En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 1 heure 12 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 4 heures 14 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 5 heures 4 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 8 heures 22 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 11 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 43 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 12 heures 16 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 37 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 39 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 6 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 8 heures 7 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 10 heures 6 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 42 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 39 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 35 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Plus ça change, plus c’est la même chose

Prélèvement à la source : petit éloge de l'approche sournoise du changement

Publié le 02 septembre 2018
Les Français n’aiment pas le changement par principe et leurs gouvernants ne savent pas l’organiser par nature.
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Français n’aiment pas le changement par principe et leurs gouvernants ne savent pas l’organiser par nature.

Une chose qui ne change pas, c’est la manière dont les Français se mettent en rogne lorsqu’on leur fait remarquer qu’ils n’aiment pas le changement. C’est parce qu’ils sont plutôt convaincus d’être des rebelles dans l’âme, se gargarisant volontiers de leurs glorieuses révolutions successives —1789, 1830, 1848, 1968— à la manière de ces grippe-sous qui claquent la porte au nez du quémandeur caritatif en aboyant qu’ils ont déjà donné.

 

L’accouchement dans la douleur du prélèvement à la source est d’ailleurs un magnifique exemple de cette résistance de principe aux évolutions les plus banales et théoriquement les plus consensuelles. Pour quiconque ne refuse pas le concept même d’un impôt sur ses revenus, le voir déduit directement de sa fiche de paye est une évidence : on sait exactement ce que l’on gagne en net, on n’est pas forcé de mettre de l’argent de côté pour son dernier tiers, on ne se retrouve pas dans la mouise pour faire un gros chèque au fisc en 2018 parce qu’on gagnait mieux sa vie en 2017 mais que les vaches ont maigri dans l’intervalle…

 

Le reste du monde semble d’ailleurs s’en être rendu compte, seuls Singapour, la Suisse et l’Italie, parmi les États membres de l’OCDE, restant avec la Gaule attachés à la cérémonie annuelle du paiement décalé.

 

Cette résistance particulière est d’autant plus étrange que les salariés français sont plus de 60 % à avoir opté pour le prélèvement mensuel sans contrainte parce qu’ils trouvent ça plus pratique, dans un pays où seul un foyer fiscal sur deux est concerné de toute manière. Quant aux employeurs, eux aussi réfractaires à l’ajout d’une ligne sur un bulletin de salaire au motif qu’ils se retrouveraient transformés en percepteurs bénévoles, ils n’ont pas l’air d’avoir de soucis logistiques majeurs avec la myriade de cotisations ésotériques qu’ils collectent déjà pour le compte d’autant d’organismes mystérieux — généralement pour un montant bien supérieur à ce qu’ils versent concrètement à leurs collaborateurs.

 

Mais ce qui ne change pas non plus, pour autant, c’est l’incapacité des gouvernements français à conduire un changement visant à simplifier les choses sans le transformer en usine à gaz complexe susceptible de créer des problèmes là où il n’en existait pas, à l’instar du fameux logiciel de paye de l’armée (qui devait améliorer le versement des soldes mais avait plutôt tendance à les supprimer carrément), du RSI (qui devait faciliter la vie des entreprises mais envoyait surtout les patrons au tribunal de commerce), du CICE (qui devait permettre de faire baisser les charges sociales sans donner l’impression de faire baisser les charges sociales), ou de la métropolisation (qui devait supprimer des couches au mille-feuille administratif mais n’a fait qu’en rajouter) .

 

Parcoursup fiscal ?

 

Il semblerait en effet que Macron se soit rendu compte que le processus de passage d’un système à l’autre était si peu au point qu’il risquait de tourner au fiasco à grande échelle en dépit de l’enthousiasme de Darmanin. Et si l’histoire nous enseigne quoi que ce soit, la mise en œuvre de ce « Parcoursup fiscal » sera effectivement l’occasion d’un gros bordel et confortera encore les Français dans l’idée que tout changement est une catastrophe potentielle et que, même si rien ne marche, il est surtout urgent de ne toucher à rien...

 

Je n’y connais pas grand-chose en matière fiscale (natif du Morbihan, je suis davantage spécialiste en refus obstiné de changer d’avis sur quoi que ce soit) mais je crois qu’à la place de Jupiter j’aurais privilégié l’approche sournoise par la généralisation obligatoire de la mensualisation. L’objectif de faire rentrer des sous plus régulièrement dans les caisses de l’État aurait été rempli sans vrai traumatisme (ça aurait tout de même gueulé, bien sûr, mais moins) et les chances d’un Fukushima informatique auraient été largement réduites.

 

Et les manœuvres sournoises des gouvernants étant, après tout, presque aussi consubstantielles à l’âme gauloise que la résistance au changement et les monstruosités administratives, on serait restés dans la tradition.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires