En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

06.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

07.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 12 heures 14 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 13 heures 52 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 16 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 17 heures 40 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 18 heures 47 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 19 heures 51 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 20 heures 44 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 21 heures 9 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 21 heures 48 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 22 heures 12 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 12 heures 45 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 14 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 17 heures 19 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 18 heures 26 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 19 heures 2 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 31 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 20 heures 58 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 21 heures 42 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 22 heures 5 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 22 heures 13 min
Atlantico Bourse

Les pays émergents sur le fil du rasoir

Publié le 03 septembre 2018
Les pressions successives sur les devises internationales ont fragilisé l'économie de nombreuses nations.
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les pressions successives sur les devises internationales ont fragilisé l'économie de nombreuses nations.

Les deux derniers mois ont été difficiles pour de nombreux pays émergents. L’Argentine et la Turquie ont particulièrement souffert. Régulièrement l’Asie, la Russie ou certains pays d’Amérique Latine ont subi une pression sur leur devise ou leur taux longs. Les difficultés rencontrées lors de ces épisodes de tensions ont conduit les pays en question à adopter des politiques économiques plus conformes aux standards recherchés par les investisseurs. Ayant ainsi appris du passé, les dirigeants ont aussi veillé à moins dépendre de l’extérieur pour financer leur besoin. 

Globalement, la situation économique des pays émergents était beaucoup plus saine fin 2017 qu’elle ne pouvait l’être fin des années 2000 par exemple. Les financements extérieurs étant très majoritairement en Dollar, les années 2016 et 2017 avaient aussi permis à de nombreux pays de reconstituer une marge de manœuvre appréciable pour faire face à un éventuel ralentissement. 
 
Hélas, la situation n’est pas homogène d’un pays à l’autre et, dès les premiers signes de hausse du Dollar et surtout dès que des doutes ont commencé à poindre sur la croissance, les plus fragiles ont été sanctionnés par les marchés. 
 
Pour des raisons différentes mais avec un résultat assez comparable, la Turquie et l’Argentine ont été les deux pays les plus touchés. L’Argentine avait pris un ensemble de mesures structurelles bien accueillies par les investisseurs, hélas l’inflation mal maîtrisée a tout perturbé. En juillet, elle dépassait 30% en rythme annuel. Le pays s’est depuis le début 2018 enfoncé dans une spirale très négative : inflation, baisse de la devise et hausse des taux. Dans la panique cette semaine, la Banque Centrale Argentine a monté ses taux courts à 60% ! Le risque désormais est de voir la croissance ralentir très fortement. Les indicateurs récents n’incitent pas à l’optimisme : ces derniers temps la conjoncture tenait grâce à la consommation des ménages mais depuis 2-3 mois un ralentissement net est constaté. Le Fonds Monétaire International a été appelé à la rescousse mais les mesures à mettre en œuvre n’incitent pas à l’optimisme au moins à court-terme. 
 
La Turquie, outre des problèmes géopolitiques qui rendent la situation plus complexe encore, subit elle aussi les inconvénients d’une trop forte dépendance aux flux internationaux. La balance des paiements est très déséquilibrée et les besoins pour financer l’économie turque sont tels que les créanciers ont perdu confiance. Ils ont massivement vendu de la livre turque et diminué leur concours à l’économie. La sanction a été immédiate : baisse de la livre (-40% depuis le début 2018), hausse des taux longs, hausse de l’inflation…Pour des raisons de politique interne, le gouvernement retarde la hausse des taux courts et cherche de l’aide extérieure pour financer son développement. A ce stade, il est difficile de savoir si ces recherches porteront leur fruit mais en attendant, l’économie ralentit et la confiance des investisseurs s’étiole au fil des semaines. 
 
Tout le débat désormais est de savoir si ces deux situations vont « contaminer » les autres pays émergents. Il nous semble que le risque de contagion venant de ces pays est faible voire quasiment nul…mais…les investisseurs internationaux vont être très prudents et particulièrement exigeants dans les semaines à venir. Ils vont passer au crible les pays les uns après les autres pour essayer d’éviter de se trouver dans une situation proche dans les mois ou les semaines à venir. 
 
Les filtres sont toujours les mêmes : les pays les plus endettés (généralement en Dollar), ceux dont la banque centrale est peu indépendante et ceux qui voient l’inflation augmenter depuis plusieurs vont être mis sous grande surveillance dans les mois à venir : L’Afrique du Sud, l’Indonésie ou même l’Inde ont subi de lourds dégagements sur leur devise récemment. L’instabilité politique constitue également un facteur de méfiance supplémentaire comme par exemple au Brésil.
 
Compte tenu du fait que la volatilité va globalement progresser dans ces pays dans les semaines à venir, surtout si la banque centrale américaine continue de monter ses taux, il est probable que les gérants internationaux limitent le poids alloués aux pays émergents. Nous considérons que pour un investisseur particulier, il est trop tard pour vendre, mais il est encore trop tôt compte tenu des incertitudes pour renforcer ou initier des positions. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires