En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Pixabay
Casus conscientiae
Gestation pour autrui : le dernier débat où l’on sèche
Publié le 07 octobre 2018
Bienheureux ceux qui parviennent à trancher sur la question de la GPA. Ils devraient faire du journalisme d’opinion.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bienheureux ceux qui parviennent à trancher sur la question de la GPA. Ils devraient faire du journalisme d’opinion.

J’aime bien la GPA (gestation pour autrui) parce que c’est l’un des rares sujets sur lequel je n’ai pas d’avis tranché quand je peux pratiquement vous faire un cours magistral au débotté sur l’économie vénézuélienne ou l’évolution du marché du meuble en kit dans l’ouest de la Wallonie après avoir lu un ou deux articles sur le sujet.

 

C’est d’ailleurs la qualité principale d’un journaliste, juste derrière la maîtrise de Twitter et le sens de la formule : accumuler les connaissances superficielles sur tout et n’importe quoi et pouvoir les régurgiter avec assez d’aplomb pour passer pour un spécialiste auprès de ceux qui en savent encore moins.

 

Mais avec cette histoire de mère porteuse, c’est une autre paire de manche. Spontanément, le libéral en moi suggère que des adultes consentants qui ne font de mal à personne ont bien le droit de se débrouiller comme ils veulent pour avoir un enfant. D’accord, j’ai un peu de mal avec les motivations d’une propriétaire d’utérus prête à le mettre en location neuf mois durant et à dire bye bye à son rejeton cinq minutes après la délivrance mais, ne possédant pas d’utérus moi-même, je peux difficilement me figurer ce qui se passe dans sa tête. Et encore moins la juger.

 

Après tout, il y a des gens dont le sens du sacrifice me dépasse et ce n’est pas parce que je ne me suis pas personnellement relocalisé dans un bidonville de Calcutta que je vais remettre les choix de vie de mère Teresa en question. Au contraire. J’aurais même plutôt tendance à l’admirer, cette abnégation de compétition...

 

Mais dans le monde réel, au-delà de valeurs libérales théoriques qu’il est toujours facile de défendre sans enjeu, les loueuses d’utérus se recrutent plus souvent dans les usines à bébés du tiers-monde où des femmes enchaînent les grossesses pour payer le loyer de leur taudis que sous les climats confortables d’Europe et d’Amérique du Nord où l’on gépéïserait par altruisme.

 

Dans le monde réel, on tombera plus souvent sur un gentil petit couple classe moyenne —homo ou hétéro, mais qu’est-ce que ça change ?— externalisant la fabrication de sa descendance comme on sous-traite la confection de T-shirts. Là où c’est moins cher et moins sourcilleusement réglementé. Là où l’on peut littéralement faire n’importe quoi.

 

D’où mon incapacité à trancher. Les gens peuvent bien faire ce qu’ils veulent au nom de leur libre arbitre et du droit inaliénable à disposer de son corps, OK, mais le type qui irait volontairement vendre un rein juste pour bouffer ferait-il vraiment « ce qu’il veut » ? Et pour une « surrogate mother » californienne aux cheveux blonds éventuellement plus à l’aise financièrement que ses « clients », combien de mamas bangladaises misérables aux cheveux noirs sélectionnées sur catalogue ?

 

La France, forteresse éthique inexpugnable ?

 

Selon toutes probabilités, la GPA finira d’ailleurs par être autorisée chez nous. D’abord parce que les cas à la Mennesson (des parents se bagarrant depuis des années pour obtenir la régularisation de leurs filles nées d’une mère porteuse américaine) se multiplieront et qu’il serait absurde de laisser des gosses qui n’en peuvent mais croupir dans les limbes administratifs par principe ; ensuite parce que la France aura du mal à jouer les forteresses éthiques inexpugnables lorsque la procédure sera devenue courante chez toutes ses voisines et qu’il suffira de se rendre à Amsterdam ou à Barcelone pour dénicher son auto-entrepreneuse en services obstétricaux...

 

On n’en doute pas, le législateur se mettra en douze pour concocter un cadre juridique complexe à la gauloise, bourré de restrictions censées nous préserver des dérives les plus criantes (l’Inde et le Bangladesh seront « off-limits », une armée de psys et d’assistantes sociales viendront garantir que la candidate ne manque ni de pain ni de neurones, etc.) mais il sera devenu effectivement possible, par nécessité absolue ou simple précaution anti-vergetures (oui, ça arrive aussi), de se payer un ventre.

 

Je n’irai alors pas hurler dans les rues avec les mabouls de Civitas pour tenter d’empêcher ça, et je resterai capable d’empathie à l’égard d’un Fogiel, par exemple, ayant manifestement fait les choses dans les règles et dont les gosses ne seront sûrement pas plus malheureux que les miens, mais ça me laissera tout de même un poil mal à l’aise.

 

Maintenant, en ce qui concerne l’économie vénézuélienne, je peux vous assurer que c’est vraiment la catastrophe (il n’y a plus de PQ dans les magasins, les gens s’enfuient par millions). Et quant au marché du meuble en kit chez les Belges, il se porte comme un charme (la nouvelle unité de Mons reçoit déjà 4 millions de visiteurs par an, soit le double de ses objectifs). Je peux même vous expliquer pourquoi dans les deux cas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
04.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 9 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
07.
Hausse des salaires : Jeff Bezos peut-il révolutionner le capitalisme américain ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires