En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© NICOLAS TUCAT / AFP
Je casse donc je suis

Le modèle démocratique français : violence partout, neurones nulle part

Publié le 09 décembre 2018
Gilets jaunes, bonnet rouges, capuches grises, foulards verts, chemises brunes, slips à carreaux… Il y a toujours une bonne raison et un vêtement adapté pour mettre le pays à feu et à sang au nom de sa souffrance spécifique.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilets jaunes, bonnet rouges, capuches grises, foulards verts, chemises brunes, slips à carreaux… Il y a toujours une bonne raison et un vêtement adapté pour mettre le pays à feu et à sang au nom de sa souffrance spécifique.

C’est peut-être un effet de l’âge, l’annonce de la baisse prochaine de mon taux de testostérone, où tout simplement la conscience jalouse qu’il existe des démocraties apaisées où l’on débat posément de la meilleure façon de faire avancer les choses, mais ce goût français pour la violence finit vraiment par me briser les gonades (ce qui risque d’ailleurs de ne pas améliorer mon potentiel hormonal).

A intervalles de plus en plus rapprochés désormais, une catégorie ou une autre —routiers, lycéens, agriculteurs, cailleras, cheminots, zadistes, tout ce qu’on voudra— décide d’aller tout démolir pour faire valoir son point de vue pendant que des experts dissertent des ressorts du « mouvement » sur BFM-TV et que le gouvernement élabore à grand frais une usine à gaz technocratique censée ramener temporairement le calme.

Là tout de suite, et au cas où vous reviendriez à peine d’un séjour sur la planète Mars et vous demanderiez pourquoi les Champs-Élysées sont de nouveau à feu et à sang, les porteurs de battes de baseball seraient des damnés de la terre passés de la contestation banale d’une taxe sur le diesel à la remise en cause de l’ensemble des institutions républicaines. Enfin, du moins selon certains analystes. Ça pourrait aussi être autre chose. The jury is still out.

Juste avant, c’était au tour des étudiants de jouer à Mai-68 en hurlant CRS-SS et en mettant le feu à leurs amphis pour réclamer plus de moyens pour l’université. Et juste après ? On ne sait pas encore. Peut-être la Fédération française des joueurs de badminton en colère ou les partisans d’une extension des dates de la chasse au sanglier... On verra bien. Laissons-nous surprendre. Gilets jaunes, bonnet rouges, capuches grises, foulards verts, chemises brunes, slips à carreaux : il y a toujours une bonne raison et un vêtement adapté pour en découdre avec les flics au nom de sa souffrance spécifique.

Bon, c’est certain, dans ces fameux pays civilisés où l’on préfère débattre posément, des éruptions du même genre se produisent à l’occasion. Mais c’est alors leur caractère exceptionnel qui leur donne du sens et les leaders d’opposition ne se bousculent pas devant les micros pour souffler sur les braises dans l’espoir d'arriver aux affaires et d’être, eux aussi, confrontés à la contestation au cocktail molotov de leurs propres réformes.

Est-ce que ça peut changer ? Est-ce que la France est susceptible d’intégrer un jour le club des démocraties stables où l’on discute avant de sortir sa barre à mine ? Mon expérience d’observateur vieillissant me dit plutôt que non. Comme la gastronomie ou le pinard, notre sauvagerie est un art de vivre, une philosophie, un trait culturel romanticisé qui fait que l’on proclame que « ça va péter » avec gourmandise et délectation et que l’on envisage une guerre civile —oui, une guerre civile ! Ce truc avec plein de morts et de réfugiés jetés sur les routes— comme on planifie ses vacances au VVF. Enfin, c’est juste mon avis. Et si vous n’êtes pas d’accord, que ça vous fiche en rogne, vous pouvez toujours aller cramer un monument historique ou couper la tête d'un président.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

03.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

04.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

05.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

06.

Quand Donald Trump fait la leçon au patron de la Nasa en lui demandant d'aller sur Mars sans passer par la Lune

07.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

01.

Le tabac, ce tabou

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

François de Rugy a démissionné

04.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 10/12/2018 - 21:39
@aristide41, l'anarchie n'est pas et ne sera jamais le borde! !
Les médias font toujours tout pour amalgamer et confondre l’anarchie avec le désordre, le bordel ... alors que c’est exactement le contraire : l’anarchie place l’homme au centre des préoccupations de chacun alors que le capitalisme nie la vie de l’homme et considère celui-ci comme une vulgaire marchandise soumise aux règles de la production, de la concurrence et de la consommation. L’anarchie c’est la démocratie directe, la forme la plus parfaite de démocratie. C'est en pratiquant la démocratie directe que l'on peut améliorer le bien commun pour l’avantage de tous et ce dans le respect des autres et de la nature. L’anarchie n’est pas le chaos, mais la responsabilité collective.
https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/l-anarchie-ce-n-est-pas-le-bordel-106451
aristide41
- 10/12/2018 - 07:28
@Azca
Votre tactique c'est de dire que tous ceux qui n'approuvent pas ce mouvement sont des bobos. Très pratique et ça a le mérite de ne pas s'embarrasser de nuances. J'habite en HLM. Avec mon mari, nous sommes des travailleurs pauvres qui faisons 95 Km par jour pour aller travailler. Et on en a marre des gilets jaunes. On est des bobos? Ou des c.ns parce qu'on pense que ce mouvement va empirer les choses, qu'il va amener l'anarchie la plus destructrice pour ce pays? Et que rien, rien n'est pire que l'anarchie? Et qu'on a pas envie de foutre le pays en l'air pour une augmentation de 7 centimes sur le gazole? Avant on avait la CGT qui bloquait des entreprises pour un rien, aujourd'hui c'est monsieur et madame Michu qui s''arrogent le droit de faire chier son monde quand bon lui semblera. Ce mouvement crée un précédent très dangereux pour la France qui n'avait pas besoin de ça. Je passais devant un rond point, on aurait dit une colonie de vacances. On rigole, on se fait des sandwich et du chocolat chaud. C'est mieux que de s'ennuyer devant les feux de l'amour, certes mais je mets plus de deux heures pour faire 20 km. Mais bien sûr ces messieurs dames n'en ont rien à foutre.
aristide41
- 10/12/2018 - 07:08
C'est trop
visible que certains s'éclatent et ne comptent pas en rester là. Et vous avez raison, les neurones c'est pas vraiment ce qui caractérisent le mouvement. Pendant ce temps là, on montre des images violentes dans le monde entier, les touristes et les rares investisseurs étrangers qui étaient revenus se barrent. Mais c'est pas grave tout ça. On enchaîne les Actes comme si c'était une pièce de théâtre. Seuls ceux qui réfléchissent ne s'en réjouissent pas. Beaucoup de personnes autour de moi ne rêvent que d'une chose : pouvoir partir. Encore faudrait il qu'on accepte les Français à l'étranger. Pas sûr avec la réputation d'agitateurs qu'on est en train de se faire.