© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Atlantico Bourse
Le Brexit inquiète désormais les marchés
Publié le 19 novembre 2018
Plusieurs sujets perturbent l’Europe ces derniers mois : Brexit, Italie et Guerre Commerciale en particulier. Les derniers chiffres économiques sont franchement mauvais en Allemagne.
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs sujets perturbent l’Europe ces derniers mois : Brexit, Italie et Guerre Commerciale en particulier. Les derniers chiffres économiques sont franchement mauvais en Allemagne.

Le Brexit constitue l’actualité la plus brûlante avec des évolutions pratiquement heure par heure. T. May a réussi à faire valider un plan d’accord à son gouvernement mercredi mais son parlement peut tout remettre en cause. Le cours de Live Sterling est l’indicateur de marché le plus efficace pour suivre l’avancée des négociations : Il monte par rapport au dollar lorsque l’accord est proche, il baisse dans le cas contraire. Jusqu’à une période récente les marchés européens semblaient faire peu de cas de l’évolution des négociations. Ce n’est plus vrai aujourd’hui. Les avancées et les blocages successifs provoquent des mouvements de plus en plus importants sur les marchés. 

 
Le soulagement dans la soirée de mercredi a été de courte durée : les démissions de plusieurs ministres jeudi matin ont jeté un froid sur les marchés actions européens.
 
L’Italie et les problématiques liées à la guerre commerciale n’ont pas connu d’évolution particulière ces derniers jours. Par contre certaines conséquences se font sentir. Beaucoup d’investisseurs doutent de plus en plus des perspectives économiques et boursières de la zone Euro. L’Allemagne a affiché un recul de 0.2 % de son PIB, le secteur automobile souffre particulièrement : il est doublement affecté par la mise en place des mesures anti-pollution et par les tensions commerciales avec les Etats-Unis. L’ambiance morose en Allemagne a aussi des répercussions ailleurs en Zone Euro : L’indicateur des « surprises » économiques est négatif depuis plusieurs semaines  et ne montre pas de signe d’amélioration. 
 
Le contexte n’est donc pas très favorable à l’investissement en action à court terme. La baisse de ces derniers mois en Europe, si elle dure encore, pourrait effectivement, à terme,  amplifier la morosité économique. L’effet « richesse » lié à une bonne tenue de la bourse depuis plusieurs années a tendance à s’atténuer ces derniers mois. Ce sentiment joue négativement au niveau des ménages et des entreprises : L’immobilier devrait ralentir si la demande des particuliers faiblit, l’investissement des entreprises serait lui aussi, probablement affecté par une baisse prolongée de la bourse.
 
Un autre effet négatif pourrait provenir des banques : La baisse des cours des banques depuis le début d’année va aussi finir par conduire à un ralentissement de la croissance du crédit ce qui est négatif pour la conjoncture.
 
Dans ce contexte morose à court terme 3 éléments pourraient jouer positivement à plus long terme.
 
1) La BCE pourrait à un moment ou un autre annoncer qu’elle poursuit son soutien à l’économie. Elle a d’ailleurs annoncé il y a quelques jours qu’elle accordait des liquidités supplémentaires aux banques. Cette nouvelle est passée inaperçue mais constitue un signal positif fort.
 
2) L’économie n’étant pas très vigoureuse les taux longs ne peuvent pas trop monter. Si les tensions politiques se calment les entreprises vont voir leur coût d’emprunt rester très bas, ce qui devrait aider à faire repartir l’investissement.
 
3) Enfin la baisse de 20 % du pétrole en un peu plus d’un mois est favorable à toute l’industrie de la zone Euro.
Les messages de prudence à court terme restent néanmoins d’actualité dans les circonstances actuelles. Le soutien de la BCE devrait se poursuivre si l’économie reste faible. Les taux bas et la baisse des cours du pétrole devraient apporter un soutien à la bourse… mais il faudra certainement être patient. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 19/11/2018 - 19:16
Brexit
A bien lire l'article ce n'est pas le brexit qui inquiète les investisseurs mais l'UE...