En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 6 heures 53 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 8 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 10 heures 45 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 11 heures 51 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 13 heures 2 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 13 heures 53 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 16 heures 2 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 17 heures 49 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 7 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 10 heures 26 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 11 heures 19 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 12 heures 19 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 13 heures 30 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 14 heures 52 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 17 heures 1 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 17 heures 37 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 18 heures 14 min
© THOMAS COEX / AFP FILES / AFP
© THOMAS COEX / AFP FILES / AFP
Souvenirs de régiment

Le service militaire est de retour, mais c'est avec la bénédiction des planqués...

Publié le 01 juillet 2018
Le nouveau service militaire, c’est un peu comme l’homéopathie, ça ne sert probablement à rien sans vraiment faire de mal et ça coûte (un peu) à la collectivité. Mais même un planqué peut lui trouver des points positifs.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nouveau service militaire, c’est un peu comme l’homéopathie, ça ne sert probablement à rien sans vraiment faire de mal et ça coûte (un peu) à la collectivité. Mais même un planqué peut lui trouver des points positifs.

J’avoue : je suis un planqué. Je n’ai pas fait mon service militaire. Enfin, juste la fameuse journée et demie d’appel — qu’on appelait d’ailleurs « trois jours » en hommage involontaire à la durée aléatoire de refroidissement du fût d’un canon selon Fernand Raynaud — au bout de laquelle j'avais été renvoyé dans mes foyers avec un gros tampon « Exempté » sur un formulaire.

Je dois l’avoir encore, quelque part dans un tiroir...

 

Ça n’était pas bien compliqué, à l’époque, d’échapper à ces douze mois de corvée de chiottes et de randos nocturnes avec un sac de cailloux et un sergent relou sur le dos : un certificat bidon de santé mentale précaire (mais d’autres jouaient plutôt la carte du souffle au coeur, des pieds plats ou de la surdité galopante ; je suppose qu’on choisissait son handicap léger en fonction de la spécialité des toubibs complaisants de l’entourage familial) et, paf (pan ? Bang ?), c’était dans la poche.

 

Les médecins du centre de recrutement n’étaient pas spécialement dupes. De faux mabouls ayant petit-déjeuné d’une boîte de Temesta avant de franchir le portail, des allergiques au tissu synthétique de l’uniforme qui risquaient la crise mortelle de psoriasis, des désaxés de la rotule qui ne pouvaient rester ni debout, ni assis, ni couchés sans se tordre de douleur, ils en voyaient défiler par dizaines de milliers et devaient se raconter de sacrées histoires bien tordues le soir au mess. Pour ne rien dire des « soutiens de famille » de dix-huit ans et des intellos de vingt-cinq balais en huitième année de DEUG qui trouvaient plus judicieux d’embobiner une assistante sociale à épaulettes.

 

Dans le tortillard pour Tarascon, le morne patelin de garnison où l’on m’avait convoqué pour évaluation de mes aptitudes à tuer des Soviétiques, j’avais même sympathisé avec un type qui avait bachoté les deux filières comme on met une ceinture et des bretelles : maladie chronique plus assistance logistique indispensable à sa pauvre maman borgne et unijambiste. Lui aussi, il était reparti avec le gros tampon. Comme à peu près toute ma « cohorte », en fait, parce qu’on nous avait expliqué que c’était déjà plus ou moins la fin du bidule et que, des grands Duduche à la Cabu réfractaires à la vie en chambrée et au montage-démontage chronométré d’un Famas, l’armée n’en avait plus besoin de toute manière...

 

Je me souviens même qu’avant de mettre un pied dans la caserne la veille du Jour-J (le planton nous avait prévenu qu’on ne pourrait plus en ressortir et nous avait conseillé de plutôt finir la soirée au bistrot à jouer au flipper et draguer les cagoles locales), on était allés tuer le temps dans l’unique cinoche de la ville qui projetait un vieux navet avec un Chuck Norris dérouillant des Vietnamiens deux heures durant et ça ne nous avait pas spécialement incités à réviser notre position sur la meilleure façon de devenir des hommes, des vrais. On connaissait mal les détails du conflit, mais on était vaguement pour les Viets malgré tout. C’était plus « rebelle ».

 

Je crois pourtant que nous n’étions pas particulièrement anti-militaristes. Juste pas très convaincus que ce passage sous le drapeau serait notre unique opportunité de nous fabriquer nos « seuls vrais amis » ; ceux avec lesquels nous aurions pu partager ces rudes moments de fraternité des armes et de biture à la Kro qui s’impriment dans les neurones jusqu'à la tombe. On se disait que des potes et des comas éthyliques, on trouverait bien le moyen de s’en faire dans le civil (on ne se trompait pas).

 

Et l’on n’avait pas non plus très envie de se faire scalper car nous avions encore des coupes à la Julien Clerc dans « Hair » et y étions assez attachés.

 

Mais là maintenant, plus de vingt ans après la décision de Chirac d’en terminer avec la conscription, Macron en rétablit une version light, et je dois dire que je n’y suis pas spécialement opposé, tout embusqué hypocrite que je sois. D’abord, je ne suis pas concerné : j’ai passé la date de péremption depuis un bail, ce qui est un premier point extrêmement positif. Ensuite, ça ne dure pas longtemps (davantage que ces « trois jours » de vingt-quatre heures, mais guère plus) et, surtout, la philosophie générale de la nouvelle formule sonne plus banalement « citoyenne » et fédératrice que belliqueusement Chuck-norrissienne.

 

Comme les granules homéopathiques, si ça ne sert à rien, ça ne fait de mal non plus même si ça coûte du blé à la collectivité.

 

Enfin, pour dire la vérité vraie, je m’en fiche un peu, de cette affaire. Je me dis toutefois que c’est chez les psy et les rhumatologues qu’on doit faire sauter les bouchons de champagne depuis quelques jours : le temps des certificats bidons étant revenu, il y a de l’augmentation de chiffre d’affaires des cabinets dans l’air.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Juvénal
- 04/07/2018 - 19:12
Le service militaire est de retour, non......
Les Chantiers de Jeunesse du Maréchal Macron !!!
winnie
- 02/07/2018 - 18:01
L' auteur de cet article....
ne sait pas dont il parle puisqu'il s est debrouiller a ne pas faire son service nationnal. Ce qui d apres lui eut ete tres facile d'y echapper, ah oui? Et puisqu'il s'en fiche il n a cas se taire. Mais au fait qui ira chercher les petites racailles des cites et aura les couilles pour les eduquer? Les gentils educateurs gocho? Laisser moi rire. A oui j oubliai, tous ces pipologues, et autres dit intello ont tous zaper le service nationnal et se permettent de donner des lecons!
Themistokles
- 02/07/2018 - 17:41
Planqués et citoyens sinon on se fait discret
Deux options (à l'époque) : le faire ou objecteur de conscience ce qui supposait 2 ans et des convictions citoyennes ; quant à la descriptions charlotesque de ce que vous n'avez pas connu, lamentable. Pour la peine, j'avais fait une prépa militaire et ensuite éclaireur skieur dans un Bataillon alpin.