En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© AFP
Politico Scanner
Macron et les sondages : en baisse mais voilà pourquoi il n’y rien d’inquiétant pour le Président en l’état
Publié le 28 février 2018
Emmanuel Macron subit une baisse de sa popularité depuis le mois de décembre 2017, venant contrer son rebond de fin d'année.
Esteban Pratviel est chef de groupe pour la société de sondages Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Esteban Pratviel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Esteban Pratviel est chef de groupe pour la société de sondages Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron subit une baisse de sa popularité depuis le mois de décembre 2017, venant contrer son rebond de fin d'année.

Emmanuel Macron subit une baisse de sa popularité depuis le mois de décembre 2017,  venant contrer son rebond de fin d'année. En termes de comparaisons avec ses prédécesseurs François Hollande et Nicolas Sarkozy, comment analyser la position actuelle du nouveau président ? 

Un peu moins d’un an après l’élection présidentielle de 2017 et son accession à la présidence de la République, Emmanuel Macron est redevenu minoritaire dans l’opinion d’après les Indices de popularité de l’exécutif mesurés par l’Ifop pour Le Journal du Dimanche. 44% des personnes interrogées déclarent en effet être satisfaites du président de la République, soit un score en baisse de 6 points par rapport au mois dernier, tandis que 55% déclarent en être mécontentes. L’actuel chef de l’Etat se situe toutefois à un niveau de popularité supérieur à ceux de ses prédécesseurs au même moment de leurs mandats : 37% des Français étaient satisfaits de François Hollande en février 2013, alors que 38% étaient positifs à l’égard de Nicolas Sarkozy en février 2008. Si cette popularité plus élevée n’est peut-être que provisoire, il conviendra de noter que, contrairement à ses prédécesseurs, Emmanuel Macron a réussi à rebondir par le passé et à repasser au-dessus de la barre des 50%, après un débat de mandat compliqué (40% de satisfaits en août 2017 pour atteindre 52% en décembre 2017).

Comment analyser ces différences au regard de l'électorat respectif de chacun des présidents ? La baisse récente d'Emmanuel Macron n'est elle pas à relativiser en raison de la conservation de sa base ? 

La structure des soutiens à Emmanuel Macron et à sa politique est différente de celles des anciens présidents de la République, même si les situations ne sont pas tout à fait comparables. L’actuel chef de l’Etat bénéficie tout d’abord d’un crédit plus fort dans son propre camp. Ainsi, 92% des sympathisants de La République en Marche lui témoignent de la satisfaction, quand François Hollande et Nicolas Sarkozy ne contentaient respectivement « que » 79% des sympathisants du Parti Socialiste et 81% des proches de l’UMP à pareille moment de leurs mandats. En outre, Emmanuel Macron peut compter sur un soutien appuyé dans un plus grand nombre de segments de la population : 58% des cadres et professions intellectuelles supérieures, 50% des moins de 35 ans et 48% des 65 ans et plus en sont notamment satisfaits. Ce n’était pas le cas pour Nicolas Sarkozy qui bénéficiait surtout d’un soutien important parmi les 65 ans et plus ou de François Hollande qui ne convainquait surtout qu’une minorité de professions intermédiaires ou de cadres.

 

Emmanuel Macron est perçu comme ayant le soutien "des médias" alors que ses prédécesseurs auraient été considérés plus défavorablement. Cette situation pourrait-elle révéler une surestimation de la côte d'Emmanuel Macron ou est ce que l'effet médiatique est surestimé en l'espèce ? 

Il est toujours périlleux de considérer que la population ne ferait que suivre une opinion générale véhiculée par les médias. Les Français utilisent en outre des sources d’informations très diverses qui ne traitent pas l’actualité de manière uniforme, font une sélection dans l’information qu’ils reçoivent et au besoin vont chercher l’information manquante pour faire leurs choix. De la même manière, il est tout aussi périlleux de considérer qu’Emmanuel Macron est mieux traité de manière générale par les médias que ses prédécesseurs. L’examen des situations passées est par ailleurs éclairant pour répondre à votre question. Le cas du référendum sur le traité établissant une constitution pour l'Europe en 2005 nous a notamment montré que malgré de nombreuses prises de position en faveur du « oui » parmi les leaders d’opinion, médiatiquement omniprésents, le « non » a finalement été majoritaire. Cette situation, à défaut de s’appliquer systématiquement, permet au moins de relativiser l’idée selon laquelle le traitement médiatique influence complétement les positions des électeurs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 28/02/2018 - 23:16
Si Macron descendait sous les 30%...
il serait obligé de démissionner, car la France deviendrait ingérable. Mais bon! En France gauchiste, on n’a pas de pétrole, mais on a des premiers ministres-fusibles...
spiritucorsu
- 28/02/2018 - 21:50
Dr Jekyll&Mr Hyde
Faut-il que le plancher de la maison de la macronie commence sérieusement à brûler pour que les serviteurs montent sans relâche aux créneaux pour nous distiller la partition de l'hymne à la gloire de leur maître.Les Français qui ont été un moment ensorcelés par la musique du joueur de pipeau commencent à opérer un réveil douloureux.Ils croyaient avoir voté pour le bon docteur Jekyll;ils découvrent un horrible Mr Hyde à la place.La chute n'en sera que plus dure!
Claude D
- 28/02/2018 - 12:08
La parole de son maître!
Mme Laurence Parisot, soutien actif de M. Macron, avant, pendant et après l'élection de celui-ci, est actionnaire majoritaire de l'IFOP. Donc M. Pratviel ne pouvait pas démontrer autre chose que ce qu'il a écrit dans cet article tendancieux puisque démontrant que M. Macron est le meilleur.