu’en France, une start-up lève, à projet égal, environ 10 fois moins de fonds qu’aux Etats-Unis. Pourtant, c’est le pari qu’a fait Eric Léandri, le PDG de Qwant. Avec une réussite qu’il faut saluer, puisque son moteur existe, et qu’il est aujourd’hui utilisé par des millions de personnes. Il vient d’ailleurs d'être choisi par la Région Occitanie pour être installé par défaut sur des milliers d’ordinateurs.

Evidemment, le fait que Qwant ne revende pas les éléments liés à nos vies privées à des sociétés tierces lui donne un pouvoir d’attractivité évident par rapport aux GAFAM, qui ont transformé nos vies en biens de consommation courante. 

Surtout, Qwant et son PDG énervent au plus haut point leurs concurrents californiens car ils ont mis en place des outils étiques, là où les sociétés américaines ont démontré qu’elles abordaient parfois cette question avec légèreté. 

Plusieurs spécialistes du renseignement expliquent par ailleurs que Qwant empêcherait peu à peu les services secrets américains d’avoir un accès direct à nos données privées.

Qwant, versus Google et les services secrets américains

Tout en révolutionnant notre façon de consommer, Internet a aussi transformé notre perception de la démocratie et des relations internationales! Depuis 20 ans, la toile a fait muter notre conception des libertés individuelles, puisque nous acceptons d’ y voir disséquer nos habitudes et nos vies privées que nous sommes des centaines de millions à exhiber sur les réseaux sociaux. 

Une habitude devenue aubaine pour les géants de l’Internet qui se nourrissent de nos ‘’profils’’ pour engranger du chiffre d’affaires en commercialisant nos données. Mais ce que l’on dit moins, c’est que ces données servent aussi à nous espionner, à savoir l’essentiel sur nos goûts, sur nos déplacements, sur nos amis, etc. Des données qui servent évidemment à de nombreuses officines outre - Atlantique… entre autres.

Ainsi, le moteur de recherche Google s’est-il appuyé, d’après de nombreuses sources, sur le savoir-faire des hommes du renseignement américain pour se developer et exploiter ces informations. Notre confrère Maxime Chaix, spécialiste des Etats profonds et des services de renseignement, explique ainsi dans un article publié sur le site d’informations Globalgeonews.com que “le futur Google a bénéficié dès janvier 1996 d’un capital d’amorçage fourni notamment par la NSA et la CIA. Ces financements impliquaient le suivi étroit, par deux universitaires employés par le Renseignement américain, des travaux de développement du moteur de recherche qui deviendra Google.com en septembre 1998. Ils s’inscrivaient dans la logique d’un recentrage du Pentagone sur la « guerre de l’information  à l’ère de l’Internet - un bouleversement stratégique initialement prôné par le Highlands Forum. Fondée en 1994, cette institution est un méconnu mais puissant réseau d’influence organiquement lié au Département de la Défense, et longtemps co-présidé par le stratège Andrew « Yoda » Marshall – le protecteur du trio belliciste formé par Dick Cheney, Donald Rumsfeld et Paul Wolfowitz durant la première moitié de la présidence de George W. Bush». 

En 2017, Qwant et plusieurs sociétés de l’Open Internet Project ont déposé plainte auprès de la Commission européenne afin de contester la position dominante de Google sur le système d’exploitation Android. Le 18 juillet 2018, Bruxelles a ainsi condamné la firme américaine à une amende de 4,34 milliards d’euros pour abus de position dominante. Un coup dur pour les géants américains du net. Une victoire pour la France et l’Europe.

Dans les mois qui ont suivi, Qwant - ou plutôt son PDG - est pourtant devenu l’objet de critiques relayées par certains médias. 

On lui reproche ainsi de ne pas tenir ses objectifs, de combattre sur plusieurs fronts et d’avoir les yeux plus gros que le ventre, là où aux Etats-Unis, on saluerait son patriotisme économique.

On lui reproche enfin de trop payer ses cadres, dans un pays où l’on passe pourtant le plus clair de notre temps à expliquer qu’on ne gagne pas assez…

Bref, le PDG de Qwant est a cible de controverses qui font la joie de ses concurrents, lesquels ne doutaient certainement pas que la faiblesse de tels arguments puissent le mettre en difficulté.

Qwant et la guerre du Numérique

Leandri, créatif et visionnaire, ne peut pas tout, tout seul, contre Google, les GAFAM et leurs appuis étatiques. Il mène un combat pour la souveraineté numérique de la France et de l’Europe qui mérite qu’on le soutienne, que des alliances autour de lui se créent. Les enjeux sont trop importants pour la démocratie et les libertés individuelles.

Car Qwant ne représente pas seulement une menace économique pour Google. Il représente aussi une menace pour les services américains, qu’il va priver de l’accès à des millions de données privées. Il est un outil de protection de nos libertés, et représente de fait un enjeu géopolitique digital de taille pour l’Etat français.

Qwant a vu le jour grâce à Eric Léandri. Pourtant, la question se pose de le remplacer si l’on en croit plusieurs sources proches du dossier.

Toutefois, qu’en serait-il sans lui ? Qui, parmi ceux qui devisent sur son sort, pourra bien livrer la bataille du numérique face aux GAFAM avec autant d’acharnement que celui qui a osé défier avec un certain succès le géant Google?  

Bien sûr, la partie sera difficile à gagner face aux Américains et aux Chinois. 
D’autant que la guerre du numérique, qui se joue sur la toile, dans les médias et les cénacles du pouvoir, est d’autant plus terrible qu’elle a tout d’une guerre de l’ombre.

Dans ce contexte, il est utile de rappeler que Qwant est un moteur de recherche qui fonctionne, même si bien sûr il doit encore s’améliorer. Qu’il n’atteigne pas encore ses objectifs de chiffres d’affaires est sans doute préoccupant, mais quoi de plus normal quand il a été la cible d’attaques récurrentes qui ont fait peur aux investisseurs, ralenti ses levées de fonds et probablement eu un impact sur son développement ?

N’oublions pas que dans cette guerre de l’Internet - qui est aussi une guerre d’influence économique et géopolitique parfois menée par des officines étrangères - il faut des hommes de l’Art, des inventeurs, des innovateurs, ce qu’ont très bien compris les Américains, toujours pragmatiques. 

Il faut donc que la France - et son président Emmanuel Macron qui veut redonner à l’Europe toute sa force géopolitique - mettent le paquet pour soutenir ce fleuron de l’innovation française qu’est Qwant. Qu’ils fassent bloc, à l’instar des Etats-Unis, derrière ses patrons du numérique.

Il faut aussi qu’ils sachent donner le temps à Qwant de se développer, et à son patron de mener sa barque jusqu’au bout. 

A ce prix, peut-être la France aura-t-elle la chance de contrer l’influence des géants américains et chinois du numérique. 

Alexandre del Valle (avec Emmanuel Razavi), co-auteur du livre, "Le Projet", publié cette semaine*

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Moreau Jean Luc
- 12/12/2019 - 22:59
je ne sais pas si
je ne sais pas si Qwant a les reins assez solides mais cela fait un brave moment que je le pratique avec Firefox et Tunderbird. Je n'ai malheureusement pas eu l'opportunité de trouver le mobile arrimé à l'Android pur et dur déconnecté de Google et me retrouve avec un Nokia googlelisé absolument impossible à utiliser sans stress, voire sans glisser dans une flaque d'eau qu'Apple avait importé de Chine. Depuis le début de ma numérisation graphique pour compenser mes attaques cardiaques qui me fatiguaient énormément, je me sert du Mac, très bien fait pour ça avec ses acolytes merveilleusement requinolesques qui n'ont pas hésité à me piquer mes travaux et qui pourraient me réclamer beaucoup d'argent si j'utilisais leurs chasse gardée… tous ces gens appliquent les mêmes méthodes que le garagiste qui augmente ses factures et les constructeurs qui augmentent l'impossibilité d'aller regarder dans le moteur voir si l'on peut diminuer sa consommation : Total et autres, Adobe et consorts, Ksé taira la panoplie gigantesque de nos confectionneurs de "progrès", nouvelle techno-religion à base de picaillon pickpoketté sans grâce mais avec trumpette. Que vivent Qwant, Linux, Opera et autres !
salamander
- 08/12/2019 - 20:09
G lu quelque part que...
Derrière Qwant, il y a un logiciel Microsoft.
SI tel est le cas , retour à la case Gafam?
tubixray
- 06/12/2019 - 19:15
Marche à suivre
Firefox comme navigateur avec Qwant comme moteur de recherche par défaut; je procède ainsi sur PC et smartphone.
Certes, quand Qwant est à la peine, une recherche sur Bing ou Yahoo peut s'imposer, quant à Google .... en ultime recours.