En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

03.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

04.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 1 min 40 sec
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 1 heure 5 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 15 heures 41 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 17 heures 18 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 18 heures 49 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 20 heures 57 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 22 heures 44 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 23 heures 11 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 1 jour 3 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 1 jour 46 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 25 min 41 sec
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 1 heure 29 min
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 16 heures 25 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 18 heures 5 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 19 heures 13 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 21 heures 48 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 22 heures 56 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 23 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 1 jour 29 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 1 jour 57 min
© Reuters
© Reuters
Chroniques du pot aux roses

Allô, allô ? Laïcité et lutte contre l’islamisme : les grandes oubliées de cette fin de campagne

Publié le 05 avril 2017
L’autruche n’a jamais eu la tête aussi profondément enfoncée dans le sable. Parallèlement, même s’il n’est guère possible d’établir des statistiques sur le sujet, les signes ostensibles d’appartenance à l’islam rigoriste pullulent comme jamais dans l’espace public.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’autruche n’a jamais eu la tête aussi profondément enfoncée dans le sable. Parallèlement, même s’il n’est guère possible d’établir des statistiques sur le sujet, les signes ostensibles d’appartenance à l’islam rigoriste pullulent comme jamais dans l’espace public.

1 – Elections chez les lemmings

C’est à croire que, ces dernières semaines, il n’y a eu ni attaque à Orly, ni au Louvre, ni meurtres à Londres ou à Saint Petersbourg.

L’autruche n’a jamais eu la tête aussi profondément enfoncée dans le sable. Parallèlement, même s’il n’est guère possible d’établir des statistiques sur le sujet, les signes ostensibles d’appartenance à l’islam rigoriste pullulent comme jamais dans l’espace public.

En réalité, Salafistes et autres intégristes se délectent de ces élections françaises où des candidats se disputent le droit de ne rien faire, préférant égrener les mesures non finançables et autres promesses d’ivrognes plutôt que de réfléchir aux moyens d’endiguer le péril que la charia fait courir à la République et aux libertés.

L’Etat lui-même est de plus en plus gangrené, comme en témoignent les ahurissantes interventions de l’Observatoire de la laïcité, organisme financé par les deniers des contribuables, dans la campagne électorale. Rappelons que, selon ses statuts, cet organisme « assiste le Gouvernement dans son action visant au respect du principe de laïcité en France ». Autant confier la victime à son bourreau …

Profitant de la publication de son rapport annuel 2016-2017, l’Observatoire se surpasse en effet dans le «pas d’amalgame». Il s’inquiète du « contexte des attentats qui persiste fait à la fois d’inquiétude, d’émotion mais aussi de confusion entre ce qui relève de la laïcité et ce qui relève d’autres champs dont le radicalisme violent et le terrorisme». Bref, il ne faut surtout pas établir, selon lui, de lien entre l’affirmation islamique dans les rues et ses prolongements terroristes. Cette théorie de la séparation étanche entre islam radical, islamisme et terreur est le ciment d’une lâcheté qui obscurcit le jugement, interdit de rechercher les conséquences logiques du raidissement communautaire actuel et, pis encore, de penser le futur.

Se surpassant, le président de l’Observatoire, Jean-Louis Bianco, formule le souhait «que, dans le débat sur la laïcité, certains médias, certains élus et certains intellectuels qui aujourd’hui cèdent au « culte de l’immédiateté » ou à celui du « clash », adoptent demain une position plus responsable, prenant le recul nécessaire à l’analyse. Nous nous permettons d’appeler l’ensemble des médias, évidemment seuls juges de leur politique éditoriale, à la prudence».

Mieux que la censure, l’appel à l’autocensure. Et le tout sous le couvert du gouvernement !

On se croirait sur France Télévisions…

Suit évidemment la sempiternelle disculpation des fondamentalistes qui, au fond, ne prospèrent que parce qu’on n’a pas suffisamment inondé les banlieues de subventions. «La laïcité», poursuit Bianco, «ne peut pas répondre à tous les maux de la société qu’il s’agisse de la ghettoïsation de certains quartiers ou de la perte de repères et de confiance dans l’avenir ... il ne suffit pas de convoquer le principe de laïcité et de dénoncer les discriminations ou la ghettoïsation, il faut combattre celles-ci par des politiques publiques beaucoup plus vigoureuses que cela n’a été le cas jusqu’ici.»

Il serait décidément d’urgence républicaine de dissoudre ce laboratoire de la soumission bobo. Hélas, aucun candidat n’y a encore songé ...

2 – Onze à table, treize avec les présentateurs

Le brave Poutou a enfin montré son utilité : il a volé au secours de la bureaucratie européenne en disant que non, décidément et fermement non, ce n’est pas bien de prendre de l’argent à Bruxelles pour rémunérer ses permanents à Paris, c’est même du vol. Que voilà un inattendu défenseur de la morale bureaucratique communautaire !

Il est, en fait de gauchiste, ce qu’on a pu constater avec Sartre pour les péripatéticiennes : certains sont respectueux.

3 – Vivement les législatives !

Les Français, voyant comment ils sont gouvernés et constatant chaque jour un peu plus qu’ils risquent de l’être encore plus mal après la présidentielle, sont sagement en train de décider, dans le tréfonds de leur subconscient, qu’ils ne donneront de majorité à personne après les seules élections qui comptent vraiment : les législatives.

Ainsi ces partis ineptes et inaptes verront-ils au moins leur capacité de nuisance limitée. Le désordre subséquent aura une autre grande vertu : nos partenaires communautaires n’oseront rien réclamer à la France et ne sauront d’ailleurs pas à qui s’adresser. Draghi en sera quitte pour racheter davantage de dette publique et le bal de la dilapidation pourra continuer à être donné en France, pays où Dieu vit et où les dettes sont abolies.

De ce point de vue Mélenchon, qui assume crânement leur non-remboursement, verbalise un espoir secret des Français. Cela pourrait lui valoir quelques points de plus, histoire de rendre le scrutin plus incertain encore.

4 – Hamon nous les uns les autres

L’hypothèse d’un désistement de Mélenchon en faveur d’Hamon s’est insensiblement transformée en son inverse, au fur et à mesure de la montée sondagière du Chavez bien de chez nous.

Une telle occurrence est fort peu probable car jamais le PS n’acceptera de ne pas avoir de candidat. En outre, elle assurerait à Macron deux ou trois pourcents supplémentaires venant de l’aile droite du PS qui reste fidèle pour l’heure au candidat officiel de son parti.

S’il reste une chance d’éviter que Macron soit président de la République, c’est bien qu’Hamon se ressaisisse un peu.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Julodi83
- 06/04/2017 - 08:31
hugo Mélenchon
il a tout compris le bougre. On annonce que la dette de 2.200 milliards d'euros, on n'en parle plus .La BCE la rachètera.! ON ne parle pas de l'invasion islamique en France. On fait juste une grimace quand Marine Le Pen en parle. On laisse le petit chien fou des socialistes, des purs, entrer en transe à la seule évocation de ses, bientôt peut-être, coreligionnaires, Pour le reste on amuse la galerie avec quelques histoires ,plus ou moins sordides, et on n'a plus qu'à récolter les voix à la sortie. La France sous Mélenchon,? un Vénézuela de rêve, le pétrole en moins. Faites travailler votre imagination, ça pourrait servir.
cloette
- 05/04/2017 - 17:56
lutte contre l'islamisme
mais vous n'y pensez pas c'est tabou, quant aux terrorisme, tabou aussi, d'ailleurs c'est de notre faute dixit Arthauld parce qu'on fait des guerres, Poutou est du NPA successeur de Besancenot grand recruteur de main d'oeuvre pour ce fameux" grand Capital "dont je soupçonne qu'il sont les zélés serviteurs .Mais le plus insupportable de tous est Hamon !
2bout
- 05/04/2017 - 17:46
Tout est carré,
l'AMF informée, l'accord du CA, le temps imparti ... Et pendant que Macron mène son amicale OPA, Hamon joue à l'intérimaire.