En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Raqa Media Center / AFP
Parité bien ordonnée... 

Revenantes du djihad : les femmes sont-elles des méchants comme les autres ?

Publié le 10 février 2019
A l’heure du retour, les djihadistes françaises semblent bénéficier d’un statut différent de leurs homologues masculins. Ça n’est pas très #MeToo.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l’heure du retour, les djihadistes françaises semblent bénéficier d’un statut différent de leurs homologues masculins. Ça n’est pas très #MeToo.

Faut-il, maintenant que le nouveau califat a rejoint l’ancien aux enfers des dystopies sanguinaires, faire revenir les djihadistes français au bercail ou, au contraire, les laisser se débrouiller avec les Irakiens, les Syriens et les Kurdes ?

Big question...

A lire ce que les gens informés en disent, il semble qu’il y ait au moins autant d’avantages que d’inconvénients à faire l’un ou l’autre.

S’ils reviennent pour être expédiés quelques années en prison, bien souvent l’endroit même où ils ont découvert le Coran pour les nuls, ils finiront évidemment par en sortir et ce sera peut-être rebelote à la Mohammed Merah un de ces quatre matins. Mais si l’opportunité leur est plutôt fournie de s’égayer tranquillement dans la nature, le risque existe d’une rebelote immédiate...

Un choix qui sonne plus « peste ou choléra » que « fromage ou dessert ». 

Un bon jugement de Salomon (mais je crois qu’ils ne seraient pas trop contents d’être jugés par un Salomon) serait de n’en reprendre que la moitié pour étudier l’affaire scientifiquement et se concocter une doctrine pour la prochaine émergence d’un royaume prophétique du côté de Mossoul.

Là où j’ai une opinion tranchée (sic), pour autant, c’est sur le statut des djihadistes femmes, que d’aucuns nous présentent désormais pratiquement comme des victimes. D’infortunées naïves qui se seraient généralement contentées de suivre un mari ou un boyfriend, lui laissant toute latitude pour la sélection d’un VVF exotique pour les vacances...

Je dirais qu'au grand minimum, ça n’est pas très #MeToo. Qu’elles n’aient, pour la plupart, pas directement participé aux combats, c’est fort probable (le califat n’était pas très avancé dans le domaine de l’égalité hommes-femmes crois-je savoir). Mais qu’elles puissent voir leur adhésion à un régime pareil évacuée par la seule grâce de leur féminité, un peu comme si une employée aux écritures d’Auschwitz était une comptable avant d’être une nazie, est singulièrement anti-féministe.

Les femmes, en bikini comme en burqa, ont parfaitement le droit d'être des méchants comme les autres. Ce qui ne change strictement rien au dilemme initial, bien sûr (les rapatrier ou les laisser croupir dans une geôle moyen-orientale), mais ramène au moins un peu de parité dans le débat... 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
padam
- 13/02/2019 - 15:33
Laissons faire la justice!
Monsieur Serraf, on peut tout à fait comprendre vos interrogations qui n'appartiennent certainement pas au seul registre de la naiveté. Selon les règles internationales, les individus quelque soit leur sexe (et dans la cas présent il y a suffisamment d'informations qui indiquent que les femmes n'étaient pas moins "engagées" que leurs barbus...), ont à répondre de leurs actes délictueux et à fortiori criminels à la seule justice des Etats où ils les ont commis. Ainsi, le patron de Nissan, malgré ses divers passeports, n'est jugé pas plus en France qu'au Brésil ou au Liban, mais bien au Japon. Faisons donc confiance à la justice des Etats souverains que sont l'Irak et la Syrie pour appliquer les peines qu'elle prononcera à l'encontre de ces combattants étrangers qui se sont livrés aux exactions que l'on sait sur leur territoire. Ca permettra d'éliminer radicalement tout risque de les voir réapparaitre chez nous, et ainsi dormirons-nous en paix.
cloette
- 10/02/2019 - 18:22
double nationalité
Ils ont trahi l'une d'elle, on la leur enlève, point barre, il leur restera l'autre . S'ils ne sont que français ( c'est très rare voire n'existe pas), on les garde évidemment ... ( en prison)
assougoudrel
- 10/02/2019 - 17:27
Du temps des romains, dans les
arènes, les femmes étaient plus assoiffées de sang que les hommes. Les assassins d’extrême gauche féminins étaient pire que les hommes dans les années 70, alors, pourquoi ce serait différent avec ces tarée haineuses. Elles sont à foutre dans un sac et laisser dans le désert. Quand aux petit serpents, ils sont plus venimeux que les adultes.