En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© MICHEL EULER / POOL / AFP
Atlantico Bourse
Les valeurs de luxe sous pression…achetez français !
Publié le 08 octobre 2018
Après des années de croissance particulièrement appréciée par la bourse, les valeurs du luxe ont nettement reculé la semaine dernière avec des baisses très marquées jeudi sur l’ensemble des valeurs liées de près ou de loin au luxe.
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après des années de croissance particulièrement appréciée par la bourse, les valeurs du luxe ont nettement reculé la semaine dernière avec des baisses très marquées jeudi sur l’ensemble des valeurs liées de près ou de loin au luxe.

C’est justement ce point qui attire notre attention. En effet, le marché a, parfois, tendance à procéder à des amalgames. Tout le monde se souvient de l’époque où il suffisait d’accoler « .com » au nom d’une start-up pour bénéficier d’une appréciation élevée…mais aussi quand une correction se produit, tout le secteur baisse indistinctement quelle que soit la qualité de certaines des entreprises du secteur. Ce type de période permet parfois de profiter d’excès pour compléter des lignes ou initier des positions dans de bonnes conditions.  

Les valeurs du luxe ont globalement profité d’un environnement très porteur depuis plusieurs années : reprise de la croissance dans le monde, afflux de touristes asiatiques en Europe, développement des classes moyennes et supérieures dans de nombreux pays, puissance de marques mondiales connues et porteuses de valeurs attirantes…Les profits ont suivi et ont été bien valorisées par le marché. 

Pour certains analystes la croissance supérieure à 10% par an enregistrée par l’ensemble du secteur au cours des dernières années, devrait revenir progressivement à 6-8%. Comparée à ce que l’on constate sur d’autres pans de l’économie cela reste encore très intéressant mais la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis pourrait avoir des conséquences à plusieurs niveaux : la croissance chinoise serait pénalisée, la consommation des ménages être, de fait, freinée et des tracasseries administratives ou des droits de douane élevés pourraient également ralentir la croissance des entreprises du luxe en Chine.  
 
Ces commentaires confortent l’impression générale que le secteur arrive à un tournant dans son cycle de croissance. D’ailleurs le secteur a arrêté de « surperformer » le marché depuis le mois de mai, beaucoup considèrent en effet que les niveaux de valorisation étaient trop élevés compte tenu des incertitudes sur la situation du commerce international. 
 
Pendant la séance de jeudi tout le secteur a baissé de manière pratiquement indifférenciée et ce, que ce soit en France (LVMH, Kering, Hermès…), en Grande-Bretagne (Burburry…) en Suisse (Richemont) et même au Japon (Shiseido…). Nous considérons que si le mouvement se poursuit, il y aura des opportunités. Le secteur n’est pas à l’abri d’un ralentissement conjoncturel en 2019 mais à plus long-terme les fleurons du secteur devraient poursuivre leur développement.  
 
Les acteurs français restent, selon nous, les plus attractifs dans une optique longue : Kering et LVMH bénéficient de la qualité de leurs marques et d’une excellence opérationnelle. Hermès fait figure de valeur « refuge » particulièrement en cas de période boursière incertaine. Leurs perspectives  de croissance à long-terme semblent intactes : les « milleniums » sont friands de ces marques et vont continuer à acheter les produits de ces marques. Par ailleurs ces sociétés affichent une situation de bilan très saine : elles ont généré un cash-flow considérable qui leur a permis de se désendetter. Les perspectives de hausse des taux ne les inquiètent donc pas à ce stade. Il est même envisageable que ces entreprises poursuivent leur politique de distribution de dividendes généreuse y compris en 2019. Enfin l’attitude de Kering vis-à-vis de Versace est plutôt rassurante : les grands du luxe français sont raisonnables en ce qui concerne les prix d’acquisitions. Kering n’a pas voulu surpayer. Finalement c’est l’américain Michael Kors qui a procédé au rachat de Versace pour un prix trop élevé, selon nous, de 40 fois les résultats (avant impôts). Comparativement LVMH, Kering et Hermès se paye respectivement 17, 15 et 28 fois les résultats avant impôts…ce qui semble   plus raisonnable pour des sociétés offrant une excellente visibilité à long-terme. 
 
Il y a quelques mois certains analystes ont questionné les entreprises du luxe sur leur système de distribution. Effectivement, internet et sa distribution de masse semblait mal adaptée à la distribution de produits de luxe. Le risque était soit de banaliser les marques de luxe, soit de rendre les produits inaccessibles au plus grand nombre. Le sujet reste sensible mais il semble que les grands noms du luxe se soient désormais adaptés à ce canal de distribution et aient réussi à gérer une juxtaposition de canaux sans altérer ni leur image…ni leur marge. 
 
A court-terme, ces valeurs seront certainement chahutées par la volatilité des marchés liée à la guerre commerciale, mais la vigueur de la croissance américaine contrebalance au moins partiellement cette problématique. En effet, New-York à elle-seule, pèse 11% de l’ensemble des ventes du luxe mondiales, soit une fois et demi celles de la Chine. Les prévisions sont optimistes à court-terme pour la consommation aux Etats-Unis et pourraient au moins constituer un soutien dans un environnement global plus chahuté. 
 
La période de trouble est plutôt selon nous une opportunité pour se positionner à moindre coût sur les valeurs françaises du secteur du luxe si la baisse se poursuit sur ce secteur : Hermès vers 505€, LVMH vers 265€ et Kering vers 410€. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires