En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Paris brûle-t-il ?
Orléans : Jeanne d'Arc au bûcher 2.0
Publié le 25 février 2018
Il suffit désormais d'une paire de trolls mal embouchés sur Twitter pour déclencher une polémique d'ampleur nationale, y compris sur les sujets les plus consensuels.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il suffit désormais d'une paire de trolls mal embouchés sur Twitter pour déclencher une polémique d'ampleur nationale, y compris sur les sujets les plus consensuels.

J’avais prévu d’écrire sur « l’affaire Mennel », en décalage avec le flux de polémiques à la gomme qui permettent à des anonymes en slip de s’étriper sur Internet en excipant de leurs hautes valeurs morales, mais « l’affaire Jeanne d’Arc », un poil plus fraîche, me permet de dire pratiquement la même chose en collant à l’actu.

 

En préalable, je suggérerais qu’à l’exception d’une poignée de résidents du Val-de-Loire, nous étions sans doute peu nombreux dans ce pays à savoir qu’une « fête johannique » était organisée chaque année à Orléans, au cours de laquelle une jeune fille en jupe plissée, serre-tête et chaussures vernies était sélectionnée pour incarner la célèbre pucelle anglophobe à acouphènes.

 

Nous étions peu nombreux et, faut-il vraiment le préciser, nous nous en fichions surtout comme de notre première tranche de Cauchon

 

Il aura pourtant suffit qu’une paire de provocateurs racistes fassent semblant de s’offusquer sur Twitter du pedigree de l’impétrante 2018 pour que cette obscure commémoration folklorique fasse les gros titres, forçant les uns et les autres, parfois à contre-emploi, à se passionner pour une question subitement devenue existentielle.

 

A contre-emploi puisque c’est de gauche que l’on en vient désormais à s'enthousiasmer pour, en vrac, la figure d’une héroïne semi-mythique associée à l’extrême droite depuis que les Le Pen en on fait leur mascotte, l’organisation de célébrations identitaro-religieuses et, last but not least, le désir d’une ado BCBG d’aller parader sur un étalon blanc en agitant un petit drapeau à fleur de lys au lieu d’aller manifester contre la réforme du bac avec l’UNEF...

 

A contre-emploi à droite également, puisqu’une jeune métisse bénino-polonaise qui pratique l’escrime, chante dans une chorale, se rend à la messe chaque dimanche et travaille bien à l’école, est la meilleure publicité qui soit pour le concept honni de « chance pour la France ». On aura du mal, en effet, à trouver plus harmonieusement « intégrée » que cette petite fille modèle. Même le patron de Fdesouche, Pierre Sautarel, a l’air d’en convenir…

 

En d’autres termes, à gauche comme à droite (et au centre, ça va sans dire), on est globalement indifférent à cette anecdote infinitésimale, mais l’on est d’accord pour transformer les saillies de trolls ultra-marginaux (qu’on a d’ailleurs du mal à retrouver, noyés qu’ils sont dans un océan d’indignation consensuelle) en une énième occasion de se foutre sur la gueule à grande échelle et à propos de rien.

 

Jeanne d’Arc (la vraie), lorsqu’elle dégainait son épée, le faisait au moins parce qu’elle pensait avoir entendu Dieu. Ses arrière petits-enfants (les faux, et pour cause) sont moins regardants sur la source de leurs engagements guerriers.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
04.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
05.
Le "chat renard", une nouvelle espèce de félin découverte en Corse
06.
Stars ET milliardaires : quand la puissance de la célébrité transforme Jay Z ou Rihanna en magnats des affaires
07.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
adroitetoutemaintenant
- 26/02/2018 - 02:48
Mais c'est vrai quoi !
Est-elle vraiment pucelle ? Contrôle !!!
J'accuse
- 25/02/2018 - 18:11
Pourquoi tant de haine ?
Même si on n'aime pas le principe, ce n'est pas une raison pour insulter cette gentille jeune fille. Et pourquoi, M. Serraf, se moquer de Jeanne ? Elle n'était pas anglophobe: les Anglais n'avaient rien à faire dans le royaume de France; vous n'êtes pas d'accord ? Pourquoi aussi cette caricature de la droite ? Elle ne rejette pas les immigrés, mais les invasions de clandestins plumés par des réseaux de passeurs, et que l'on reçoit dans des conditions déplorables par idéologie. Les gens ont besoin de compréhension, pas d'ironie méprisante.
bherry
- 25/02/2018 - 16:19
Oui choisir cette candidate
Oui choisir cette candidate pour incarner Jeanne D'Arc c'est simplement du négationnisme historique. C'est à dire réécrire l'histoire pour qu'elle corresponde à l'idéologie dominante d'aujourd'hui. Lisez 1984 d'Orwell : nous y sommes. Cette chape de plomb totalitaire que personne n'ose contester.