En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
On tombe des nues
Facebook, Twitter, Instagram... OK, le produit c’est vous. Et donc ?
Publié le 08 avril 2018
Le modèle économique d’un réseau social, c’est d’offrir des services gratuits à ses membres en échange de la revente de leurs données à des tiers. Vous n’étiez vraiment pas au courant ?
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le modèle économique d’un réseau social, c’est d’offrir des services gratuits à ses membres en échange de la revente de leurs données à des tiers. Vous n’étiez vraiment pas au courant ?

On en apprend vraiment de belles concernant Facebook ces jours-ci. Figurez-vous que votre réseau social préféré refile volontiers vos données individuelles à des tiers, lesquels en profitent pour tenter de vous vendre des trucs ou de vous suggérer pour qui voter…

Dingue alors ! Moi qui pensais qu’il s’agissait d’un service public à but non-lucratif essentiellement chargé de m’aider à garder le contact avec mes vieux potes du lycée ou à organiser des soirées diapos virtuelles avec les cousins au retour des vacances !

 

J’en suis encore tout retourné.

 

Et je ne suis pas le seul, d’ailleurs. Si j’en crois mon « mur », la plupart de mes 12 milliards d’« amis » en sont au moins aussi bouleversés : « Quoi ? Qu'ouis-je, qu'entends-je, qu'acoustiquais-je ? Les photos, les adresses, les numéros de téléphones, les messages confidentiels, les coups de coeurs littéraires, culinaires et musicaux, les horaires de trains et d’avion, les signatures de pétitions, les likes de programmes de partis, bref, la totalité des informations personnelles que je déverse volontairement à gros bouillons dans cet entonnoir numérique ne sont pas immédiatement enfermées dans un coffre ? Et l’affreux Zuckerberg les commercialise, par dessus le marché ?! »

 

L’expression « si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit » a pourtant été élevée au rang de cliché depuis un bail et, à vrai dire, c’est plutôt l’ampleur de la surprise qui surprend. Oui, les réseaux sociaux jouent les rabatteurs pour Amazon et Darty ; oui Google et Yahoo font du profilage pour la plupart des partis politiques ; oui, la plupart des sites Web déposent de petits biscuits au chocolat dans la mémoire de vos ordi à chacune de vos visites…

 

Une solution existe d’ailleurs pour les réfractaires à cette auto-marchandisation : clôturer purement et simplement leurs différents comptes de réseaux sociaux. Ou, au minimum, réfréner les épanchements trop privés de leurs états d’âme sur la toile. Ça ne les empêchera pas d’être pris en filature par le GPS de leur smartphone, bien sûr, mais ça limitera la casse.

 

La semaine prochaine, nous nous pencherons sur la stratégie secrète des chaînes de télévision gratuites, dont le projet sournois serait de permettre à des vendeurs de voitures et de machine à laver d’accéder à votre temps de cerveau disponible entre deux émissions de variétés. « Hein ? Quoi ? Vraiment ? Quel cynisme ! C’est tout un monde qui s’écroule... ».

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
02.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
03.
Les médecins de Britney Spears dévoilent la vérité sur son hospitalisation
04.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
05.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
06.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
07.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
05.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
02.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 08/04/2018 - 11:14
Esclavage consenti
Au nom des droits de l'homme, les réseaux dits sociaux devraient obligatoirement être payants. Si on ne paye pas les services avec nos sous, on les paye autrement: c'est notre vie entière qu'on leur donne. Comme Faust vend son âme au diable en échange d'illusions.