En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Wikipédia commons
Parallèle
Chute record dans les sondages : petit comparatif de popularité des présidents en début de mandat (et de ceux qui sont parvenus à inverser la tendance...)
Publié le 02 août 2017
Selon les chiffres fournis par l'IFOP, Emmanuel Macron a subi la plus forte chute de l'histoire de la Ve République pour un Président au pouvoir depuis quelques mois (-10 points depuis son élection), le ramenant à un chiffre plus faible que François Hollande. Qu'en est-il des autres ?
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les chiffres fournis par l'IFOP, Emmanuel Macron a subi la plus forte chute de l'histoire de la Ve République pour un Président au pouvoir depuis quelques mois (-10 points depuis son élection), le ramenant à un chiffre plus faible que François Hollande. Qu'en est-il des autres ?

Atlantico : Comment comparer les différentes évolutions de la popularité des Présidents de la Vème République pour un début de quinquennat ?

Bruno Cautrès : Si l’on remonte jusqu’à la première présidentielle au suffrage universel direct, celle de 1965 où le Général De Gaulle était élu, on peut distinguer trois cas de figure : la très faible popularité après trois mois de présidence, c’est le cas unique et exceptionnel de Jacques Chirac en 1995 avec 39% seulement (selon l’IFOP en août 1995) ; la popularité tiède : c’est le cas de François Mitterrand en 1981, Georges Pompidou en 1969, Valéry Giscard d’Estaing en 1974 (tous crédités de 47% de popularité après trois mois de présidence selon l’IFOP) ou encore de François Mitterrand en 1988 (49%) ; la popularité majoritaire : avec en tête Nicolas Sarkozy en 2007 qui ne subit aucune baisse de popularité pendant son premier trimestre et se maintient à un niveau élevé (66%), suivi de François Hollande en 2012 et du Général De Gaulle en 1966 qui perdent cinq points en trois mois (56% de popularité alors) et enfin Emanuel Macron en 2017 et Jacques Chirac en 2002 qui se retrouvent presque à égalité avec 54% et 53% de popularité après trois mois. Ce comparatif nous montre également que seuls deux présidents nouvellement élus ont subi une baisse de popularité supérieure ou égale à 10 points : Jacques Chirac en 1995 (-15 points) et Emmanuel Macron (-10 points).

A la différence de ses prédécesseurs, François Hollande n'est jamais parvenu à redresser la barre de sa popularité, période post attentats exceptée, comment expliquer cette situation, notamment par rapport à Jacques Chirac ou Nicolas Sarkozy, et que peut-on en apprendre concernant Emmanuel Macron ?

La popularité de François Hollande a été fortement impactée par un ensemble de facteurs : non seulement le fait que François Holland avait voulu incarner un « président normal », un rôle décalé par rapport au rôle présidentiel en France, mais aussi la crise économique, les nombreux « couacs » du gouvernement Ayrault, les augmentations des impôts et le sentiment d’une présidence cherchant son cap et modifiant celui-ci en cours de route. Il semble évident qu’Emmanuel Macron veut s’inscrire en faux par rapport à cette expérience qu’il a vécue aux premières loges. Ce que l’on peut apprendre de la spirale d’impopularité de François Hollande c’est d’abord et avant tout que le « job » de chef de l’exécutif aujourd’hui comporte nécessairement une part importante d’impopularité potentielle. La France souffre d’une profonde crise démocratique et l’élection d’Emmanuel Macron en a été un symptôme : les français ont voulu exprimer leur extrême lassitude vis-à-vis des forces politiques « classiques » et ce sentiment s’est également exprimé à travers les scores de Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon. Mais cette élection ne règle rien par elle-même : on voit que dès que le doute s’installe sur ce que veut vraiment faire Emmanuel Macron, avec les cafouillages qui ont marqué le mois de Juillet, le spectre de l’impopularité réapparait. La décision de réduire le montant des APL est l’exemple même d’une décision absurde : elle envoie un message incompréhensible car si la France est vraiment à l’agonie au plan budgétaire au point qu’il faut prendre cette décision, on se demande pourquoi exonérer de la taxe d’habitation et réformer à la baisse l’ISF. La communication qui s’ensuit par l’Elysée est très maladroite: si les ministres, le Premier ministre et le Président se sont « fait avoir » par Bercy, alors on se demande ce qu’ils font de leur journées….Sérieusement, qui peut croire que la Direction générale de finances publiques et tout l’état-major de Bercy aient pu vouloir orienter cette décision sans que le Premier ministre et le Président n’aient donné leur aval ? Voilà le type même de décision et d’épisode qui ne peut qu’avoir des effets négatifs sur la popularité. Il aurait mieux valu qu’Emmanuel Macron assume pleinement cette décision, la motive et lui donne du sens.

Emmanuel Macron a pu suivre l'expérience douloureuse de François Hollande, voyant sa popularité s'effriter lourdement dès le début de son mandat. Quelles leçons peut-il en tirer pour cette rentrée annoncée sous le signe de la loi travail ? 

Il est malheureux de constater que notre pays ne fait souvent que retomber dans les mêmes ornières. Nous avons un problème démocratique de base : l’élection au scrutin majoritaire à deux tours fait reposer la victoire de celui qui l’emporte sur un trompe-l’œil. Fort de sa victoire au second tour, le vainqueur est persuadé d’avoir un mandat pour appliquer son programme….de premier tour…..Or, seuls 24% des français ont voté pour Emmanuel Macron au premier tour. Si les citoyens accordent bien sûr au vainqueur du second tour la légitimité qui lui revient, cela ne veut pas dire qu’ils acceptent ou consentent à ses réformes. Dans les périodes de croissance économique, ce système peut fonctionner parce qu’il y du « grain à moudre » ; mais dans les périodes de crise ou de chômage de masse comme aujourd’hui, cela provoque mécaniquement des tensions, des incompréhensions, des ratés. Tout ceci devrait conduire nos dirigeants vers deux grandes réformes seulement : a) une grande réforme du mode de décision, de conduite des politiques publiques et de fabrication de celles-ci. Des outils démocratiques existent et ont été développées dans d’autres pays afin que les réformes fassent l’objet d’une co-production avec la société. Or, dans notre pays, on vit sur l’illusion que l’élection présidentielle tranche le débat sur le choix social majoritaire du pays et qu’ensuite le pouvoir dispose de tous les pouvoirs pour dérouler son programme ; b) une réforme encore plus importante : un très grand effort de modestie de nos leaders et dirigeants politiques. Le fait d’annoncer tous les 5 ans que le monde va changer, que nos vies vont changer, que la politique va changer (tout ça moins de 5 ans…), que l’on a rien fait et rien vu avant, que l’on va passer de l’ombre à la lumière, que Napoléon est sur son cheval au pont d’Arcole, que Jupiter est descendu vers nous, engendre mécaniquement des espoirs que ne peuvent qu’être déçus. La parole politique, devrait être moins flamboyante et plus en modestie. Lorsque François Hollande, pourtant d’un naturel qui n’est pas caractérisé par l’hypertrophie de l’égo, annonça « le changement c’est maintenant », cela ne pouvait que donner ensuite le sentiment des espoirs trahis et déçus. Il faudrait plutôt faire baisser de plusieurs crans les attentes dans ce domaines, que la communication de nos dirigeants cesse de jouer selon les cas le festival de Cannes, l’étoffe des héros, les dieux de l’Olympe ou Napoléon et renforcer la démocratie par le bas et la « capabilité » des citoyens. C’est là tout le paradoxe qui attend Emmanuel Macron et la République en Marche : une dynamique qui est partie de ces constats et qui peut, éventuellement, leur tourner le dos…..A voir, à suivre et en lui laissant le temps de faire ses preuves… 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
02.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
03.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
04.
Brexit : rien n’est joué pour le royaume-Uni même en cas de sortie sans accord
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
04.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
05.
Vivons-nous dans un univers-bulle en expansion dans une autre dimension ? ; Hubble nous offre un magnifique portrait très détaillé de la galaxie du Triangle
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vauban
- 03/08/2017 - 22:24
Revoyez vos chiffres Mr Cautres
Macron a rassemblé sur son nom 24%des suffrages exprimés
LREM a pu avoir plus de 300 députés avec 15,4% des suffrages exprimésau premier tour des législatives

C'est pour cette raison que cette assemblée et ce président n'iront pas au terme de leurs mandats
Michèle Plahiers
- 03/08/2017 - 18:26
Pas besoin de lire Péan
/interetpourtous.com/2017/05/26/emmanuel-macron-jai-ete-selectionne-par-le-groupe-bilderberg-il-ny-a-pas-de-democratie-a-proprement-parler-en-france/
kelenborn
- 03/08/2017 - 17:49
ah bon
heureusement qu'il n'y a qu'une page!!! sopo le mec!