En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 27 min 42 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 34 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 1 heure 58 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 27 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 2 heures 37 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 11 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 4 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 3 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 24 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 22 heures 2 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 30 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 1 heure 45 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 5 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 2 heures 47 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 21 heures 3 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 22 heures 18 min
Inexorable ?

La lente dérive de la Ve République vers une démocratie censitaire

Publié le 16 juin 2017
Le premier tour des élections législatives a confirme une tendance lourde : les catégories socialement intégrées et les personnes âgées votent beaucoup plus - et plus régulièrement - que les autres. Un état de fait qui se rapproche d'une forme de vote censitaire: une minorité intégrée étant parvenue à inverser le résultat de l'élection.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le premier tour des élections législatives a confirme une tendance lourde : les catégories socialement intégrées et les personnes âgées votent beaucoup plus - et plus régulièrement - que les autres. Un état de fait qui se rapproche d'une forme de vote censitaire: une minorité intégrée étant parvenue à inverser le résultat de l'élection.

Atlantico : Selon le dernier sondage Ifop fiducial CNews Paris Match du 13 juin, 25% des Français inscrits sur les listes électorales seulement souhaiteraient voir une majorité absolue en faveur d'Emmanuel Macron, alors que 44% des Français qui ont voté affirment s'être prononcés dimanche dernier dans l'intention de forcer une cohabitation, soit un résultat inversé par rapport au scrutin législatif de ce dimanche. Comment expliquer une telle contradiction?

Les chiffres de ce sondage montrent bien en effet que l’électorat vraiment partisan du parti d’Emmanuel Macron et de son allié, le Modem, reste minoritaire dans l’univers large des électeurs inscrits sur les listes électorales, mais aussi parmi l’univers des électeurs ayant participé au premier tour des élections législatives. En fait, selon ce sondage, 54% des électeurs inscrits auraient aimé forcer une cohabitation au choix avec une majorité de droite (LR, UDI), de gauche (PS, PRG, FI, PCF, EELV) ou d’extrême droite (FN). Il se trouve que ces trois oppositions, aussi nettement majoritaires à elles trois qu’incompatibles entre elles, sont prises chacune isolément dans le scrutin réel bien plus faible que le parti du Président et son allié du Modem. L’abstention différentielle joue bien sûr. Le scrutin à deux tours, avec en plus la règle des 12,5% des électeurs inscrits pour atteindre le deuxième tour dans un contexte de basse participation, fait le reste : la plus grosse minorité parmi les électeurs, les partisans du Président Macron, atteint toujours ou presque le second tour, et peut ensuite espérer gagner de très nombreux sièges au second tour, car les électeurs des autres camps éliminés ont tendance à s’abstenir ou à soutenir plutôt mollement l’opposant resté en lice. Et comme LRM constitue un Janus biface faute de toute autre référence que son positionnement central et la garantie qu’il entend représenter de stabilité politique, il gagne plutôt : si la gauche est éliminée, il peut être soutenu par des électeurs socialistes ou même insoumis pour battre un LR ou un FN resté en lice, ou inversement, si la droite est éliminée, il peut être aidé par des électeurs républicains pour battre un LFI, PS, PCF, et bien sûr, si le candidat LRM affronte un FN,  par tous les électeurs de droite et de gauche modérée pour écraser le candidat FN. De fait, rarement, sinon jamais, le mode de scrutin à deux tours n’avait produit un effet de cette nature aussi favorable à une force centrale.  On peut dire en fait que LREM n’est certes pas la force préférée par les électeurs, mais la force la moins détestée.

Dans quelle mesure la responsabilité de cette situation peut-elle incomber aux forces d'opposition, entre les LR, la FI ou encore le PS, ne pas avoir su mobiliser un électorat pourtant opposé dans sa majorité à une majorité absolue en faveur de la République En marche ?

Il y a certes une grande responsabilité des états-majors des oppositions. La droite n’a pas su renouveler son dispositif depuis la présidentielle. Investir François Baroin à la tête de la campagne des législatives était admettre d’avance la défaite, puisqu’il était très largement responsable du maintien de F. Fillon comme candidat LR-UDI. La nomination d’un LR à la tête du gouvernement n’a pas non plus été l’occasion d’un sursaut, bien au contraire d’une ambiguïté chaque jour croissante que tout le monde a pu percevoir : le Figaro Magazine a fini par faire sa une la veille de l’élection sur les deux droites sans les opposer vraiment.

La situation n’est guère meilleure du côté du PS : qui peut dire avoir entendu une personne crédible s’exprimer valablement au nom du PS en tant que tel lors de la campagne des législatives ? Le PS, vraiment éclaté façon puzzle, était littéralement sans voix et sans leader légitime.  Pour ce qui est du FN, il est lui aussi sorti quelque peu sonné de cette campagne présidentielle.  Quant à la gauche de la gauche, avec la division FI/PCF, elle s’est affaiblie elle-même, même si Jean-Luc Mélenchon apparait finalement comme le seul leader qui ait su se reprendre après son échec à la présidentielle et qui, du coup, a été le plus attaqué dans les médias pour son côté «dictateur latino-américain » en devenir. Les diverses oppositions auraient donc pu mieux faire. Elles ont vraiment souffert d’un faible leadership national : la grande uniformité des résultats de LREM sur le territoire montre bien que les électeurs en général sont surtout mobilisés par ce qu’ils voient et entendent dans les médias de masse. On ne peut pas espérer gagner ou limiter la casse sans faire une campagne nationale.   

Mais, à leur décharge, il faut tout de même souligner que le délai entre la présidentielle et les législatives s’avère si court qu’il est quasiment impossible pour un parti de reformuler son offre politique ou de changer de leader, ou pour une alliance de parti de se reconfigurer utilement. Le camp qui gagne la présidentielle ne peut visiblement que gagner les législatives, et cela décourage aussi les initiatives militantes des opposants. Il aurait fallu des leaders vraiment plus réactifs et créatifs en face.

Au regard des différentiels d'abstention, et de la participation plus forte des catégories les plus intégrées, et des personnes âgées, ne peut-on pas dire que l'issue du scrutin législatif se rapproche d'une forme de vote censitaire: une minorité intégrée étant parvenue à inverser le résultat de l'élection ?

On ne peut pas parler d’inversion du résultat de l’élection, mais simplement de confirmation de faits sociologiques  désormais bien connus : les personnes socialement intégrés votent beaucoup plus et surtout beaucoup plus régulièrement que les autres, ce sont elles qui se font faire des procurations pour pouvoir voter même si elles ont autre chose à faire ce jour-là, et elles font donc gagner les forces qu’elles soutiennent, en l’occurrence LREM, et, de ce point de vue, le gradient d’âge est effectivement vraiment très déterminant. Il faut atteindre selon ce sondage les cohortes des plus de 50 ans actuels pour avoir de nettes majorités de participants aux élections législatives. Seulement 16% des participants au scrutin ont moins de 35 ans, et ils sont à l’inverse  64% à avoir plus de 50 ans. 40% des votants sont d’ailleurs des retraités. De fait, c’est d’évidence la France âgée, intégrée socialement, sûre de son avenir immédiat, qui est allée plus voter que le reste de la population inscrite, en particulier le bas de la hiérarchie professionnelle du secteur privé (ouvriers en particulier). On peut évidemment le déplorer, car cela tend à donner plus de poids dans la représentation politique aux personnes favorisés par la vie  qu’ils ne l’ont dans la population en général, mais c’est là le résultat de l’écroulement progressif depuis des décennies des formes d’encadrement du vote populaire, des CSP- pour user des termes des sondeurs, par les partis, les associations d’éducation populaire, les églises, et les syndicats. En dehors des perspectives objectivement faibles de victoire, le fait que les électeurs du FN ou de LFI ne se soient pas beaucoup rendu aux urnes tient aussi au fait que personne ne leur a tenu la main pour aller voter, car l’encadrement militant des électeurs de ces deux camps est très faible en réalité. Il faut peut-être aussi admettre que le député qui se fait élire sur ses hauts faits en matière d’aide sociale aux populations qu’il entend représenter n’existe presque plus.

Cette considération du poids de l’intégration sociale dans l’expression électorale  explique que, parmi les oppositions, ne surnage en fait vraiment que la droite. Cette dernière, au moins dans les régions les plus traditionnelles de son implantation hors région parisienne, bénéficie encore de l’apport massif des générations âgées, très probablement d’orientation catholique.  Du coup, la future Chambre des députés risque d’avoir tendance à ne représenter que les groupes intégrés de la société française – quoi de plus intégré qu’un chef d’entreprise à succès ? -, avec le risque bien sûr d’être totalement démuni face aux revendications du reste de la société. C’est sûr que voter pour un parti qui propose de refondre totalement le code du travail quand on est soit même retraité ou en passe de l’être, c’est là un choix sans risque pour soi-même, mais cela peut faire oublier que des gens vont vraiment avoir à organiser leur existence dorénavant autour de cette nouvelle manière d’envisager les rapports de travail. D’ailleurs, selon ce sondage, parmi les votants déclarés qui sont actuellement ouvriers, il y en a 43% dont le vote témoigne selon leurs propres réponses de leur « volonté de sanctionner la politique d’Emmanuel Macron et de son gouvernement », idem pour 41% des chômeurs – une catégorie de fait proche de la précédente par sa composition -, pour une moyenne de 25% des électeurs étant allé voter dans cet état d’esprit déjà oppositionnel. Cela n’empêche pas que, parmi les ouvriers étant allé voter 20% aient choisi LREM, qui ne constituent au final qu’autour de 6% des électeurs LREM, mais il reste que la probable opposition du monde ouvrier au « macronisme » se dessine déjà.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 14/06/2017 - 23:32
Faut pas inverser l'ordre des facteurs
Toute les républiques ont mal fini .....c'est bien la différence qu'il y a avec des démocraties issues de monarchies constitutionnelles, qui elles, sont hyperstables.
vangog
- 14/06/2017 - 20:00
"À quoi ça sert?"
Réflexion de deux de mes voisins, dimanche, lorsque je leur demandais s'ils allaient voter...il y a, en France gauchiste, trop d'élections qui ne servent à rien! La gauche politique qui a tout gangrené, institutions, medias, Justice, Éducation..., est au même niveau d'impuissance que les dictatures socialistes d'avant-mur: une offre politique uniforme, médiocre et auto-renouvelée. Et des élections ridiculement multiples pour se donner l'illusion d'une démocratie...comme toutes les dictatures, la Présidence Macron finira mal...
lasenorita
- 14/06/2017 - 17:28
L'absention!
Les Français n'ont plus envie de voter car ils savent que ''les dés sont jetés'': Nos apparatchiks avaient décidé que ce serait Macron notre futur président de la République française et avec l'aide de nos merdias, qui ont fait le ''bourrage de crâne'' aux ''veaux'' de Français, ils ont obtenu satisfaction! Je vous conseille de lire le mail des Contribuables Associés:http://www.argus-parlementaire.net/la-cote-des-deputes/recherche/carte-des-deputes/?departements=02062017 vous verrez la note donnée à votre député par les Contribuables Associés. .ainsi ma députée (Nîmes 1ère circonscription),Françoise Dumas, a obtenu une note de 2 sur 20...elle avait aussi gardé la ''réserve parlementaire'' pour elle au lieu d'en faire profiter sa circonscription en créant des associations(pour les personnes âgées, etc.),mais les gens qui ont voté pour elle dimanche passé l'ont oublié!