En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© IROZ GAIZKA / AFP
Ras-le-gilet
Gilets jaunes, l’overdose
Publié le 30 décembre 2018
Pour les téléspectateurs qui n’auraient pas la couleur, il y a bien deux ou trois actes que le rouge et le brun ont totalement noyé le jaune.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour les téléspectateurs qui n’auraient pas la couleur, il y a bien deux ou trois actes que le rouge et le brun ont totalement noyé le jaune.

Pour cette dernière chronique de l’année, je vais faire du Zemmour inversé. C’est à dire que je vais me plaindre de ce qu’il y ait des choses qu’on ne puisse plus dire puis je vais les dire juste après. Mais « inversé » parce que ces choses qu’on ne peut plus dire et que je vais quand même dire, c’est à peu près le contraire de ce que Zemmour en dirait (du moins s’il en parle, je n’en sais rien, je suppose que oui, je ne suis pas allé voir en fait…).

Donc, voilà, je vous le balance tout net : je n’en peux plus, des gilets jaunes. Je ne peux plus les voir en peinture, les gilets jaunes. Ils me sortent par les trous de nez, les gilets jaunes. Un « acte » après l’autre, même les gens modestes authentiques qui se les gelaient sur les ronds-points et demandaient juste qu’on leur rende un peu de dignité ne me font plus couler une larmichette.

C'est que les gilets jaunes du moment, ceux que l’on entend partout, les, hum, « représentatifs » qui préparent tranquillement leur coup d’État militaire sur paperboard comme autant de commerciaux Médiator planifient leurs tournées chez les toubibs, je ne me sens strictement rien de commun avec eux. Et ils me le rendent bien, d’ailleurs.

Jugez plutôt : ils détestent la presse, bloquent la sortie des journaux, y mettent le feu à l’occasion, montent des barricades devant les radios et moi, justement, je suis journaliste. Ils n’aiment pas non plus l’Europe et moi, zut alors, l’Ode à la joie me sert de sonnerie de téléphone portable. Ils n’aiment pas les juifs et, moi, tiens donc, je suis circoncis et et mon pif est pratiquement un pic, un cap, que dis-je une péninsule. Ils n’aiment pas les étrangers et, patatras, j’ai la planète entière ou presque dans mon arbre généalogique. Ils n’aiment pas les institutions démocratiques, qu’ils remplaceraient bien par une armée de Robespierre aux yeux injectés de sang, et bing, moi, je n’ai jamais loupé un scrutin de toute ma vie. Ils adorent la violence aveugle et moi, figurez-vous, je n’aime rien moins que la paix des ménages, l’harmonie et les petits oiseaux qui chantent. Ils n’aiment pas les gays et, bon, OK, je ne le suis pas pour le coup, mais nobody’s perfect

Bref, ils n’aiment rien de ce que j’aime, rien de ce que je suis, mettent mon pays à feu et à sang depuis des semaines, foutent Noël en l’air, occupent tellement d’espace qu’on ne parle même plus de ces pauvres kurdes ou de ces malheureux yéménites abandonnés à leur sort et nous pompent tellement l’air que mon énorme tarin sémite est à deux doigts de l'asphyxie…

Mais surtout, ils se sont tellement bien débrouillés pour brouiller les pistes, ont si soigneusement mélangé rouge et brun au jaune fluo de leur veston ridicule qu’on ne sait même plus, lorsqu’une effigie de Macron est décapitée, si c’est par un type qui réclame la collectivisation des moyens de production ou par un cousin à lui plus porté sur la révolution nationale. Si ça se trouve, les gangs dont étaient issus Clément Méric et Esteban Morillo, dont on sait qu'ils avaient déjà les mêmes goûts en matière de fringues et de baston, ont fini par remplacer leurs polos Fred Perry par des gilets jaunes pour mieux fraterniser sur les Champs.

Bon voilà, c’était mon coup de sang pré-réveillon. Dans deux jours, 2018 passe à la trappe et la vie normale reprend. Bonne année 2019 à (presque) tous.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
gilets jaunes, Rouge-Brun
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
05.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
06.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
07.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
docmaboul
- 06/01/2019 - 12:22
@vauban
Je ne suis pas juif, je ne suis pas noir, je ne suis pas gay, je ne fais pas partie des élites de ce pays (ouh les vilaines élites méprisables, tout le monde sait bien que seuls les cons peuvent bien diriger un pays !) mais je suis tout à fait d'accord avec monsieur Serraf.
Vauban, pourquoi vous prévaloir de votre métier de médecin ? On peut être médecin et crétin savez-vous.
Est ce que vous faite des arrêt de travail bidons pour rétablir la justice sociale ? (et arrondir vos fin de mois !)
Vous êtes riche (pardon aisé seulement) ? à 25 euros la consultation, il y a un problème !
edac44
- 31/12/2018 - 19:03
Dix milliardaires possèdent la presse française !...
On comprend mieux dès lors, qu'il vaut mieux être en accord avec ses patrons et le faire savoir si l'on veut garder son job, n'est-ce pas Monsieur Serraf ???
Alors Hug !... de sioux !...
La presse, les médias, c'est comme la justice, c'est indépendant, sur le "papier" surtout et c'est vrai tant qu'on reste "en phase" avec les instances au (du) pouvoir sinon boum !... dehors !... dans le meilleur des cas !...
Même en France, on trouve des dissidents qui se "suicident" de peur d'avoir une crise cardiaque ...
pour ne pas avoir obtempérés aux "recommandations" du pouvoir.
Hé oui, la liberté use parfois prématurément ceux qui osent s'en servir mais beaucoup moins surement que ceux qui courbent l'échine, déshonorent leur profession et s'avilissent ...
Allez, vive Pétain, Jean Moulin est mort, soyez en sûr !...
AZKA
- 31/12/2018 - 15:09
Serrafin
Enjoy yourself. Tough luck dude!
Répète après moi Ma...cron démi..ssion!