En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

06.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

07.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 3 heures 48 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 5 heures 22 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 7 heures 38 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 11 heures 30 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 12 heures 1 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 12 heures 39 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 13 heures 21 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 13 heures 46 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 14 heures 20 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 14 heures 34 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 4 heures 47 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 5 heures 43 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 11 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 12 heures 38 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 13 heures 58 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 14 heures 21 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 14 heures 43 min
© Reuters
© Reuters
OPEP

Le pétrole peut-il revenir à 30$ ?

Publié le 29 mai 2017
Les bases d'un accord international nécessaires pour éviter une telle situation ne sont peut-être pas remplie, mais tacitement on peut penser que personne ne profiterait d'un nouveau krack boursier. Et que tous ont cette information en tête, à commencer par les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite et la Russie.
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les bases d'un accord international nécessaires pour éviter une telle situation ne sont peut-être pas remplie, mais tacitement on peut penser que personne ne profiterait d'un nouveau krack boursier. Et que tous ont cette information en tête, à commencer par les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite et la Russie.

L’OPEP a décidé la semaine dernière de poursuivre sa politique de limitation de la production pour 9 mois. L’idée est de résorber l’excès d’offre en effet, la surproduction a pesé sur les cours et a fortement affecté l’ensemble de l’industrie pétrolière dans le monde. Avec l’accord signé jeudi à Vienne, l’OPEP espère maintenir le pétrole au-dessus des 50$.

Le point positif pour le cartel est d’avoir réussi à fédérer d’autres pays non-membres de l’OPEP, même si cette extension de limitation de la production a surtout été portée par l’Arabie Saoudite et la Russie.

Bien qu’elle s’en défende, l’OPEP a du être déçue de la réaction « à chaud » du marché : immédiatement après l’annonce de l’accord, les cours du pétrole ont reculé de 4%. Malgré le rebond de vendredi, les opérateurs de marché ont démontré qu’ils n’étaient pas très confiants pour la suite.

Le problème reste identique  depuis plusieurs années : Les américains produisent massivement…ils sont même devenus exportateurs de pétrole ces derniers mois. Les dernières analyses de la production pétrolière mondiale montrent que les diminutions de production du cartel ont été intégralement compensées par la production américaine…rendant caduc ou presque les efforts des membres de l’OPEP et de la Russie. Le paradoxe de tout cela est que plus l’OPEP réduit sa production pour faire monter les cours…plus les producteurs américains en profitent !

En 2014, l’Arabie Saoudite avait essayé de laisser filer les cours pour garder ses parts de marché et « casser » l’industrie pétrolière américaine…L’effondrement des cours du pétrole avait finalement été plus dévastateur pour l’Arabie Saoudite et de nombreux pays producteurs. L’industrie pétrolière américaine avait réussi à s’adapter à cette nouvelle situation. Trois ans après, le constat est clair : le coût de production américain a été baissé de 60-65$ le baril à moins de 40$ et surtout le temps pour extraire le premier baril de pétrole depuis la décision de production a été ramené à moins de 5 mois…Tout ceci démontre que la production américaine est extrêmement souple et peut s’adapter rapidement.  Les américains sont donc quasiment immédiatement en mesure de profiter de prix supérieurs à leurs coûts de production !

En face de cette menace, les pays producteurs ont pour le moment réussi à s’entendre mais les tensions politiques dans la région font courir un risque sur la pérennité de cet accord. L’Iran, la Russie, l’Irak ou l’Arabie Saoudite ont tous des motifs de désaccords profonds ce qui fragilise l’accord.

Pour autant un retour du pétrole à 30$ est-il envisageable ? Sur les marchés tout est toujours possible mais un tel effondrement paraît peu probable.
Si la baisse reprend, les américains stopperont leur production et limiteront ainsi l’engorgement des marchés : dès 40$ les américains cesseront leur production (logiquement).

L’Arabie Saoudite veut absolument réussir l’introduction en bourse d’Aramco et ainsi réorienter son économie vers une moindre dépendance au pétrole. Elle fera tout pour maintenir un cours proche de 50$.

La Russie a une échéance électorale capitale en mars prochain et voudra éviter tout trouble économique d’ici là.

Les autres pays producteurs que ce soit l’Irak, le Brésil, le Venezuela ou l’Iran ont trop souffert en 2014-2015 des prix bas et ne voudront pas connaître un retour à des prix proches de 30$...l’accord récent le démontre aussi d’ailleurs.

Le pétrole devrait donc voir ses cours évoluer entre 45$ et 55$ au gré de la spéculation de marché : une très forte hausse semble impossible à cause des américains mais l’influence encore déterminante de l’Arabie Saoudite rend un effondrement des cours en dessous de 45$ difficile à envisager d’ici mi-2018.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pharamond
- 30/05/2017 - 17:12
La messe est dite
Depuis que les USA ont réussi à maîtriser la techniques d'extraction et de production du gaz de schiste à un coût compétitif,la perspective d'un baril de pétrole à 80/100 dollars n'est plus réaliste.