En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 1 heure 17 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 2 heures 2 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 31 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 4 heures 3 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 5 heures 10 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 6 heures 3 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir la Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 47 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 8 heures 13 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 50 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 3 heures 20 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 32 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 5 heures 5 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 5 heures 21 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 41 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 6 heures 22 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 33 min
Liaisons Dangereuses

Les Français, les riches et l’argent : un rapport compliqué par la mondialisation

Publié le 04 octobre 2017
Selon un sondage Tilder-Opinionway pour LCI, le soutien à la réforme de l’ISF prévue dans le projet de budget est de seulement 29 %, tandis que 57% des sondés se prononcent contre la suppression de cet impôt.
Aurélien Preud’homme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Preud'homme est directeur des études à l'institut Viavoice, spécialisé notamment sur les analyses politiques, économiques et liées aux évolutions de société.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage Tilder-Opinionway pour LCI, le soutien à la réforme de l’ISF prévue dans le projet de budget est de seulement 29 %, tandis que 57% des sondés se prononcent contre la suppression de cet impôt.

Atlantico : Que peut-on déduire du rapport qu'ont les Français avec l'argent ?

Aurélien Preud’Homme : Certains présentent le rapport des Français à l'argent comme complexé, à travers l'idée que parler de son salaire, de sa réussite ou de son patrimoine serait mieux acceptée dans les autres pays, notamment anglo-saxons.

Si c'est en partie vrai, la réalité est plus complexe : les Français ne rejettent pas systématiquement la réussite et reconnaissent qu'un artiste ou un entrepreneur ont le droit de bien gagner leur vie. A une condition toutefois : s'ils le méritent. Une personne riche est perçue comme méritante si elle participe en retour à la richesse nationale, en faisant rayonner la culture française pour un artiste, en créant des emplois ou tout simplement en payant l'impôt pour un chef d'entreprise.

A partir du moment où ce pacte est rompu, où les riches ne semblent plus participer à l'effort national, alors la richesse est beaucoup moins acceptée. On peut comprendre en ce sens la popularité de la mesure de François Hollande de taxer à 80 % les plus hauts revenus en 2012 : à cette époque, l'actualité économique faisait la part belle aux excès de la finance, aux exils fiscaux, aux licenciements et à la hausse des inégalités... Il était alors difficile de défendre les plus grandes fortunes, et c'est d'ailleurs une des raisons de l'échec de Nicolas Sarkozy, devenu au fil du quinquennat le "Président des riches", largement alimenté par l'affaire Bettencourt, le Yacht de Bolloré et le bouclier fiscal. Des symboles qui devenaient d'autant plus insupportables que la France sombrait dans la crise.

Plus que la richesse, ce qui est davantage rejeté est une certaine conception de l'argent : l'argent comme seule mesure de la réussite personnelle, l'argent ostentatoire : les yachts, les produits de luxe, les propriétés somptueuses... On passe à ce moment pour beaucoup de la richesse à l'oligarchie. Et l'imaginaire républicain des Français reste très opposé à tout ce qui rappelle la noblesse d'ancien régime, les rentes, les fortunes qui n'ont rien fait d'autre qu'hériter sans mérite personnel.

Comment le rapport qu'on les Français vis-à-vis de l'argent des riches et de l'ISF a évolué depuis 1989 date de création de l'ISF ?

Le rapport des Français à l'argent n'a sans doute pas beaucoup évolué depuis une trentaine d'années et la création de l'ISF, ce qui a changé en revanche c'est la conjoncture économique et la perception des grandes fortunes et des inégalités, plus que de l'argent.

Le rejet du "mur de l'argent" est d'ailleurs une vieille rengaine politique, très efficace : Mitterrand a rassemblé la gauche en s'opposant à "l'argent qui corrompt, l'argent qui achète, l'argent qui écrase", Hollande en se déclarant l'ennemi de la finance... Si ces déclarations ont rarement été suivies d'effet, elles sont encore des mots d'ordre populaires, qui parlent profondément à l'idéal égalitaire des Français, même si ceux-ci peuvent tout autant être convaincus par un discours ventant le mérite des grandes fortunes, comme l'a fait Nicolas Sarkozy en 2007 et dans une moindre mesure Emmanuel Macron en 2017. Tout dépend encore de comment est présentée la richesse : si celle-ci est perçue comme une rente, une caste qui gouverne, et surtout si elle semble avoir un impact négatif sur le plan économique et social, alors elle est totalement déconsidérée. En revanche peu de gens remettent en cause le mérite d'un patron parti de rien et qui par son travail arrive à créer une très grande entreprise. Sauf bien sûr si celui-ci à quelque chose à se reprocher sur le plan social, ou en cas d'exil fiscal.

C'est dans ce contexte qu'il faut comprendre les doutes sur l'action de la majorité : à l'heure où le gouvernement décide de baisser les cotisations sociales et de supprimer la taxe d'habitation pour 80 % des ménages, des mesures clairement en faveur des actifs et des classes moyennes, on mesure en même temps que pour 53 % des Français la politique de la majorité profite d'abord aux plus aisés.

Cette perception est liée à la fois à la complexité des réformes fiscales, puisque dans le même temps sont réformées les cotisations sociales, la taxe d'habitation, mais aussi la CSG et l'ISF... Difficile dans ce contexte de mesurer qui sont les gagnants et les perdants de la politique fiscale, d'autant plus que les mesures à destination des classes moyennes seront mises en place progressivement tout au long du quinquennat.

L'autre erreur de la majorité a sans doute été le timing : en baissant les aides aux logements pour les plus pauvres tout en baissant l'ISF pour les plus riches, ils risquent de donner l'impression d'une redistribution à l'envers. Dans ce contexte, il est difficile de faire valoir l'effort consenti pour les classes moyennes et populaires à travers la baisse des cotisations sociales et la taxe d'habitation.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 06/10/2017 - 13:55
Capitalisme sans capitalistes.
On accepte péniblement le capitalisme en France faute de concurrents crédibles, toutes les variétés de vrai socialisme ayant été des desastres humains et economiques , mais pas les capitalistes ce qui, evidemment, est incompatible.
arnaudfff
- 04/10/2017 - 15:24
Mitterand
C'est assez étonnant que l'on n'est pas encore fait table rase de l'héritage absolument dévastateur de l'ère mitérandienne : l'ISF qui a fait fuir les plus riches, la retraite à 60 ans utopie particulèrement couteuse, la bac pour tous autre utopie mensongère qui n'a fait que provoquer la baisse des capacités et du niveau des élèves et crééer une inadéquation entre les jeunes et le marché du travail....j'en oublie surement. A propos de l'ISF on oublie de dire que la France est le seul pays au monde à avoir cet impot !!
vangog
- 04/10/2017 - 14:46
Tout le monde aime l'argent...
mais les anglo-saxons, de culture plus spécifiquement protestante, l'ont accepté comme un moyen nécessaire et vital, depuis Luther. Les sudistes, paralysés par un vieux fond de catholicisme culpabilisant (voir le pape gauchiste...) restent scotchés dans cette hypocrisie qui les empêche de progresser. La gauche française a cultivé ce vieux fond de sauce catho-jésuitique, car cela confortait son combat anti-capitalisme...la France gauchiste est engluée dans le passé. Le Front National lui propose de se libérer de ses chaînes...mais les Français sont un peu maso...