En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

06.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

07.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 12 min 58 sec
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 58 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 1 heure 19 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 2 heures 10 min
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 19 heures 35 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 20 heures 31 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 21 heures 33 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 23 heures 36 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 1 jour 16 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 33 min 46 sec
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 19 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 20 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 20 heures 56 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 22 heures 44 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 23 heures 52 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 1 jour 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 1 jour 1 heure
© AFP
© AFP
Politico Scanner

Macron et les sondages : en baisse mais voilà pourquoi il n’y rien d’inquiétant pour le Président en l’état

Publié le 28 février 2018
Emmanuel Macron subit une baisse de sa popularité depuis le mois de décembre 2017, venant contrer son rebond de fin d'année.
Esteban Pratviel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Esteban Pratviel est chef de groupe pour la société de sondages Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron subit une baisse de sa popularité depuis le mois de décembre 2017, venant contrer son rebond de fin d'année.

Emmanuel Macron subit une baisse de sa popularité depuis le mois de décembre 2017,  venant contrer son rebond de fin d'année. En termes de comparaisons avec ses prédécesseurs François Hollande et Nicolas Sarkozy, comment analyser la position actuelle du nouveau président ? 

Un peu moins d’un an après l’élection présidentielle de 2017 et son accession à la présidence de la République, Emmanuel Macron est redevenu minoritaire dans l’opinion d’après les Indices de popularité de l’exécutif mesurés par l’Ifop pour Le Journal du Dimanche. 44% des personnes interrogées déclarent en effet être satisfaites du président de la République, soit un score en baisse de 6 points par rapport au mois dernier, tandis que 55% déclarent en être mécontentes. L’actuel chef de l’Etat se situe toutefois à un niveau de popularité supérieur à ceux de ses prédécesseurs au même moment de leurs mandats : 37% des Français étaient satisfaits de François Hollande en février 2013, alors que 38% étaient positifs à l’égard de Nicolas Sarkozy en février 2008. Si cette popularité plus élevée n’est peut-être que provisoire, il conviendra de noter que, contrairement à ses prédécesseurs, Emmanuel Macron a réussi à rebondir par le passé et à repasser au-dessus de la barre des 50%, après un débat de mandat compliqué (40% de satisfaits en août 2017 pour atteindre 52% en décembre 2017).

Comment analyser ces différences au regard de l'électorat respectif de chacun des présidents ? La baisse récente d'Emmanuel Macron n'est elle pas à relativiser en raison de la conservation de sa base ? 

La structure des soutiens à Emmanuel Macron et à sa politique est différente de celles des anciens présidents de la République, même si les situations ne sont pas tout à fait comparables. L’actuel chef de l’Etat bénéficie tout d’abord d’un crédit plus fort dans son propre camp. Ainsi, 92% des sympathisants de La République en Marche lui témoignent de la satisfaction, quand François Hollande et Nicolas Sarkozy ne contentaient respectivement « que » 79% des sympathisants du Parti Socialiste et 81% des proches de l’UMP à pareille moment de leurs mandats. En outre, Emmanuel Macron peut compter sur un soutien appuyé dans un plus grand nombre de segments de la population : 58% des cadres et professions intellectuelles supérieures, 50% des moins de 35 ans et 48% des 65 ans et plus en sont notamment satisfaits. Ce n’était pas le cas pour Nicolas Sarkozy qui bénéficiait surtout d’un soutien important parmi les 65 ans et plus ou de François Hollande qui ne convainquait surtout qu’une minorité de professions intermédiaires ou de cadres.

 

Emmanuel Macron est perçu comme ayant le soutien "des médias" alors que ses prédécesseurs auraient été considérés plus défavorablement. Cette situation pourrait-elle révéler une surestimation de la côte d'Emmanuel Macron ou est ce que l'effet médiatique est surestimé en l'espèce ? 

Il est toujours périlleux de considérer que la population ne ferait que suivre une opinion générale véhiculée par les médias. Les Français utilisent en outre des sources d’informations très diverses qui ne traitent pas l’actualité de manière uniforme, font une sélection dans l’information qu’ils reçoivent et au besoin vont chercher l’information manquante pour faire leurs choix. De la même manière, il est tout aussi périlleux de considérer qu’Emmanuel Macron est mieux traité de manière générale par les médias que ses prédécesseurs. L’examen des situations passées est par ailleurs éclairant pour répondre à votre question. Le cas du référendum sur le traité établissant une constitution pour l'Europe en 2005 nous a notamment montré que malgré de nombreuses prises de position en faveur du « oui » parmi les leaders d’opinion, médiatiquement omniprésents, le « non » a finalement été majoritaire. Cette situation, à défaut de s’appliquer systématiquement, permet au moins de relativiser l’idée selon laquelle le traitement médiatique influence complétement les positions des électeurs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 28/02/2018 - 23:16
Si Macron descendait sous les 30%...
il serait obligé de démissionner, car la France deviendrait ingérable. Mais bon! En France gauchiste, on n’a pas de pétrole, mais on a des premiers ministres-fusibles...
spiritucorsu
- 28/02/2018 - 21:50
Dr Jekyll&Mr Hyde
Faut-il que le plancher de la maison de la macronie commence sérieusement à brûler pour que les serviteurs montent sans relâche aux créneaux pour nous distiller la partition de l'hymne à la gloire de leur maître.Les Français qui ont été un moment ensorcelés par la musique du joueur de pipeau commencent à opérer un réveil douloureux.Ils croyaient avoir voté pour le bon docteur Jekyll;ils découvrent un horrible Mr Hyde à la place.La chute n'en sera que plus dure!
Claude D
- 28/02/2018 - 12:08
La parole de son maître!
Mme Laurence Parisot, soutien actif de M. Macron, avant, pendant et après l'élection de celui-ci, est actionnaire majoritaire de l'IFOP. Donc M. Pratviel ne pouvait pas démontrer autre chose que ce qu'il a écrit dans cet article tendancieux puisque démontrant que M. Macron est le meilleur.