En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les femmes qui marchent avec des chaussures à talons ne peuvent plus s'en passer?

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

ça vient d'être publié
light > People
Les Rois maudits
Le prince William est "inquiet" pour son frère
il y a 6 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le dernier des Yakuzas" de Jake Adelstein - Plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Looking for Beethoven" de Pascal Amoyel : Une immersion totale vibrante, époustouflante dans le monde de Beethoven

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Société
Imbroglio politique

Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Social
Marronnier

La SNCF sur la voie de garage

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Société
Cachez-moi ça

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Santé
La vie est injuste

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Comment l’individualisme risque de détruire la démocratie

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Société
Ultra moderne voilitude

Cette double crise de la modernité qui paralyse les réflexes démocratiques français

il y a 15 heures 28 min
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 21 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Jour de courage" de Brigitte Giraud - Le jour du coming out d’un adolescent

il y a 9 heures 45 min
pépites > Société
Imbroglio politique
Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel
il y a 12 heures 8 min
décryptage > Politique
Tribune

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Social
Disparité

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Economie
Ecologisme

PLF 2020 : la fiscalité environnementale ne sauvera pas la planète

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Science
Quand le ciel nous tombe sur la tête

L'Europe lance un programme de résilience aux tempêtes solaires

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite, service public : Macron tenté de reprendre son programme de réformes à zéro

il y a 15 heures 23 min
décryptage > Social
Attention, danger politique du troisième type

Gouvernement, minorités activistes et reste de la société : le trio infernal que plus rien ne relie ?

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 1 jour 9 heures
© Ludovic Marin /AFP
© Ludovic Marin /AFP
Géopolitico-Scanner

Du terrorisme islamiste au terrorisme intellectuel : les deux fléaux qui menacent les démocraties occcidentales

Publié le 29 mars 2019
Le terrorisme vu d'Italie. A l'occasion de la sortie de son livre"Sbirri, maledetti eroi" publié aux éditions "paesi" , Alexandre Del Valle s'entretient avec Stefano Piazza sur la situation italienne en matière de terrorisme.
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le terrorisme vu d'Italie. A l'occasion de la sortie de son livre"Sbirri, maledetti eroi" publié aux éditions "paesi" , Alexandre Del Valle s'entretient avec Stefano Piazza sur la situation italienne en matière de terrorisme.

Depuis des mois, l’Italie n’est pas seulement un laboratoire du populisme et d’une nouvelle forme de gouvernement anti-Système droite-gauche – incarné par l’étrange alliance de la Ligue de Matteo Salvini et du Mouvement 5 étoiles de Luigi di Maio, mais aussi un pays qui a une grande expertise des phénomènes terroristes et de sécurité publique dont on pourrait s’inspirer. Rappelons tout de même que parmi les grandes démocraties occidentales, l’Italie demeure le pays le seul pays qui n’a pas (encore) subi d’attentats terroristes islamistes. Le « Bel Paese » a certes connu les « années de plombs », mais loin de le rendre plus vulnérable, cette « expérience » traumatisante du terrorisme d’extrême-gauche couplée avec la lutte contre la Mafia ont permis aux forces de l’ordre italiennes d’acquérir une expérience unique en matière de renseignement, de sécurité intérieure et de lutte anti-terroriste et anti-subversion. Alexandre del Valle aborde ces questions avec l’un des meilleurs experts italo-suisse de la sécurité et des réseaux islamo-terroristes en Europe : Stefano Piazza, qu’il a rencontré en marge d’un colloque sur la sécurité organisé en Italie du Nord à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage, préfacé par le ministre italien de l’intérieur Matteo Salvini : Sbirri, Maledetti, Eroi (Edizioni Paesi).

Alexandre del Valle : Stefano Piazza, vous travaillez dans la sécurité, vous venez de publier un ouvrage préfacé par Matteo Salvini que vous connaissez bien, pensez-vous tout d’abord que ce dernier est conscient des risques en matière de terrorisme au niveau européen et se donne les moyens de lutter contre ce fléau en Italie avec les bonnes armes?

Stefano Piazza : Je pense que le Ministre de l'Intérieur de la République italienne, Matteo Salvini, est l'un des dirigeants politiques les plus lucides et les plus pragmatiques d'Europe en matière de terrorisme et d'immigration. Salvini est très critiqué par ses opposants politiques, mais le Décret de sécurité (qu'il souhaite vivement faire adopter) sur la lutte contre le terrorisme contient d'importantes mesures efficaces comme, par exemple, la révocation de la nationalité italienne pour ceux qui attaquent la Sécurité de l'État et l'expulsion vers le pays d'origine. J’observe d’ailleurs un « deux poids deux mesures » : quand on propose ce type de mesures en Allemagne, en Belgique, ou en Hollande, c’est bien, mais lorsque c’est Salvini qui le préconise, alors c’est un « fasciste ». C'est bien évidemment absurde. Mais ce n'est pas tout, Matteo Salvini a même été critiqué parce qu’au cours de sa visite en Israël, il a parlé du Hezbollah comme d'un « groupe terroriste ». Évidemment, en Europe, il n'est plus possible d'appeler un chat un chat !

Vous déplorez dans votre livre la « culture anti-policière » en Italie et vous semblez bien connaître la France aussi. Est-ce un phénomène européen et avez-vous quelques chiffres et exemples ?

Il existe selon moi un véritable « parti transnational anti-police » opérant dans toute l'Europe. Il se fonde sur une idéologie qui naît souvent dans des milieux d'extrême gauche et qui décrit l'agent en uniforme et le représentant de l'État comme l'ennemi à combattre de toutes ses forces. Cette idéologie trouve un certain consensus dans le monde antagoniste et anarchique-insurrectionnaliste, selon lequel frapper les agents est une bonne chose à faire… Ce phénomène touche toute l'Europe et même des pays au-dessus de tout soupçon comme la Suisse, mon pays (Piazza est suisso-italien). Il suffit de rappeler que sur 774 cas d’agressions de ce type en 2000, on est passé à près de 3 000 cas en 2011, 3102 en 2017 et 3200 en 2018 ! Vous me demanderez alors à juste titre : mais que font les politiques ? Rien, tout simplement ! Elle n'agit pas. On attend que quelqu’un meurt…

Y a-t-il un risque accru de terrorisme en Italie et qu’elle est selon vous la prochaine cible en Europe ou le pays Europe ? Le plus vulnérable ?

Jusqu'à présent, l'Italie est parvenue à éviter les attentats grâce au système de sécurité de l'État, qui est très efficace dans le domaine du terrorisme. Ces résultats ne sont pas le fruit du hasard ; les massacres de la mafia, le terrorisme de droite et de gauche qui, pendant des années, ont ensanglanté l'Italie et tué des dizaines de fonctionnaires de l'État, ont permis d'affiner une méthode législative et d'enquête qui est maintenant utilisée dans la lutte contre le terrorisme. Mais l'Italie n'est pas pour autant protégée du terrorisme islamique, en effet, de 2015 à nos jours, 384 personnes ont été expulsées pour des « motifs de sécurité publique » ; et du 1er janvier à ce jour, 21 personnes ont déjà été refoulées hors des frontières italiennes.

Je crois par ailleurs que l’Allemagne est parmi les pays les plus exposés au danger d'attentats, un pays où l'extrémisme salafiste continue de croître, chiffres à l’appui : de 3 800 extrémistes salafistes en 2011, on est passé à près de 12 000 en 2018, sans compter l'extrémisme islamique turc, par exemple, qui n’est certainement pas moins dangereux. On compte certes nombre d’attentats déjoués (même avec des armes chimiques) ainsi que des opérations antiterroristes en Allemagne, mais il est impossible de penser que 30 ans de politique insensée en matière d'immigration et d'absence de contrôle des cercles islamiques puissent être résolus en quelques mois. Selon moi, le dernier coup grave porté à la sécurité allemande a été celui des 1,5 million de réfugiés accueillis dans le pays pendant la crise syrienne. Les prédicateurs salafistes entrent dans les centres d'accueil où ils font du prosélytisme, mais ce sont là des choses que l’on préfère passer sous silence. Il en va de même dans certains quartiers de Berlin, par exemple, où la charia (loi islamique) est en vigueur et est assurée par des immigrants tchétchènes... En fait, le sentiment de culpabilité pour ce qui s'est passé pendant la Seconde Guerre mondiale, malgré tous les efforts déployés par l'Allemagne pour tourner la page après les horreurs commises, continue de peser sur la conscience nationale. Et les extrémistes savent toujours très bien retourner l’opinion publique en leur faveur en profitant de cette mauvaise conscience…

Pourquoi ne parle-t-on jamais de l’Europe du Nord, que vous décrivez comme des pays en pleine désintégration multiculturaliste rongés par l’islamisme radical ?

Parce que cela signifierait admettre la défaite du multiculturalisme poussé à son paroxysme et qu’il ne faut surtout pas le dire ! Nous parlons ici de pays qui s'auto-désagrègent sous la pression du politiquement correct et de l'islam, qui est toujours à la recherche d'espaces. C'est un vrai suicide collectif et il suffit d’y séjourner comme je le fais régulièrement pour mes enquêtes pour se rendre compte par ses propres yeux comment le paysage a changé en Scandinavie. Ces pays du Nord sont aujourd'hui pleins de quartiers dans lesquels la police ne peut plus pénétrer ; en Suède, mosquées et minarets poussent comme des champignons et il en va de même au Danemark, en Norvège et même en Finlande. Le nombre de combattants étrangers très souvent convertis à l'islam et partis de ces pays pour le « Siraq » (Irak/Syrie, ndlr) est impressionnant : 300 sont partis de la seule Suède et environ 120 d'entre eux sont rentrés chez eux, une centaine de Norvège, 80 de Finlande et 180 du Danemark. Enfin, un autre exemple : il y a quelques jours en Norvège, le rappeur iranien possédant un passeport norvégien, Kaveh Kholardi, qui, lors d'une représentation en juin dernier à Oslo, s'est adressé au public en criant « putains de Juifs », a été acquitté par un juge d’Oslo «parce que son attitude n'est pas à qualifier d’antisémite, mais constitue une critique légitime envers les politiques de l'État d'Israël» !
Tout cela a en fin de compte été voulu par les partis de gauche (socialistes et verts) qui ont gouverné pendant des décennies et ont permis notamment aux Frères musulmans d'occuper des rôles politiques et sociaux importants. Il s’agit d’une véritable dissolution, et ceux qui ne l’admettent pas mentent.

Justement, quel est le rôle des Frères-musulmans dans ce contexte et comment abordez-vous la question de l’hybridation entre le terrorisme islamistes et la délinquance des gangs ?

La force des Frères musulmans consiste à se présenter avec des manières gentilles et des termes acceptables - en parlant de « respect, de tolérance et des droits de l'homme » -, même si leur vrai visage est au contraire celui de l'intolérance, de l'antisémitisme et du mépris de la femme et de la diversité. C'est le vrai visage de l'islam politique, toujours à la recherche acharnée de légitimité et d'espace dans la société. La gauche européenne et de nombreuses personnalités politiques que je définirais « molles » les considèrent comme des interlocuteurs crédibles, mais en vérité ce sont des loups déguisés en agneaux qu’ils défendent. Pensez par exemple à Tariq Ramadan, qui a longtemps été un conseiller des dirigeants européens, ou à Tony Blair, qui a été conseillé par l'envoyé en Europe du dirigeant Yūsuf al-Qaraḍāwī, directeur du Conseil européen de la fatwa et la recherche. Je ne pense pas que nous ayons besoin d'ajouter quoi que ce soit d'autre. En matière d’hybridation islamisme/délinquance, comme vous dites, l'Europe est en effet particulièrement confrontée au problème des bandes criminelles de trafiquants de drogue, d'êtres humains et d'armes, en connexion avec des groupes islamistes radicaux. Pensez notamment à l'Allemagne, à la France, à la Belgique, aux Pays-Bas, à la Grande-Bretagne, où l'islam radical et le crime ont parfois fusionné ou convergé sur les bases des trafics et de l'achat d'armes. Et qu'en est-il des délinquants qui entrent en prison comme simples criminels et en sortent comme des bêtes radicalisées féroces ?

Justement, pouvez nous parler des réseaux islamistes turcs et de la façon dont Ankara et Erdogan contrôlent les turcs d’Europe et les musulmans afin de les instrumentaliser pour ne pas qu’ils s’intègrent ?

Le régime d'Ankara et le parti turc AKP contrôlent, par l'intermédiaire de la Présidence des affaires religieuses (Diyanet İşleri Başkanlığı), toutes les activités de l'islam turc en Europe, qui est très nettement antisémite et contre toute intégration des citoyens turcs, à qui on rappelle constamment qu'ils doivent rester séparés du reste de la société.

Ils le font par l'intermédiaire des imams envoyés par le gouvernement turc dans les mosquées, mais ces religieux sont simultanément agents du MIT (Millî İstihbarat Teşkilâtı), c’est-à-dire des services de renseignement turcs... En Allemagne, en Suisse et en Autriche, on recense de nombreux cas d'intimidation grave de citoyens turcs qui ont participé, par exemple, à des soirées où l’on parlait du génocide arménien. Les hommes du MIT font la même chose dans les universités et partout où l’on discute de sujets qui ne plaisent pas au « Sultan d'Ankara ». Le DITIB (Türkisch-Islamischen Union der Anstalt für Religion), une sorte de bureau des affaires religieuse turques opérant en Europe et piloté par Ankara, qui contrôle plus de 900 mosquées en Allemagne seulement, agit en fait comme le bras armé d'Erdogan en Europe. Il en va de même en Autriche avec l'Union turco-islamique Atib, qui compte 60 associations, 60 imams et 100 000 membres en Autriche, aux Pays-Bas, en Belgique et ça va sans dire, également en France. Un autre bras armé du régime d'Ankara est l'association islamique Millî Görüş (Point de vue national en turc) fondée dans les années 1970 par Necmettin Erbakan, le mentor politique de Recep Tayyip Erdoğan. Le Milli Görüş compte environ 87 000 membres en Europe, mais ses partisans sont beaucoup plus nombreux, au moins 500 000. Le mouvement contrôle 514 mosquées, 313 salles de prière et plusieurs écoles coraniques en Europe. Rien qu'en Allemagne, environ 70 000 enfants étudient les textes du Coran pendant les cours dispensés par les enseignants de cette organisation, qui, dans ce pays en particulier, est en constante augmentation. Toujours en Allemagne, au moins 20 000 jeunes d'origine turque passent leurs vacances d'été dans les camps de la branche allemande de Milli Görüş, l’IGMG (Islamische Gemeinde Milli Görüs). Chaque participant paie un total de 350 euros pour l'hébergement, les repas et les excursions, le reste étant à la charge de l'organisation. L'IGMG organise également des événements majeurs tels que des « journées portes ouvertes » dans les mosquées ou des concours de citations du Coran.

En France aussi, le mouvement ambitionne de s’étendre, et c'est pourquoi il ouvre chaque année de nouvelles mosquées, restaure celles qui en ont besoin, organise des initiatives en collaboration avec les Frères musulmans, un mouvement avec lequel il existe de fortes affinités historiques. En plus de Strasbourg en Alsace, l’organisation Milli Görüş est également présente à Haguenau, Metz, Neufchâteau, Morhange, Saint-Avold, Saverne et Niederhaslach. L'objectif est de partir de cette région pour reproduire un jour en France les chiffres obtenus en Allemagne, tenir à distance la « concurrence » de l'Arabie Saoudite et du Qatar et, à l'avenir, s'implanter dans de nouveaux pays européens, où la présence des citoyens turcs est déjà nombreuse : Royaume-Uni, Pays-Bas, Autriche, Danemark, Suède, Norvège, Belgique, Suisse et, bien sûr, en Italie. Mais tout cela ne suffit pas au Diyanet et à ses maîtres d’Ankara : leur prochaine étape est de réussir à faire élire le plus grand nombre de citoyens turcs au sein des institutions européennes afin de diffuser à une échelle toujours plus large la « parole de l'AKP sur le Vieux Continent ». Je crois que tout cela ne peut que nous effrayer.

Pour terminer, parlez-nous de l’attentat manqué de Milan, qui a failli couter la vie à 50 enfants otages, perpétré par un « terroriste immigrationniste », le franco-Sénégalais naturalisé italien Ousseynou Sy, qui a réussi à devenir chauffeur de bus d’enfants malgré des condamnations de pédophilie et des précédents judiciaires et qui a kidnappé des enfants et s’apprêtait à les brûler vifs au nom des « migrants » morts en méditerranée… Est-ce vrai que les médias et la Gauche d’Outre-Alpes ont présenté ce terroriste pro-migrants de façon indulgente sous prétexte que sa cause était « humanitaire » ? Une nouvelle forme de « terrorisme humanitaire-immigrationniste est-elle née avec Sy ?

Tout d'abord, nous devons remercier les Carabinieri italiens pour le travail effectué dans des conditions particulièrement difficiles. Ensuite, je ne sais pas si un nouveau type de terrorisme de type "immigrationniste" peut naître, mais une chose est certaine :  qui peut nous garantir que d'autres ne feront pas la même chose qu'Ousseynou Sy "par esprit d'imitation" ? Quant aux médias italiens, ils ont réagi de manière schizophrène à cette affaire. Tout d’abord il y a ceux qui ont raconté les faits : un citoyen italien d'origine sénégalaise avec un casier judiciaire pour abus sexuel d'enfants et de conduite sous influence d'alcool mais devenu chauffeur a pris un autobus scolaire en otage et menacé de le faire brûler en aspergeant essence le bus et les 51 enfants à bord avec leurs enseignants. Ensuite, il y a ceux qui ont parlé "d'accident de la route", sans mentionner les faits, ou qui ont évité de rapporter ce qu'a dit Ousseynou Sy : en fait, le chauffeur sénégalais de 47 ans qui a enlevé 51 enfants en menaçant de les tuer en mettant le feu au véhicule, a déclaré vouloir faire un "geste éclatant afin de dénoncer la mort des migrants en mer »... Le débat autour de cette histoire est vraiment insoutenable car au lieu de charger le « terroriste humanitaire sénégalais et de lui retirer immédiatement la nationalité italienne », les milieux immigrationnistes ont instrumentalisé l’action salvifique de deux enfants (extracommunautaires) qui ont alerté les Carabiniers ceci afin de remettre sur le tapis le sujet du "IUS SOLI" et de faire en prime time de la propagande contre Matteo Salvini à la télévision. Il s’agit là d’une sorte d'hystérie collective. Je pense pour ma part que ceux qui veulent combattre Matteo Salvini devraient le faire avec les armes de la politique, avec des idées et des programmes et non pas en le diabolisant comme on l’a fait des années contre Silvio Berlusconi.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les femmes qui marchent avec des chaussures à talons ne peuvent plus s'en passer?

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires