En direct
Best of
Best Of
En direct
Aichmophobie
Faut-il rendre obligatoire le vaccin contre l’obscurantisme ?
Publié le 09 juillet 2017
Croire que la Terre est plate parce qu’une vidéo YouTube en apporte la preuve, c’est votre droit. Ça ne dérange personne. Refuser de protéger un enfant contre la polio et faire chuter la couverture vaccinale de tout un pays, c’est un peu différent.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers livres : Petit dictionnaire (modérément) amoureux de Marseille (Gaussen, 2018), Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016)  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers livres : Petit dictionnaire (modérément) amoureux de Marseille (Gaussen, 2018), Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016)  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Croire que la Terre est plate parce qu’une vidéo YouTube en apporte la preuve, c’est votre droit. Ça ne dérange personne. Refuser de protéger un enfant contre la polio et faire chuter la couverture vaccinale de tout un pays, c’est un peu différent.

De tous les « complotismes », au sens de l’élaboration d’une croyance irrationnelle et de la propagation de théories grotesques défiant le sens commun, c’est le mouvement anti-vaccins qui me fascine le plus. Après tout, la conviction que la Terre est plate, qu’aucun avion ne s’est jamais écrasé sur le World Trade Center ou que les Illuminatis gouvernent le monde reste, ultimement, sans conséquence particulière sur la vie du « fidèle » ou de ses proches.

Et pouvez très bien décider, par crédulité, pure bêtise, ou goût de la provocation, que les gaz d’échappement du Paris-Tokyo qui passe au-dessus de votre tête sont en réalité des produits chimiques délibérément répandus pour vous asservir sans cesser de mener une existence « normale », aller au boulot, gueuler contre les impôts et regarder le foot à la télé comme tout le monde.

Vous passerez peut-être pour un imbécile, mais ça n’ira pas plus loin.

Le complotisme anti-vaccins est pourtant d’une autre nature. Bien sûr, les mécanismes qui y conduisent sont identiques (la remise en question arbitraire de ce qui fait consensus chez les « sachants » institutionnels ou scientifiques à l’aide de vidéos anonymes dénichées sur YouTube ou d’articles de farfelus marginaux), mais certainement pas l’impact potentiel sur la santé d’un enfant qu’on refuserait de protéger contre une maladie même mortelle.

Adhérer à ce complotisme spécifique, à l’idée que ministres et multinationales s’entendent pour empoisonner des millions de gens dans le seul but d’amasser du pognon, c’est effectivement, concrètement, du moins si l’on est parent et déterminé à aller jusqu’au bout de sa logique, prendre le risque de voir son gosse emporté par une bête rougeole ou lourdement handicapé par une poliomyélite.

Ré-énoncer les principes des vaccins et leur finalité, rappeler à quel point leur arrivée a contribué à l’élimination d’épidémies à travers le monde et à l’allongement de la durée de vie, n’aurait de toute manière pas beaucoup d’intérêt. Ces informations sont connues, disponibles, accessibles et, reprises ici, se verraient immédiatement opposer le baratin habituel sur les dangers des adjuvants ou de l’aluminium par une tripotée de spécialistes formés sur les forums de Doctissimo.

On se contentera de comparer cette attitude à celle des témoins de Jéhovah, qui refusent les transfusions sanguines, même indispensables, mais que le droit français contraint à accepter celles dont leurs enfants mineurs ont besoin. Et l’on se félicitera donc lorsque la puissance publique prend ses responsabilités et impose ce qui doit l’être, a fortiori lorsque la baisse du taux de couverture vaccinale finit par menacer tout le monde. Pas seulement les obscurantistes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 13/07/2017 - 22:05
Vaccin
Et le vaccin contre la bêtise s'il existait, seriez-vous preneur M. Serraf?
Fastoch
- 13/07/2017 - 21:28
Les dégâts du sel d'aluminium dans les vaccins
Pour que Mr Hugues Serraf ne meure pas idiot : Le Pr. Romain Gherardi, directeur de recherche à l'Inserm et à l'hôpital Henry-Mondor, était l'invité du "Magazine de la santé", sur France 5, le 12 novembre 2012 : https://www.youtube.com/watch?v=6ltgXNV9rDU
Gré
- 10/07/2017 - 22:59
Hugues Serraf est une
Hugues Serraf est une autorité en la matière. Lui SAIT : il est journaliste et écrivain ...