En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Loto éducatif

Universités : la Française des Jeux chargée des inscriptions ?

Publié le 23 juillet 2017
Interdites de sélection sur des critères légitimes, les universités françaises gèrent désormais leurs inscriptions via tirage au sort. Mais à la fac comme au loto, on perd plus souvent que l'on ne gagne.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Interdites de sélection sur des critères légitimes, les universités françaises gèrent désormais leurs inscriptions via tirage au sort. Mais à la fac comme au loto, on perd plus souvent que l'on ne gagne.

J’avais très envie de discuter avec un responsable de l’Unef des problèmes d’inscription à l’université et du manque de places dans certaines filières mais, pour tous mes efforts, ça n’a pas été possible.

 

OK, je suis bien parvenu à avoir le responsable des relations avec la presse de l’organisation cinq minutes au téléphone —il était sur l’autoroute lorsque je l’ai contacté et avait promis de me rappeler au moment de la pause pipi—, mais il a dû se rencarder entre temps sur les horreurs que je m’étais permis d’écrire sur l’ancien président du grand syndicat étudiant progressiste l’an dernier et a préféré faire le mort en ignorant jusqu’à mes textos désespérés.

 

C’est la vie, si j’ose dire…

 

C’est tout de même dommage parce que l’Unef est, en France, l’un des principaux moteurs de l’opposition au principe d’une sélection en première année de fac, professant généralement que les études supérieures sont une sorte de droit universel qui ne devrait souffrir aucun « pré-requis » autre que le bac, l’État ayant le devoir sacré de s’adapter à la demande sans souci d’efficacité ou de gestion.

 

Dans un monde idéal, débarrassé de toute contrainte pratique, je serais d’ailleurs assez d’accord avec ce point de vue. Une université conçue comme un lieu de « culture pour la culture », que l’on fréquenterait dans le seul but de développer ses neurones et sans projet professionnel particulier, gagnerait en effet à être ouverte au plus grand nombre. Dans le monde tel qu’il est, pour autant, c’est une définition qui ressemble davantage à celle d’une MJC qu’à celle d’une usine à diplômes.

 

Parce qu’elle ne permet pas à ses facs de choisir leurs étudiants sur la base de leurs compétences et de leur motivation réelle à s’inscrire dans telle ou telle licence, la France est devenue la championne du monde de l’échec ou de l’abandon en cours de route. Et parce que les amphis post-bac sont encombrés de touristes, les meilleurs éléments ont pris l’habitude de privilégier les grandes écoles sur l’université ou, au minimum, d’aller décrocher un BTS ou un DUT afin de s’épargner temporairement la compagnie des branleurs et de ne faire leur retour dans le circuit qu’en troisième année.

 

Filières McDo et Burger King

 

On pourrait bien sûr s’accommoder de la situation, décider que l’ancien DEUG fait désormais office de garderie et que les choses sérieuses ne commencent qu’avec la licence, ce qui est d’ailleurs le cas depuis des années, mais la poursuite de la massification, et l’arrivée de dizaines de milliers d’étudiants supplémentaires (+ 40 000 pour la prochaine rentrée) est en train de faire exploser le système, qui n’est même plus capable de leur trouver un morceau de banc d’où consulter leurs mails ou rédiger leurs statuts Facebook. D’où l’idée de confier la gestion des inscriptions à la Française des Jeux, le tirage au sort des étudiants passant désormais pour raisonnable.

 

Mon bonhomme de l’Unef, si j’avais pu lui parler, m’aurait peut-être rétorqué qu’il suffit de créer davantage de places en augmentant, par exemple, les impôts de Liliane Bettencourt ou les charges sociales des entreprises ; j’aurais alors répondu que multiplier les inscriptions en STAPS, en socio ou en psycho servirait surtout à alimenter McDo et Burger King, principaux employeurs des diplômés de ces filières, en emballeurs de hamburgers et ne réglerait pas le problème de l’échec d’étudiants mal orientés.

 

La « sélection », au sens de l’examen attentif du dossier d’un candidat et du conseil sur la pertinence de choisir une formation sans débouchés, et telle qu’elle est pratiquée dans la plupart des pays « normaux » (avec de meilleurs taux de réussite), finira probablement par s’imposer comme la seule solution viable. L’Unef fera la gueule, il y aura des manifs et des poubelles incendiées, j’essaierai d’appeler le chargé de com’ qui ne me répondra pas, je me moquerai quand même de lui dans une chronique, mais il est probable que tout le monde ou presque s’en portera mieux (sauf les fast-food sans doute, qui auront plus de mal à recruter).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

02.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

03.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

06.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

07.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 24/07/2017 - 08:38
Ne rigolez pas l unef doit sans doute
Rever d imposer ce type de sélection aux entreprises.
pierre de robion
- 23/07/2017 - 22:41
Question?
Comment le Conseil d'Etat peut-il juridiquement justifier le tirage au sort, sauf à proclamer que tout dans la vie est affaire de hasard et non plus de libre arbitre, tandis que la responsabilité disparaît devant les coups du sort?
La nouvelle ministre parle d'injustice, on va voir si elle osera revenir sur cette mesure mise en place, on s'en serait douté, par Bécassine!
cloette
- 23/07/2017 - 20:07
cours à distance
pour psycho socio pr exemple ou d'autres, par internet, le problème des places dans l'amphi n'existera plus .