En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 2 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 3 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 4 heures 56 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 10 heures 6 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 10 heures 35 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 11 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 13 heures 13 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 13 heures 53 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 15 heures 33 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 3 heures 10 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 4 heures 5 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 6 heures 13 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 10 heures 21 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 10 heures 52 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 12 heures 49 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 15 heures 5 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 15 heures 36 min
© NICOLAS TUCAT / AFP
© NICOLAS TUCAT / AFP
Je casse donc je suis

Le modèle démocratique français : violence partout, neurones nulle part

Publié le 09 décembre 2018
Gilets jaunes, bonnet rouges, capuches grises, foulards verts, chemises brunes, slips à carreaux… Il y a toujours une bonne raison et un vêtement adapté pour mettre le pays à feu et à sang au nom de sa souffrance spécifique.
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilets jaunes, bonnet rouges, capuches grises, foulards verts, chemises brunes, slips à carreaux… Il y a toujours une bonne raison et un vêtement adapté pour mettre le pays à feu et à sang au nom de sa souffrance spécifique.

C’est peut-être un effet de l’âge, l’annonce de la baisse prochaine de mon taux de testostérone, où tout simplement la conscience jalouse qu’il existe des démocraties apaisées où l’on débat posément de la meilleure façon de faire avancer les choses, mais ce goût français pour la violence finit vraiment par me briser les gonades (ce qui risque d’ailleurs de ne pas améliorer mon potentiel hormonal).

A intervalles de plus en plus rapprochés désormais, une catégorie ou une autre —routiers, lycéens, agriculteurs, cailleras, cheminots, zadistes, tout ce qu’on voudra— décide d’aller tout démolir pour faire valoir son point de vue pendant que des experts dissertent des ressorts du « mouvement » sur BFM-TV et que le gouvernement élabore à grand frais une usine à gaz technocratique censée ramener temporairement le calme.

Là tout de suite, et au cas où vous reviendriez à peine d’un séjour sur la planète Mars et vous demanderiez pourquoi les Champs-Élysées sont de nouveau à feu et à sang, les porteurs de battes de baseball seraient des damnés de la terre passés de la contestation banale d’une taxe sur le diesel à la remise en cause de l’ensemble des institutions républicaines. Enfin, du moins selon certains analystes. Ça pourrait aussi être autre chose. The jury is still out.

Juste avant, c’était au tour des étudiants de jouer à Mai-68 en hurlant CRS-SS et en mettant le feu à leurs amphis pour réclamer plus de moyens pour l’université. Et juste après ? On ne sait pas encore. Peut-être la Fédération française des joueurs de badminton en colère ou les partisans d’une extension des dates de la chasse au sanglier... On verra bien. Laissons-nous surprendre. Gilets jaunes, bonnet rouges, capuches grises, foulards verts, chemises brunes, slips à carreaux : il y a toujours une bonne raison et un vêtement adapté pour en découdre avec les flics au nom de sa souffrance spécifique.

Bon, c’est certain, dans ces fameux pays civilisés où l’on préfère débattre posément, des éruptions du même genre se produisent à l’occasion. Mais c’est alors leur caractère exceptionnel qui leur donne du sens et les leaders d’opposition ne se bousculent pas devant les micros pour souffler sur les braises dans l’espoir d'arriver aux affaires et d’être, eux aussi, confrontés à la contestation au cocktail molotov de leurs propres réformes.

Est-ce que ça peut changer ? Est-ce que la France est susceptible d’intégrer un jour le club des démocraties stables où l’on discute avant de sortir sa barre à mine ? Mon expérience d’observateur vieillissant me dit plutôt que non. Comme la gastronomie ou le pinard, notre sauvagerie est un art de vivre, une philosophie, un trait culturel romanticisé qui fait que l’on proclame que « ça va péter » avec gourmandise et délectation et que l’on envisage une guerre civile —oui, une guerre civile ! Ce truc avec plein de morts et de réfugiés jetés sur les routes— comme on planifie ses vacances au VVF. Enfin, c’est juste mon avis. Et si vous n’êtes pas d’accord, que ça vous fiche en rogne, vous pouvez toujours aller cramer un monument historique ou couper la tête d'un président.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 10/12/2018 - 21:39
@aristide41, l'anarchie n'est pas et ne sera jamais le borde! !
Les médias font toujours tout pour amalgamer et confondre l’anarchie avec le désordre, le bordel ... alors que c’est exactement le contraire : l’anarchie place l’homme au centre des préoccupations de chacun alors que le capitalisme nie la vie de l’homme et considère celui-ci comme une vulgaire marchandise soumise aux règles de la production, de la concurrence et de la consommation. L’anarchie c’est la démocratie directe, la forme la plus parfaite de démocratie. C'est en pratiquant la démocratie directe que l'on peut améliorer le bien commun pour l’avantage de tous et ce dans le respect des autres et de la nature. L’anarchie n’est pas le chaos, mais la responsabilité collective.
https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/l-anarchie-ce-n-est-pas-le-bordel-106451
aristide41
- 10/12/2018 - 07:28
@Azca
Votre tactique c'est de dire que tous ceux qui n'approuvent pas ce mouvement sont des bobos. Très pratique et ça a le mérite de ne pas s'embarrasser de nuances. J'habite en HLM. Avec mon mari, nous sommes des travailleurs pauvres qui faisons 95 Km par jour pour aller travailler. Et on en a marre des gilets jaunes. On est des bobos? Ou des c.ns parce qu'on pense que ce mouvement va empirer les choses, qu'il va amener l'anarchie la plus destructrice pour ce pays? Et que rien, rien n'est pire que l'anarchie? Et qu'on a pas envie de foutre le pays en l'air pour une augmentation de 7 centimes sur le gazole? Avant on avait la CGT qui bloquait des entreprises pour un rien, aujourd'hui c'est monsieur et madame Michu qui s''arrogent le droit de faire chier son monde quand bon lui semblera. Ce mouvement crée un précédent très dangereux pour la France qui n'avait pas besoin de ça. Je passais devant un rond point, on aurait dit une colonie de vacances. On rigole, on se fait des sandwich et du chocolat chaud. C'est mieux que de s'ennuyer devant les feux de l'amour, certes mais je mets plus de deux heures pour faire 20 km. Mais bien sûr ces messieurs dames n'en ont rien à foutre.
aristide41
- 10/12/2018 - 07:08
C'est trop
visible que certains s'éclatent et ne comptent pas en rester là. Et vous avez raison, les neurones c'est pas vraiment ce qui caractérisent le mouvement. Pendant ce temps là, on montre des images violentes dans le monde entier, les touristes et les rares investisseurs étrangers qui étaient revenus se barrent. Mais c'est pas grave tout ça. On enchaîne les Actes comme si c'était une pièce de théâtre. Seuls ceux qui réfléchissent ne s'en réjouissent pas. Beaucoup de personnes autour de moi ne rêvent que d'une chose : pouvoir partir. Encore faudrait il qu'on accepte les Français à l'étranger. Pas sûr avec la réputation d'agitateurs qu'on est en train de se faire.